AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707344265
Éditeur : Editions de Minuit (04/01/2018)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 137 notes)
Résumé :
Jean, mon frère, venait d’acheter un voilier et m’invitait à passer quelques jours en mer. Je n’étais pas certain que ce soit une bonne idée que nous partions en vacances ensemble.
Quand je dis "nous", je ne pensais pas à Jean.
Je pensais à Jeanne.
À Jeanne et moi.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
carre
  04 février 2015
Merci aux Editions de minuit et à Babelio pour cette masse critique.
Pierre le narrateur accompagnée par sa nouvelle compagne Lone, retrouve Jean et Jeanne. Jean est son frère, Jeanne sa belle soeur et ex petite amie. Pas sur que ces vacances soient la meilleure idée.
Une petite ballade en bateau, un soleil italien harassant, un bain de minuit qui confirme que l'histoire d'amour entre Pierre et Jeanne n'est pas totalement terminée. Une tension érotique souffle sur cette virée maritime. Dommage que Vincent Almendros n'approfondit pas la relation entre les frères et celle entre Pierre et Jeanne.
C'est pas désagréable à lire mais pour ma part l'émotion semble être restée au port. Une petite parenthèse ensoleillée indolente même si la fin est originale.
Commenter  J’apprécie          620
Zakuro
  07 février 2015
Sous un soleil caniculaire de juin, un voilier au nom sibyllin"Reviens", longe la baie de Capri. Cela pourrait ressembler à une carte postale de vacances idéales.
En apparence seulement. Car la chaleur suffocante alourdit non seulement l'air mais pèse aussi sur l'attitude des quatre occupants du bâteau.
A l'étroit dans le voilier, deux frères et leurs compagnes se retrouvent, se défient, se jaugent et se séduisent dans un jeu dangereux où la tension est palpable à chaque instant.
Loin de la terre ferme et rassurante, les sourires se font grimaces, l'affection se mue en une animosité à peine déguisée. Mais la chaleur allume aussi des feux et embrase les corps et les gestes dans un ballet d'ardentes tentations et de retrouvailles sensuelles " Je sentais sous mes doigts le contact de ses grains de beauté. Je m'y réhabituai, lentement, comme un aveugle lit le braille".
Le narrateur se sent menacé, pourtant il se tient un peu maladroit comme s'il était à l'extérieur. Un seul élément l'apaise et le rassure, la présence de l'eau. Lui, l'homme presque invisible qui n'aime entendre ni son prénom ni regarder son reflet, plonge très à l'aise et avec délice dans la mer presque tiède. Des moments qui sont aussi des instants de respiration pour le lecteur qui voit scintiller le plancton tel un cercle d'étoiles ou s'amuse comme un enfant à tenter de caresser le dos d'un poisson.
Vincent Almendros crée admirablement cette atmosphère en suspens, presque oppresante par les non dits, l'importance que l'auteur donne aux expressions du visage ou aux détails vestimentaires comme le panama de Jean, les lunettes de soleil de Lone ou le maillot de bain de Jeanne. Par les attitudes furtives des personnages et la confusion dans la compréhension des mots "je t'attends" pour "tu m'entends".
Le dialogue à l'intérieur du texte sans aération fait penser à une certaine irréalité, comme si les choses étaient immobiles. Mais les évènements se passent... jusqu'à l'épilogue. Saisissant.
Je remercie infiniment Babelio et les éditions de Minuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
tynn
  07 mai 2018
Jean et Pierre sont sur un bateau... avec deux compagnes, Jeanne et Lone, la femme de l'un et la suédoise de l'autre.
Personne ne tombe à l'eau mais la promiscuité cristallise certains désirs sous la canicule italienne. Et ce qui devait arriver arriva.
Le pitch est indigent mais tout est dans l'art de le raconter. C'est en effet très subtilement évoqué, tout en délicatesse dans un huit clos étouffant, maîtrisé jusqu'à la très belle chute qui prend le lecteur à contre-pied.
Une esthétique néanmoins un peu froide par l'élégance des descriptions et des ressentis, une distance qui ne nourrit pas les personnages et qui laisse un brin spectateur devant un style littéraire très personnel.
Une petite brise d'ennui, pour ma part...
Commenter  J’apprécie          303
missmolko1
  15 février 2015
C'est une critique sur le site de Babelio qui m'a donné envie de lire ce livre. Et puis, le roman s'annonçait prometteur : l'été, l'Italie, un triangle amoureux....
Si je ne ressors pas déçue, je ne suis pas complétement conquise. L'intrigue est intéressante même si quelque peu prévisible, l'auteur nous fait voyager et les personnages sont attachants. L'ambiance et le huis-clos donne quelque chose de pensant que l'auteur a très bien su exploiter.
Malgré ça, je trouve que le roman manque de profondeur, tout est en surface mais rien n'est approfondi. Je pense que les personnages auraient pu être d'avantage exploité car de nombreuses questions restent sans réponses : Quelle est la relation entre les deux frères ? Pourquoi Jeanne a quitté le narrateur ? Et puis sur la fin, je n'en dit pas trop pour ne pas révéler les dernières pages, mais Jean ne trouve-t-il pas la situation étrange ?
Bref j'aurai aimé en savoir d'avantage.... Peut-être est-ce un choix délibéré de l'auteur de nous laisser imaginer les différents scénarios mais quelques réponses m'auraient d'avantage plu.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
motspourmots
  30 janvier 2015
Chaleur et sensualité pour ce huis-clos à bord d'un voilier, parfait pour oublier quelques heures le froid qui pince la peau et la pluie qui tape contre les carreaux. Bonne idée que de sortir ce petit roman plein de soleil et de parfum de peau salée pour la rentrée d'hiver, comme un coin de ciel bleu. Écriture fluide, tension qui monte progressivement... En moins de 100 pages, Vincent Almendros nous propose une savoureuse tranche de vie.
Ils sont quatre. Pierre, le narrateur, sa jeune petite amie Lone, son frère Jean et la femme de ce dernier, Jeanne. Dès le début, le narrateur prévient. Cette croisière est une drôle d'idée qui le met mal à l'aise. Pourtant, il répond à l'invitation de son frère et ils embarquent sur son voilier dans le port de Naples. La baie, Capri, la mer sur fond de Vésuve... le soleil brûle les peaux. La promiscuité décuple les sensations. Il y a des échanges de chapeaux et de casquettes, lourds de signification. Très vite, on comprend que Jeanne a été un enjeu entre les deux frères. Très vite, on attend le choc, l'inévitable. Les méduses rôdent, l'orage menace. le suspense grandit.
Vincent Almendros écrit à merveille les sentiments réfrénés, les non-dits, les faux-semblants. Tout ceci ressemble à un jeu mais lequel ? Qui manipule qui et pourquoi ? Lone semble percevoir beaucoup plus de choses que son compagnon au point de se sentir rapidement hors-jeu. Mais pour le lecteur, la surprise reste entière jusqu'à la toute dernière page.
Embarquez pour cette mini croisière italienne et laissez-vous porter par la houle des phrases et le clapotis des mots qui trottent dans les têtes des protagonistes. Précision et musicalité font de ce roman une bien agréable lecture.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221

critiques presse (4)
Culturebox   24 février 2015
Sous-entendus, hors champs et non-dits traversent le récit jusqu’à un étonnant dénouement révélé à la toute fin de ce beau roman brûlant de la rentrée d’hiver.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Lexpress   19 janvier 2015
Dès les premières pages, Un été séduit grâce à son atmosphère, tendue et subtilement érotique, ainsi qu'à son style, fluide et solaire.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Telerama   14 janvier 2015
Dansent sous nos yeux les images de Plein Soleil, de René Clément, et de L'Eclipse, de Michelangelo Antonioni, à la lecture de ce roman aussi limpide que crépusculaire.
Lire la critique sur le site : Telerama
Bibliobs   13 janvier 2015
Etonnant peintre d’atmosphère, Vincent Almendros écrit à l’aquarelle. Sa phrase faussement simple coule comme une eau salée au pied d’un rocher. C’est de la littérature. Et de la meilleure. On s’empresse de vous en conseiller la lecture, car ce bref roman ne provoquera aucun débat de société, aucune polémique, aucune révolution.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
littlecatlittlecat   11 février 2015
Je me sentais gauche. Mes mains caressaient son ventre, son bassin, elles redécouvraient son corps, remontaient sur ses seins et glissaient le long de sa taille. Tu trouves que j'ai changé ? me demande t-elle. Je ne voulais pas me laisser entraîner sur ce terrain-là.
Page 59
Commenter  J’apprécie          90
Marti94Marti94   26 janvier 2015
J’avais cru remarquer qu’elle n’appréciait pas qu’on la surprenne ainsi, démaquillée, lunettée, le visage luisant de crème hydratante et recouvert de petites plaques rouges. C’était pourtant ainsi que je la préférais, moi, c’était comme cela qu’elle m’émouvait le plus, lorsqu’elle avait abandonné tous les artifices du jour.
Commenter  J’apprécie          50
AnnathequeAnnatheque   23 août 2015
Depuis quelques minutes, j'avais du mal à me concentrer sur ce qu'il disait. Je me demandais si c'était une bonne idée que nous passions nos vacances ensemble. Quand je dis nous, je ne pensais pas à Jean.
Je pensais à Jeanne.
A Jeanne et moi.
Je sentais son regard posé sur moi. De temps en temps, je jetais un coup d'oeil dans sa direction pour vérifier si elle me regardait encore. Et chaque fois, nos regards se croisaient. Ses pupilles se contractaient ou se dilataient selon les oscillations de la lampe tempête que mon frère, avant le dîner, avait suspendue à la bôme juste au-dessus de nos têtes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
motspourmotsmotspourmots   30 janvier 2015
Pour nous distraire, Jeanne nous invita à regarder le Vésuve au loin. Le volcan ressemblait à un volumineux nuage de brume. Mon regard glissa sur la côte, embrassant d'un coup toute la baie ouverte sur le large. Ce n'était pas seulement de Naples dont nous nous éloignions, mais de la terre elle-même, ferme et rassurante.
Commenter  J’apprécie          30
Marti94Marti94   26 janvier 2015
Je retirai ma casquette et m’essuyai le front. Sur le devant, l’inscription « Vendée-Globe 2011 – Les sables d’Olonne » était brodée en lettres blanches. Je mis un temps avant de comprendre. Pour moi, la course en solitaire, jusque-là, s’écrivait Vent des globes.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Vincent Almendros (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vincent Almendros
Faire Mouche - Lecture Prix Orange du Livre 2018 .C?est dans le cadre du Reid Hall à Paris, le 16 mai 2018, que les comédiens Fanny Cottençon et Nicolas Pignon ont fait une lecture à voix haute d?extraits choisis des six romans finalistes du Prix Orange du Livre 2018.Voici "Faire mouche", de Vincent Almendros, (Editions de minuit), lu par Fanny Cottençon.Rendez-vous sur https://www.lecteurs.com/article/le-jury-du-prix-orange-du-livre-2018-a-selectionne-les-romans-finalistes/2443316 pour tout savoir sur les finalistes et voter jusqu'au 30 mai 2018.Suivez lecteurs.com sur les réseaux sociaux :Facebook : https://www.facebook.com/orange.lecteurs/Twitter : https://twitter.com/OrangeLecteursInstagram : https://www.instagram.com/lecteurs_com/Youtube : https://www.youtube.com/c/LecteursDailymotion : http://www.dailymotion.com/OrangeLecteurs
+ Lire la suite
autres livres classés : italieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2995 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..