AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221005031
Éditeur : Robert Laffont (01/06/1970)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Il y a encore mille choses à dire sur ce livre foisonnant, passionnant, qui relève l'essentiel des contradictions dont est tissée l'histoire du christianisme et qui invite tout lecteur conscient de sa liberté de pensée à s'interroger encore, et encore, et encore, non pour se dresser contre les abus d'une religion (le christianisme n'est pas la première religion bâtie sur l'escroquerie et le mensonge) mais tout simplement pour avancer un peu plus dans la compréhensio... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Woland
  31 mai 2008
Dans les années soixante, Robert Ambelain, gnostique, martiniste et franc-maçon, passionné par l'ésotérisme, s'attaquait à une figure-clef de la civilisation occidentale, celle dont la date (estimée) de naissance décompte nos siècles et nos millénaires : Jésus de Nazareth.
D'emblée, Ambelain reconnaît l'existence de Jésus en tant que personnage historique et incontournable. Ce qu'il rejette, c'est évidemment sa filiation divine mais il va même plus loin puisqu'il lui dénie sa qualité de prophète essentiellement religieux. Toutes proportions gardées, Jésus fut, comme Mahomet, un chef politique. Mais, à la différence de l'illuminé de Médine, qui parvint à fédérer ses partisans et à fonder un gouvernement où le spirituel (ou prétendu tel) se mêlait au temporel. Cela, Jésus n'y parvint pas mais ses disciples, eux, allaient, en s'appuyant sur sa mort, transformer sa défaite en une victoire éclatante.
Dans la vie du Jésus historique, s'il y a bien une Marie qui fut sa mère incontestée (et qui était de souche davidique), il n'y a pas de Joseph. Ambelain soutient que le père de Jésus n'était autre que Juda de Gamala, reconnu comme le Messie par ceux qui, dans le peuple juif - et ils étaient nombreux - rêvaient de restituer son indépendance à la Palestine. le père de Judas de Gamala, Ezéchias, avait lui-même reçu ce titre - et fut crucifié bien avant son petit-fils pour avoir, lui aussi, osé s'opposer à la toute-puissance romaine.
Ambelain affirme - et ses arguments ont du poids, je vous l'assure - que le fameux Simon Pierre était l'un des frères de Jésus et que le non moins célèbre Judas l'Iscariote, qui le trahit, était son neveu. Tant Simon que Judas étaient des sicaires - ainsi appelés du nom de la petite épée qui leur servait à se défendre ou à attaquer, la sica - sorte de garde rapprochée du chef politique, formée des membres les plus habiles et les plus impitoyables (les plus fanatiques aussi) de la secte des zélotes à laquelle, sans contestation possible, appartenait le fils de Marie.
Celui-ci serait né entre 16 à 17 ans avant la date fixée par le Vatican et aurait par conséquent approché de la cinquantaine à sa mort. Comprenant avec l'âge qu'il courait à l'échec politique, il aurait alors songé à rallier le peuple juif par le biais de la seule religion. Sa crucifixion la tête en haut - fait curieux dont Ambelain n'est d'ailleurs pas le seul à avoir parlé - prouve que, parmi les accusations portées contre lui, figurait celle de meurtre. Ce qui n'étonnera guère le lecteur à qui Ambelain a rappelé le passage de St-Luc - évangile pourtant "officiel" - où Jésus ordonne, de façon assez sibylline, d'égorger ceux qui se dressent contre lui.
En effet, s'il n'avait été qu'un rebelle séditieux et sans envergure, Jésus aurait été crucifié la tête en bas. La loi romaine, qui prévalait alors en Judée, est formelle sur ce point et on se demande bien pourquoi les Romains auraient changé leur façon de faire en faveur (!!!) de Jésus.
Il y a encore mille choses à dire sur ce livre foisonnant, passionnant, qui relève l'essentiel des contradictions dont est tissée l'histoire du christianisme et qui invite tout lecteur conscient de sa liberté de pensée à s'interroger encore, et encore, et encore, non pour se dresser contre les abus d'une religion (le christianisme n'est pas la première religion bâtie sur l'escroquerie et le mensonge) mais tout simplement pour avancer un peu plus dans la compréhension de soi-même et, qui sait, de l'univers.
Un grand livre. Lisez-le. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
WolandWoland   04 janvier 2009
* Saviez-vous pourquoi, à partir de la seconde moitié du Xllle siècle, l'Ordre du Temple imposa à ses nouveaux affiliés le rejet de la croyance en la divinité de Jésus et revint au Dieu Unique ?

* Saviez-vous que les Cathares, bien avant les Templiers, connurent le secret des origines réelles de Jésus de Nazareth, et que ce fut, pour les uns et pour les autres, le principal motif de leur destruction ?

* Saviez-vous que Jésus naquit en réalité en 16 ou 17 avant notre ère, et qu'il fut crucifié par les Romains en, 33 ou 34, âgé d'environ cinquante ans ?

* Saviez-vous qu'il était de lignée davidique et royale, qu'il brigua la royauté d'Israël, et qu'il fut à ce titre, après son père, Juda de Gamala, et son aïeul Ezéchias, le chef de la résistance juive contre les Romains?

* Saviez-vous qu'il fut crucifié la tête en haut, comme il en était alors pour les esclaves rebelles et les malfaiteurs, et non la tête en bas, comme d'usage pour les rebelles politiques ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
WolandWoland   04 janvier 2009
Ce premier recensement eut lieu alors que Quirinus était gouverneur de Syrie. Tous allaient se faire inscrire, chacun dans sa ville. Joseph, aussi, monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée, dans la cité de David appelée Bethléhem, parce qu'il était de la maison et de la lignée de David, avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte.

(...) ... Ce dénombrement est un fait réel, historiquement indiscutable, consigné dans l'histoire et dont la date est précise, certaine. Il eut lieu en effet après la déposition d'Archélaüs, fils d'Hérode, roi de Judée, suivi de son exil en Gaule, à Vienne, dans la vallée du Rhône plus précisément. (Cf. Flavius Joseph - Antiquités judaïques - Livres XVII et XVIII)

Ainsi, le Jésus de l'Evangile selon Matthieu a déjà onze ans lorsque naît, dans les mêmes conditions et au même endroit, le Jésus de l'Evangile selon Luc. En un cas comme dans l'autre et eu égard à l'anathème du Concile de Trente, nous aurons toujours tort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
WolandWoland   04 janvier 2009
D'autre part, Jésus englobe sa mère dans ceux qui ne le suivent pas doctrinalement, nous l'avons vu dans Marc (III - 31/35) et dans Luc (VIII - 19/21) cités ci-dessus.* Mais Jean (VII - 5 ) confirme ce fait : " ... eux non plus ..." Dès lors, comment imaginer que Marie a pu voir et entendre l'Ange Gabriel, croire ce qu'il lui annonçait au point de se mettre immédiatement en route pour aller en Judée voir Elisabeth ..." [sa cousine, enceinte de Jean le Baptiste, naissance également annoncée à Marie par le fameux Ange Gabriel]" ... et, par la suite, ne plus croire en la mission divine de son fils ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
>Religion>Christianisme, Théologie chrétienne>Jesus-Christ et sa famille. Christologie (104)
autres livres classés : jésus christVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur des classiques connus

Victor Hugo:

Atlantide
Notre-Dame de Paris
La mer rouge

20 questions
8749 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre