AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La découronnée (11)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
nameless
  28 octobre 2017
La découronnée marque le retour de Claude Amoz après une longue absence. Peut-être était-elle occupée à traduire Plutarque, puisque sous le pseudo mixte se cache une femme, professeur de lettres classiques qui enseigne le latin et le grec en Khâgne. Ses romans ne sont pas caractérisés par un rythme trépidant, par des effusions de sang ou un grand nombre de meurtres. Ses personnages ne sont pas des super-héros, mais des hommes et des femmes ordinaires marqués par une histoire ou une enfance douloureuses, dont « le passé ne passe pas », hantés par leurs cauchemars personnels, ou empoisonnés par un ressentiment ou des rancoeurs qui couvent en ne demandant qu'à se rallumer. Ils sont animés par le besoin de savoir, de comprendre ce qu'ils sont et d'où ils viennent.

Dans La découronnée, le lecteur découvre Johan et Guy Mesel, deux frères aux trajectoires opposées. Le premier, brillant universitaire et féru d'escalade est rentré il y a peu du Canada. le second effacé, petit, psoriasique, est agent technique dans un lycée professionnel d'une ville de montagne. Au cours d'un été caniculaire, ils se retrouvent et échangent leurs appartements pour permettre à Johan d'assouvir sa passion pour la montagne. Guy, provisoirement installé dans le logement de Johan à Viâtre, lieu de l'enfance chaotique des garçons, est frappé par son atmosphère lourde dans laquelle il détecte la trace des anciens locataires.

Roman d'ambiance, roman noir, roman sur la douleur d'enfants privés d'amour maternel, sur la douleur de mères privées d'amour filial, « découronnées » puisque « La couronne d'une mère, ce sont ses enfants » (p. 217). Claude Amoz entraîne le lecteur dans la découverte émouvante d'une bourgade, d'un quartier, de ses habitants, Camille, Zahra, Habiba, Maïa, qui parle une langue « ébréchée », et bien d'autres, dont les histoires individuelles s'inscrivent dans la grande Histoire. Que s'est-il passé le 15 janvier 1944 pendant une rafle sur le quai du marché ? Il ne s'agit que de l'une des questions posées par l'auteur. Dans les drames humains sont incrustées quelques belles pages poétiques sur les flocons de neige, la Reine des Neiges ou une découverte archéologique, qui confèrent au roman une touche onirique. Un régal !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
isabelleisapure
  27 juin 2018
Voilà un roman noir comme je les aime, une ambiance opaque, plombée par une chaleur qui transforme la ville en fournaise, des personnages plus ou moins cabossés par un passé obscur, une écriture percutante.
Mais je m'emballe !
D'abord voici deux mots de l'histoire ou plutôt des histoires qui s'enchâssent dans le récit :
Tout commence par un échange d'appartements entre deux frères. Guy va occuper le logement de Johan tandis que celui-ci part en excursion en montagne.
Aussitôt arrivé, Guy est intrigué par la configuration des lieux avec un vague malaise voire même une impression de déjà-vu.

Quelque part dans la même ville, Camille vit avec son père et Zahra sa belle- mère.
La jeune fille peine à faire le deuil de sa mère et tente de se construire avec ses interrogations et les non-dits qui entourent sa mort. Elle a des souvenirs très flous des disputes violentes entre ses parents.

Il y a aussi la vieille Maïa qui a élevé Guy et Johan et cherche désespérément un enfant disparu pendant la guerre, faisant appel à un détective privé véreux aidé par une énigmatique vieille dame.

Evidemment, toutes ces histoires vont s'entrecroiser et le puzzle finira par s'assembler. On ne perd pas le fil, on bascule d'une histoire vers une autre, on est entrainé et finalement sidéré par une fin ouverte qui laisse libre cours à l'imagination du lecteur, à moins que Claude Amoz n'envisage une suite.

Une atmosphère à la Simenon pour un roman que j'aurais très bien vu mis en scène par le grand Claude Chabrol.

Je remercie Lecteurs.com et les Editions Rivages/Noir qui m'ont permis de faire cette découverte dans le cadres des "Explorateurs du polar".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
Renod
  12 juin 2017
Août 2003, Viâtre, une ville traversée par le Rhône, étouffe sous la canicule. La chaleur fatigue les corps et échauffe les esprits. Des histoires tragiques que l'on croyait oubliées finissent par remonter. Deux personnages vont se mettre en quête de leur passé. Maïa est une vieille femme qui cherche son fils qui a disparu en 1944 au cours d'une rafle. Elle souhaite se réapproprier cet enfant qu'elle a dû faire passer pour son neveu à sa naissance. Et il y a Camille, une adolescente, qui ouvre une vieille blessure : sa mère est décédée dix ans plus tôt et elle souhaite éclaircir les circonstances de sa disparition, n'ayant conservé que des souvenirs confus de cette époque. le lien entre les deux femmes est tissé par Johan. Elevé par Maïa et son défunt mari, il se lance dans l'histoire de Camille pour calmer l'eczéma et le mal-être qui lui rongent la peau et l'esprit. Claude Amoz utilise à merveille le cadre de Viâtre et l'ambiance caniculaire mais elle sature son texte de symboles explicites : statues, contes d'Andersen et sorcellerie du Maghreb. L'écriture est travaillée et j'ai pris plaisir à lire des passages à voix haute pour mieux apprécier les phrases ciselées. Les personnages sont dépeints avec beaucoup de justesse. Leurs troubles et leurs souffrances sont parfaitement rendus et on les sent étouffer sous le poids de la canicule et d'un passé douloureux. Je remercie les éditions Rivages et Babelio de m'avoir permis de découvrir l'univers riche et subtil des romans de Claude Amoz dans le cadre d'une "masse critique".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
spleen
  10 juin 2018
La découronnée est le second roman policier que je lis dans le cadre de la selection pour le prix du Polar en Poche de Gradignan .
Alors que je me délectais à l'avance de découvrir cet écrivain, je me suis rendue rapidement à l'évidence que je ne ressentais aucun plaisir à cette lecture, voire même au fil des pages un profond ennui ...

Johan et Guy Mesel échangent à l'occasion de quelques jours de vacances en pleine canicule leurs appartements .
Si Johan, brillant universitaire revenu récemment du Canada en profite pour partir en montagne assouvir sa passion de l'escalade, Guy, bourré de complexes et atteint d'un eczéma souvent génant se retrouve dans un appartement à Viâtre une ville au bord du Rhône .

Il ne se passe pas grand chose de bien palpitant (ou alors je suis passée totalement à coté ...) et même si les personnages sont adroitement campés et que l'écriture est élégante , ce ne sera pas assurément ce roman qui remportera mon vote .

Commenter  J’apprécie          130
encoredunoir
  10 mai 2017
Concours de circonstances ou volonté éditoriale, les éditions Rivages voient revenir ces derniers temps des auteurs qui avaient fini par disparaître des radars. Ce fut Hugues Pagan au mois de mars (nous aurons l'occasion d'en parler) et voici maintenant le tour de Claude Amoz, dont le dernier roman, bois-brûlé, paru chez Rivages datait de 2003 (un recueil de nouvelles a paru en 2007). Comme dans bois-brûlé, Amoz nous amène dans la ville imaginaire de Viâtre, sur les bords du Rhône.
C'est là justement, que Guy est venu passer quelques jours. Et, justement aussi, en 2003, en pleine canicule. Agent d'entretien dans un lycée des Alpes, il a échangé momentanément son appartement avec celui de son frère Johan, scientifique revenu depuis peu du Canada. À cette occasion, Maïa, qui a élevé – parmi d'autres – les deux frères placés par l'assistance publique, est aussi venu passer quelques semaines dans cette ville où elle a vécu dans sa jeunesse. Pour voir Guy et Johan, mais aussi pour lever le voile sur un événement traumatisant de son propre passé.
Guy a toujours été curieux. Complexé par sa petite taille et un eczéma très envahissant, un peu lent, il a dès son enfance commencé à vivre sa vie par procuration, suivant des femmes au hasard dans la rue, épiant les faits et gestes de personnes au gré des circonstances. Quand il aménage provisoirement dans l'appartement que vient d'acheter Johan, un hasard qu'il estime pour sa part relever plutôt de la préscience, l'amène à s'intéresser aux anciens propriétaires. Ceux-ci ont déménagé depuis peu pour s'installer dans un pavillon plus spacieux. C'est là que vit Camille, seize ans, affligée d'une tâche de naissance qui la défigure et orpheline de mère depuis une dizaine d'années. Aujourd'hui son père et sa belle-mère, Zahra, attendent la naissance de leur enfant. Et Camille peine à savoir si les vagues souvenirs de violence issus de son enfance qui reviennent alors relèvent d'une vérité qu'on lui aurait cachée ou de son imagination aiguillonnée par un sentiment de jalousie vis-à-vis de l'enfant à naître.
C'est autour de la montée de la Découronnée, ainsi nommée en référence à une statue antique découverte là, que tous ses destins semblent se retrouver, s'entremêler, voire se nouer.
On retrouve donc sans surprise, près de quinze ans après, les thèmes chers à Claude Amoz, le passé enfoui qui empêche de pleinement vivre le présent, la complexité et les contradictions des relations familiales, le tout dans une atmosphère qui rend tout cela d'autant plus charnel. C'est ici cette canicule écrasante qui met le corps de Guy à la torture et qui semble faire sombrer une partie des personnages dans une bien inconfortable apathie sans pour autant les décourager de remuer le passé ou, au contraire d'essayer de l'enterrer un peu plus profondément. Deux attitudes d'apparence contraires mais tout aussi néfastes, car que l'on fasse l'un ou l'autre de ces choix, il faudra bien toucher le cadavre au risque de s'apercevoir qu'en fait il bouge encore et que ce n'est peut-être pas sans raison que l'on avait décidé de s'en débarrasser.
Autant dire que l'on se trouve là face à un roman aussi noir que qu'accablant. S'il joue parfois un peu trop ostensiblement avec les symboles et que sa chute n'est pas vraiment une surprise, il n'en demeure pas moins que La Découronnée, dans son apparente simplicité, sans artifices, se révèle être un livre touchant et aussi cruel que peut l'être la vie. C'est en cela une réussite.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
le_chartreux
  05 août 2019
Un été caniculaire, un bourg sur les berges du Rhône, des personnages abîmés par l'existence.
Dans cette atmosphère surchauffée et malsaine emplie de non-dits et de faux semblants se meuvent des gens en mal de vivre : familles raflées, enfants abandonnés et élevés en famille d'accueil, immigrations, parcours difficiles, filles-mères a qui on a enlevé leur bébé et qui ne peuvent plus vivre avec cette blessure...
Pièces après pièces, le puzzle prend forme au rythme ralenti de ces journées trop chaudes alors que l'on fait lentement connaissance de ces histoires entremêlées, sombres et nébuleuses comme autant de racines qui plongeraient profondément dans le temps comme celles des ceps de vigne qui savent s'enfoncer si loin dans la terre et la roche afin de mieux s'enchâsser, se dissimuler, trouver une nourriture au mal.
L'opiniâtreté fini par payer ; les masques tombent... Certains s'en sortiront mieux que d'autres...
Un roman noir, mais pas trop.
Commenter  J’apprécie          20
Rodin_Marcel
  30 août 2018
Amoz Claude – "La découronnée" – Payot Rivages/Noir, 2018 (ISBN absent)

Ce roman policier possède au moins deux caractéristiques qui poussent à l'achat :
- d'abord l'auteur est prof agrégée de lettres classiques traductrice du grec ancien et du latin (ce qui explique entre autres choses la qualité de l'écriture et la faculté d'emmêler des intrigues),
- ensuite le récit ne se passe pas à Paris mais au bord du Rhône, dans la région lyonnaise avec excursion à Cluses, dans la vallée de l'Arve (près de Chamonix).

L'auteur passe en revue des milieux sociaux fort différents, de façon somme toute vivante et plutôt bien amenée.
En revanche, elle veut un peu trop en faire en emmêlant des intrigues qui ne s'alimentent pas l'une l'autre, de telle sorte que cela finit par être un peu tiré par les cheveux, et faire passer au second plan ce qui aurait pu constituer la trame principale, à savoir l'élucidation d'une disparition remontant à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale.
La fin ressemble diablement à une sorte de "happy end" qui se devinait dès la moitié du roman.

Ceci étant, ça se lit sans ennui ni déplaisir... Il convient de surveiller cet auteur qui possède incontestablement des talents littéraires.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Seraphita
  28 août 2018
En cet été de canicule, Viâtre étale ses rues, ses maisons, le long du serpent étale qu'est le Rhône. Les frères Mesel décident d'échanger leur appartement : tandis que Johan profitera de la montagne pour faire de l'escalade, Guy s'installera à Viâtre, montée de la Découronnée. Alors qu'il y passe sa première nuit, des réminiscences, un sentiment de déjà-vu se font jour dans l'esprit nébuleux de Guy. de son côté, Camille, 16 ans, est hantée par des images d'une enfance lointaine marquée par le décès de sa mère alors qu'elle avait 6 ans. Perturbée par celles-ci, l'adolescente commence à enquêter sur son passé. C'est le cas également de Maïa, une femme âgée au français délité qui a élevé les frères Mesel. Au crépuscule de sa vie, elle voudrait faire la lumière sur un secret qui la taraude depuis longtemps. Quel prix chacun devra-t-il payer pour affronter de douloureuses vérités ?

« La découronnée » est un roman noir écrit par Claude Amoz, professeure en Classes Préparatoires. Au fil de l'intrigue, différents protagonistes sont décrits dont les destinées sont enchevêtrées, toutes reliées par un appartement de Viâtre, montée de la Découronnée. Tous restent prisonniers d'un passé nébuleux dont ne subsiste le plus souvent qu'une poignée d'images confuses et violentes. Chacun à sa façon mène l'enquête pour tenter de se réapproprier une parcelle de soi enfouie au risque de voir chuter des bases identitaires qu'il croyait solides. Ces histoires qui s'emmêlent et se démêlent sous les yeux du lecteur sont passionnantes, puisant dans de patientes introspections.
Le style de Claude Amoz, agrégée de lettres classiques, est très soigné ; elle déplie une narration à hauteur des protagonistes et vient les magnifier, quels que puissent être leurs défauts, leur existence, passée ou actuelle.
Et, tandis que la valse des fantômes ne cesse de hanter les tréfonds des âmes, que se rejoignent les chemins du passé et ceux du présent, les protagonistes continuent leur avancée puisant dans la sève d'autrefois pour mieux émerger à la lumière d'une vérité nouvelle. Alors que se tournent les dernières pages, des questions restent en suspens. Faut-il y voir une issue frustrante ? Ou plutôt réaliste, comme la vie qui recèle bien des parts d'énigmes ? Quoi qu'il en soit, « La Découronnée » mérite d'être découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lilylitblog
  25 juin 2017
On retrouve dès les premières pages de ce récit ce qui fait la particularité des romans de Claude Amoz : une ambiance mystérieuse, faite de points de vue entrecroisés, de courts chapitres intercalés dont on ne comprend pas forcément le sens au premier abord, ici les paroles d'une berceuse étrange et des textes hallucinés évoquant la neige et le sel. Il faut de la patience et de la docilité au lecteur pour accepter d'entrer dans ces livres aux multiples personnages, surtout quand, comme dans celui-ci, chacun ou presque dispose d'identités multiples, histoire de brouiller encore davantage les pistes. Guy, mal dans sa peau malade, se fait passer pour son frère parti en montagne, la jeune Camille reprend le temps d'un échange de sms son premier prénom Isabelle... Ces deux personnages centraux du récit fonctionnent comme des doubles : tous deux atteints de problèmes de peau qui sapent leur confiance en eux, victimes persistantes d'une enfance traumatique dont le souvenir flou les hante, mus par le besoin impérieux de savoir, de comprendre, quitte à passer pour des fous, des détraqués.

On est bien chez Claude Amoz, qui se plaît à suivre des personnages écorchés, esquintés, avec un goût particulier pour la misère, la vieillesse, ici incarné par le foyer où travaille Habiba la cuisinière. On n'y croise que des mendiants, des perdus, des vieillards. Caractéristique aussi du style de l'auteur, l'ambiance caniculaire favorable à la déliquescence, à la suffocation et au vertige, qui influe sur les sens des personnages et les rend d'autant plus vulnérables. le style s'adapte aux différents narrateurs, et sait se couler dans les états d'esprit d'une adolescente perturbée, comme dans le langage bancal d'une vieille femme dont le français, qui n'est pas la langue maternelle, tarit au fur et à mesure que ses obsessions la gangrènent.

Pourtant assez loin de mes lectures de prédilection, cet univers sombre et tourmenté me séduit à chaque fois par son pouvoir d'attraction malsain qui rend la lecture assez addictive. Pour ma part en tout cas, j'ai dévoré le livre en peu de jours, poussée par la curiosité, l'envie de savoir comment tout cela allait finir (on n'est pas ici dans ces polars grand public où l'on sait que tout rentrera forcément dans l'ordre à la fin). La fin du livre, justement, m'a un peu laissée sur ma faim, car elle résout le mystère premier sans apporter de clôture nette aux intrigues croisées, laissant le flou persister sur l'avenir de la plupart des personnages. Comme s'il suffisait de donner au lecteur la réponse aux questions du passé. J'aurais bien aimé en savoir un peu plus sur la façon dont les personnages allaient, ou non, découvrir ce que le lecteur finit par comprendre, et sur leurs éventuelles réactions. Mais cette fin relativement ouverte permettrait à l'auteur de retrouver ses personnages pour un autre tome, après tout... En tout cas, personnellement, je ne serais pas contre, car il me semble qu'il reste encore suffisamment de matière à exploiter chez ces personnages cabossés.

Moins glauque que certains des précédents livres de l'auteur, plus proche de la littérature générale, ce titre peut constituer une bonne entrée en matière pour qui souhaiterait découvrir son style et sa finesse dans l'analyse psychologique des esprits tourmentés.

Aussi sur le blog :
Lien : https://lilylit.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
faracha33
  18 août 2019
Quel superbe livre !
L'histoire transporte... Aller-retour dans le passé parfaitement maitrisé . Beaucoup de personnages torturés, si attachants, j'avoue avoir eu peur de m'y perdre tellement le présent, passé , les personnages se confondent mais non, tout coule, je ne perds pas pied .Et l'écriture de Claude Amoz est tellement jolie, il y a des passages poétiques de pure beauté. J'ai passé un très beau moment de lecture. Secrets, drames, souffrances.
Commenter  J’apprécie          00


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1681 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre