AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2375680294
Éditeur : Editions du chat noir (08/02/2017)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Sera, onze ans, a vécu toute son enfance dans un orphelinat. Mais sa vie prend un nouveau tournant lorsqu’elle découvre que sa mère biologique est bel et bien en vie et à sa recherche. Conduite à Lake Ephemeral, un domaine résidentiel isolé, pour l’y rencontrer, la jeune ado découvre une communauté en marge du monde. Là, les enfants sont libres de vivre pleinement jeux et aventures au quotidien dans ce paradis naturel.
Mais bien vite, d’étranges détails troub... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
xnewlo
  17 mai 2017
Tout d'abord, je tenais à remercier Babelio, ainsi que les éditions du Chat Noir, pour m'avoir permis de faire cette découverte littéraire assez atypique !
Les éditions du Chat Noir, c'est une maison qui me faisait de l'oeil depuis un moment via le site. J'en ai de plus rencontré quelques auteurs vedettes lors du dernier salon du livre à Paris. Les histoires sont originales, les couvertures magnifiques, tantôt étranges, morbides ou romantiques.
Quelle ne fût pas ma surprise lorsque quelques titres de la maison ont été présentés à la dernière masse critique ! Et je suis ravie d'en avoir remporté un, encore merci.
C'est d'abord la couverture extraordinaire, qui m'a attiré pour ma sélection de titres. Les couleurs vives et les papillons en relief n'enlèvent rien à l'étrangeté de l'ouvrage. Et puis, à la lecture du résumé, j'ai été conquise.
Sera, petite fille de 11 ans, a vécu la majorité de sa vie dans un orphelinat. Sauf qu'un jour, on lui annonce que sa mère n'est, en réalité, pas morte. Sera sera donc transférée à Lake Ephemeral, une vallée en Australie, où habite sa mère. Néanmoins, Sera va vite se rendre compte que les choses ne tournent pas rond. Pourquoi elle, et cinq autres enfants sont enfermés dans cette vallée ? Pourquoi il y a des plantes carnivores d'une taille monstrueuse dans le domaine ? Pourquoi tous les enfants ont une couleur d'yeux étrange ? Que renferme le labo du manoir abandonné du domaine ? Pour quel motif, des semaines après son arrivée, la jeune fille n'a toujours pas vu sa mère ? Sera, bien déterminée à découvrir la vérité va mener sa petite enquête.
Sera est une jeune fille assez perspicace, et déterminée à découvrir ce qui se passe vraiment à Lake Ephemeral. Elle sera aidé par Kite, un jeune garçon du même âge, au comportement étrange.
Onyx, Moonstone, Amethyst, et Garnet viennent compléter cette équipe.
Puis, nous avons des personnages secondaires, tels que la gentille Mme Fern, la gouvernante du domaine, ou les "Gardiens" qui veillent à la sécurité du domaine.
Je disais dans mon introduction: une découverte atypique. Pourquoi ? Eh bien, difficile de trouver un genre de littérature pour cet ouvrage. On y trouve de la fantasy, de la science-fiction, de la romance ou encore de l'aventure. Je dois admettre que pendant un tiers de l'ouvrage, je me suis demandé où l'auteur voulait en venir. Il y a avait déjà pas mal d'éléments, mais difficile d'imaginer une suite correcte. Contre toute attente, les deux derniers tiers de l'ouvrage ont été mes préférés. Peut-être est-ce en raison de l'évolution de l'âge des protagonistes ? Ou alors, parce que l'action est vraiment au rendez-vous, contrairement à la première partie introductive, qui fut assez longue ? En tous les cas, l'auteur a su donner un rythme grandissement tout le long du récit, pour mon plus grand plaisir.
Lake Ephemeral m'a fait pas mal pensé à "Miss Peregrine et les Enfants Particuliers". Oui, nous avons des enfants étranges, enfermés dans un lieu étrange, avec une intrigue étrange. Mais l'étrangeté est l'essence même de la trilogie de Ransom Riggs.
Toutefois, l'auteure donne un tournant unique à son récit, lorsqu'elle décide d'y inclure de la science-fiction. Et là, ça devient cruellement intéressant... Certains passages sont crus, durs, écoeurants, donc cet ouvrage n'est pas à mettre dans les mains des plus jeunes. Mais il peut convenir à partir de 13-14ans, pas moins.
Pour en revenir aux longueurs, je n'ai pas adhéré tout de suite à l'ouvrage. Je me demandais où j'allais, quel était le fil conducteur. Pourquoi tout ça ? Je commençais à sentir les prémisses de la déception, quand, soudain, l'auteur a décidé de faire un bon dans la temporalité de l'intrigue. Et là ! J'ai dévoré sans m'arrêter les deux derniers tiers de l'ouvrage. Une fois la dernière page tournée, je suis néanmoins restée un peu sur ma faim. Cela manquait un peu de réponses. Déçue d'avoir quitté Lake Ephemeral et ses jardins foisonnants aussi rapidement. On ne voudrait pas sortir de cette bulle, où plutôt, si, quand même...
En conclusion, je dirais que Lake Ephemeral est divisé en deux parties plutôt inégales. La première, très descriptive, peut paraître lente, et Sera parait bien trop mature du haut de ses 11 années. Mais accrochez-vous, rien n'est laissé au hasard, et Lake Ephemeral livrera la majorité de ses secrets dans la deuxième partie.
J'ai aimé les protagonistes dans leur étrangeté, j'ai adoré Lake Ephemeral. Et j'ai été surprise de découvrir une histoire aussi peu commune, qui ne ressemble pas à quelque chose que j'ai déjà pu lire (mis à part les grandes lignes de Miss Peregrine). J'ai l'espoir d'une suite un jour, ou d'un autre ouvrage de la part de cette auteure, qui ne m'a pas du tout laissé indifférente. Surprenante, et non-regrettable découverte ! Bonne lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
FungiLumini
  23 février 2017
6 jeunes, 1 lac…
Sous l'eau, trop de secrets…
Cette petite phrase sur la couverture m'a énormément intriguée et je n'ai pas pu résister à cette nouvelle sortie des éditions du Chat Noir. Je ne connaissais pas l'auteure mais le fait que Vincent Tassy (dont j'avais adoré la plume dans son roman Apostasie) soit le traducteur de ce texte m'a également poussée à l'acheter. L'illustration de couverture, réalisée par Miesis, est absolument sublime. de plus, les papillons sont en surbrillance, ce qui donne un effet de profondeur et de détail super sympa ! L'intérieur de l'ouvrage est tout aussi magnifique : les en-têtes de chapitre sont agrémentés de fleurs et de papillons élégants et les bas de page sont ornés de motifs floraux délicats. Un très bel objet-livre !
Sera se trouve depuis ses 5 ans dans un orphelinat. À quelques jours de ses 12 ans, elle apprend que sa mère est encore en vie et qu'elle la recherche depuis toutes ces années. Elle quitte la vie qu'elle connaissait et se rend en compagnie d'un « gardien » dans le domaine de Lake Ephemeral : un endroit paradisiaque, mais qui cache bien des secrets ! Sera apprend en arrivant que sa mère est malade et qu'elle ne peut pas la rencontrer. Elle découvre petit à petit les habitants de Lake Ephemeral et leurs habitudes. Elle n'a presque jamais école, passe son temps à jouer et à s'occuper des papillons de la serre. Mais au fur et à mesure que le temps passe, elle s'aperçoit que ce paradis n'en est peut-être pas un…
Il se passe énormément de choses dans ce livre et je ne peux qu'effleurer les différents aspects du récit pour ne pas vous en dire trop. Si je devais définir cette lecture, je dirais qu'elle est unique et « étrange« , dans le bon sens du terme évidemment. 😉 C'est un type de récit totalement inédit pour moi, qui m'a beaucoup plu et que j'ai dévoré en quelques h-jours à peine !
J'ai adoré le domaine de Lake Ephemeral ! Avec ses sept manoirs (dont un en ruine), ses endroits magnifiques à explorer, sa nature luxuriante, ses fêtes et surtout son lac qui se vide et se remplit au gré des saisons, ce lieu ressemble à un rêve. Cependant, la part sombre de ce songe est bien présente. Sera va rapidement se rendre compte que ce paradis est à double tranchant. Elle va notamment apprendre l'existence des fleurs-cercueils, des fleurs qui peuvent emprisonner un être vivant et le tuer quand elles ont atteint leur taille adulte. Au fur et à mesure que les secrets se dévoilent, l'histoire devient de plus en plus sombre, l'illusion du paradis s'évanouit et Lake Ephemeral montre son vrai visage. Si Sera essaie de s'enfuir de ce lieu, je n'avais personnellement qu'une seule envie : y rester plus longtemps pour l'explorer et percer tous ses mystères !
J'ai beaucoup aimé le personnage de Sera : une petite fille qui a du mal à trouver sa place et qui préfère rester seule plutôt que d'être mal accompagnée ! Elle pose beaucoup de questions, mais sait s'arrêter quand elle voit que ça ne mène nulle part. Elle a ses défauts, ses faiblesses, ce qui en fait une héroïne « réelle ». J'ai par contre détesté le personnage de Mrs Ashcroft, la mère d'Amethyst. C'est une personne méchante et égoïste. Dès qu'elle ouvre la bouche, c'est pour répandre son venin. Dès notre première rencontre avec ce personnage, on se rend compte de sa malveillance.
Si la nature montre sa face sombre, il en va de même pour les habitants de Lake Ephemeral. Six familles – chacune dotée d'un enfant unique – demeurent dans le domaine et vivent dans les six manoirs habitables. Chaque manoir est d'une couleur, étrangement associée à la couleur des yeux de l'enfant de la maison. Chaque enfant porte le nom d'une pierre précieuse ou semi-précieuse. Si au départ, tout le monde veut se montrer gentil et clairvoyant pour que la cohabitation dans la vallée se passe bien, des tensions vont raviver les blessures du passé et dévoiler le jeu de chacun. Cet ouvrage est classé dans la collection Chesire chez Chat Noir (qui est la collection Young Adult), mais je pense qu'il aurait aussi eu sa place dans la collection Griffe Sombre, de par son étrangeté, sa noirceur et les événements tragiques qui s'y déroulent.
Un élément important de ce récit est le mystère. Des secrets, Lake Ephemeral en contient des tas et nous allons les découvrir progressivement avec Seraphine. En fait, en commençant le livre, j'étais assez étonnée de la taille de l'ouvrage. On apprend déjà tellement de choses au début que je me suis dit : qu'est-ce qu'il y a encore à dire pendant autant de pages? Et bien en fait, il y en a des choses à découvrir et pas des moindres ! :p J'ai tendance à facilement deviner la trame narrative d'un récit, mais ici, l'auteure est parvenue à me tenir en haleine jusqu'à la fin, allant de mystères en surprises, et réussissant à me surprendre encore et encore avec les révélations qu'elle nous propose ! C'est une lecture dans laquelle il est difficile de faire une pause !
Une histoire originale, étrange et envoûtante. Un endroit paradisiaque qui cache de nombreux sombres secrets. Un récit plein de mystères qui nous tiennent en haleine jusqu'à la dernière page. Je recommande grandement cet ovni littéraire, qui a été un coup de coeur pour moi !
Lien : https://livraisonslitteraire..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Artelode
  22 août 2017
De pierres, de végétation et d'eau
"Sept manoirs, dans leurs domaines broussailleux, encerclaient Lake Ephemeral comme des sentinelles. Une enceinte de fer inclinée les entourait, tenant à distance tout spectateur un peu trop aventureux. Les branches luxuriantes s'élevaient vers des hauteurs vertigineuses en dessinant des formes fantastiques. Roseaux et scirpes poussaient en bataillons sur les bords du lac, dont la surface était parsemée de belles-de-jour.
Pendant la moitié de l'année, le lac n'était rien de plus qu'un parc en demi-cercle, au centre duquel trônaient deux statues d'enfants. Mais d'avril à septembre, les pluies noyaient le parc, le transformant en lac – et alors les statues disparaissaient sous les eaux, loin des regards. Ainsi le lac était-il éphémère, abreuvé à la fois par les pluies annuelles et une petite rivière souterraine."
Une chose est sûre, ces premières lignes du roman accrochent, plantent le décor et préfigurent la suite de l'histoire de façon magistrale. Bon, il faut dire que la simple évocation de manoirs me fait fondre… Ça me rappelle la littérature gothique que j'affectionne tant. Ajoutée à cela une nature quasi indomptable, mouvante, et je suis comblée… de plus, ces mots, soigneusement choisis, semblent s'adresser à nous – lecteurs. Serions-nous ces spectateurs un peu trop aventureux, osant ouvrir le livre et ainsi perturber le calme et la tranquillité apparente du domaine de Lake Ephemeral ? Serait-ce une mise en garde ? C'est en tout cas l'impression que j'ai eue tout au long du roman. Celui-ci nous happe, chapitre après chapitre, et nous transforme en témoins impuissants d'une affaire effroyable. Impossible de faire machine arrière, lecture oblige.
Au début du roman, nous découvrons Sera – une jeune fille au caractère bien trempé. Celle-ci apprend l'existence de sa mère, quitte son orphelinat de Newberry et la bienveillante Mrs Dunn, est conduite à Lake Ephemeral – là où sa mère l'attend. À son arrivée, on lui annonce qu'elle n'ira pas à l'école ou à l'université en ville, qu'elle ne sortira pas du domaine puisque tout est fourni sur place. Elle qui rêve de devenir entomologiste… de plus, elle ne rencontrera pas sa mère – pas tout de suite – car celle-ci est malade. Pour couronner le tout, d‘étranges paroles intriguent, puis inquiètent et oppressent. Sans compter la tragédie qui surviendra peu de temps après…
Sera a déjà vécu là… La volière aux papillons – elle l'apprendra très vite de la bouche de Mr Wimberley, jardinier du domaine et tuteur de l'un des enfants – était même son endroit préféré… Comment est-ce possible ? Elle n'a conservé aucun souvenir de son passage à Lake Ephemeral. Pourquoi l'aurait-elle quitté d'ailleurs, seule et si jeune ? Pour le découvrir, elle devra s'affranchir des règles, passer outre les recommandations des uns et des autres et voler de ses propres ailes. Il lui faudra braver l'espace et le temps pour saisir l'histoire et l'ambivalence de cet étrange lieu et de la petite communauté.
L'imagination et l'inventivité d'Anya Allyn sont étonnantes. La symétrie parfaite dans la disposition des manoirs aux noms de couleur, les fleurs-cercueils et les Papillons d'Éternité, la serre, la chambre de verre, et bien d'autres trouvailles dont je ne dévoilerai ni la fonction ni leur place dans l'intrigue, en font un univers tout simplement fascinant. Il faut également reconnaître que la plume de Vincent Tassy y est pour beaucoup dans le mystère et la poésie contenus dans le texte. La magie et la beauté des lieux, l'inquiétante étrangeté (merci Freud !) des personnages et des situations sont joliment mises en mots.
La magnifique couverture réalisée par Miesis, que j'ai observée (contemplée plutôt…) un nombre incalculable de fois au cours de ma lecture, invite à un va-et-vient entre le texte et l'illustration. Les couleurs quasi surnaturelles, la jeune fille à la robe de velours vert, aux cheveux blonds – presque translucides – endormie dans une barque, le tissu en velours bordeaux, les papillons aux couleurs éclatantes – en surimpression, attirent l'oeil de façon irrésistible. En position foetale, on a l'impression qu'elle se trouve dans un berceau. Ou bien peut-être dans un cercueil… Sa cheville semble prisonnière d'une étrange plante, non ? La vérité se trouve peut-être pas entre les deux… au bout du compte.
Le lac et le non-lac ou la dualité des êtres
"Il ressemble peut-être au jardin d'Éden, mais sous la surface, la pomme pourrit."
Dans cette communauté, les uns viennent d'Angleterre ou d'Irlande, les autres des États-Unis, de Chine ou d'Afrique du Sud. La seule explication que Sera obtiendra de la raison de leur présence à Lake Ephemeral viendra de l'institutrice du domaine et mère d'Amethyst : « […] il est des lieux qui nous appellent. Et quand tu y arrives enfin, tu sais que tu es chez toi. » S'agirait-il d'une secte ? Les adultes ont des réactions surprenantes, un discours un peu trop lissé… Quelle forme de folie les anime ? Sera a l'impression de voir les mystérieuses statues la suivre du regard…
Lorsque, deux semaines après son arrivée, survient la tragédie – l'horreur, la jeune fille n'a qu'une envie : fuir car ne se sent pas à sa place. Mais pas avant d'avoir vu sa mère que l'on dit malade, pas avant d'avoir compris ce qui se cache derrière les visages des protagonistes, derrière la perfection du cadre. Étonnant pour une jeune fille de onze ans…
Parce que les héros sont (surtout) des enfants, on pourrait s'en agacer, prétendre même que l'on ne parviendra jamais à s'identifier à l'un d'eux. Or il n'en est rien. Au contraire, le roman prend tout son sens grâce à ce choix. Ils doivent être des enfants. Il ne peut pas en être autrement. Vous comprendrez bientôt, à la lecture du livre. Et puis, les enfants grandissent, non ?…
Au moment où l'impensable vérité éclate, les certitudes que nous nous sommes forgées en tant que lecteur s'envolent, balayées par d'incroyables révélations. de nouvelles hypothèses et interprétations s'offrent à nous, et l'on doit faire face à nos préjugés, nos sentiments ambivalents, gérer la suite de la lecture en redéfinissant complètement les contours de l'intrigue. Intrigue qui prend alors une tout autre dimension. Les personnages apparaissent enfin sous leur vrai jour, mais pas celui que l'on avait imaginé.
Pour affiner et parfaire la dualité des personnages, Anya Allyn allie plusieurs genres – science-fiction, fantastique et fantasy, avec une dimension horrifique qui interroge les rapports entre monstruosité et humanité. de l'émerveillement esthétique, nous passons à l'effroi moral et de l'effroi moral, nous passons à l'émerveillement esthétique. Est-ce la réalité qui vacille ou bien la science qui nous rattrape ?
Un COUP DE COEUR, donc, pour ce roman déroutant, à la fois sombre et lumineux, hypnotique à la manière du domaine de Lake Ephemeral. Peut-on encore parler de genres lorsqu'on est en présence d'un texte à l'hybridité étonnante ? Une superbe découverte !
Lien : http://lecalepindunelectrice..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Walkyrie29
  18 mai 2017
Avec une couverture aussi belle, difficile de passer à côté de ce titre. Miesis a fait un travail d'orfèvre, on ressent toute la sensibilité et la magie du roman mais aussi tout ce qu'il peut contenir : papillons multicolores, plantes luxuriantes, lac éphémère et une jolie petite blonde… Mais il y a surtout bien plus ! Ce qu'il y a de bien dans ce titre, c'est toute la féerie et la magie qu'elle inspire, du moins dans sa première partie, il y a vraiment quelque chose de différent, de beau, d'exclusif mais aussi un côté effrayant, anormal, inquiétant. Ce roman, c'est une très belle lecture en perspective !
Alors que Sera vit depuis l'âge de 5 ans dans un orphelinat, n'ayant jamais trouvé une famille adoptive et ayant été souvent exclue à cause de son regard froid et peu rassurant, la responsable de l'établissement reçoit une lettre de la mère de Sera qui souhaite venir la chercher. Quelques jours plus tard, un homme se présente à l'orphelinat et accompagne Sera à Lake Ephemeral retrouver sa mère, un domaine perdu au fond d'une vallée australienne avec en son centre un lac magnifique. de prime abord, le lieu est magique : une flore luxuriante, des rivières aux cascades rafraîchissantes, des papillons magnifiques, d'autres enfants du même âge pour jouer et une liberté de mouvement incroyable. Mais, que signifie cette clôture qui ferme la vallée ? Pourquoi lui interdit-on de voir sa mère ? Pourquoi les enfants ne connaissent pas le monde extérieur et pourquoi leur éducation se cantonne à la lecture de contes de fée ? Enfin, plus dangereuses et voraces, d'où viennent ces gigantesques plantes carnivores qui peuvent vous menacer à chaque pas ?
Lake Ephemeral est un endroit qui semble magique, un endroit rêvé pour de jeunes enfants en quête de liberté, un vrai terrain de jeu grandeur nature, il y a beaucoup de poésie dans la façon qu'à l'auteure de décrire cet endroit. C'est lumineux, verdoyant, coloré, le bruit se résume aux cours d'eau mouvants, et de nombreux papillons colorées viennent vous tourner autour comme de légers flocons. Il y a vraiment un côté féerique presque fantasy, tant l'endroit est isolé, différent, à part du monde qui l'entoure, les habitants ne quittent jamais cet endroit qu'ils décrivent comme suffisants et merveilleux à leurs enfants. Des enfants qui trop occupés à s'amuser et à croire ce qu'on leur dit ne cherchent pas à en savoir plus. Et puis, l'arrivée de Sera va changer les choses et engendrer des conséquences inévitables, la jeune fille ayant une soif de vérité est bien décidée à la connaître.
Sera est une petite fille de 11 ans, élevée dans un orphelinat et qui traîne une réputation de dure à cuire, le genre d'enfant à se battre et à vous regarder de travers, surtout que son regard est loin d'être anodin… Quand elle se retrouve à Lake Ephemeral, elle se pose beaucoup de questions, ne comprend pas qu'on ne la laisse pas voir sa mère, se demande pourquoi ce septième manoir est interdit d'accès et surtout pourquoi les enfants ne peuvent aller au delà de la vallée. Ce personnage a quelque de fort et de sensible à la fois, un passé marquant, une forte tête qui va venir bousculer les certitudes des autres enfants. du caractère, elle en a ! Et de l'intelligence aussi. Elle va toutefois s'adoucir avec le temps.
De nombreux personnages vont graviter autour d'elle, des enfants d'abord, Malachite, le casse cou orphelin, le jeune garçon va vite être intrigué par cette nouvelle venue et va l'aider dans son enquête, Améthyst, une vraie peste, Onyx, discret et indépendant, Moonstone, vive et un peu influençable et Garnet. Ils présentent tous une particularité, quelque chose d'étrange, dans lequel Sera se reconnaît et se sent ainsi moins seule. du côté des adultes, il y a Miss Fern, la gouvernante maternelle, Mr Wimberley, le jardinier énigmatique et paternaliste, l'inquiétant M. Prestwich ou encore l'infecte Mrs Ashcroft. Une ribambelle de personnages très individualisés bien qu'un brin stéréotypés, on s'attache évidemment bien plus aux enfants et aux adultes compatissants qu'aux autres mais tous ces mystères qui les réunit et les entoure les rendent indispensables.
L'auteure va vous embarquer dans une histoire sciento-botanique où il est question d'horticulture, d'anatomie et de génétique, et l'héroïne va se lancer dans la quête de réponses pour comprendre ce qui se passe réellement à Lake Ephemeral. Si la première partie du roman est très poétique, féérique voire même onirique et aussi un peu angoissante, l'histoire prend un virage important et surprenant ensuite, qui va vous transporter dans quelque de chose de différent, plus « réaliste », plus dérangeant aussi, une sorte de thriller scientifique à la sauce SF qui pour le coup va vraiment nous faire voyager au sens propre comme au sens figuré…
Du côté visuel, on ne reviendra pas sur la couverture, elle est sublime, l'ouvrage est agrémenté à chaque pied de page de magnifiques arabesques florales, tout comme les débuts de chapitre le sont d'arabesques faunistiques, ne parlons pas des pages de transition de chaque partie du roman, c'est soigné et très joli, un petit plus que les éditions du Chat Noir ont eu bien raison d'ajouter.
En bref, un roman qui cache de nombreux secrets et qui surprend par les réponses, l'auteure a plusieurs reprises vous amène toujours là où vous ne vous attendez pas. Il y a beaucoup de poésie dans cet oeuvre à l'image de sa sublime couverture. Un petit chef d'oeuvre qui loin de raconter une histoire simple propose énormément de profondeur alliant science fiction, recherche scientifique et botanique. Ce n'est pas très étonnant qu'il est conquis l'équipe du Chat Noir !
Lien : https://songesdunewalkyrie.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
elynias
  30 mai 2017
Lake ephemeral est une histoire unique. Sera vit dans un orphelinat et apprend, à l'âge de 12 ans, que sa mère la recherche. Elle quitte son petit monde pour venir vivre dans le domaine de Lake ephemeral, un endroit paisible entouré de sept manoirs, fermé à la technologie, où vivent plusieurs familles avec des enfants du même âge. Au fur et à mesure, Sera découvre que cet endroit bien que paradisiaque recèle des secrets ainsi qu'une part sombre..
Comme pour tous les ouvrages des Editions du Chat Noir, la couverture est magnifique. Je suis toujours très attirée par leurs ouvrages pour cette raison. le livre en lui-même est un petit bijou. Des motifs floraux ainsi que des papillons agrémentent l'intérieur du livre et rendent la lecture d'autant plus agréable.
Tout dans ce livre est original. Je n'avais encore jamais été confrontée à ce genre d'histoire. On prend plaisir à parcourir le domaine, son lac qui disparaît et qui revient au fil des saisons, la nature, ses fleurs, sans oublier les papillons. L'écriture de l'auteur permet de bien visualiser l'histoire. Lorsque j'ai commencé Lake Ephemeral, j'ai eu un peur sur le style enfantin qui s'est vite atténué pour laisser place à un côté plus sombre. Les secrets se dévoilent petit à petit, on découvre des événements tragiques et l'endroit qui paraissait si idyllique se révèle être beaucoup plus étrange et mystérieux. Six famille comprenant un enfant unique résident dans le domaine, une par manoir. Certains personnages sont détestables et on s'attache à d'autres comme c'est le cas pour Séraphine et Kite. On découvre une multitude de choses tout au long de l'histoire mais sans jamais en deviner les aboutissants. L'auteur est parvenue à maintenir l'effet de surprise.
Je remercie Babelio et les Editions du Chat Noir de m'avoir permis de découvrir ce roman insolite.
 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
FungiLuminiFungiLumini   23 février 2017
– Les fleurs-cercueils?
– Ces fleurs qu’il mettait en pièces. Tout le monde les appelle les fleurs-cercueils, ou parfois juste cercueils.
– Jamais je n’ai entendu parler de fleurs qui mangent les gens. Je veux dire… les gens sont plutôt grands, quand même.
Il remua pour se remettre en position assise.
– Eh bien voilà, c’est fait.
– Est-ce qu’elles ont déjà mangé quelqu’un?
Leur apparence effrayante ne suffisait pas à faire taire la curiosité mêlée de fascination que je ressentais.
Sa mâchoire parut se resserrer, comme si j’avais demandé quelque chose que je n’aurais pas dû.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
limaginariumlimaginarium   21 février 2017
Tu sais, poursuivit Mrs [XX] sur le ton de la confidence, ce n'est pas ta faute si tu es comme tu es. Il y a des gens qui sont comme dans une bulle dorée, et qui apportent de la joie à tout le monde. Les autres vivent dans l'ombre, et n'ont pas la moindre lumière à offrir à autrui. Vois-tu, Seraphine, ce soir, c'est ta soirée. Tu es de retour parmi nous, et tu es la belle du bal. Mais personne ne s'intéresse à toi tant que ça. C'est terrible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JennDidiJennDidi   24 février 2017
Je ne me sentais plus seule, parce que j’étais comme eux. Parce qu’ici, je pourrais être libre.
Mais Lake Ephemeral n’était pas un paradis.
Il y poussait des fleurs carnivores plus grandes qu’un homme – les gens les nommaient fleurs-cercueils. Cela me déconcertait, que l’on puisse souhaiter à ce point vivre en un lieu où de telles plantes s’épanouissaient. Pire, j’allais bientôt découvrir que ces gens cultivaient les fleurs-cercueils.
Ils avaient choisi de vivre, année après année, dans ce paradis mortel.
Et aucun d’eux, jamais plus, n’avait fait un pas de l’autre côté de l’enceinte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FungiLuminiFungiLumini   23 février 2017
Alors que je me glissais hors de la voiture, j’eus un cri de surprise en découvrant ce qui s’étendait en-dessous de moi. Sept manoirs encerclaient un lac bleu cristal – trois de chaque côté du lac et l’un à sa plus lointaine extrémité. Je n’avais pas encore pris conscience du fait qu’il y aurait d’autres personnes que ma mère à Lake Ephemeral.
Commenter  J’apprécie          00
limaginariumlimaginarium   21 février 2017
Lake Ephemeral vous faisait croire que vous étiez un papillon.
Vous ne voyiez pas le filet dans lequel vous étiez pris.
Jusqu'à ce que vous essayiez de vous enfuir.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : botaniqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
975 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre
. .