AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 228301879X
Éditeur : Buchet-Chastel (14/02/2002)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
VICE-PRÉSIDENT de la Norme, groupe international tentaculaire composé d'une infinité de sociétés consacrées au loisir, Alec Hoffner observe du haut de sa pyramide de verre la folie d'un système où l'on produit parce que l'on ne sait rien faire d'autre. La Norme décrit avec précision cette folie collective qui a scindé la société en deux: d'un côté les « non-actionnaires », que la Norme canalise et laisse végéter; de l'autre les « actionnaires », en majorité des empl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
zabeth55
  18 janvier 2014
« L'énorme Norme était un groupe gigantesque, international, composé d'un holding de tête qui contrôlait, via une cascade, d'innombrables holdings, subdivisés en une infinité de sociétés. »
Alec Hoffner, vice-président de la Norme, brigue la place de président.
Sous couvert d'une fiction parfois science-fiction, l'auteur fait un tableau glaçant de notre société de consommation. Tableau à peine outré.
Il démonte avec lucidité les mécanismes d'un système qui ne recule devant rien pour tirer les profits les plus extravagants, tout en entretenant la crise pour les non-actionnaires de la Norme.
On est en plein dedans et cette lecture ne fait que conforter le sentiment de se faire avoir par le système, au profit de quelques uns qui se réfugient derrière le mot « crise » pour continuer à s'enrichir.
Ecrit en 2002, il dépeint pratiquement telle quelle notre société de2014.
Commenter  J’apprécie          150
lilianelafond
  10 mai 2016
Imaginez la rencontre de 1984 de G. Orwell avec le voyage d'Anna Blume de Paul Auster, puis placez le résultat dans un décor façon Urban Games de Brunschwig et Raufflet, et enfin rajoutez un peu de l'ambiance de Brazil de Terry Gilliam… Alors se dessine La Norme de Jacques Almira, petit ouvrage incongru aux fausses allures de récit d'anticipation.
Jacques Almira, prix Médicis 1975 pour son Voyage à Naucratis est réputé pour aimer changer de registre, d'un livre à l'autre. Mais c'est non sans laisser courir un fil d'Ariane entre chacun de ses ouvrages : un goût et un plaisir certains du langage. La Norme est une véritable pétarade de figures de styles… allitérations, inventaires grotesques, métaphores, oxymores, toute la rhétorique grammaticale est mise au service d'un propos abrasif ! La norme ne se lit pas comme un roman à proprement parler : pas de véritable intrigue, un contexte intemporel qui décrit la situation d'un monde relativement proche du nôtre mais poussé à son extrême… Seul le héros Alec Hoffner, vice-président de la Norme, une multinationale spécialisée dans le loisir, joue un rôle de guide et nous pilote d'une page à l'autre. de fait, le texte prend vite l'allure d'une fable satirique conduite par ses observations, alors que peu à peu germe en lui l'idée de faire assassiner le président de la Norme. Ici, pouvoir politique et pouvoir économique sont devenus à ce point conjoints… que la politique semble bien avoir disparu pour de bon. Arrivée à une situation de surproduction galopante - les machines ayant remplacé les hommes -, la société vit le règne de l'absurde. D'un côté les actionnaires, qui brassent du vent, de l'autre, les inactionnaires qui crèvent la faim. Une société bloquée, murée dans une mort annoncée. de ce texte cruel, l'ultime tempérance reste celle du phrasé qui s'amuse de lui-même. Croquant les protagonistes de la Norme comme de la farce à cochon, Almira vitupère avec jubilation. «Cette dernière (la secrétaire générale, ndlr) avait su mener son action, se placer, se faufiler, s'insinuer, s'immiscer, rendre au premier manager de l'année des services appréciables et surtout su sucer en suscitant aussitôt son succès, et, pour finir, enfin, se substituer à l'amour impossible avec l'à-propos d'une réplique». Lorsque la stylistique s'invite dans l'analyse critique, le résultat en est un perpétuel rire rengorgé… un vrai paradoxe de plaisir ! --Sylvaine Jeminet -- Urbuz.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
zabeth55zabeth55   18 janvier 2014
En quoi cela gênait-il la Norme qu’il y ait de plus en plus de drogués sans ressources fabriqués par le Système ?
Ce dernier tout brillant qu’il était, sans doute, d’après les experts, le plus performant que la société humaine ait jamais sécrété, ne fonctionnait pas pour donner aux hommes une raison d’être, mais pour croître à l’infini et maintenir exclusivement les valeurs cotées au détriment des autres, sans que quiconque sache expliquer pourquoi ni dominer le Système.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
zabeth55zabeth55   18 janvier 2014
Rien de mieux que cette inflation d’informations fabriquées par des spécialistes pour taire l’essentiel.
Commenter  J’apprécie          70
Video de Jacques Almira (2) Voir plusAjouter une vidéo

Ah vous écrivez : émission du 18 août 1978
Quatre invités au sommaire de ce magazine littéraire de Bernard PIVOT: Roger BLONDEL pour "Les fontaines pétrifiantes" André ROLLIN pour "Cortège dans la ville" Jacques ALMIRA pour "Le passage du désir Marie CARDINAL pour "Une Vie Pour Deux"
autres livres classés : sociétéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2720 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre