AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Dollhouse : Le carrousel éternel (14)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Myrinna
  08 mai 2018
Lors de la foire du livre 2018, j'ai acheté le premier tome de la saga « le carrousel éternel » : Dollhouse… Je ne connaissais ni l'auteur ni la maison d'édition. Déjà, le visuel rend bien. D'un seul coup d'oeil, j'ai flashé dessus…Normalement, je lis rarement des livres Young Adult mais là, j'ai fait une exception. L'auteure nous propose une intrigue haletante qui donne envie d'enchaîner le second tome. de temps en temps, il faut s'octroyer des livres dont la seule vocation est de vous distraire…
Commenter  J’apprécie          140
Mosaik
  24 septembre 2017
Aïcha, Lacey, Cassie et Ethan se retrouvent en forêt pour un projet d'école. Suite à une dispute, Aïcha s'enfuit et devient introuvable. Les jours passent et la police soupçonne le petit ami Ethan d'être responsable de sa disparition. Quand des indices sont retrouvés chez lui, il sait qu'il n'a plus le choix. S'il veut éviter la prison, il doit découvrir ce qui est arrivé à Aïcha. La dernière fois qu'il a vu la jeune fille, c'était près du manoir lugubre caché en pleine forêt. Ethan, Cassy et Lacey décident d'y retourner et de passer les portes de cette horrible endroit dans le but d'innocenter Ethan et de retrouver la trace de leur amie. Mais rien ne va se passer comme prévu et la découverte qu'ils vont faire est à peine croyable. Ils se retrouvent dans une maison de poupée géante, sombre, humide, effrayante et il ne semble plus y avoir de sortie. Ils sont à présent piégés, voués à être les gentils jouets de Jessamine.

Nous plongeons dans ce roman jeunesse fantastique avec plaisir et frissons. Nous sommes loin de la jolie maison de poupée douillette et confortable. Il fait froid, la nourriture se fait rare et d'horrible clown et poupée monstrueuse dotés de vie surveillent leurs faits et gestes. Leur quotidien est un cauchemar qui n'a aucun sens. Peu importe la direction qu'ils prennent pour s'enfuir, ils reviennent inéluctablement au point de départ. Jessamine est la maîtresse des lieux et dicte sa loi, considérant tous les enfants présents comme ses jouets. La folie et la peur sont palpables. Les découvertes que font nos héros ne font qu'accentuer ce pressentiment que jamais ils ne sortiront d'ici vivants.
J'ai dévoré ce roman d'une traite. Parfait à lire pour halloween. Même s'il s'agit d'un roman jeunesse et que rien ne fasse réellement peur, l'ambiance malsaine, le lieu glauque suffit à nous accrocher et nous faire ressentir un certain malaise.

L'auteure australienne Anya Allyn signe là un roman jeunesse très réussit. La couverture de Dollhouse est magnifique comme souvent chez les éditions du chat noir, et représente l'histoire à merveille. Mina. M, est une illustratrice de talent que l'on peut découvrir par exemple dans les magnifiques illustrations de l'artbook "Willow Hall". Je recommande vraiment ce livre et j'ai hâte de découvrir la suite. 4 tomes sont annoncés par la maison d'édition.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
EstelleRokweel
  05 février 2018
Ne sachant pas vraiment par quel bout m'y prendre, je vais commencer par des généralités.
Le livre se lit très vite car un suspense est maintenu tout du long. Les chapitres sont plutôt courts, ce qui rythme bien l'histoire.
L'aventure est racontée à la première personne par Cassie. Les mots sont simples, le vocabulaire assez pauvre (excepté le mot "erratique" qui semble beaucoup plaire à la traductrice), sans fioritures, mais l'emploi systématique du passé simple et de l'imparfait dans la bouche d'une ado m'a perturbé.
Aucun ado, et très peu d'adultes, racontent une anecdote en employant ces temps. Cela faisait vraiment bizarre et perdait un peu en fluidité.
Les personnages principaux Cassie, Ethan, Lacey et Aisha ont un âge incertain. de part leur attitude j'ai longtemps imaginé des gamins de 12-13 ans, mais à l'évocation brève d'une scène de sexe, j'espère m'être trompée.

Concernant le récit lui-même, on ne peut s'empêcher de penser à ça de Stephen King. En effet, il y a une ambiance malsaine, une vieille demeure inquiétante, des enfants intrépides, une grotte, une ombre maléfique, des jouets très anciens, des carrousels, des articles de cirque, etc ... (J'ai failli abandonner ma lecture dès que j'ai constaté ces similitudes ...)

L'histoire reste floue pendant très longtemps. On est aussi paumé que les gamins. On se pose plein de questions. le cerveau travaille à toute vitesse pour tenter de comprendre le Comment, le pourquoi, et le Qui.
On ne s'ennuie pas vraiment en lisant ce livre, contrairement aux poupées et invités qui ont des journées particulièrement pénibles où les distractions se limitent à dormir, lire, danser et dessiner.
De nombreux ingrédients sont mélangés pour plonger le lecteur dans une "horreur" qui va crescendo. Il y a des passages secrets, de curieux adultes au comportement loufoque et effrayant, des cauchemars éveillé, une odeur putride d'humidité et de moisissure, des "poupées" dociles au maquillage outrancier, une Jessamine autoritaire aux origines suspectes, une curieuse horloge astronomique ...

Puis le surnaturel prend toute la place pour engloutir définitivement les personnages et les pauvres lecteurs apeurés que nous sommes devenus au fur et à mesure.
On manque d'air, on suffoque, on désespère, on panique, on tente de crier mais aucun son ne s'échappe.
La fin apporte de nombreux éclaircissements mais laisse en suspens pas mal de questions. Au moins une suite est annoncée dans les dernières lignes mais je ne la lirai pas. J'espère cependant qu'elle comblera toutes les attentes des fans de Cassie, qui je n'en doute pas, doivent être légion.

En conclusion, ce roman est une jolie découverte finalement assez originale, que je recommande aux adolescents qui aiment frissonner et résoudre des énigmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
FungiLumini
  12 octobre 2017
J'ai eu un énorme coup de coeur pour le roman Lake Ephemeral d'Anya Allyn et je n'ai donc pas hésité une seconde à commander le premier tome de sa quadrilogie Dollhouse. La couverture est magnifiquement illustrée par Mina M, et correspond parfaitement au récit, sombre et envoûtant.

Cassandra et ses amis Ethan, Aisha et Lacey font une excursion en montagne pour rédiger un devoir. Cassandra se dispute avec Aisha concernant Ethan (petit-ami d'Aisha) et cette dernière s'enfuit dans la forêt… et ne réapparaît jamais ! le trio décide de partir à sa recherche, en commençant par fouiller cet étrange manoir isolé tenu par Donovan, un être solitaire et bizarre. La maison cache bien plus dans ses sous-sols que ce qu'on pourrait imaginer. Lacey disparaît à son tour mystérieusement et, en la cherchant, le duo restant rencontre une étrange fille, Jessamine, qui semble diriger la maisonnée de trois autres filles d'une main de fer et qu'il vaut mieux ne pas contrarier au risque de ne pas avoir à manger ou pire…de se retrouver dans le coffre à jouets.

Je n'avais qu'une envie en commençant ce livre : découvrir la maison de poupées ! J'ai été un peu impatiente au début, car on met environ 70 pages à enfin y parvenir et ça m'a paru un peu long. On entre par un carrousel, mais celui-ci est capricieux et ne laisse plus notre trio sortir ! Commence alors une lente descente aux enfers pour nos héros : ils n'ont d'autre choix que de se plier aux règles absurdes de Jessamine s'ils veulent survivre et avoir une chance de s'en sortir : maquillage et vêtements de poupées obligatoires, nouveaux prénoms donnés liés à la mythologie, activités forcées de lecture ou de danse. Sans oublier qu'ils sont obligés de boire le « thé » très souvent : une drogue qui les emmène dans une profond sommeil. La notion de temps est très relative, car il n'y a plus de cycle jour/nuit et l'horloge fonctionne aléatoirement. On ne sait donc pas combien de temps passe lorsqu'ils sont sous terre.

L'univers proposé par l'auteure mélange le rêve et le cauchemar. Une poésie certaine rythme le livre, notamment au début de chaque chapitre, où on retrouve un petit poème lié à l'expérience vécue par un des personnages dans la maison, surmonté d'un magnifique tracé enchanteur. On voyage dans des endroits qui font rêver, mais toujours dans une ambiance de peur, de stress et parfois d'espoir de trouver enfin cette sortie qui semble inaccessible. Où est la réalité et où est l'illusion? Difficile de voir la différence ici bas.

On est dans un cadre assez malsain où une femme autoritaire, voire tyrannique, a le pouvoir sur toutes les autres et les force à faire des choses qu'elles ne veulent pas. J'ai vraiment eu du mal à supporter Jessamine, qui n'écoute rien de ce qu'on lui dit, qui pense toujours, très naïvement, avoir raison et qui maltraite « ces jouets » pour leur apprendre sa vision des bonnes manières, c'est-à-dire lui obéir aveuglément. Beaucoup de tensions, de trahisons et de révélations parsèment ce récit. Et la peur de l'obscurité se réveille en nous, quand on sait que des jouets effrayants vivants arpentent les couloirs et surveillent les moindres gestes des personnages… et ce ne sont pas les seules créatures qui rôdent ! Une ambiance oppressante, sombre, mais qui ne tombe jamais dans la violence extrême ou le bain de sang.

S'il y a beaucoup de personnages féminins dans ce livre, c'est cependant dans la façon d'agir d'Ethan que je me suis le plus reconnue. Les filles sont assez passives et subissent ce qui leur arrive, ce qui m'énervait un peu :p Ethan est le seul à réellement essayer de se rebeller et à désobéir à Jessamine. Cassandra le fait aussi, mais surtout pour Ethan, dont elle est amoureuse, ce qui n'est pas la meilleure des raisons, selon moi. Leur histoire d'amour ne m'a d'ailleurs pas vraiment transportée.

J'ai par contre été totalement sous le charme du personnage du « Bienfaiteur », figure de Dieu pour la maison de poupées, puisque c'est lui qui fournit la nourriture et qui répond aux besoins des filles, sans pour autant se montrer. le jour de la fête des fous, il apparaît pour la première fois. A sa vue, on ne peut que le trouver fascinant, mais dans son comportement, on sent le prédateur qui rode à la recherche d'une proie. Un personnage étrange qui m'a donné envie d'en découvrir plus sur son histoire.

Ce premier tome m'a semblé être une introduction à l'univers du Carrousel Éternel, car beaucoup de questions se posent, mais au final, très peu trouvent une véritable réponse ici. L'ouvrage s'arrête à un endroit totalement inattendu (et assez horrible je trouve xD) et j'ai très envie de savoir comment l'auteure va commencer son deuxième volet ! Avant ma lecture, quand j'ai vu qu'il y aurait quatre tomes, je me suis demandé où allait nous amener cette histoire tout en restant dans la maison de poupées. Il n'y a en fait pas d'inquiétudes à avoir, on découvre déjà beaucoup d'endroits dans ce tome tout en restant enfermé et j'ai hâte de voir ce que va nous réserver la suite !

Un premier tome plutôt introductif, qui pose beaucoup de questions, mais qui donne peu de réponses. Un univers fascinant, entre rêve, cauchemar et réalité, sombre à souhait. Une maison étrange qui cache bien des secrets. Des personnages qui donnent les ordres et d'autres qui subissent. Un premier volet qui m'a beaucoup intriguée et dont j'attends la suite avec impatience !
Lien : https://livraisonslitteraire..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
kadeline
  23 octobre 2018
Un groupe d'ados en forêt, une fille disparait voilà un début un peu banal qui m'a fait craindre le pire. Heureusement, très vite on est embarqué dans une histoire originale et avec des ramifications de plus en plus complexes. L'ambiance de ce récit est oppressante, étrange tout en réussissant à éviter les facilités.
Je suis retombée en enfance tant l'impression de lire un chair de poule nouvelle version et plus mature était grande.
Commenter  J’apprécie          20
Emilie_Milon
  11 août 2018
J'avais vraiment bien aimé Ephemeral Lake de cette autrice, traduit également aux Éditions du Chat Noir, du coup je n'ai pas hésité à la suivre dans cette autre série qui en plus me semble plus sombre.

J'ai donc retrouvé la plume d'Anya Allyn, immersive, entraînante et efficace. Difficile de savoir si les différences de style que j'ai senties (moins poétique, plus incisives) sont dues au changement de traducteur ou bien au fait que de base l'autrice a modifié son style pour cette nouvelle série. En tout cas c'est toujours un régal à suivre. A part quelques soucis de mises en page au début et le choix de ponctuation pour les dialogues un peu déroutant, l'intérieur est très soigné et agréable. La couverture de Mina M. est aussi magnifique et contribue activement à nous faire acheter ce roman !

Anya Allyn nous mène encore une fois bien en bateau avec cette histoire. Elle brouille les pistes, laisse le lecteur émettre ses hypothèses avant de révéler ses réponses. le quatrième de couverture ne laisse pas du tout imaginer ce qui se passe réellement dans cette fameuse maison. J'étais partie sur des trucs différents et j'ai donc été surprise de connaître le fin mot de l'histoire (enfin il y a encore plusieurs tomes mais nous avons déjà beaucoup de réponses).


Globalement, j'ai retrouvé des personnalités assez semblable à Ephemeral Lake. La plupart des ados sont gentils, et pas caricaturés, néanmoins cela me donne une impression d'inachevé, comme si l'autrice n'était pas allée au bout de son idée de personnalité. Je m'explique. On nous présente Cassandre au départ comme une nouvelle élève qui a quitté Miami où elle était une sacré fêtarde avec ses amies (Cordelia Chase, sors de ce corps XD). du coup on s'attend à un gros décalage entre ses anciennes amies dont elle nous parle et ses nouveaux amis australiens campagnards. Finalement il n'en est rien, le background construit sur sa vie à Miami ne sert à rien du tout, du moins dans ce tome là. Cela manquait de cohérence. de la même manière, on nous dit qu'Ethan cache une part d'ombre et de violence qui n'est pas vraiment exploitée non plus. A l'inverse Aïcha est très réaliste avec ses défauts et erreurs d'adolescente aussi agaçants que compréhensibles, pareil pour Lacey. Au final, cela nous donne des jeunes assez sympathiques mais sans de réels traits de personnalité originaux. Il n'y a que Jessamine qui sort du lot, même si on doit attendre longtemps avant de comprendre ses motivations.

Mais de manière générale ces aspects ne m'ont pas empêché de m'identifier à eux, de me projeter à leur côté et de ressentir leur détresse ou leur colère. En dépit de leurs personnalités, toute l'intrigue et leurs réactions sont bien pensés et menés de manière intelligente.

L'aspect claustrophobe et l'impuissance de nos héros à pouvoir s'échapper sont bien retranscrits. J'ai aimé l'ambiance sombre et glauque, même si on reste sur un ouvrage young adult. Comme pour Ephemeral Lake, malgré les horreurs et la dureté des événements qui touchent ces jeunes gens, j'ai ressenti cette pointe de mélancolie, de tristesse, de bienveillance à la base qui est détournée pour donner quelque chose de plus sombre. C'est vraiment cette ambiance très particulière qui pour moi caractérise cette autrice.

La fin est étonnante et audacieuse. Pleine d'espoir et en même temps très dure. Cela donne indubitablement envie de lire la suite ! Anya Allyn est une autrice à suivre qui propose des romans différents dans la sphère du young adult.
Lien : https://dryade-intersiderale..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
OmbreBones
  30 novembre 2017
Ce roman est sombre, oppressant, terrifiant, malsain, sans jamais tomber dans le gore ou les effusions de sang style massacre de masse qu'on détaille et qu'on expose en grandes pompes. On y retrouve l'aspect de pression psychologique exercée sur les personnages, le fantastique se distille par petites gouttes au point qu'on continue de douter de son existence, jusqu'à la toute fin du roman. L'intrigue se dévoile en même temps que l'univers, et nous attire, nous enveloppe, nous tient en haleine au point qu'on soit incapable de lâcher le livre. J'ai lu les deux tiers en une matinée, c'est dire !
Un coup de coeur ♥
Lien : https://ombrebones.wordpress..
Commenter  J’apprécie          20
Lizm78
  03 novembre 2017
Dollhouse est une très jolie découverte. Je l'ai trouvé par hasard et l'ai ajouté à mes livres à lire autour d'Halloween, ambiance frissons garantie.
C'est une histoire assez glauque, je ne me suis jamais sentie à l'aise en tournant les pages et pourtant, j'ai été incapable de fermer ce livre. le récit tire vers le surnaturel au bout d'un moment et c'est assez agréable de voir que l'univers du livre offre beaucoup plus de possibilités que la maison de poupées/caverne initiale.
J'aurais aimé que les personnages soient un peu plus travaillés mais au final, j'ai passé un très bon moment et la période à laquelle j'ai lu ce livre (octobre) était propice.
Je lirai probablement les tomes suivants :)
Commenter  J’apprécie          20
Elodie_furtherwest
  25 octobre 2017
Encore une lecture (jeunesse, mais sincèrement y a pas d'âge pour apprécier une lecture, non ?!) qui rentre à 100% dans le thème Halloween.
Un vieux manoir, des poupées, des disparitions, un clown, une forêt inquiétante,... bref je ne vais pas vous citer tout je vous laisse découvrir par vous-même.
J'ai apprécié cette lecture, la première moitié est passionnante. Vers le milieu du roman, j'ai eu un petit désintérêt, l'histoire un peu redondante a commencé à m'ennuyer. Puis très rapidement, de nouvelles infos arrivent, pour rendre la dernière partie vraiment intriguante !
Commenter  J’apprécie          10
Moonstone
  25 septembre 2017
J'ai adoré l'ambiance de ce roman, un peu moite et glauque. Certaines scènes sont juste géniales, comme lorsque les filles doivent se "déguiser" en poupées pour boire le thé. C'est assez dérangeant et bizarre. Très gothique, en fait. Et si le début fait plutôt penser à un thriller YA, on glisse petit à petit dans le fantastique. La fin est très surprenante, et certains éléments restent mystérieux, donc vivement la sortie du tome 2 !
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1056 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre