AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Stéfanie Delestré (Préfacier, etc.)Hervé Delouche (Préfacier, etc.)
ISBN : 2070787680
Éditeur : Joëlle Losfeld (30/11/-1)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 11 notes)
Résumé :


Au lendemain de la guerre, René Le Guen est condamné à la peine capitale pour avoir commis trois meurtres. En attendant l’issue du recours en grâce, il revient sur son passé et l’enchaînement des petits faits qui ont construit sa vie et le conduisent, finalement, au pied de l’échafaud. Ce n’est pas un philosophe, c’est donc avec naïveté qu’il partage ses tourments et ses interrogations avec ses compagnons de cellule. Et même si Le Guen n’a rien d’un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Lybertaire
  16 février 2012
Nous sommes tous des assassins, et Jean Meckert le démontre. Il soulève le malaise, soupèse les arguments des opposants et prouve le dysfonctionnement d'une société figée dans ses rites. On touche au vital : une société a-t-elle le droit de tuer ?
Chaque personnage incarne l'un des visages de la société française : René le Guen, Bauchet et Gino sont des meurtriers parce qu'ils sont pauvres. Si le crime n'est pas pardonnable, il ne se lave pas dans le sang et il puise ses origines dans la pauvreté. Un peuple pauvre est un peuple criminel, poussé dans ses retranchements par l'insalubrité des logements, la malnutrition, l'absence d'éducation et le chômage. Quant à Albert Dutoit, clé de voûte du roman, il symbolise l'injustice radicale : être tué pour un crime qu'on n'a pas commis.
Mais de l'autre, la bureaucratie des prisons, les juges et les gens aisés, tous ces gens aisés sont aussi des assassins : sous le couvert des « bons sentiments », ils n'hésitent pas à sacrifier le voisin pour s'offrir le choix d'avoir du luxe, ou le luxe de s'offrir le choix – s'offrir tout ce que le pauvre ne s'autorisera qu'à rêver.
C'est avec une grande force que Jean Meckert défend l'abolition de la peine de mort et la condition humaine. En dénonçant le système carcéral, qui cache ses guillotinés tout en prônant « la force de l'exemple », il crache sur la société des injustices, sur le « mépris total des gens », avec une grande transparence.
L'intégralité de la critique sur mon blog :
http://www.bibliolingus.fr/nous-sommes-tous-des-assassins-jean-meckert-a80136610
Lien : http://www.bibliolingus.fr/n..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
LybertaireLybertaire   16 février 2012
La liberté ce n’est pas seulement un truc pour que les riches aient leur maison, et les pauvres rien du tout ; c’est aussi que ceux qui ne pensent pas comme les riches, on les tue !...
Commenter  J’apprécie          90
LybertaireLybertaire   16 février 2012
La société exigeait moins l’innocence que la soumission ; c’était dans sa nature.
Commenter  J’apprécie          60
LybertaireLybertaire   16 février 2012
La peine de mort en soi est une séquelle des temps barbares !
Commenter  J’apprécie          30
Video de Jean Amila (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Amila
"Quand la femme s'en mêle", 1957, d'après le roman de Jean Amila.
autres livres classés : AbolitionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Saurez-vous deviner ce que Jean Meckert a mis là ?

Irène et Roger Valignat ont le coeur sur la main, ils organisent dans les Causses des camps pour des pré-délinquants de la banlieue Est de Paris. En croisant la route de Charlot Victor et Alain, trois évadés des Baumettes qui ont forcé un barrage de gendarmerie et en ont descendu deux, ils ignoraient qu'ils avaient introduit des ...?....

loups dans la bergerie
renards dans le poulailler
furets dans la basse-cour
hyènes dans le zoo

10 questions
26 lecteurs ont répondu
Thème : Jean AmilaCréer un quiz sur ce livre