AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Vanina (Traducteur)
EAN : 9782070702374
308 pages
Éditeur : Gallimard (14/11/1984)
Résumé :
Dans un coin abandonné et désert des entrepôts de Bahia, grand port brésilien, vivent en marge de la société de nombreux gamins surnommés les "Capitaines des Sables".
Vêtus de guenilles, sales, quasi affamés, lâchant des jurons et fumant des mégots, ils sont en vérité les maîtres de la ville, ceux qui la connaissent totalement, ceux qui totalement l'aiment, ses poètes. Ils volent, participent à toutes sortes de mauvais coups, et si habilement que la police ne... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
andman
  30 juin 2013
Jorge Amado a seulement 25 ans lorsqu'il écrit « Capitaines des sables » en 1937.
Ce roman se déroule à Salvador de Bahia, ancienne capitale du Brésil et point de convergence, à l'époque de l'esclavage, des cultures européennes, africaines et amérindiennes.
Les bas-fonds de cette ville chargée d'histoire où vivent les communautés les plus diverses inspireront le grand romancier brésilien tout au long de sa carrière. le sort des déshérités, les conditions de vie des laissés-pour-compte, les injustices sociales imprégneront l'oeuvre de cet écrivain proche du peuple.
C'est dans un entrepôt désaffecté, au bout d'un no man's land sablonneux, que nous faisons la connaissance d'un groupe d'adolescents livrés à eux-mêmes.
Patte-Molle, Sucre d'orge, Le Professeur, S'là-Coule-douce, le Chat, sont les pseudos qu'ils s'attribuent les uns aux autres. Seul un blondinet balafré, Pedro Bala leur chef, a conservé le nom de feu son père, leader syndicaliste des dockers piétiné par la cavalerie dix ans plutôt.
Ces enfants abandonnés n'ont que leur débrouillardise pour survivre, la mendicité et le vol partagent leur quotidien. Leur dextérité au poignard et au rasoir compense leur manque de force face aux adultes. Leur complicité, leur amitié, leur solidarité sans bornes permettent à ces jeunes garçons en manque d'amour de malgré tout se raccrocher à une certaine humanité.
Seul adulte à connaître leur repère, l'abbé José Pedro a toute leur confiance et certains d'entre-deux sont sensibles à son message de paix. Mais la grande majorité n'a pas une âme d'enfant de choeur et les instincts primaires priment souvent sur la raison.
Le lecteur appréciera néanmoins les déambulations de ces gamins espiègles dans la chaleur des rues fleuries de Bahia.
Apparaît alors l'énorme fossé existant entre les bas quartiers miséreux du port et les riches demeures dans la partie haute de la ville. Par petites touches, sans forcer le trait, l'écrivain donne l'impression d'idéaliser le comportement de survie des Capitaines des sables ; il ne glorifie pas leurs exactions mais n'est pas loin de leur trouver des excuses au regard du monde sans pitié qui leur est imposé.
Près d'un siècle plus tard, les disparités au sein de la société brésilienne sont à peine moins criantes et les manifestations de masse dans les grandes villes du pays, ces dernières semaines, auraient probablement inspiré la plume militante du regretté Amado.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
tristantristan
  14 août 2018
Ce roman se divise en trois parties. Dans la première, la poésie et le ton narratif élégiaque de cette partie divisée en contes n'est pas sans rappeler la voix off du film "300". Mais, au lieu d'aller au bout de son propos ou de son thème, à l'instar d'un roman de B.Traven, Jorge Amado hésite entre plusieurs chemins: les enfants voyous manquent de tendresse, de famille, d'amour; c'est de la faute de l'Eglise, des riches, du capitalisme...Les deux dernières parties, plus courtes sont décevantes en regard de la grande force atteinte dans la première. Ainsi, pour vouloir donner un final à chacun des ses héros ou anti-héros, l'auteur aboutit platement à la plate conclusion que nul n'échappe à son destin. Quant à la partie où tous renoncent à traiter un arrivante de treize ans comme ils en ont l'habitude parce qu'ils voient en elle leur mère (!?) cela rabaisse le récit à un roman à l'eau de rose ad'autant que ce n'est pas crédible vu le passé -ou le passif- évoqué dans la première partie. Ce qui est fort bien rendu, par contre, c'est l'idée selon laquelle les enfants défavorisés se refusent à saisir la chance qui leur est parfois offerte pour se réfugier dans le conformisme, la routine sécurisante de leur vie de groupe et finalement se repaître du malheur qui les accable et s'auto-alimenter de la haine qu'ils ont accumulé pour moteur de leur existence. Ce n'est pas sans rappeler sur ce point l'épopée d'Omar Elkarraz contée dans "Confession d'un acteur déchu" qui, lorsqu'on l'appelle pour lui dire qu'il est "nommé" aux César raccroche en disant: Vas-y. Je te rappelle. Il préfère en effet se rendormir et ne sait même pas ce que sont les César.
Pour un plaisir de lecture maximum, on peut vraisemblablement s'arrêter à la fin de la première partie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
JeanPierreV
  15 novembre 2018
Avec Capitaines des sables, on est bien loin du Brésil qui fait rêver, celui du Carnaval, des grandes plages de Copacabana, des belles filles siliconées en maillots de bains "timbres poste". On voyage au contraire dans le Brésil qu'on ne montre pas, qu'on tait sur les brochures touristiques, celui de la violence, du vol, du viol, des favelas. Bien qu'écrit il y a plus de 80 ans, en 1937, Capitaines des Sables, n'en conserve pas moins, de ce fait une actualité brûlante.
Les Capitaines des sables sont ces enfants abandonnés ou orphelins, vivant en groupe pour commettre leurs vols et autres méfaits. Ils sont une centaine, âgés de 8 à 16 ans, qui volent dans les maisons de riches, se cachent de la police, et n'hésitent pas à jouer du couteau...
Malgré leurs méfaits, on n'arrive pas à les haïr, sauf peut-être quand ils violent sur le sable des gamines de leur âge, de 8 à 10 ans. Ils savent jouer de leur jeune âge, de leurs guenilles, de leurs mensonges pour se faire plaindre des bourgeois, des femmes seules, pour se faire embaucher pour quelques pièces en portant des paniers de provisions. Alors ils peuvent entrer, pour quelques minutes ou quelques jours selon les larmes qu'ils suscitent, dans ces appartements de riches où ils repèrent les objets à voler.
Ils nous sont parfois sympathiques, ces gamins qui couchent, à même le sol, dans un grand hangar désaffecté, que la police cherche en vain à localiser.
L'auteur fait tout pour nous les faire aimer, il donne à chacun d'eux un surnom qui attire le sourire et la sympathie : Chéri-du-Bon-Dieu, S'la-Coule-douce, Coude-Sec, Sucre d'orge, Patte-Molle, José la Fouine... Des petits caïds dirigés par un gamin de 15 ans Pedro Bala. Ils se battent rarement entre eux, ils respectent le chef, ils ont leur code d'honneur.
Rares sont ceux qui veulent les aider, seul un prêtre José Pedro fait tout pour les sortir de leur condition. Pour cela il n'est pas apprécié de sa hiérarchie qui préfère le faste, l'argent.
Roman social avant tout, parce qu'il dénonce à la fois le régime brésilien et et l'église qui ne font pas grand chose pour éradiquer cette pauvreté, Capitaine des Sables est l'un des marqueurs de cette époque et d'un homme, Jorge Amado. Celui-ci n'adhérait pas encore au parti communiste quand il écrivit ce livre en 1937. Ce n'est qu'en 1941 qu'il devient compagnon militant du PC brésilien. Ainsi, on comprend mieux la construction du livre, la personnalité des gamins, l'absence de sentiment de rejet de la part du lecteur. Ce livre est écrit pour dénoncer un état de fait brésilien, pour montrer du doigt un régime qui accepte cette pauvreté, et ne l'élimine qu'en éliminant les meneurs, des gamins quand ils sont arrêtés.
Les bons d'un côté, les mauvais de l'autre.
On n'aide pas ces gamins à écrire leur histoire, on la gomme.
Alors que l'actualité, mettait ce pays au devant de la scène politique, que le Brésil s'apprêtait à élire un nouveau président de la République d'extrême droite, j'ai éprouvé le besoin de lire un auteur emblématique de ce pays, de son histoire, et ce fut Jorge Amado.....sans doute pas l'un des auteurs les plus connus en France si l'on en juge le nombre d'avis sur ses ouvrages, et ce fut ce livre aux feuilles jaunies, sentant bon la poussière des bibliothèques.
D'autres livres de cet auteur sont déjà dans ma liste de découvertes à entreprendre....mais il il en a tant !
Je n'aurai peut-être pas le temps de tous les lire, comme dit la chanson. Chaque jour de nouveaux titres s'ajoutent aux plus anciens
Lien : https://mesbelleslectures.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
filippo
  21 juillet 2014
Les enfants du paradis
Salvador de Bahia, Brésil, années 1930.
Les capitaines des sables, bande de gamins des rues abandonnés, survivent par de menues rapines. Dans cette ville magnifique, libres comme l'air, ils forment un groupe uni par son chef, Pedro Bala. Chacun a un surnom évocateur : le Chat, Patte-molle, Joao Grande, Le Professeur, S'la coule douce, Sucre d'orge… Ils vivent en communauté dans un entrepôt abandonné : les grands protègent les petits, ils partagent tout.
Leur fraternelle débrouillardise leur permet d'échapper à la police, à l'orphelinat, à la maison de correction. Sur la plage, ils découvrent l'amour avec de jeunes mulâtresses. Les seuls adultes qui côtoient leur univers sont le curé José Pedro ou le pêcheur Chéri du bon Dieu.…
Jorge Amado, né en 1912, décédé en 2001, est le Victor Hugo des brésiliens. Ecrivains des pauvres, des exploités, des victimes d'une société injuste et égoïste, il magnifie la bonté et l'intégrité de ses personnages en nous faisant rêver.
« Capitaines des sables » est une suite de courtes histoires qui créent une douce ambiance tropicale pleine d'enfants métissés dans une ville colorée. C'est vraiment bien écrit et tellement agréable…
Ma critique pourrait s'arrêter là.
Mais il faut aussi savoir qu'Amado a écrit ce roman en 1937 alors qu'il était communiste et qu'il a été publié en France en 1952, avant la mort de Staline.
« Capitaine des sables » est donc typique d'une littérature qui a idéalisé une situation sociale à des fins politiques. Si on le compare à « La cité de Dieu », de Paulo Lins, qui évoque l'ultra violence des gamins des favélas de Rio, on se demande si on n'est pas dans le monde des Bisounours .
Ne nous leurrons pas. Derrière les jeunes filles en fleur rencontrées sur la plage, il y a des viols, et dans les fuites éperdues après un larcin, il y a des coups de rasoir, ou de pistolet, des morts…
Mais cela ne met pas en doute la sincérité de l'auteur, ni son talent, qui est immense.
Jorge Amado savait transformer l'enfer en paradis, le cauchemar en doux rêve exotique, de violents faits divers en épopée.
N'est-ce pas la marque d'un grand écrivain ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
briochinho
  26 avril 2021
Le livre est sublime. Un bijou de Jorge Amado qui nous emmène à la rencontre des enfants des rues de Salvador de Bahia dans les années 20. Une bande solidaire qui se débrouille pour survivre au gré de leurs mille et unes magouilles. On rit avec eux, on pleure avec eux aussi.
J'ai un grand regret. La traduction ne rend pas tout le temps hommage à l'oeuvre original. Bien sur, la traduction est un exercice compliqué et qui n'est parfois pas tant fidèle au texte de base. La poésie de Jorge Amado se perd un peu en la lisant en français.
Qu'importe, " Capitaines des sables" restera une excellente découverte pour qui veut découvrir Salvador et sa magie envoûtante, de même que les critiques sociales d'un société brésilienne, qui, cent ans après, conserve les mêmes tares et défauts sociaux.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
andmanandman   24 juin 2013
On l'avait surnommé le Professeur, parce que, dans un livre volé, il avait appris à faire des tours de prestidigitation avec des mouchoirs et des sous, et aussi parce qu'en racontant les histoires qu'il lisait et beaucoup d'autres qu'il imaginait, il avait le grand et mystérieux pouvoir de les transporter en des mondes divers, il avait le pouvoir de faire briller les yeux vifs des Capitaines des Sables, comme, seules, brillent les étoiles de la nuit de Bahia.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
SachenkaSachenka   22 mai 2015
"Il m'a dit que j'étais un sot et que j'ignorais ce que c'était que jouer. Moi, je lui ai répondu que j'avais une bicyclette et bien d'autres jouets. Il a ri et déclaré qu'il avait, lui, la rue et les quais. J'ai fini par le trouver sympathique ; on dirait un de ces garçons de cinéma qui s'enfuient de la maison pour vivre des aventures."
Commenter  J’apprécie          280
andmanandman   27 juin 2013
Pedro Bala sentit une vague déferler en lui. Les pauvres ne possédaient rien. L'abbé José Pedro disait que les pauvres, un jour, iraient dans le royaume des cieux où Dieu serait le même pour tous. Mais la jeune raison de Pedro Bala ne trouvait aucune justice là-dedans ; au royaume des cieux tous seraient égaux. Mais déjà sur la terre ils ne l'auraient pas été ; la balance, toujours penchait d'un côté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
andmanandman   29 juin 2013
On n'eût jamais dit un midi d'hiver. Le soleil laissait tomber sur les rues une douce clarté, qui ne brûlait pas, mais dont la chaleur était caressante comme la main d'une femme. Dans le jardin le plus proche, les fleurs s'épanouissaient en gerbes de couleurs. Marguerites et dames-d'onze-heures, roses et œillets, dahlias et violettes.
Commenter  J’apprécie          190
tristantristantristantristan   13 août 2018
L'abbé José Pedro mit la main à la poche de sa soutane, sortit le bréviaire noir. Il l'ouvrit et, de l'intérieur, tira quelques billets de dix mille reis:
- Ca, c'est pour que vous alliez tous sur le manège aujourd'hui... (...)
- Mon père vous êtes un homme bon. (Il eut envie de dire que le père était aussi bon que Joao Grande, mais il pensa que le prêtre, peut-être, s'offenserait s'il le comparait à un Noir); Mais, ce qui se passe c'est que Patte-Molle et Coude-sec travaillent tous les deux au manège. Et on est tous invités
( ...)
- Ca vaut même mieux comme ça. Parce que l'argent que j'avais...
Et il se tut soudain devant ce qu'il allait livrer. Il pensa que cela, peut-être, avait été une leçon de Dieu, un avertissement
(...)
Mais Joao Grande comprit tout, bien qu'il fut le plus borné de tous
- C'était celui de l'église, mon père?
(...)
Sucre-d'Orge pensa que cela avait été un grand pêché, mais il sentit que la bonté du prêtre dépassait le pêché.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Video de Jorge Amado (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jorge Amado
Adriana Brandão auteur de "Les brésiliens à Paris, au fil des siècles et des arrondissements" vous parle d'un texte et d'un auteur important pour elle : "Dona Flor & ses deux maris" de Jorge Amado.
Dans la catégorie : Littérature portugaiseVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Littérature portugaise (227)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
296 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre