AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2302010523
Éditeur : Soleil (26/05/2010)

Note moyenne : 4.39/5 (sur 160 notes)
Résumé :
Le jour de son anniversaire, Sara apprend une terrible nouvelle : son père est mort et ne lui a pas laissé le moindre sou. Dès lors, la petite princesse se retrouve réduite au statut de servante. Dans le pensionnat où sa fortune faisait l'admiration de tous, Sara doit maintenant se soumettre aux ordres de ses anciennes camarades. Les serviteurs sont quant à eux ravis de se venger... Elle paiera pour tous les caprices de cette jeunesse dorée.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
Melopee
  11 juin 2011
Sara est maintenant bien installée dans le pensionnat où elle prend ses marques. Miss Minchin et Amélia veillent à lui faire la place qu'elle mérite auprès des élèves, l'appelant "Princesse Sara". Coup de massue lors de l'anniversaire de la petite protégée, un notaire arrive précipitamment pour avertir du décès soudain du capitaine Crewe. La fillette devient donc orpheline de père et de mère et n'a plus aucune famille à Londres ni ailleurs. Pire que tout, Sara se retrouve sans un sou car son père se serait ruiné dans un placement sur des mines de diamants qui ne rapportent rien. Autant dire livrée à elle-même et à son luxe d'antan, Sara se voit retirer tout son beau mobilier, sa vaste chambre, ses affaires aux tissus délicats.
Miss Minchin, dans sa grande "bonté" décide de garder la fillette mais, nourrissant depuis son arrivée une certaine rancune, préfère la rabaisser au rang de domestique. Voilà Sara attifée d'une robe de souillon, qui se retrouve dans une chambre vide sous les combles. Bien que passant d'une extrémité sociale à l'autre, Sara tente de garder le sourire, de sympathiser avec l'autre domestique, Becky, qui partage la chambre voisine.
On sent Sara animée du désir de se faire aimer malgré tout. Car elle se rend compte que le toit et le repas est loin d'être assuré, que le moindre faux pas pourrait la priver même du strict nécessaire. Alors la voilà à se plier à toutes les tâches les plus ingrates, se faisant rudoyer par les domestiques devenus ses supérieurs hiérarchiques. Mais Sara ne se démonte pas : Lottie lui voue toujours un amour inconsidéré, Becky elle aussi devient une amie intime. Il y a aussi la boulotte Ermy qui rode dans les parages, toujours fascinée par ce qu'a été et ce qu'est maintenant la petite princesse.
Deuxième tome de la série, on saura qu'il y en a 4 de programmés, ceci explique les grands raccourcis qu'emprunte cette saga. Car du premier au deuxième tome il n'y a quasiment pas eu de transition entre Sara, au plus haut de la pyramide, et Sara, princesse déchue. On apprend aussi dans le même volume que la petite est recherchée par un homme venu des Indes. Laissez-moi vous dire qu'on sait très bien de quoi il en retourne. Il se pourrait donc que la misère, à laquelle est réduite la fillette, soit de courte durée.
Mais tout comme dans le dessin animé, on est bien content que Sara garde son âme d'enfant, qu'elle continue à rêver malgré la dureté des épreuves qu'elle endure. Car, même au plus bas, Lavinia n'a pas dit son dernier mot et heureusement que de solides amitiés se sont nouées depuis lors.
Quant aux dessins, vraiment je ne suis pas fan ! Je pense que la collection Blackberry, destinée aux petites filles, reste fidèle à sa ligne éditoriale. Les lectrices seront sans doute friande de toutes les parures, de tous les contrastes au sein du pensionnat, quant à moi je crois que je me serais bien contentée de dessins plus sobres et mesurés. Mais c'est une appréciation d'adulte alors bien sûr elle a peu de poids face au public ciblé qui, je suis sûre, sera très enthousiaste par ces dessins très novateurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Ewylyn
  12 janvier 2014
Un tome plus sombre que le précédent. Après avoir connu les fastes de la vie, Sara se voit contrainte de devenir domestique dans le pensionnat qui l'a accueilli. Néanmoins, malgré le côté plus sombre, ce deuxième opus confirme mon coup de coeur pour cette série magistrale.
Le scénario respecte les aventures de Sara Crewe, le travail d'adaptation d'Audrey Alwett est fabuleux. L'histoire nous présente l'autre côté du pensionnat, celui où les domestiques vont se venger sur Sara, celui où ses anciennes camarades se moquent d'elle, en particulier Lavinia. Pourtant, malgré tous ses malheurs, Sara ne va jamais se départir de son sourire, elle reste intègre, perspicace et bienveillante. C'est une héroïne qu'on est loin d'oublier, elle est moderne dans le sens où quoi qu'il arrive, elle ne baissera jamais les bras. D'autant plus que la famille venant s'installer près du pensionnat laisse au lecteur une lueur d'espoir concernant son futur.
L'histoire nous présente de nouveaux personnages, en particulier les domestiques du pensionnat. Je n'aime pas leur idée de s'en prendre à Sara pour se venger de leurs tristes sorts, je trouve ça un peu bas, mais je me doutais bien qu'ils n'allaient pas l'accueillir à bras ouverts. Les parents de Lavinia sont également présents et m'ont permis de m'attacher un peu plus à cette dernière, du moins, de mieux la comprendre. La nouvelle belle-mère d'Ermengarde est belle et intelligente, j'ai beaucoup aimé sa manière de conseiller sa future belle-fille. Je dois dire que j'apprécie déjà James et sa famille, celui-ci me paraît très sympathique et sa famille adorable, j'ai hâte de les revoir dans les prochains tomes.
Quant aux protagonistes déjà vus dans le premier tome, je campe sur mes positions. Becky, Ermengarde et Lottie sont adorables, pétillantes et gentilles, je suis heureuse de voir que les deux dernières apprécient toujours Sara en dépit de son nouveau statut. Becky est une jeune fille loyale et forte, je l'adore. Lavinia et Miss Minchin sont toujours aussi détestables, mais je pense qu'il est impossible de les changer.
Les dessins sont à l'image du premier tome, ils sont magnifiques. Les détails dans les costumes, la finesse des objets, je pense notamment à la live-doll de Sara, le travail pour les paysages et l'architecture. Ces dessins nous transportent dans le Londres victorien, on y entre dès les premières cases et il est bien difficile de fermer ses yeux devant autant de beaux dessins. le rendu de la neige, celui du ciel peut importe l'heure de la journée – ou de la nuit, le rat qui rend visite à Sara, tout est minutieusement soigné. La colorisation de Claudia Boccato rend hommage à ces belles lignes dessinées par Nora Moretti. On retrouve les couleurs employées pour le premier tome, des teintes franches, des tons qui s'harmonisent, ces couleurs acidulées nous plongent dans un univers singulier, propre à la série. On est dépaysé par ce voyage et l'on en ressort conquis.
En conclusion, c'est une très belle série. Je pense que c'est un très gros coup de coeur qui se confirme et je lirais volontiers la suite avec autant d'enthousiasme – et les yeux grands ouverts – que j'en ai eu pour les deux premiers tomes. Les graphismes sont d'une très grande beauté, les dessins sont fluides et splendides et la colorisation est une pure réussite agrémentant joliment l'ensemble. le scénario est aussi passionnant que les protagonistes que nous rencontrons, c'est formidable à lire, agréable aux yeux tant dans le texte que dans les images. Une série à lire sans modération.
Lien : http://la-citadelle-des-livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Bea285
  11 juillet 2015
La princesse déchue est le second tome de la série bande dessiné Princesse Sara, adapté du roman la petite princesse de Frances H. Burnett.
J'avais passé un très bon moment avec le premier tome et j'avais hâte de me plonger dans le second, surtout après la révélation à la fin du premier.
L'histoire du second reprend à la fin du premier tome. le lecteur vient d'apprendre que Sara est orpheline et sans argent. Ce second tome est donc un tournant beaucoup plus triste, plus sombre que ce soit du point de vue de l'histoire ou de la colorisation. L'héroïne subie toute la méchanceté gratuite due à sa nouvelle condition, le rejet de ces nouvelles amies, la tristesse de la perte de son père. Ce tome n'est pas rempli de bonheur, ni de couleur rose. La coloration est d'ailleurs très bien adaptée. Dans le premier tome, on avait des couleurs très vive. Ici, la coloriste Claudia Boccato a choisi d'orienter la coloration vers des couleurs plus sombres, comme le gris, le bleu-gris, le violet et le marron. Cela change l'atmosphère de l'histoire du tout au tout.
Ce tome se déroule en période d'hiver, avec le contraste de la dureté de cette période pour les domestiques (les corvées sous la neige, et le vent), et celle des aristocrates qui profite des fêtes de fin d'année avec un joli sapin.

J'ai énormément voir l'évolution du personnage de Sara. La psychologie du personnage est travaillée avec finesse, malgré le fait qu'on soit face à une BD très courte (environ 45 pages). Malgré les nombreux drames qui arrive à Sara, elle reste entière, garde sa fierté et est très réfléchit. Les drames de la vie n'effacent pas son côté imaginatif, qui aime raconter des histoires. J'ai énormément apprécié le fait que le scénariste choisisse de ne pas faire devenir son personnage amère ou larmoyant comme souvent dans ce genre de situation. J'aime vraiment le personnage de Sara.
Audrey Alwett ne travaille pas uniquement la psychologie du personnage principal, elle travaille aussi une bonne partie des personnages secondaires et leurs émotions. Ainsi, on comprends les raisons de la méchanceté de Lavinia, les raisons de la méchanceté des servantes vis à vis de Sara, ou encore la difficulté à Ermengarde à aborder Sara depuis que sa condition a baissé, C'est un réel point fort pour la série.
L'intrigue avance petit à petit. Elle fait intervenir de nouveaux personnages qui prendront une place importante par la suite. Cela donne très envie de lire la suite.
Le format de la BD est de type franco-belge et c'est sympathique. J'ai trouvé moins sympathique par contre qu'on trouve deux types de format dans le commerce. J'ai donc une différence d'un bon cm de largueur entre mes deux premiers volumes. Et cela c'est un brin énervant! Mais cela ne change rien à fond de la BD et à mon avis!


Le graphisme est vraiment splendide. On observe un trait complet à l'encre noir pour avoir une grande lisibilité des contours. La mise en couleur a l'air d'être réalisé à l'ordinateur. le style de dessin a plusieurs influences. On observe une influence mangas, avec des graphismes présentant de grands yeux, auquel s'ajoute un travail sur la couleur, caractéristique de la BD franco-belge. le dessin a une influence proche de celle du dessin animé. J'ai beaucoup ces graphismes. Je les trouve vraiment sublime.
En bref,
La princesse déchue nous montre que Princesse Sara est une série jeunesse, auquel on ne doit pas passer à côté. Des graphismes somptueux, un scénario qui tient la route, des personnages travaillés. Vous ne pouvez que passer un bon moment avec cette BD. :)
Lien : http://leblogduneblondinette..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FiftyShadesDarker
  14 mai 2018
Un second tome que je voulais vraiment lire, mais que j'ai laissé traînée par manque de motivations niveau bande-dessinées. Mais franchement, je regrette de ne pas l'avoir lu plutôt...
L'histoire reprend alors que le père de Sara est mort sans lui laisser un sou. du coup, elle va devenir servante dans le pensionnat où elle vivait. Elle doit subir les ordres de ses anciennes camarades, mais aussi la vengeance des autres serviteurs...
Je n'ai pas mis beaucoup de temps avant de me remettre dans cette histoire et sinon, il y a comme un rappel des faits du tome précédent au début. Ensuite, cette nouvelle histoire reprend tristement pour Sara. On continue à découvrir son histoire, mais aussi celle du pensionnat, notamment des autres filles qui y vivent, mais aussi des serviteurs et de la directrice. Dans ce second tome, on voit bien la différence entre la vie de servante de Sara et la vie de princesse des autres petites filles, notamment Lavinia, qui m'insupporte énormément. Je trouve ce parallèle intéressant et instructif.
La fin est, comme pour le premier tome, une sorte de révélations, qui me donne envie de lire la suite. D'ailleurs, je l'ai déjà emprunté et je pense le lire dans les jours à venir.
Sara est maintenant une servante, mais cela ne l'empêche pas d'être encore joyeuse et courageuse, ainsi que déterminée dans les taches qu'elle doit réaliser tous les jours. En faite, même si elle a perdu son rang, elle reste elle-même. Elle fait ce que l'on lui demande dans les temps et sans râler, elle continue d'aider les autres. Je l'admire pour cela. Mais d'un autre côté, elle craque parfois, mais ne le montre pas à tout le monde. Elle se cache et pleure en silence sans que personne le savent. Je dois dire que ce côté la rend plus réaliste et encore plus attachante. du coup, je peux dire que j'admire toujours autant ce personnage et j'ai hâte de la retrouver dans le prochain tome.
Les autres personnages n'évoluent pas énormément par rapport au premier tome. Mais certains, j'espère, verront un peu plus la réalité des choses que juste leur petite personne par la suite.
Les dessins sont très agréables, pas très réalistes, mais ils donnent envie de découvrir l'histoire, c'est entraînant. Et j'ai vu qu'il y avait d'autres bande-dessinées dans le même style, je pense donc en découvrir d'autres dans cette collection.
En général, un second tome dans la même lignée que le premier, toujours aussi prenant, mais avec des problématiques plus intéressantes.

Lien : http://www.fifty-shades-dark..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Liliealu
  03 novembre 2013
On retrouve une Sara qui a bien des malheurs (à l'image de la série télévisée) mais qui fait preuve d'un optimiste à toute épreuve. Elle reste courageuse, souriante et serviable envers les autres et ses malheurs n'entachent pas sa nature douce,généreuse et rêveuse.

Bien entendu, tout le monde n'est pas contre elle et Sara peut donc compter sur le soutien de quelques unes de ses amis comme Becky.
J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié que Becky soit plus présente dans ce tome. On prend conscience de la dureté de sa situation qui malheureusement à trés peu de chance de s'améliorer.


Les dessins sont toujours aussi travaillés. le trait est fin, les couleurs splendides et les décors nous transportent dans un paris chic et enneigé.
Bien entendu, ce tome s'avère plus sombre que le premier étant donné la dureté de la situation de Sara mais n'en ai pas pour autant larmoyant. En effet, Sara est bien moins niaise que dans la série télé et ne baisse pas les bras.
Mais au-delà de cette histoire tragique, on entrevoit une lueur d'espoir puisqu'on apprend que l'ami de Mr Crewe (le père de Sara) enménage en face du pensionnat et met tout en oeuvre pour la retrouver...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
mickaelinecunymickaelinecuny   16 avril 2015
(miss Minchin vient de gifler Sara)
"Sara : ha ha ha
Miss Minchin : on peut savoir ce qui te fait rire petite effrontée ?
Sara : une réflexion que je me fais.
Miss Minchin : comment oses-tu penser ? Et d'ailleurs, à quoi pensais-tu ?
Sara (avec de grands yeux brillants) : je pensais à ce qui arriverait si j'étais une princesse et que vous me souffletiez... Je me demandais ce que je vous ferais. Et je m'imaginais votre surprise et votre terreur si soudain, vous vous aperceviez...
Miss Minchin : quoi ? Si je m'apercevais de quoi ?
Sara : que j'étais vraiment une princesse, et que je pouvais faire tout ce qui me plaisait."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mandrake17mandrake17   16 septembre 2017
- Alors, vous savez pourquoi Noël est un moment très important?
- Oui, c'est parce qu'on a plein de cadeaux!
- Mais tu sais, Donald chéri, il y a des enfants qui n'ont rien du tout pour Noël...
- Même pas des gâteaux?
- Non, et ils n'ont même pas d'endroit où dormir ou de quoi manger. Ce sont des mendiants, c'est pour cela qu'il faut être gentil avec eux.
Commenter  J’apprécie          21
ptitelily01ptitelily01   12 juillet 2013
Allons, sers-toi, je t'en prie! Nous allons peut-être devenir amie, de toute façon. A la bastille, les prisonniers apprivoisaient bien les rats.
Commenter  J’apprécie          20
mandrake17mandrake17   16 septembre 2017
- J'espère qu'il aura une famille nombreuse et qu'ils seront tous noirs avec des turbans! Ça serait tellement exotique!
- Ah, y manquerait pu que ça! Déjà qu'y paraît que ce type est à moitié zinzin Si en plusse, y faut qu'y soit noir, y pourrait nous refiler des maladies!
Commenter  J’apprécie          00
mandrake17mandrake17   16 septembre 2017
Quand je pense que c'était la reine du pensionnat et que maintenant elle lessive les sols! C'est drôle, la vie, quand même!
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Audrey Alwett (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Audrey Alwett
Beignets de prédiction, grimoires volants, serpillière enchantée et pilleur d'âmes... Bienvenue dans le monde ensorcelant de Magic Charly! Audrey Alwett nous plonge dans une aventure de grande fantaisie, à la croisée des univers de Terry Pratchett, J.K. Rowling et Myazaki. A découvrir en librairie.
autres livres classés : pensionnatVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Princesse Sara - tome 1

Où Sara et son père habitaient avant ?

Aux Indes
En Angleterre
En France

7 questions
32 lecteurs ont répondu
Thème : Princesse Sara, tome 1 : Pour une mine de diamants de Audrey AlwettCréer un quiz sur ce livre
.. ..