AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369142464
Éditeur : Libretto (11/02/2016)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Soixante ans après la mort de Madame la duchesse de Vaneuse survenue en 1766, son ancienne lectrice met en ordre ses papiers et sa correspondance qui relatent une impossible et terrible histoire d’amour.
Rédigé dans le plus pur style de la fin du siècle des lumières par un spécialiste de la littérature du XVIIIe siècle, La Duchesse de Vaneuse, dont le manuscrit a été retrouvé dans une malle entreposée dans un grenier, fut publié à titre posthume par les éditi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Mimeko
  10 décembre 2017
Fin du XVIIIème siècle, La Duchesse de Vaneuse , veuve de 44 ans, fréquente assidûment les salons où elle brille et se forge un esprit critique sur les habitués, épinglant avec beaucoup de finesse et quelque fois de cruauté, les femmes qui lui semblent superficielles et surtout naïves dans les affaires sentimentales. C'est lors de l'un de ces salons qu'elle fait la connaissance de Reginald Burnett, de vingt ans son cadet, avec lequel elle est en parfaite communion intellectuelle, qui se traduit rapidement par une relation épistolaire.
Se positionnant comme une amie sincère, elle tempère dans un premier temps les sentiments amoureux que le jeune anglais ne tarde pas à lui avouer. Redoublant d'arguments rationnels, elle verrouille cette relation sans prendre conscience de ses propres sentiments, restant dans le contrôle, s'interdisant de les vivre, de peur de ressembler à toutes les péronnelles dont elle fustigeait l'attitude coquette et sentimentale. Quand la correspondance s'interrompt, elle subit les affres de l'amour dont elle ne sortira pas victorieuse.
Avec La Duchesse de Vaneuse, Gustave Amiot dresse le portrait d'une femme intelligente et éduquée, qui porte un regard amusé et quelquefois critique sur ses congénères, dans l'esprit des écrits du XVIIIème siècle, car ce récit a été écrit début XXème.
S'appropriant avec beaucoup de sensibilité et d'intelligence le style du siècle des Lumières et sans jamais le pasticher, Gustave Amiot dépeint un drame sur les relations humaines en reprenant les codes du journal intime et du roman épistolaire.
La Duchesse de Vaneuse est une étude très réussie de la psychologie féminine et des sentiments humains, à découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          294
ChristelleH
  30 décembre 2016
Un roman élégant, raffiné, et merveilleusement bien écrit, dans la grande tradition des romans du XVIIIè, à ceci près qu'il a été écrit par un contemporain de Marcel Proust ! Un petit bijou de délicatesse.
La duchesse de Vaneuse, 44 ans, veuve sans regret, s'ennuie à Paris malgré les salons qu'elle fréquente. C'est une femme libre, indépendante et intelligente mais froide et pleine d'orgueil. En 1765, elle rencontre un jeune Anglais, Réginald Burnett. Ils se plaisent intellectuellement d'abord, puis le jeune homme repart en Angleterre. Commence alors entre eux deux une correspondance sous prétexte d'amitié ; bientôt monsieur Burnett avoue ses sentiments à la duchesse, malgré leur écart d'âge…
Le roman se présente à la fois comme le journal intime de la duchesse retrouvé par sa dévouée lectrice, 60 ans après sa mort, et à la fois comme les échanges épistolaires entre les deux amants. Gustave Amiot a su rendre parfaitement l'ambiance, les personnages et l'écriture des romans du XVIIIè : une véritable réussite !
La passion très intellectualisée naît doucement, subtilement chez la duchesse qui n'attendait plus rien de la vie. Elle se sent transformée, flattée par la déclaration d'amour de monsieur Burnett qui lui mène une cour opiniâtre, malgré la distance. A l'époque, ni téléphone, ni Skype, bien sûr, la duchesse guette les courriers, attendant les réponses de celui qu'elle repousse fièrement. 14 mois vont alors se passer sans qu'ils ne se rencontrent : 14 mois de déchirements sentimentaux, chez l'un d'abord, puis chez l'autre. Un amour platonique profond et désespéré.
Prise à son propre piège, analysant avec lucidité la complexité de ses sentiments, la duchesse sera déçue puis flouée et se laissera gagner par une profonde et tragique mélancolie.
Je conseille ce roman à tous ceux qui aiment la littérature classique et son écriture élégante mais aussi aux amateurs d'histoires d'amour. Tout ce que j'ai à reprocher à La Duchesse de Vaneuse c'est qu'il soit trop court, j'aurais aimé suivre plus longtemps les intrigues amoureuses de ces 2 personnages !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MimekoMimeko   03 novembre 2017
Seul Racine a connu la femme et l'amour. Rien ne lui échappe de ce qu'il y a de plus fugitif dans l'habitude de notre tempérament, dans le jeu de nos contradictions, dans nos instincts absurdes et tout-puissants. Il nous débrouille le fil de nos incertitudes, et c'est la lumière des géomètres qu'il porte dans nos obscurités. Il nous confesse, il nous absout. Il est infaillible, mais ses indulgences n'ont pas de limites.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
MimekoMimeko   03 novembre 2017
De ma dernière échappée dans le monde, je reviens confirmée dans mon sentiment. J'ai trouvé plus péronnelles que jamais les femmes que j'ai revues ; la comparaison que j'ai faite d'elles à moi m'a confirmée dans mes sévérités hautaines. Je me sais misérable, mais elles le sont infiniment plus et ne le savent pas.
Commenter  J’apprécie          120
missmolko1missmolko1   19 juillet 2017
Il y a dans notre fond à tous deux une défiance trop éveillée des sentiments ambitieux pour que nous soutenions avec verve le rôle de héros de roman.
Commenter  J’apprécie          110
missmolko1missmolko1   19 juillet 2017
Après tout, mon orgueil trouve son compte à cette brève et déjà lointaine mésaventure. Je reviens de la passion comme un preux de la croisade, avec la ferme résolution de ne pas y retourner. J’ai visité un pays curieux, j’ai rendu de nobles combats, j’ai essuyé des tempêtes intéressantes, je suis à point pour sentir le prix de ma vieille morale épicurienne. Je me suis emparée d’une bonne perspective pour juger du pathétique des tragédies et des subtilités des romans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
missmolko1missmolko1   19 juillet 2017
En ce jour de Pâques qui vit la résurrection de Notre-Seigneur, j’ai achevé d’établir ce récit, à partir du journal de Madame de Vaneuse, des lettres dont elle rédigea les projets et de celles qui lui furent envoyées. Nulle phrase, nul mot qui n’appartient ici aux acteurs ou aux témoins des événements qui y sont relatés.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
autres livres classés : roman épistolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
7823 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre