AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782748526226
336 pages
Éditeur : Syros (14/03/2019)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 61 notes)
Résumé :
Un élève de terminale est retrouvé mort un dimanche à l'aube, pendu par les pieds à une branche de platane, au milieu de la cour de son lycée. 980 élèves suspects, sans compter le directeur, les profs et le reste du personnel, l'enquête s'annonce complexe. Pourquoi le meurtrier a-t-il pris le risque fou de cette mise en scène ? Y a-t-il un lien entre ce meurtre et le suicide d'une élève de seconde, victime d'un harcèlement brutal sur les réseaux sociaux quelques moi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
gouelan
  29 avril 2020
Cette enquête policière aborde le thème du harcèlement sur les réseaux sociaux, sensibilise à la violence insoutenable qu'il provoque chez les adolescents, et évoque le rôle des Sentinelles ; ces volontaires qui repèrent les plus vulnérables, encouragent les victimes à parler avant que les harceleurs ne fassent trop de dégâts.
L'enquête est fluide, rondement menée, elle campe bien les personnages, toutefois un peu clichés à mon goût. On se croirait un peu trop dans une série policière à la télévision. De l'action, un brin de romance, de l'amitié, l'équipe de la commissaire Clara Di Lazio nous embarque pour ne plus nous lâcher. J'aurais préféré entendre un peu plus la voix des adolescents, ça va trop vite. J'ai apprécié les poèmes "suspendus" entre les pages nous éclairant tout de même un peu sur le personnage de Gabriel, le beau gosse ténébreux.
Mais l'essentiel est ailleurs. Il faut faire passer le message.
Le harcèlement tue.
Commenter  J’apprécie          390
letilleul
  21 avril 2019
Ce roman traite de la question du harcèlement scolaire et de ses répercussions, le tout a travers une enquête policière menée par une commissaire et ses coéquipiers tous dévoués à leur chef. Des ressorts déjà utilisés en fictions et séries qui campent déjà la lecture dans des éléments connus.
Un élève d'un grand établissement scolaire est retrouve pendu dans la cour de son école. Clara di Lazio et son équipe sont chargés des investigations approfondies sur la scène du crime.
Clara di Lazio va vite découvrir la personnalité de cet élève qui ne faisait pas l'unanimité auprès de ses camarades de classe.
Cette intrigue parle du projet « Sentinelles » qui permet en France, de proposer à des élèves volontaires et formés de constituer un groupe capable de repérer les situations de harcèlement et d'agir en conséquence. La part d'ombre de chacun, les difficultés de la vie en groupe lorsqu'on sort du schéma classique, les relations familiales, amicales, tout est abordé avec subtilité et selon le point de vu culturel très actuel.
Très vite des liens sociaux peuvent être noués avec une fille : Garance, s'est suicidée quelques mois plus tôt et qu'elle était solarisée au même endroit. Est-il possible qu'il existe un lien entre ces deux actes ?
La commissaire suit son intelligence émotionnelle et creuse cette piste, qui va l'amener à débusquer des tabous et venir la questionner jusque d'en sa vie personnelle.
L'auteur a parfaitement intégré son sujet sur le harcèlement et l'utilisation des réseaux sociaux, au contexte général de son écrit. Loin d'être simpliste, l'enquête dégage plusieurs pistes, que la commissaire et ses collègues suivent dans la mesure de leurs possibilités puis vient le temps du débriefing où chacun a une place.
L'écriture est fluide, le rythme maintient le suspense et l'attention de lecture. Sylvie Allouche parvient une fois de plus à proposer un roman social qui mène à la réflexion par les fils du polar plutôt que les ressorts classique de l'identification. Nul doute que le message passe ainsi de manière plus perspicace auprès du public ados.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
ramettes
  26 novembre 2020
J'attendais avec impatience ce roman de Sylvie Allouche, J'avais adoré « Stabat Murder » car il avait un sujet assez particulier et le personnage de Clara du Lazio avait un passé émotionnel intéressant alors qu'elle joie de la retrouver dans une enquête.
La couverture et le titre sont un reflet de ce qu'on retrouve à l'intérieur, cela nous mets d'entrée dans l'ambiance.
Snap Killer est un roman qui est ancré dans notre époque. C'est un thriller jeunesse qui n'y va pas avec le dos de la cuillère. Les sujets développés touchent malheureusement notre jeunesse. Une fois de plus on voit comment les progrès de la science sont détournés pour faire du mal.
Sylvie Allouche joue avec les montées d'adrénaline. On voit les personnages aller crescendo vers le crash, on se demande comment elle va tenir le rythme jusqu'au bout du roman et « paf » on reçoit un ultime coup au coeur qui nous laisse pantelant. Puis on repart vers une autre suite de coups. Ce qui m'a plu cette impression qu'on part du bas vers le haut pour une chute dramatique et qu'ensuite on repart sur une dynamique inverse, d'un drame à une résolution.
C'est difficile de parler d'un thriller sans rien dévoiler. Sylvie Allouche joue avec les fausses pistes pour désorienter les lecteurs et maintenir leur attention, le passé de la commissaire vient aussi semer le trouble. J'avais trouvé le coupable mais comme elle joue avec l'inconcevable on se dit ce n'est pas possible. On ne veut pas que ça soit ça, comme dans « Stabat Murder ».
Ce que j'aime c'est qu'elle nous montre des ados un peu à part, dans « Stabat Murder » c'était des passionnés de musique, ici c'est la poésie qui fait qu'on se focalise sur un jeune un peu à part.
Ce roman nous montre des milieux sociaux pas trop défavorisés mais où la violence n'est pas pour autant absente. On va avoir une panoplie assez vaste de souffrances en tout genre. On voit comment on peut vite basculer du mauvais côté. Un petit rayon de soleil au milieu de toute noirceur les réactions des policiers dans certaines circonstances. J'espère que cela existe dans la vraie vie !
Sylvie Allouche ne lésine pas avec les rebondissements, je me demande si elle a fait un plan de l'histoire en ponctuant de chocs qui donnent le rythme.
L'amour, l'amitié, la jalousie, la haine, trahison tout est dans l'excès à l'adolescence et on le retrouve dans ce roman. Ne croyez pas qu'il n'y ait que de la souffrance et de la violence, il y a des belles histoires qui contrastent avec les drames. C'est ce côté chaud-froid qui donne encore plus de frissons.
La famille et les relations parents/enfants, frères/soeurs sont la clé de la confiance, de l'amour et de la protection… ou pas ! On est dans un milieu urbain. On est sur des relations sur deux générations, il n'y pas de grands parents pour permettre un autre type de dialogue, cela aussi contribue à la dynamique du drame. Il n'y a pas d'adulte tiers pour que par exemple pour que Garance puisse se soulager du fardeau qu'elle porte. Il y a bien Clara qui va jouer un peu se rôle de « désamorceur » avec sa nièce.
Parler des personnages dévoilerait trop les ressors de l'intrigue, cependant je tenais à dire que cette partie d'échec est rondement menée grâce aux déplacements des personnages et à leurs apparitions ou disparitions.
J'ai découvert « les sentinelles et les référents » que je ne connaissais pas. le harcèlement scolaire devient de plus en plus une priorité. Les profs reçoivent des formations plus régulièrement et c'est une bonne chose car ils sont assez démunis face à ce qui se passe actuellement. Et cela ne touche pas que les milieux urbains…
Vous l'aurez compris ce roman est coup de coeur et j'ai hâte de revoir la commissaire Clara di Lazio !
Ce nouveau roman n'est pas un simple thriller jeunesse, c'est un livre engagé qui parle de notre société. Je le conseille aux ados mais aussi aux adultes, car la fiction n'est malheureusement pas toujours loin de la réalité.
Lien : http://ramettes.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lireetsortir
  19 mars 2019
On peut tuer avec des mots.
Avant toute chose je voulais parler des « Sentinelles ». Parce que « ça doit se savoir ».
Ce sont des volontaires qui veillent les uns sur les autre en classe, à la récré, à la cantine, en sortie scolaire.
Ils repèrent les plus vulnérables, ceux qui servent de bouc émissaire ou de souffre-douleur, ou ceux qui se font racketter.
Ils font attention aux changements de comportement, remarquant quelqu'un qui tout d'un coup ne se mêle plus aux autres, devient triste, ne mange plus, ne rigole plus, s'extrait d'un groupe.
Snap Killer de Sylvie Allouche est un livre indispensable sur un thème important … Il sort demain en librairie.
Un élève de terminale est retrouvé mort un dimanche matin, bâillonné, pendu par les pieds à une branche en plein milieu de la cour du lycée.
Sur la scène de crime : une centaine d'ADN, des traces de pas, des poils de chats, de chiens…
Un lycée, un peu moins de 1 000 suspects potentiels qu'il va falloir interroger les uns après les autres.
La commissaire chargée de l'enquête, Clara di Lazio, en plus de devoir faire face à ses propres blessures profondes qui la hantent (son petit frère a disparu alors qu'il n'avait que 12 ans), affronte une des plus éprouvantes affaires de sa carrière.
D'autant que lorsqu'elle annonce au principal qu'un meurtre a eu lieu au sein de son établissement, sa première réponse n'est autre que « Encore! ».
Une élève s'est suicidée, il y a 6 mois, victime d'un harcèlement violent, d'un déferlement de haine ….
Un lien existe t-il entre ce meurtre et le suicide d'une élève de seconde ?
Au fur et à mesure que l'enquête avance, des langues se délient, des secrets se découvrent, des vérités éclatent au grand jour.
Tout n'est pas si rose, tout ne va pas si bien dans ce lycée… Les apparences sont bien trompeuses.
Clara est motivée, plus que jamais, à comprendre ce qui a bien pu se passer à l'intérieur de ce lycée.
Cette commissaire touchante va vous faire adorer ce livre, malgré le thème brutal et sérieux, et en compagnie de Clara di Lazio vous verrez la vie différemment.
On n'a pas envie de terminer le livre tant son histoire est touchante …. et les personnages attachants.
« Durant toute sa vie de flic, elle a côtoyé chaque jour la violence sous toutes ses formes, elle a enquêté sur des crimes tous plus horribles les uns que les autres, des enlèvements, des escroqueries, des braquages, mais elle se sent soudain démunie face à ce nouveau fléau qui touche tant de jeunes : le harcèlement via les réseaux, les téléphones portables.
Elle n'en mesurait pas l'ampleur.
- Comment en est-on arrivés là? A qui la faute, aux parents, aux profs ?
- A la société tout entière, je pense.

- Quelles valeurs on leur inculque aujourd'hui, à ces jeunes, hein? Démolir, c'est génial? Avilir, c'est cool? Blesser, c'est super top? Pousser au suicide c'est le summum du fun? Merde! »
Assez rare pour être souligné, l'écriture est géniale, bien aérée, fluide, aucune excuse pour ne pas le mettre entre les mains de vos enfants !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
argali
  17 mai 2019
J'avais déjà beaucoup aimé « Stabat Murder » c'est donc avec joie que je me suis plongée dans une nouvelle aventure du commissaire Clara di Lazio. J'ai tout autant aimé « Snap Killer ». Sylvie Allouche a le don de maintenir le suspens et de ménager son effet. Une fois entré dans ce roman sans temps mort, on ne peut plus s'arrêter.

Il n'est pas nécessaire d'avoir lu « Stabat murder » pour lire ce deuxième tome car les deux enquêtes n'ont aucun lien. Seule l'équipe du commissaire di Lazio est encore aux commandes. Très vite, on est happé par l'histoire qui met en scène des adolescents d'une quinzaine d'années. Un meurtre sordide commis dans un lycée, ce n'est pas simple. D'autant que les traces sont innombrables, les témoins inexistants et que le coupable pourrait être n'importe qui. L'enquête sera sensible et la commissaire devra user de toutes les ruses pour faire parler des étudiants récalcitrants et hâbleurs.
En même temps que cette enquête délicate, Clara doit faire face à des soucis familiaux dont elle se serait bien passée à ce moment.
Mettant en scène le dur monde des adolescents d'aujourd'hui, l'auteure nous parle d'intimidation, de cyberharcèlement, de manipulation et de rejet… Elle n'élude rien et parle cash à ses jeunes lecteurs donnant tour à tour la parole aux harceleurs et aux harcelés. le récit réaliste qu'elle nous propose permettra aux jeunes de s'identifier aux personnages. La personnalité explosive du commissaire, elle-même en proie à de vieux démons, la rend humaine et crédible tout en lui conférant une certaine légitimité.
Ce roman pour ados plaira aussi aux adultes par ce sujet brûlant d'actualité et traité avec tact. Un très bon récit à faire lire à tous les adolescents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (1)
Liberation   25 avril 2019
Un polar pour ados captivant, dans lequel une commissaire brut de décoffrage mène la danse.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   29 avril 2020
La nuit est belle, noire, sans étoiles, sans lune, à peine fraîche.
Un vent doux comme une caresse balaie le feuillage du chêne centenaire.
Tout est calme, ou presque.
Un léger craquement, régulier, obsédant, trouble le silence.
C'est la branche qui ploie un peu sous le poids.
Il voit le monde à l'envers, ou l'envers du monde.
Il se balance au gré de la brise.
Pendule qui rythme un temps désormais infini.

Premiers mots du roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
rkhettaouirkhettaoui   04 juillet 2019
- Madame Maurepas, votre fils est mort cette nuit.

Le père ferme les yeux, serre les mâchoires. La mère porte une main à sa bouche muette. L’impensable vient d’entrer dans leur vie.

– Luc, passe-moi ton téléphone.

Elle ne veut plus rien entendre. Juste la voix de son fils qui démentira l’annonce débile de cette commissaire et la rassurera. Il lui dira qu’il est désolé, qu’il est amoureux, qu’il n’a pas vu passer le temps. Qu’il voudrait vivre dans une maison au milieu des bois avec la plus belle fille du monde. Ou bien courir sur une plage au sable blanc, plonger dans les eaux profondes, plonger, plonger...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gouelangouelan   29 avril 2020
- L'enquête de voisinage hier a donné quoi ?
- Pas grand-chose, répond Gauthier. Match de foot. Égalité donc prolongations et tirs au but.Tous devant la télé, écran géant dans les bistrots, son poussé à fond, pas un rat dans les rues.

Si tous se mobilisaient avec autant d'ardeur pour éradiquer la connerie, le monde irait beaucoup mieux.
La commissaire garde ses pensées pour elle pour ne pas brusquer les accros au foot parmi ses hommes, sujet sensible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   06 juillet 2019
Durant toute sa vie de flic, elle a côtoyé chaque jour la violence sous toutes ses formes, elle a enquêté sur des crimes tous plus horribles les uns que les autres, des enlèvements, des escroqueries, des braquages, mais elle se sent soudain démunie face à ce nouveau fléau qui touche tant de jeunes : le harcèlement via les réseaux, les téléphones portables. Elle n’en mesurait pas l’ampleur.
Commenter  J’apprécie          20
gouelangouelan   29 avril 2020
- Nous avons retrouvé les quatre carnets chez elle, dans sa chambre. Elle a dû lire et relire les mots de son fils. Elle se les est peut-être même appropriés, ces mots d'amour. Qu'y a-t-il de plus fort que l'écriture pour nous rapprocher des êtres aimés ou perdus ?
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : cyber-harcèlementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

"Brothers" de Sylvie Allouche

Quel est le lien familial entre Ben et Bruno ?

Cousins
Jumeaux
Demi-frères
Père et fils

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Brothers de Sylvie AlloucheCréer un quiz sur ce livre

.. ..