AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782212569360
Éditeur : Eyrolles (15/11/2018)

Note moyenne : 3.34/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Kippour, c'est le jour que Sasha Cohen a choisi pour annoncer à son père qu'il ne croit plus en Dieu. Deux jours le séparent de cette confrontation. Au fil de ses rencontres et de ses déambulations parfois hallucinées dans Paris, se dessine le caractère d'un jeune homme impétueux et romantique qui entend conquérir sa liberté et son autonomie intellectuelle et affective. Dans les cheveux de Carla, sa muse, il fait l'apprentissage de la vie d'adulte. Le retour des ide... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
Aela
  30 novembre 2018
Sasha est un jeune homme juif qui doit retrouver sa famille à Marseille pour le week-end. Il s'est promis de parler à son père d'un sujet difficile: il ne croit pas en Dieu et veut s'affranchir de son milieu d'origine.
Il redoute beaucoup cette confrontation d'autant plus que sa famille est ultra-religieuse.
Sa rencontre avec une jeune femme non-juive, Carla, va l'aider à mieux se situer.
C'est un très beau roman qui traite de sujets graves: les rapports père/fils dans une communauté très soudée et aussi très hiérarchisée, la question de la croyance en Dieu, et du repli identitaire.
Sasha souffre surtout d'une frustration de ne pas avoir connu grand chose d'autre que son milieu familial.
Il a fréquenté une école juive et voudrait trouver son identité en dehors de sa communauté.
Le récit semble très autobiographique et nous donne plein d'informations sur la communauté juive séfarade.
David Allouche, l'auteur, publie ici son premier roman. Il est économiste et conférencier en plus de son activité d'écrivain.
J'ai été très sensible à l'aspect "témoignage" de ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
voyagelivresque
  25 novembre 2018
Un joli coup de coeur pour le roman de David Allouche, la Kippa bleue, je ne suis pas juive , mais j'ai étudié un an d'hébreux à la faculté de lettres et je me suis passionnée pour la civilisation hébraique. .Alors j'avoue que le roman de David, m'a beaucoup plu, par sa véracité, sa sincérité, par son approche du judaisme. Un livre à l' écriture fluide, simple, lucide avec des pointes d'humour, un petit rien caustique et savoureux .
Il a tout pour plaire notre jeune Héros Sasha , il est jeune, il est beau, il a de grands yeux noirs , il plait aux femmes surtout à certaines femmes , il aime la vie, il est fougueux, impétueux, romantique  Il est vrai. Mais voilà Sasha Cohen est juif, avec des parents qui l'ont élevé dans la religion, école juive, profs juifs, gamins juifs et pas de mixité.
Le problème me direz-vous, n'est pas qu'il soit juif, mais c'est que le jeune homme ne croit plus en dieu et compte l'annoncer à son père le jour du Kippour. Deux jours pour faire un choix qui conditionnera sa vie personnelle et amoureuse, deux jours de liberté pour se libérer et être libre , deux jours pendant lesquels Sasha va déambuler dans Paris , en quête de réponses aux questions qui l'assaillent, en quête de lui-même. Une voix off trainant
Un beau roman touchant, émouvant, drôle, sensible qui pose des questions existentielles sorte d'itinéraire initiatique. Sasha renonce à sa foi, car il veut être lui-même, il veut être heureux et qui passe par une introspection, par un cheminement intérieur afin de parvenir à l'émancipation, une libération pour le bonheur . Et la présence de la jolie Carla , sorte de « muse » non juive va l'aider. Les femmes, il les aime et il ne se voit pas conditionner à épouser seulement une juive pour plaire à sa famille et ne pas déroger à la règle.
Son identité religieuse le fera t'il revenir dans « le vrai chemin » familial quitte à s'oublier lui-même . ou bien son vrai lui prendra t'il le dessus. La vérité qu'il découvrira suite à sa discussion avec son père bouleversera t'il ses positions ?
Un roman que je vous conseille pour sa fraicheur , son recul pour la religion et pour le piquant amoureux
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
elleaimelire
  12 février 2019
Merci aux éditions Eyrolles pour cette lecture.
Pour tout vous dire, si j'ai accepté de recevoir ce livre, c'est parce que la petite présentation de l'auteur sur le communiqué de presse a retenu mon attention. Je ne vais pas m'étendre, mais Telecom Paris Tech, cela me parle, même si ce n'est pas mon domaine. Et j'étais curieuse de lire le roman « développement personnel » d'un ingénieur en télécommunications. Parce qu'à l'inverse, le titre et la couverture n'avaient pas du tout attiré mon attention.
La kippa bleue ça parle de quoi ? D'un adolescent juif, Sasha, qui a pris la décision d'annoncer à son père qu'il ne croit plus en Dieu. Alors en vacances à Paris, Sasha réfléchit au fil de ses rencontres à ce qu'il va dire à son père, à la manière dont il va lui annoncer son choix. Ces deux jours sont l'occasion pour Sasha de vivre pleinement, sans contrainte jusqu'au moment du retour chez lui, le jour de Kippour. Moment où il ne sait pas comment réagira son père et ce que sera l'après de cette annonce.
"Moi, c'est le monde intérieur qui fait mon malheur. le monde extérieur, c'est mon salut. Dans le cocon familial, je meurs étouffé."
J'avais très peur du côté religieux de ce roman. Mais je me suis laissée séduire. le style de David Allouche est fluide, et surtout il ressort une grande sincérité de ses écrits. J'ai lu ce livre en moins de deux heures. Les pages se tournent vite, Sasha est intéressant dans ses réflexions, et très déterminé. On ressent vraiment le lourd de la religion et de la culture dans son éducation. Mais finalement, le récit s'attache plus à son séjour parisien, à ses amours avec une jeune femme qu'à l'annonce en elle-même. En effet, ce n'est que dans les dernières pages que Sasha rentre chez lui et affronte enfin son père.
"Je ne sais pas si l'autre monde est plus intéressant que le monde juif, mais c'est l'autre que je veux."
Ainsi, son cheminement intérieur prend toute la place dans le roman et c'est vraiment dommage. Surtout que le texte est court. J'aurais aimé que l'auteur prenne le temps de développer la conversation avec le père. L'échange est trop succinct, malgré la révélation d'un secret de famille. Mais finalement, celle-ci passe presque inaperçue puisque le livre est déjà terminé.
La kippa bleue est un bref roman, intéressant par la partie sur le cheminement intérieur de ce jeune homme qui ne croit plus en Dieu. Mais quel dommage que ce soit si court, et que la conversation avec le père n'ait pas pris plus de place et d'ampleur. Cela reste tout de même une bonne lecture, surprenante, malgré ce bémol.
Lien : https://ellemlireblog.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
cascasimir
  04 décembre 2018
L'auteur est économiste, ( non, ne sortez pas un gilet jaune!) car le roman est très drôle ! Je vous laisse le découvrir malgré le thème...
Hokhmah: la sagesse est un principe masculin, et Binah, le principe féminin, mais la jolie Carla n'est pas de confession juive. Va-t-elle permettre à Sasha de réfléchir au sujet de sa kippa bleue?

"Il suffit d'un instant pour que deux âmes se rencontrent."
A la synagogue, Sasha voit des "anges", les jeunes filles, au 1er étage... Carla est elle un ange? C'est une étudiante en psychologie qui va permettre à Sacha de voler de ses propres ailes.

Un roman d'amour qui permet de poser la question du communautarisme et du rejet par le père, quand un enfant veut s'affranchir de sa loi, de sa ...religion?

C'est le cheminement intérieur d'un jeune homme qui ne croit plus en Dieu, et les rapports père/fils, sur ce thème...
" Je ne sais pas si l'autre monde est plus intéressant que le monde juif, mais c'est l'autre que je veux ! "
Commenter  J’apprécie          130
Hippocampelephantocamelos
  12 mai 2019
 Sasha est un adolescent juif, bercé dans la religion. Mais voilà : il ne croit plus en Dieu. A l'approche des fêtes religieuses, il se met alors en tête d'annoncer à son père que la religion et lui, c'est fini. Ce qui l'intéresse du haut de ses dix-sept ans, c'est, d'une part, d'intégrer l'école d'art marseillaise qui lui a ouvert ses portes, et, d'autre part, les filles. Au détour d'un musée, il va rencontrer Carla – une jeune fille étudiante en philosophie, qui va l'aider dans sa construction du moi…
Ce récit s'apparente à un essai, où romance et philosophie – ici au sens premier, amour de la sagesse, viennent sous forme de synthèse, ponctuer une dialectique parfaite. La religion, sujet épineux, est ici abordée de manière très simple et intelligente, laissant le lecteur rejoindre la partie du débat qu'il choisit. Et même si j'ai eu cette impression, égoïste, qu'il avait été écrit pour moi (les études en philosophie, le lycée Thiers et son cours Julien me renvoyant à ma vie étudiante marseillaise où j'étudiais la philosophie des mathématiques, la destination finale d'Antibes, lieu que je ne connais que trop bien pour y avoir vécu plus vingt ans, les références à Montaigne, un de mes philosophes préférés, que je consulte régulièrement, et à Brad Mehldau, compagnon fidèle lors de mes voyages en voiture, et enfin, le clin d'oeil à une réplique de Cyrano…), c'est une certitude que vous vous retrouverez, vous aussi, dans ce texte… Et ce qui fait de ce roman une réussite, c'est… son panache !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
AelaAela   30 novembre 2018
La famille nucléaire, chez nous, cela n'a pas beaucoup de sens. Trop petite, la famille avec les parents et les enfants. Presque ridicule! La famille, il faut y ajouter tout le monde: les grands-parents, les oncles, les tantes, les cousins. C'est la smala! Le lien de parenté avec un autre membre de la famille est souvent flou, malgré le soin qu'on met à tout me détailler.
Commenter  J’apprécie          80
AelaAela   30 novembre 2018
Dans la classe des filles, le rabbin avait dit pendant le cours de religion: "Les femmes sont supérieures aux hommes mais dans une situation inférieure."
C'est une copine d'Elsa qui me l'a raconté. Comment ce rabbin a-t-il pu affirmer ça?
Il flatte l'ego des filles en leur disant qu'elles sont supérieures et les place dans de bonnes dispositions pour écouter la suite de la phrase...
Commenter  J’apprécie          30
muriel123muriel123   11 décembre 2018
Il suffit d'un instant pour que deux âmes se rencontrent. C'est ça qui crée la rencontre. Hasard ou destin ? Je n'ai pas encore décidé de quel côté je penche. (Page 66)

Dans la classe des filles, le rabbin avait dit pendant le cours de religion : "Les femmes sont supérieures aux hommes mais dans une situation inférieure." (page 83)

Dans la Bible, la relation père-fils, ce n'est pas un duo mais un trio. Une chaîne de la peur. Le fils craint le père qui craint Dieu. La Torah a prévu le même mode de relation entre le père et le fils qu'entre Dieu et le père. Copier-coller. (page 133)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AelaAela   30 novembre 2018
- Elle est comment ta famille?
- Séfarade. Ma famille vient d'Algérie. Je descends de tribus berbères juives du Touat et de nomades installés à la frontière tunisienne, dans la région de Constantine. Ma famille vivait au Maghreb avant l'arrivée des Arabes. Au XVIII ème siècle, mes arrrière-arrière-grands-parents sont devenus français. 1870. Décret Crémieux.
Commenter  J’apprécie          20
grasshopersgrasshopers   20 janvier 2019
Arrêtes de te battre contre toi même. Ton éducation est derrière toi aujourd'hui. Tu peux être critique si tu veux, mais les valeurs juives, tu les as déjà intégrées. elles vivent en toi et tu n'y peux rien Sash ! ton plus grand ennemi, c'est toi.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de David Allouche (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Allouche
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs
Entretien avec David Allouche à l'occasion de la rencontre entre l'auteur et les lecteurs de Babelio.com le 17 décembre 2018. Découvrez les mots choisis par l'auteur pour évoquer son roman "La Kippa bleue", paru aux éditions Eyrolles. Retrouvez toutes les critiques de ?La Kippa bleue? de David Allouche sur Babelio : https://www.babelio.com/livres/Allouche-La-kippa-bleue/1061780 Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : ?Babelio, le site : https://www.babelio.com/ ?Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio ?Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ ?Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : judaismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de David Allouche (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1282 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre

.. ..