AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9781985580251
154 pages
Éditeur : CreateSpace Independent Publishing Platform (13/03/2018)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
La magie
n'est ni bonne
ni mauvaise.
Tous nos actes
ont des conséquences.
Toutes nos paroles aussi.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Morgause
  08 septembre 2019
J'avais déjà chroniqué Ce dont rêvent les ombres, roman onirique édité en 2016 que j'avais beaucoup apprécié, et voilà que pour inaugurer le Pumpkin Autumn Challenge j'ai décidé de retrouver la plume de Hilda Alsonso avec Maleficium, recueil de textes autoédité en 2018. J'ai eu le plaisir de plonger dans un univers ensorcelant !

________________________________________

Pactiser avec le démon, lancer un sort d'amour, s'abreuver de l'énergie de ses fans, irriter une sorcière et se retrouver aphone, empoisonner la maîtresse maltraitante, protéger Avalon, faire peur aux gamins à Halloween, se venger d'une amie, etc., voilà une partie des facettes de la magie que renferme ce recueil. Sorcières et sorciers flouent et se font flouer : un sort mal formulé, un dieu facétieux, et voilà que la magie n'opère pas comme elle le devrait ; prudence. Comme le rappelle la quatrième de couverture : "La magie n'est ni bonne ni mauvaise. tous nos actes ont des conséquences. Toutes nos paroles aussi."

________________________________________

Hilda Alonso a l'art des ambiances magiques. Sa plume poétique est un régal et nous embarque dans ces petites nouvelles dès la première page. Maniant les différents points de vue, on se retrouve tour à tour déesse ou sorcier(ère), jeteur de sort ou victime.
Le livre en lui-même est fabriqué comme un grimoire, les parties sont nommées selon les phases de la lune, chacune accompagnée d'une illustration réalisée par l'autrice elle-même. J'ai trouvé l'arrangement original et bien pensé : chaque partie nous emmène encore un peu plus loin dans les contrées sorcières. La première est centrée sur un seul personnage, ce qui m'a prise de court : avais-je dans les mains un recueil ou un roman ? C'est donc le plus long texte du recueil et je l'ai trouvé judicieux car il donne le ton : la sorcellerie présente dans ce petit livre est sombre, à ne pas prendre à la légère ; les autres textes sont parfois très courts, mais peut-être plus percutants, comme "Respondent omnia sylvae" (une étrange excursion en forêt) et "Vindicta" (une servante empoisonneuse). Si ces récits sont frappants c'est aussi grâce aux chutes, à la fois incisives et implicites, nous laissant toujours la possibilité d'imaginer ce qui s'est vraiment passé.
La dernière partie, "Addenda : Opus crepusculi", propose des sorts, poèmes ou recettes magiques à destination du lecteur curieux et facétieux, dont un qui m'a fait sourire et que je vous copie ici :



L'autrice m'a fait parvenir avec son livre une petite lettre expliquant quelques bévues : le recueil a été fait trop rapidement, et il reste donc des coquilles. Mais ce qui est le plus gênant, c'est le manque de numéros de pages... Heureusement que le livre est court pour pouvoir s'y retrouver ! J'ajouterais également le manque de qualité en ce qui concerne la police des titres, les symboles et les illustrations, ce qui peut donner une mauvaise impression quant à la qualité réelle des textes. Je comprends toutefois que faire imprimer soi-même ses livres soit cher, mais j'ai trouvé ça dommage. L'autrice a d'ailleurs rassemblé Maleficium et un autre recueil, Ænigma, en un seul livre intitulé Sort, contre-sort, disponible via The Book Edition. Gageons que cette formule soit plus jolie !
Je n'ai pas vraiment de points négatifs à apporter aux textes en eux-mêmes, à part que certains me semblent vraiment trop brefs, car il y a matière à développer, mais il s'agit du choix de l'autrice que de nous laisser nager dans le mystère. Ce serait peut-être le dernier point : beaucoup de textes sont nébuleux, et pour un lecteur pointilleux, plus de précision serait bienvenue.

Pour conclure, je recommande chaudement ce petit livret aux amateurs de fantastique et de sorcellerie ! On dévore ces nouvelles en un clin d'oeil, et ça tombe bien, j'ai Ænigma en réserve ;).
Lien : https://mots-silencieux.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ManonReal
  15 septembre 2018
Si vous aimez les histoires de sorcellerie, c'est pour vous! Après le cabinet de curiosités, Hilda Alonso nous régale une fois de plus par de nouvelles histoires riches en rebondissements et magie noire et je ne peux qu'inciter les lecteurs à découvrir cet ouvrage ponctué de belles illustrations! cinq étoiles!
Commenter  J’apprécie          80
cecileterrestria
  12 juin 2018

Comme toujours on retrouve l'écriture poétique et précise de Hilda, c'est un met délicat qui explose sur les papilles pour proposer des saveurs envoûtantes.
Sa plume est un bateau, ses histoires sont un voyage, son recueil sont des contrées lointaines et mystérieuses, il n'y a qu'à se laisser guider…
Bien sûr, il faut aimer l'univers fantastique, aimer les sorcières et les créatures imaginaires, aimer les clairs-obscurs et se faire surprendre par la brume…
Les passionnés de sorcellerie seront particulièrement à la fête avec ce recueil, après tout il est né pour le mois de la sorcière… La structure du recueil a été construit sur des phases lunaires, on appréciera le soucis du détail et le jusqu'au-boutisme de l'auteure.
Chaque nouvelle présente un univers différent si ce n'est la première partie qui est une suite. le rythme varie en fonction des thématiques, toujours juste, calculé au millimètre, cadencé, il entonne toujours un hymne hypnotique se mariant parfaitement au récit.
Hilda Alonso nous livre encore une fois un ouvrage de prose poétique ou de poésie en prose, c'est beau, c'est gouteux, ça fait frétiller mes neurones, j'aime follement son écriture et ses univers. Rien n'est gratuit dans les mots qu'elle couche sur le papier, à chaque lecture, je suis toujours autant émerveillée, il ne s'agit pas là que de contes fantastiques, il s'agit là de nourrir les amoureux du beau verbe et d'abreuver les affamés d'univers imagés.
Lien : https://labougiedevinayaka.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
cecileterrestriacecileterrestria   11 juin 2018
La Déesse accepte la mort, puisqu'elle est la mort. La Déesse sait qu'autre chose vient et se dessine. La Déesse ne force personne à croire et prend la dévotion sans l'exiger. La Déesse se laisse renier. Elle est au-dessus de toute compréhension.
Commenter  J’apprécie          10
cecileterrestriacecileterrestria   11 juin 2018
Le verbe est magie. I nous engage et nous suit, il nous protège ou nous détruit. Les mots qui s'envolent retombent toujours quelque part. Tous nos actes ont des conséquences. Toutes nos paroles aussi.
Commenter  J’apprécie          10
cecileterrestriacecileterrestria   11 juin 2018
Au loin, le corbeau s'envole : ses ailes s'allongent, ses serres s'aiguisent, son cri devient prophétie... Sous la peau de bête, la sorcière souffre : la métamorphose est un enfantement de soi-même... Nous sommes tous des chimères qui ne demandent qu'à se révéler sous la lune.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : poésie en proseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
887 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre