AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782907888714
157 pages
Sepia (01/01/1995)
3.88/5   4 notes
Résumé :
À la mort de M. Napumoceno da Silva Araújo, illustre négociant de Mindelo, l'ouverture de son testament se révèle riche en surprises. Plus qu'un testament, ce sont 387 pages de mémoires, qui révèlent la face cachée du défunt : les coulisses de sa réussite, les péripéties de sa vie dissolue, l'existence de sa fille cachée, et sa haine pour son neveu Carlos qu'il prive de l'héritage attendu.
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique

Germano Almeida est sûrement l'écrivain cap-verdien contemporain le plus important. Ce livre est à ce jour le seul traduit en français.

Alors que l'île de Sao Vicente restait vierge de malade déclaré du Machin19, en mars 2020, on a pensé tenir son patient zéro, en la personne de son plus célèbre écrivain, revenu à Mindelo avec une bonne grippe du Portugal… Vous imaginez combien on a pu en parler, jusqu'à son test négatif quelques jours plus tard… Voilà pour l'anecdote.

Ce roman construit autour de l'ouverture du testament de monsieur Araùjo, dit en style indirect libre et non-linéaire, entremêle les souvenirs et témoignages de ses intimes à sa fille illégitime, légataire testamentaire, bien que non-reconnue, et apprenant, par la même, sa filiation.

En transparence, c'est une étude de moeurs ultra-réaliste de la société mindelese. D'une plume fortement humaniste, l'auteur interroge sans complaisance, ni moralisme pressé, les contradictions des uns face aux regards des autres. le style est plutôt dépouillé, loin du doux lyrisme de Gonçalves, ou des facéties de Manuel Lopes (parmi ses aïeux littéraires de l'époque Claridade). Il claque comme une réaction à cette société de non-dits et de commérages, alors que l'on découvre la personnalité complexe du défunt, où d'habiles doutes demeurent.

Une fois de plus, je ne saurais évaluer correctement la valeur d'un tel livre pour le béotien continental, une bonne part reposant sur son acuité à décrire ces vérités souvent enfermées, sources de souffrances permises par l'orgueil, et certaines normes hypocrites, typiques de cette société.

Un livre fort… un pays merveilleux… j'y retourne bientôt…

Commenter  J’apprécie          362

Monsieur Napomuceno da Silva Araujo n'était pas n'importe qui : plus important homme d'affaires du Cap Vert il meurt sans enfant. L'ouverture de son testament ne laisse personne indifférent, et surtout pas son dévoué neveu Carlos. Quelle n'est pas la surprise de tous lorsque le testament se trouve être un document de 387 pages dans lesquelles l'illustre notable cap-verdien livre le récit de sa vie. L'homme si discret se révèle alors un cachotier. Que de révélations sur sa vie et sa réussite.

L'auteur a la bonne idée de nous livrer ce récit à la troisième personne plutôt que de nous donner à lire le testament lui-même. Ce faisant il transmet toute l'ironie et l'amusement de son prétendu auteur. Et surtout nous livre sa vision de son île, de sa société, de ses moeurs.

Le style semble parfois décousu, comme une écriture automatique, passant parfois d'une idée à une autre sans qu'il y ait de lien évident. On imagine alors la jouissance de M. Napumoceno à livrer ses petits secrets sur la façon dont il a mené ses affaires mais aussi ses grands secrets sur sa vie sentimentale dont le moindre n'est pas moins qu'une fille cachée. On sent aussi sa délectation à faire état de la détestation qu'il ressent vis-à-vis de son neveu Carlos auquel il ne léguera rien.

Il y a beaucoup d'humour et de malice dans ce court roman, mais aussi un brin de nostalgie et de tristesse.

Merci Cronos pour l'échange de livre qui a permis cette découverte et ce joli moment de lecture.

Commenter  J’apprécie          200

J'ai beaucoup aimé ce court roman au ton quelque peu espiègle. Il nous plonge dans la vie de monsieur Napumoceno da Silva Araújo, citoyen du Cap-Vert de façon originale puisque c'est par le biais de son testament (attention la narration est indirecte, ce n'est pas la lecture même du docupent, mais ce qu'on en rapporte).

Ce vieux monsieur a en effet décidé de raconter sa vie dans ce testament (en plus de ses dernières volontés). le ton est donc donné dès le départ. Imaginez-vous chez le notaire pour la lecture d'un document de 384 pages !

Nous y découvrons les joies et les peines d'un homme qui est parti de rien et s'est enrichi presque par chance finalement. Cet homme du monde cachait bien son jeu puisqu'il a connu plusieurs femmes et a eu une fille cachée. À travers la vie de ce monsieur aux moults intérêts et aux habitudes parfois atypiques, nous en apprenons également un peu sur la société et les moeurs de l'époque.

J'ai grandement apprécié l'écriture de Germano Almeida, contenant un brin de facétie et très vivante ! La lecture était agréable et certains passages m'ont fait sourire.

Je suis ravie d'avoir découvert cet auteur talentueux et lirai avec plaisir un autre de ses romans !

Commenter  J’apprécie          60

Le testament de ce brave Monsieur se révèle être plus proche d'une autobiographie qu'un bref acte chez le notaire. le roman commence ainsi, et c'est tout bête mais cela m'a fait sourire, cet homme encore mystérieux qui lègue avant tout un texte plus que des biens. Au fur est à mesure de la lecture, on découvre qui est ce monsieur Napumoceno da Silva Araujo, brave commerçant de Mindelo, au Cap-Vert. Il cachait bien son jeu, mais après tout son intimité reste privée.

J'ai aimé le style indirect de l'auteur, cela m'a permis de me projeter dans le récit, plus que s'il avait utilisé le « je » d'un homme déjà décédé. C'est très oral comme style, comme si l'histoire nous était contée par un proche, j'adore. Il y a de l'humour dans ce roman, même si ce n'est pas le thème principal, mais Germano Almeida s'amuse avec les apparences, le sérieux de la vertu de ce monsieur et ce qu'il était vraiment, ça m'a beaucoup plu et j'ai trouvé le roman original.

En bref, une très bonne découverte, je suis très content de faire ce tour du monde littéraire pour découvrir des petites pépites comme ce roman. le rythme est bon, l'intrigue démarre de suite et les personnages sont très bons.

Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (2) Ajouter une citation

Seul un déséquilibré mental pourrait imaginer qu’il eût honte d’une telle accusation car il ne lui était jamais venu à l’idée que la contrebande était un délit. Au contraire, il estimait que le recouvrement des taxes douanières n’était rien d’autre qu’une extorsion déguisée, l’Etat mettant la main dans la poche de tout un chacun sans offrir en échange une seule contrepartie intéressante. Il préférait donc personnellement répartir cette fraction fiscale avec d’autres gens et dans des proportions moins exigeantes que celles de l’État.

Commenter  J’apprécie          00

La lecture du testament scellé de M. Napumoceno da Silva Araujo prit un après-midi entier. En arrivant à la 150e page, le notaire avoua qu'il se sentait fatigué et il s'interrompit pour demander qu'on lui apportât un verre d'eau.

Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : cap-vertVoir plus

Autres livres de Germano Almeida (1) Voir plus