AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Alice Raillard (Traducteur)
EAN : 9782070384266
192 pages
Gallimard (27/11/1991)
3.71/5   38 notes
Résumé :
En plein cœur de la vieille Bahia, une ancienne bâtisse coloniale, apparemment comme les autres, au n°68 de la Montée-du-Pelourinho.
Quatre étages. Un escalier obscur. Le bistrot de Fernandes sur le devant. Dans les cent seize chambres, plus de six cents personnes, sans compter les rats. Isaac, dona Risoleta, la douce Linda, le Noir Henrique, Arthur dont la machine a broyé les deux bras, qui mendie et fait peur aux enfants, l'agitateur Avaro Lima... c'est tou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
OverTheMoonWithBooks
  30 juin 2021
Jorge Amado nous amène dans un quartier du centre de Salvador de Bahia, ville la plus métissée du Brésil et la ville d'où il est originaire. La vie s'y écoule au rythme de la sueur versée par les miséreux, marginaux et déclassés de la ville . Qu'ils la perdent au travail où ils sont exploités, dans les bras d'individus en manque ou en soucis, ce qui est sûr c'est qu'ils n'en manquent pas au n°68 de cette rue.
Ainsi, dans ce petit livre de 190 pages, le Victor Hugo brésilien dresse un kaléidoscope de portraits d'individus dans le quotidien est rythmé par la violence, l'insalubrité, l'exploitation des Blancs, la lubricité (allant de la prostitution, au voyeurisme, à l'homosexualité ou à la pédophilie) et l'absence d'intimité.
Dans chaque portrait et chaque instant volé pour les yeux du lecteur, il y a quelque chose de très baroque dans ces descriptions. A l'inverse de Victor Hugo, à aucun moment Jorge Amado ne verse dans le pathos ou la victimisation. Au contraire il dépeint ses personnages avec beaucoup d'humour comme s'ils se vengeaient de la vie dans la crasse par la dérision et le rire (et les moqueries aussi).
Cette communauté vivant dans les années 1930, et donc affectée de plein fouet par la crise économique américaine, la conscience de classe et d'oppression et de déterminisme sociaux sont très forts.
On sent la sympathie et même la tendresse qu'éprouve l'écrivain pour ces personnages en marge de la société blanche aisée. Dans ce livre qui est davantage un assemblage de vignettes qu'un roman avec un développement de péripéties, la volonté de Jorge Amado de donner des visages, des noms et des vies à la pauvreté est évidente.
Pour ma part j'ai été très sensible :
* à la profusion de langues et de couleurs des personnages qui viennent aussi bien d'Europe de l'Est ou de l'ouest, de pays arabophone ou qu'ils soient descendants d'esclaves ;
* aux quelques scènes où l'hypocrisie et l'opportunisme de l'Eglise sont mis en lumière de façon très brutale (à l'inverse de comportements violents des personnages) ;
* à la situation des femmes qui subissent différentes violences culturelles surtout tant leur seule valeur se mesure à leur apparence et leur capital "désirable sexuellement".
Si je suis contente d'avoir pu enrichir ma culture littéraire avec cette lecture, pas sûre que je réitère l'expérience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
tristantristan
  02 février 2020
Plongée dans la misère absolue doublée d'analphabétisme parmi les thèmes chers au romancier brésilien : la pauvreté des familles aux rejetons innombrables et la prise de conscience de classe des miséreux destinés à se révolter contre les puissants et les oppresseurs.
L'ensemble est un peu répétitif et pas follement gai.
Commenter  J’apprécie          170
Marti94
  31 mai 2015
J'hésite un peu à noter ce roman de Jorge Amado car il y a un gouffre entre le fond et la forme.
Je ne sais pas pourquoi le titre n'est pas traduit alors que les chapitres le sont, notamment celui qui a pour nom « sueur » et non « suor ». Ça n'est pas plus gênant que ça mais c'est un signe car le principal problème de ce beau roman est qu'il est mal traduit ou plutôt que la traduction a vraiment perturbé mon plaisir de lecture. Il y a beaucoup d'expressions qui ne sonnent pas brésilien comme « crénom ! » par exemple. Même si ce n'est pas faux, j'ai été perturbé par le vocabulaire qui ne me semble pas être celui des bas-fonds de Bahia.
Ceci-étant, j'ai aimé ce roman du l'éveil de la conscience de classe. « Suor » est un huis-clos qui se déroule dans une maison coloniale au 68, Montée du Pelourinho à Bahia au Brésil. Dans cette bâtisse insalubre vivent des hommes, des femmes et des enfants qui ont pour point commun la pauvreté. Amado dresse les portraits d'ouvrier, chômeur, couturière, tuberculeuse, mendiant, prostituée et « laveuses mulâtresses, portugaises, Arabes, vieilles et jeunes… ». Chacun va essayer de survivre mais c'est la solidarité de classe qui va l'emporter face au propriétaire quand l'administration veut faire payer une amande pour des latrines insalubres. C'est un beau moment d'espoir dans cette fresque du peuple brésilien exploité.
Lu en mai 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
capujojo
  20 septembre 2011
J'ai découvert Jorge Amado en lisant ce livre, j'avais 15 ans. Cette invraisemblable galerie de portraits m'a fascinée et m'a encouragée à lire d'autres oeuvres de cet auteur au style unique qui est devenu l'un de mes préférés...
Plus de 20 ans après j'ai pu réaliser mon rêve et aller visiter Bahia et son Pelourinho, qui n'avaient, depuis cette lecture, plus jamais quitté mon esprit.
Je ne peux que recommander très chaleureusement la lecture de Suor pour découvrir le grand Jorge.
Commenter  J’apprécie          40
Chixoo
  23 juillet 2017
Un peu moins enthousiaste que mes 2 collègues critiques, l'absence d'intrigue et de cheminement dans le récit m'a manqué.
Tel "la vie mode d'emploi" de Georges Perec on navigue d'un étage à l'autre et d'un occupant à son voisin, le tout constituant certes un microcosme typique mais qui aurait fini par lasser si Jorge n'avait pas su s'arrêter à temps.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MorriszappMorriszapp   11 août 2009
- Tu sais quelle est la meilleure chose du monde ? […] Tu ne sais pas ce que c’est ? C’est le cheval. S’il n’y avait pas le cheval, le Blanc monterait le Nègre… »
Commenter  J’apprécie          70
Marti94Marti94   31 mai 2015
Femmes sans noms. Marias de nationalités les plus diverses. Mariées les unes, à des hommes qui n’avaient pas non plus de noms ; d’autres, célibataires, grosses ou maigres, malades ou en bonne santé, avec un seul trait d’union : la pauvreté dans laquelle elles vivaient.
Commenter  J’apprécie          20
Marti94Marti94   27 mai 2015
- Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !
Cri qui pourrait les mener en prison, faire qu’on les batte et les déporte, mais qui pourrait briser les prisons, en terminer avec les coups et les déportations.
Commenter  J’apprécie          20
Marti94Marti94   27 mai 2015
Jamais plus Linda ne rêva de mariage. Jamais plus elle n’alla à l’église. Et elle se mit à travailler avec le camelot, muette, grave, se sentant sœur de tous ces gens qui habitaient le 68, ouvriers, Arabes, vagabonds, malades, couturières, prostituées.
Commenter  J’apprécie          10
tristantristantristantristan   02 février 2020
- Un homme pour être un homme doit boire de la cachaça, coucher en tôle et avoir la gonorrhée...
Commenter  J’apprécie          40

Video de Jorge Amado (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jorge Amado
Adriana Brandão auteur de "Les brésiliens à Paris, au fil des siècles et des arrondissements" vous parle d'un texte et d'un auteur important pour elle : "Dona Flor & ses deux maris" de Jorge Amado.
Dans la catégorie : Littérature portugaiseVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Littérature portugaise (227)
autres livres classés : littérature bresilienneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
320 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre