AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de avatar905


avatar905
  07 novembre 2013
J'ai commencé ce livre avec appréhension, car le titre peut paraître très vulgarisé, et ainsi perdre en profondeur de contenu.

Mais j'ai été plutôt comblé par ce livre qui décortique, à travers l'oeuvre et la pensée de Joseph Campbell, les mythes de la planète.

On découvre ce que les mythes ont en commun à travers la planète, leur fonction dans la société, leur évolution au cours de l'histoire, et leur importance fondamentale, quel que soit l'époque.

L'auteur explique également l'importance de comprendre son propre mythe:
C'est quand on a compris que la vie n'a pas de sens en soi qu'il nous appartient de lui en donner un, pour notre existence à nous. Et donner un but a son existence revient en fait à accomplir son mythe personnel.

C'est donc avec une grande clarté et avec une finesse tout aussi grande que Laureline Amanieux analyse avec nous une vision originale de la spiritualité, et nous propose d'imaginer à quoi pourrait ressembler un monomythe planétaire, non pas universalisant, mais s'enrichissant de la diversité des cultures et des sociétés, pour se renforcer de cette différence.
Campbell invite à concevoir un mythe qui verrait comme une abbération l'idée d'un culte local qui voudrait imposer sa vision à toute la planète. Un mythe planétaire doit permettre d'incorporer toutes les croyances de la terre, jusqu'à la plus minoritaire.

S'intéresser aux autres mythes, loin d'attiser les conflits, conforte dans la croyance, et permet de voir l'autre comme un frère, et non comme un ennemi.

Un mythe moderne est lié à notre monde de la communication, et du fait que, comme le précise Hanna Arendt, l'universalisation du monde est impossible, alors il faut accepter la pluralité des cultures, et penser le monde en terme de diversité, partie intégrante d'un idéal.
Commenter  J’apprécie          30



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (1)voir plus