AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782842306144
192 pages
Éditeur : Hoëbeke (12/04/2018)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Rebecca Amsellem a créé il y a trois ans la newsletter féministe Les Glorieuses qui interroge chaque semaine la notion d'égalité au sein de notre société à travers des thèmes comme la politique, la culture ou le sexe. Dans les vingt chroniques de cet ouvrage, l'auteure allie expériences personnelles voire intimes et propos activistes, afin de susciter une réflexion profonde sur la place des femmes. L'occasion de mettre à l'honneur Olympe de Gouges, qui milita pour l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
karkarot
  26 septembre 2018
Le féminisme à la sauce marketing.
L'éditeur a flairé le créneau, le bon filon avec cette jeune et pétillante Rebecca Amsellem. Opération Masse Critique, Club des testeurs Amazon, etc, ... le paquet a été mis pour promouvoir, mettre en avant ce recueil de chroniques web paru en livre, ce féminisme à la sauce chic et très bien marketé (j'emploie pour l'occasion la novlangue en vigueur).
Il faut dire la vérité, c'est du très bon boulot ! Bravo !
Bon, pour l'intérieur du flacon, il faudra revenir. Dès le bandeau (même pas la couverture ou la quatrième, le bandeau !) on se doute de la supercherie: pose minette, sourire de jolies lèvre rouges et pulpeuses, chevelure délicatement soulevée par une main délicate soutenue par un poignet fin, pull moutard très BCBG: tout y est, on a envie de lire.
Alors on lit. Tout. Souvent on s'arrête, on relit. Enfin je lis, je relis, je souffle, je suis désespéré. Je suis un homme. Et oui, désolé. Enfin pas désolé du tout, mais j'ai l'impression que c'est ce qu'il faut dire après avoir lu le livre, histoire de montrer patte blanche.
C'est donc une féministe bourgeoise, grandes écoles et tout qui nous dit de penser aussi aux pauvres noires qui souffrent d'une façon différente d'elle de l'oppression masculine, mais aussi de l'oppression des femmes blanches. Bon, c'est bien, l'auteur sait qu'elle n'appartient pas au commun des mortels. Mais quand même, perchée dans sa tour, elle assène de grandes vérités et petites leçons de morale d'un façon qui m'a parue insupportable.
Loin d'une recherche d'universalisme, elle parcelle l'humanité et en est très contente. Laissons les Lesbiennes noires parler entre elles, puis de l'autre côté les Trans blanches évoquer leurs problèmes sans être entendues par d'autres, c'est très bien ainsi, il faut sectionner sinon on se juge, et c'est le mal.
Ces chroniques, le plus souvent sur des sujets anodins (inintéressants ?) donneraient du travail à des Chamfort, La Rochefoucauld, Nietzsche ou Leopardi pour quelques temps, malheureusement ils sont morts. Et aujourd'hui ce petit monde (qui n'est pas le monde, ni des hommes ni des femmes) parle en hashtag et autres barbarismes, et croit pouvoir imposer cette pensée-soupe qu'il fait passer pour un réel féminisme, révolutionnaire et novateur.
Bref, vous l'avez compris, je n'ai pas accroché. Les problèmes évoqués sont réels, le propos beaucoup moins, et les solutions.... n'en sont pas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lauremariemd
  29 juin 2018
Je suis féministe j'assume et ce livre était fait pour moi !! Quand je l'ai vu sur la liste de la Masse Critique de Babelio du mois de juin je n'ai pas hésité une seule seconde c'était un coup de coeur garantie.
Rebecca Ansellem est sensationnelle, quelle maturité, quelle vivacité d'esprit ! si prometteuse si porteuse, car il n'est pas facile de se battre pour cette cause souvent moquée, dénigrée, même si le MLF, de grandes dames, les Femen et je nommerais même l'humoriste en vogue actuellement Blanche Gardin sont là pour nous rappeler qu'être une femme est la meilleure chose qu'il puisse nous arriver dans une vie, le combat pour se faire entendre est encore difficile.
A travers des chroniques très parlantes, elle va mettre en avant l'histoire du féminisme, ces noms oubliés et même regrettablement inconnus et pousser nos réflexions au delà du simple combat égalitaire. Car oui le féminisme c'est bien plus que cela, c'est tous les jours qu'il faut rappeler d'où l'on vient où l'on va, ne plus avoir à justifier d'être une femme et être tout simplement.
Traité avec sérieux et humour à la fois - je ne regarderais plus les hommes avec des cols roulés de la même façon, cela m'a vraiment fait beaucoup sourire ce passage - l'auteur nous parle ouvertement et à la fois avec beaucoup de douceur, sans haine par simples constats, de ce sujet hélas encore au devant de l'affiche.
J'ai bondi face à certains exemples cités, parce que moi qui me revendique féministe, je m'aperçois que mon conditionnement social est tel que je ne me rends même plus compte de certaines aberrations, de ce martèlement direct et indirect pour façonner la femme en un produit, la cantonner à un rôle, l'enfermer dans des clichés. L'exemple flagrant dénoncé est celui de la cigarette, autoriser les femmes à fumer, ainsi elles auront leur propre pénis. En plus de servir le lobby du tabac cela prouve une fois de plus qu'il nous manque quelque chose pour être complète, no comment.
Et le pire dans tout cela c'est qu'on acquiesce car nous n'en sommes plus conscients, comme on dit "c'est rentré dans les moeurs". Les femmes mais il ne faut pas croire les hommes aussi sont enfermés dans tous ces stéréotypes sauf qu'il est plus facile d'y être enfermé en tant qu'homme !
Ce livre m'a ouvert les yeux sur toute l'avancée de ce combat et à la fois de tout ce qu'il reste à faire et que j'étais bien loin d'imaginer, surtout en France. Je pensais encore naïvement que le "plus gros" avait été fait, que le reste n'était que détails. Non non et doublement non, ces petits riens qui profitent invariablement à la gente masculine et surtout qui risquent de reprendre de l'ampleur insidieusement si rien n'est fait. Un combat éternel ? est ce de cela que nous devrions avoir le plus peur ?
Alors je dis bravo à cette femme, à ces femmes, à ces soeurs, de brandir le bras et de casser cette image biaisée des femmes, de dire "pourquoi le masculin l'emporte sur le féminin ? toujours ?". Élevons nos filles non dans la différence et encore moins dans l'indifférence, pour qu'un jour ce combat ne soit plus.
Un livre qui respire la paix et non la guerre, une cause juste et noble écrit par une femme (et oui j'aurais pourtant aimé lire ces mots d'un homme aussi) brillante, généreuse et qui montre la voie vers l'évolution. Un livre à lire à tous les degrés, une lecture plus qu'intéressante, instructrice avec un ton qui change de tout ce que l'on a pu déjà voir sur ce sujet. Un coup de jeune salutaire car si le combat est toujours là on a trop tendance à l'oublier.
le sujet est vaste je n'ai pas tari !! donc chronique plus longue ici https://happymandapassions.blogspot.com/2018/06/les-glorieuses-chroniques-dune.html
Lien : https://happymandapassions.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
FlorenceCleo
  20 avril 2020
C'est un livre très agréable à lire, il est sous forme de petits chapitres/anecdotes ponctué d'illustrations très chouettes. Il aborde le thème de la femme, des situations dans laquelle l'auteur a pu se retrouver, la charge mentale que l'on subit, les inégalités du quotidien. On parle également de la lutte des femmes noires, qui ne fut pas toujours évidente à côté de la lutte contre l‘esclavage et à côté de la vague féministe représentée par une majorité de femmes blanches. On parle médias également, avec la représentation minime ou dégradé qui est faite des femmes dans ce milieu, on parle de série, de grossophobie, du rôle multiple que se doit d'endosser une femme au sein de la société. On parle également des femmes qui ont marqués notre histoire mais dont on parle bien trop peu. Ce livre regroupe une multitude de sujets, et si on s'intéresse déjà aux lectures féministes on ne sera pas surpris de retrouver beaucoup des thèmes traités. Comme souvent je trouve que ce genre de livres devraient être lu par des hommes en priorité & non des femmes. Il a son rôle pour chacun car les femmes peuvent prendre conscience à travers certains exemples de l'aliénation dont elles font l'objet et dont elle ne se rendent par forcément compte. Mais c'est principalement les hommes qui devraient se remettent en cause vis à vis de leurs comportements envers les femmes. Pourquoi notre parole est sans cesse remise en cause, pourquoi notre rôle est moins légitime que le leur dans beaucoup de domaines ? Pourquoi toujours nous assigner à la sphère privée ? Bref je vous conseille ce livre je pense que vous l'avez compris. Si vous avez déjà beaucoup lu sur le sujet je pense que vous n'apprendrez rien de fondamentalement nouveau, mais c'est un livre agréable à lire je trouve. Et pour ceux qui se sentent novices foncez ça en vaut la peine! Et abonnez-vous à la newsletter des Glorieuses aussi, vous en apprendrez toutes les semaines:)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rosacalifronia
  03 juin 2018
Ces chroniques féministes abordent des thématiques variées en lien la plupart du temps avec l'expérience personnelle ou professionnelle de l'auteure. Rebecca Amsellem décrypte les comportements misogynes, dissèque les séries (je n'avais jamais analysé la série américaine Friends de cette façon !), dénonce les rejets et oublis (vive Nina Simone !). Cet ouvrage vient compléter la newsletter hebdomadaire « Les Glorieuses ».
Commenter  J’apprécie          40
monalisaklaxon
  09 juillet 2018
Livre reçu dans le cadre de la Masse Critique.
Quelle agréable découverte que la plume de Rebecca Amsellem !
Le livre est un recueil de chroniques de l'auteur qui décortique le féminisme et sa prise de position au travers de situations quotidiennes.
Un livre qui fait réfléchir sur le combat du féminisme et de la situation des relations hommes-femmes en général.
A diffuser très largement !
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
rosacalifroniarosacalifronia   28 octobre 2018
On ne naît pas féministe on le devient.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Rebecca Amsellem (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rebecca Amsellem
La journaliste Sandra Muller est à l'origine du mouvement #BalanceTonPorc, né sur les réseaux sociaux en octobre 2017 et qui visait à dénoncer les situations de harcèlement et d'agression sexuels. Sa condamnation pour diffamation envers Eric Brion risque-t-elle de dissuader les femmes de parler ?
Guillaume Erner reçoit Rebecca Amsellem, activiste, fondatrice de la newsletter "Les Glorieuses", co-signataire d'une tribune publiée sur France Info qui dénonce la condamnation de Sandra Muller.
La Question du jour de Guillaume Erner - 30 septembre 2019 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-question-du-jour/saison-26-08-2019-29-06-2020
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤16La Question Du10¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : féminismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2497 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre