AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070302938
Éditeur : Gallimard (15/09/2003)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 46 notes)
Résumé :
On ne voyait rien que le ciel bas, sauf quand la barque piquait du nez... Vingt ans après, dans l'alignement blanc parfait des croix, le cimetière militaire américain d'Omaha Beach offre sur la mer calme un point de vue à couper le souffle... Le sergent Reilly se souvient. Il est le gardien de ces tombes ; la mémoire et le seul survivant de la 4e section. Il a refait sa vie et connaît les magouilles sordides des paysans locaux. Un petit monde matois, sous tension, à... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
SZRAMOWO
  27 décembre 2018
La lune d'Omaha, est un roman écrit en 1964 qu'il faut se garder de lire avec nos yeux et nos émotions du XXIème siècle.
L'oeuvre, n'ayons pas peur des mots, d'Amila, est une fresque réaliste et crédible des travers de la société française des années soixante. De Gaulle a tant bien que mal « réconciliés » les résistants et les collabos, dans une France fracturée par la guerre. le pays cherche sa sérénité dans un essor économique qui a du mal à s'élever contrairement à ce qui se passe ailleurs en Europe, notamment en Allemagne.
Le général lui-même affirmait « Il me semble, cependant, qu'un souffle de redressement, quoiqu'extrêmement timide et léger, commence à rider parfois l'eau dormante qu'est notre pays »…C'est dire !
Amila situe ses polars dans ce contexte particulier avec la verve, la hargne et le talent qui le caractérise, chacun d'eux éclaire l'un des travers de cette France des années 1960.
Dans la lune d'Omaha, le récit se situe à la fois en 1944, le D-Day, et 20 ans après.
Pour les soldats US venus le 6 juin reprendre le pays à l'occupant nazi, la guerre n'a pas été une partie de plaisir. Chair à canons, ils ont scrupuleusement suivi la stratégie de leurs chefs :
« …foutez des hommes dans un merdier, ils se débrouilleront bien pour en sortir ! »
Reilly et Hutchins étaient parmi les braves. Ils s'en sont sortis. Mais à quel prix ?
Lorsqu'ils se retrouvent sur le terrain du cimetière d'Omaha dont Reilly est l'un des gardiens ce n'est pas sans surprises. Mais je ne vous en dit pas plus…
Le récit est construit sur deux thèmes favoris de Jean Amila :
L'absurdité de la guerre qui ne se soucie guère des soldats : « (…) les guignols super galonnés qui avaient préparé ce joli plan d'attaque (…) encore à Londres, pour ne pas trop exposer les cerveaux au feu de l'ennemi », et met leur sacrifice en avant pour mieux célébrer sa soif perpétuelle de sang. le cimetière objet de toutes les attentions en est la preuve.
Les relations homme femme : les héros ne seraient rien sans leurs épouses. Dans le récit, quatre couples se disputent les rôles.
Le sergent Steve Reilly ne sait plus entretenir la flamme amoureuse de sa jeune épouse Claudine Deshayes, «Vingt ans de moins que lui, fille d'un horticulteur de Bayeux. ».
Son supérieur le capitaine Mason « pantalon tergal et chemise fantaisie très bariolée » est marié à Norah « Une fille de haute éducation (…) grande un peu voutée, fagotée à l'artiste.», lui est amateur de Guy de Maupassant.
Antoinette est mariée à Fernand Delouis le fils d'Amédée le fournisseur officiel de fumier du cimetière, ils entendent bien prendre la succession du père après son décès.
Janine et Georges Delouis apparaissent le jour des funérailles d'Amédée dont Georges serait un fils naturel caché…
Le territoire du cimetière placé sous autorité américaine est l'objet de toutes les convoitises de la part des autochtones. Marchés juteux de fumier pour améliorer le gazon, trafics de toutes sortes avec la complicité passive de l'administration. Rentes de situation que les américains attribuent à leur gré.
Le décès du père Amédée et l'apparition de Georges vont gripper cette mécanique bien huilée. de la confrontation des quatre couples, jaillira un secret qu'il est de l'intérêt de tous de cacher.
Une fois de plus, Jean Amila nous mène aux confins des relations sociales, là où l'individu fait primer son intérêt privé au détriment de l'intérêt général et des valeurs morales.
Encore un grand Amila.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Pol-Art-Noir
  07 avril 2013
06 juin 1944, le débarquement en Normandie comme si vous y étiez. Premier régiment d'infanterie américain, le grand "Un" rouge, compagnie C, quatrième section, au fond de sa barge :
"Brow regardait vers la France, et la France fumait (...). À perte de vue dans la grisaille on pouvait voir le flotte d'invasion ; mais au ras des vagues cela perdait toute grandeur. Chacun pour soi, dans la morne résignation du troupeau de bêtes qu'on conduit à l'abattoir."
Un vrai carnage... de la quatrième section, seul le sergent Reilly en réchappera. Vingt ans plus tard, il est devenu un des gardiens du cimetière militaire américain d'Omaha Beach, veillant sur l'armada de jardiniers locaux qui entretiennent les gazons impeccables ; il est même marié à une jeune française. La mort d'un de ses "employés", le père Amédée Delouis, va être l'occasion de prises de conscience et de nombreux bouleversements...
Jean Amila commence son récit en décrivant par le détail cette guerre qu'il exècre. Il le fait admirablement, avec des mots d'une justesse infinie qui rendent palpable l'atrocité vécue par les premières lignes, la chair à canon, celle qui ne porte jamais les galons...
Puis vient le sergent Reilly, homme d'honneur, gardien de cette citadelle de la mémoire qu'est le cimetière, ne brillant pas par son intelligence mais droit dans ses bottes. Ses certitudes d'homme simple vont être mises à mal par la mort du père Delouis et la révélation de secrets peu ragoûtants. Reilly est confronté aux magouilles des paysans locaux, décrits comme rapaces et charognards, avides, secrets :
"L'ennui dans la discussion avec un Normand, c'est qu'on ne sait jamais s'il sait. Et il faut toujours agir de l'ai entendu qui laisse savoir qu'on sait qu'il sait qu'on sait ; ce qui va des fois très loin et on ne s'y retrouve plus !"
"Ça ressuintait la haine de Bas-Normands, longtemps retenue, comprimée par des années de sourires et pchitant tout d'un coup, mais en ayant bien soin de ne pas se mettre dans son tort !"
Jean Amila n'aime pas ces gens-là, ce qu'ils représentent, et il sait le montrer, mais il les connaît suffisamment pour pouvoir décrire leurs travers avec un telle pertinence.
Mêlée aux malheurs générés par la guerre, l'auteur nous présente une galerie de personnages simples, humains, pris dans les soubresauts de la violence étatisée, broyés par L Histoire des hommes qui fait de ceux qui tombent au combat des héros. Une histoire de morale formatée, mal placée, alors que la vie est ailleurs, servie par un style d'une clarté éblouissante, simple et travaillé, limpide, où chaque mot est à sa place et où les images sont d'une netteté saisissante :
"Elle avait le goût pour la plonge, comme les âmes droites. Curer, laver, frotter, essuyer. Une façon comme une autre de garder son équilibre."
Un livre magnifique !
Lien : http://www.polarnoir.fr/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
frmwa
  29 novembre 2018
La longue introduction qui décrit le débarquement sur Omaha Beach est saisissante et vous prend au ventre. Elle m'a rappelé, la première partie du film "Il faut sauver le soldat Ryan" (la meilleure). Au ras du sol, on ne voit rien, on subit. Quoique plus faible, et après une description sans concession des petits profits engrangés par les petits opportunistes, la suite pose d'intéressantes questions éthiques par rapport à la désertion, la mémoire et son effacement d'une génération à l'autre, le respect, et la main-mise d'un être sur un autre, qui donne lieu à un retournement de valeurs original et inattendu. Merci à Szramowo pour la découverte de l'auteur et à Pecosa pour ses conseils de lectrice, toujours précieux.
Commenter  J’apprécie          71
pit31
  02 mai 2019
"Vingt ans après, dans l'alignement blanc parfait des croix, le cimetière militaire américain d'Omaha Beach offre sur la mer cale un point de vue à couper le souffle…
Le sergent Reilly se souvient. Il est le gardien de ces tombes ; la mémoire et le seul survivant de la 4ème section.
Il a refait sa vie et connaît les magouilles sordides des paysans locaux. "
Ce récit tourne sur un monde très particulier ou les secrets bien gardés se révèlent en fin de compte.
Commenter  J’apprécie          20
TaiGooBe
  26 avril 2017
Après un premier chapitre époustouflant, je suis un peu resté sur ma faim.
Difficile aussi de tenir la cadence après une tel début.
J'ai trouvé les personnages quelque peu caricaturaux et la version du language en phonétique des américains assez pénible.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
pit31pit31   02 mai 2019
Il entendit la musique assourdie, flute et piano, couverte par le bruit de l'aspirateur que passait la femme de ménage au salon. Il entra. Pas besoin de dire un mot. Pouce renversé, Mme Couliboeuf lui indiqua le sous-sol
Commenter  J’apprécie          10
Anis0206Anis0206   09 septembre 2018
Combien tuer était facile ! Était normal !
Commenter  J’apprécie          10
Video de Jean Amila (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Amila
"Quand la femme s'en mêle", 1957, d'après le roman de Jean Amila.
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Saurez-vous deviner ce que Jean Meckert a mis là ?

Irène et Roger Valignat ont le coeur sur la main, ils organisent dans les Causses des camps pour des pré-délinquants de la banlieue Est de Paris. En croisant la route de Charlot Victor et Alain, trois évadés des Baumettes qui ont forcé un barrage de gendarmerie et en ont descendu deux, ils ignoraient qu'ils avaient introduit des ...?....

loups dans la bergerie
renards dans le poulailler
furets dans la basse-cour
hyènes dans le zoo

10 questions
26 lecteurs ont répondu
Thème : Jean AmilaCréer un quiz sur ce livre