AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 102780036X
Éditeur : Le Castor Astral (11/06/2015)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
« Lorsque Pierre Seghers, en 1957, me fit la surprise intimidante de publier, sous une couverture balafrée de flammes, quelques-unes de mes “écritures de nuit” formant contraste avec l’accent solaire du Temps des autres, j’ignorais que je m’aventurais au cœur d’un château hanté.
Le livre s’intitulait Cruels divertissements ; il regroupait des proses oniriques, parfois narratives, où battait secrètement le pouls du poème. Le titre de l’un des textes, “Prose de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   21 septembre 2017
Le miel de l'abîme (1999)
Des opéras crépusculaires


LA MACHINERIE

La façade tournait sur des gonds de cristal, révélant un boudoir d'une nudité sévère, qui donnait à penser. Par les fenêtres peintes en trompe-l'œil s'échappaient des enlacements ludiques de parfums, des solfèges d'orties blanches, des rhapsodies de caresses cruelles. La nuit, diva fatale, drapée de transparences, entrait en scène, armée d'un rasoir de givre dont le tranchant visait la carotide des choristes. Un ballet s'ensuivait, vrai régal
pour les monstres sensibles, comme on sait, aux meurtres délicats. D'assez sinistres drilles se repliaient en toute hâte vers la machinerie des sous-sols, les coulisses, les cintres : toile d'araignée d'échelles de corde et de passerelles métalliques par où se hisseraient plus tard, à pattes de velours côtelé, les complices.

p.97
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
coco4649coco4649   22 avril 2018
L'IMPARFAIT DE L'INVISIBLE


Il conjuguait sa vie à l'imparfait de l'invisible, au subjonctif
présent, à l'infini – auquel nul n'est tenu. Des messages cryptés
lui parvenaient depuis les confins du sommeil, calcinés, ahuris,
enchevêtrés à d'obscènes graffiti. Le fantôme de Dieu hantait
l'arrière-pays, offrant des morts aux fleurs sous l'aspect d'un
héron blanc occupé à aiguiser sur l'onde son image. Et soudain,
le poème, becqueté à cœur, frétillait hors du courant, étincelant
de toutes ses écailles dérobées à la lumière.

p.198

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
coco4649coco4649   19 septembre 2017
Proses de l'intérieur du poème (inédits)
La Durée Circulaire


MOTS SOMNAMBULES

Quand les mots somnambules vont et viennent sur les parvis
de la mémoire, dans l’intervalle, l’entre-temps, la césure
éblouie, quel au-delà s’avance à leur rencontre avec sa lampe
allumée en plein jour, comme l’Hermite des tarots ? À peine
entrebâillée, la fenêtre déverse en nos yeux la fraîcheur des
jacinthes d’eau et l’or en fusion du soleil alchimiste. Le temps
pensif, sourcilleux, fait son bourdonnement de guêpe prise au
piège d’une vitre, seul à durer parmi tant d’éternités en ombres
chinoises. Sur la laisse de mer, à la frange des grands textes,
les poètes cheminent, laissant la trace de leurs pas au bord de
la marée phosphorescente, dans la magnificence tragique de
l’espace. La phrase panoramique remonte ses filets débordant
d’archipels, de galaxies, de brouillons d’univers où la mort ne
constitue qu’une faute de frappe, tout début naissant de sa fin.
De vertige en voltige, du vol plané de l’étincelle à la respiration
glorieuse de la flamme, nous progressons ainsi vers les confins
tremblés de la parole, dépourvus de projet, libres dans la durée
circulaire, faisant halte de loin en loin en de vastes clairières.

p.231
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
coco4649coco4649   27 avril 2018
Cruels divertissements (1957-1969)


L'OR, L'AURORE
Extrait 3/3

Ébloui, divagant, menacé de naissance, je gagnai ce point
de l'horizon qui n'est plus tout à fait le domaine des humains
‒ et pas encore le terrain de chasse des dieux. Tout le jour,
je vivais avec le souvenir de cette vision imprenable sur
l'Intervalle, quêtant son retour, coincé entre deux infinis.

p.42(3)
Commenter  J’apprécie          100
coco4649coco4649   24 avril 2018
             Le Tireur isolé (2010)


            LES DEGRÉS DE L'EXTASE

                    XII
« Viens partager ma peau », suggère la promise contractant
l'alliance tel un virus colonial. Et lui, nageant la brasse sur des
flots de dentelles au point de neige ou d'air vers des oranges
exacerbées, des carmins turgescents : « l'espace d'un baiser me
sépare de tes lèvres. Sais-tu que je descends de Dieu par les échelles
du Levant ? Je connais les palais secrets du non-vu, les bons coins pour
la pêche et la recette à la sauce suprême. Sois mon Livre des morts
vénitiens, la nef de bon augure qui repart à vide, sans passager, avec
son chien mordeur de spectres. Je t'apprendrai la soif, le sens de la Nuit
et l'écriture à bâtons rompus de la fièvre. »

p.186
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Marc Alyn (1) Voir plusAjouter une vidéo

Marc Alyn : Paris point du jour
A la Cité Internationale Universitaire de Paris, Olivier BARROT reçoit Marc ALYN pour son livre "Paris point du jour". L'auteur y présente un Paris "caché".
autres livres classés : poésie en proseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
750 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre