AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782350871493
246 pages
Editions Héloïse d'Ormesson (18/11/2010)
4.68/5   14 notes
Résumé :

"Ce matin, j'ai tapé "maman est morte" sur Google. En un dixième de seconde, le moteur de recherche affiche un million trois cent mille réponses ". La mort, on se l'imagine comme dans les films : tirs de mitraillettes, cow-boy fauché par une flèche, et un mot d'esprit qui s'échappe au moment du dernier soupir. Mais en fait la mort d'une mère, c'est insidieux et ça vous prend par surprise. Malgré les signes avan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Angele
  16 janvier 2011
J'ai trouvé ce livre magnifique. Isabelle Alonso nous parle d'un vécu si intime, sans jamais être ni larmoyante, ni exhibitionniste. En ne faisant l'impasse ni sur son chagrin, ni sur sa déroute, ni sur l'embarras que peut susciter cette approche si intime de nos mères. Elle parle de toutes les contradictions qui surgissent dans ces situations. Les nôtres, qu'il nous faut gérer, en plus du reste. Et tout cela sans aucune lourdeur, parce qu'elle n'occulte pas non qu'il y a encore encore moyen de bien rire, malgré tout.
Un livre bouleversant, qui ne me lâche plus depuis que je l'ai lu, il y a quelques jours. Certainement un de ceux que je retiendrai de cette année. Pouvait-elle mieux commencer ?
La musique qui m'a accompagnée pendant cette lecture :
Lhasa - The living Road et Lhasa (le disque éponyme).
Chopin - Nocturnes
Mozart - Requiem
Marc Moulin - I am you (Jazz lounge)
Commenter  J’apprécie          30
liratouva2
  26 février 2011
J'ai souvent pleuré au cinéma mais jamais encore en lisant un livre, du moins je ne m'en souviens pas. Ce serait donc la première fois? Apparemment et j'en suis la première surprise ! A 9 heures ce matin, en arrivant au chapitre des «Nuages», page 208, au récit de ces journées de décembre 2009, quand s'envole, haut dans le ciel bleu l'avion vers Madrid, qui emporte le précieux fardeau maternel pour être enterré auprès de sa famille d'origine, l'émotion m'a fait verser des larmes. J'ai arrêté ma lecture. Je n'étais pas contente ! J'ai couru rejoindre les autres qui riaient dans la cuisine, lieu de tous les rendez-vous familiers.
Sans doute je viens de vivre un peu la même histoire d'une mère dont la santé décline, qu'on soigne longtemps, en famille puis qu'on confie à une institution, séjour vécu comme une descente aux enfers, qu'on ramène à la maison et qui disparaît alors même qu'on l'a quittée pour quelques jours. La douleur et la culpabilité de n'avoir pas été là au dernier moment sont accablantes. Tel sera mon résumé du livre parce que tel est pour moi l'essentiel. le reste n'est que l'histoire particulière d'une famille, celle de l'auteur. C'est touchant, intéressant et bien écrit.
Inutile d'en dire plus: ce livre est une réussite!
Lien : http://liratouva2.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Baudrynette
  12 mai 2011
Magnifique histoire qui peut être la notre et où l'on se sent impliqué.
Bien écrit avec une description des sentiments et une pudeur relative ce livre décrit à merveille la vie, la vrai vie, celle qui fait de nous des êtres d'exception auprès de nos proches.
Merci Isabelle pour ce partage !!!
Commenter  J’apprécie          30
Didine76
  23 février 2013
Un récit poignant - Isabelle Allonzo arrive à vous faire rire et pleurer en si peu de pages...
Commenter  J’apprécie          30
ruppert34
  22 janvier 2011
Merci Isabelle pour ce fabuleux roman. Je le trouve merveilleusement bien écrit du début à la fin.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
AngeleAngele   16 janvier 2011
Dans la vraie vie, rien ne répond aux codes de la littérature et du cinéma, les seuls dont on dispose.

Nous voilà déconnectés de ce que nous avons toujours été. Un nouvel exil, loin de la mère partie.

Ce compte à rebours-là ne place le départ sur aucun curseur : on sait où on va, mais on ignore où on en est. […], si on en a pour trois semaines ou trois jours.

Ce dont maman a mis un soin rigoureux à nous protéger comme elle-même n'avait pas pu l'être est arrivé. Je ne concevais ce moment que comme une plongée dans une épouvante sans fond. Il faudrait toujours affronter ce dont on a le plus peur. C'est alors qu'on s'aperçoit qu'il n'y avait pas de quoi ressentir une telle terreur.

Ne plus voir quelqu'un, perdre son regard, c'est ça la mort.

Que dire lorsque disparaît quelqu'un qui nous a connus toute notre vie ? Qu'elle emporte avec elle un petit peu de chacun d'entre nous.

J'enfermerais sans ménagement, à l'intérieur de moi, ma double hurlante, bouclée, prisonnière et me ravageant les entrailles comme le renardeau que le jeune Spartiate cacha sous sa toge.

Cette horripilante habitude peut être constatée par quiconque se déplace en compagnie d'une vieille personne. Il me parle, je me tourne vers elle et j'attends qu'elle réponde. Mais elle, humiliée, me fait signe de parler à sa place.

Le plaisir se partage, la douleur s'additionne.

L'impuissance pousse à prendre des décisions totalement irréalistes.

Ce qui change quand on est vieux, c'est que si un matin on a mal quelque part, on sait que c'est pour toujours, que cette douleur-là ne partira plus jamais.
La vieillesse se paye cash, au quotidien.

C'est bête, hein, l'émotion, ça vient vous cueillir au moment inattendu, quand l'esprit est ailleurs, dans les dates, les plannings et tout ça…

Au nom de quoi ai-je refusé ? Elle, elle m'a donné sans compter quand j'avais besoin. Parce qu'elle est ma mère. Moi pas. Parce que je suis la fille. Et que la vie est comme ça; Ley de vida. Un brin dégueulasse, et je n'ai pas le beau rôle.

La petite étincelle que nous tentons de préserver comme si elle pouvait durer n'est plus que le pâle reflet du feu d'artifice qu'elle a été pour nous.
Ces jours-là, on ne peut que penser à sa disparition. En retrouvant l'extérieur, la circulation, les boutiques, les gens, on se demande comment il possible que la vie normale continue pour les autres gens. Que nous soyons les seuls à ressentir cet écroulement permanent.

Les thérapeutes pleines de bonne volonté, qui commencent par lui poser des questions anodines, ont-elles conscience une seule seconde que les interrogatoires de police ne commencent pas différemment ?
Quand on doit réaffirmer les principes évidents par voie d'affichage, c'est justement qu'ils n'ont rien d'évident.

Comment être sûrs que nous faisons le mieux pour elle ? Il n'y a pas de bonne solution. Seulement le choix entre deux cauchemars.

Mais comment ils t'ont attifée, maman, heureusement que la vraie toi n'est plus là tout le temps, on n'aurait pas fini de t'entendre râler, toi qui aimais tant être impeccable.

Un si petit rêve, si absolument hors d'atteinte.

(Dans les hôpitaux) Quand on pose des questions, les uns ne savent pas, les autres ne sont pas disponibles. Le jour où le cursus universitaire de la gent médicale sera doté d'une formation à l'échange entre humains appelé parole, la vie des hôpitaux se couvrira de pétales roses.

Article I : "Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie". Son mode de vie, oui, mais dans des limites décentes. Pas ses horaires de repas, ni l'endroit où elle les prend. En volapük, ça s'appelle de la socialisation. En français, du cynisme.

Tout est en train de changer. L'enfance meurt avec ceux qui en furent les témoins.

Nous avons tendance à voir nos parents plus solides qu'ils ne le sont. Ils gardent à nos yeux la figure de géants qu'ils eurent autrefois quand on leur arrivait aux genoux.

Comment ai-je pu être aussi optimiste ? Aussi aveugle, encore une fois dans le déni, pour voir non pas la réalité, mais seulement mon désir à moi.
Une fois encore les aiguilles, les hématomes, les pilules, les moniteurs, l'angoisse, la solitude. Une fois encore brinquebalée, analysée, bombardée sans aucune certitude quant au résultat, juste l'acharnement qu'aujourd'hui on considère comme la seule réponse à l'angoisse ultime. Que convient-il de faire ? Se donner bonne conscience en essayant tout jusqu'à ce qu'elle implose de souffrance ? La garder respirante et amoindrie pour le seul soulagement de pouvoir dire : oui, j'ai encore ma mère ? Grignoter quoi ? Quel répit ? Pour qui ? Dans quelles conditions ? Assumer que quoi que nous fassions, nous allons la perdre et qu'au point où nous en sommes, tout sursis implique plus de douleur que de bonheur ?

Devons-nous la forcer à vivre ou l'aider à mourir ? L'amour véritable ne consiste-t-il pas à faire passer les besoins de l'autre avant les siens propres ? La situation implique beaucoup plus de questions que de réponses. Des réponses, il n'y en a pas.

Maman, je pense à toi et ça me fait souffrir. Je ne pense pas à toi et j'ai l'impression de te trahir.

Tu as fini par nous quitter. Et je m'en veux d'avoir pu parfois penser, même si c'était vrai, que le plus tôt serait le mieux. Epuisée, impuissante, à bout de force de te voir ainsi tirer sur la corde.

On devient adulte, paraît-il, quand on comprend que ses parents ne sont ni des héros, ni des géants, mais des humains émouvants par leur banalité même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
val-m-les-livresval-m-les-livres   31 décembre 2010
Il me faut cependant reconnaître que si nous autres, athées présentons une très nette supériorité intellectuelle sur les croyants, nous donnons dans l'insignificance quand on en vient aux rituels.

Commenter  J’apprécie          80
val-m-les-livresval-m-les-livres   31 décembre 2010
Au nom de quoi imposer à Yann cet improbable ménage à trois, qui de surcroît laisserait papa tout seul? L'abandon des vieux est inscrit dans notre mode de vie comme le gaspillage, la précipitation et la solitude.
Commenter  J’apprécie          70
val-m-les-livresval-m-les-livres   07 janvier 2011
Il me faut cependant reconnaître que si nous autres, athées présentons une très nette supériorité intellectuelle sur les croyants, nous donnons dans l'insignificance quand on en vient aux rituels.
Commenter  J’apprécie          61
liratouva2liratouva2   26 février 2011
No temas, mamá, no temas.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Isabelle Alonso (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Alonso
À l'occasion du Festival littéraire Franco-Irlandais 2019 de Dublin, rencontre avec Isabelle Alonso.
Notes de Musique : Bibliothèque Audio Youtube
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : histoires de vieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1241 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre