AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782847349641
750 pages
Tallandier (30/08/2012)
3.83/5   15 notes
Résumé :
Avec cette nouvelle biographie de Napoléon III, fruit de plus de quinze ans de recherches et s'appuyant sur une documentation riche et souvent inexploitée, l'auteur nous livre le profil complexe de Napoléon III dont Napoléon Ier disait dès 1815 : « c'est peut-être l'espoir de ma race ».
Fils de roi (Louis Bonaparte, roi de Hollande), neveu d'empereur (Napoléon Ier), comploteur (Strasbourg et Boulogne), prisonnier (Ham), premier président de la République fran... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
RaegharRaeghar   20 septembre 2012
De ce fait, il écoutait beaucoup, mais parlait peu. Juste avant de mourir, Bugeaud racontait : "il y a quelques années quand j'arrivai à Paris, le roi Louis-Philippe me fit appeler pour causer de l'Algérie. - Je désire causer avec vous, dit-il, comme étant l'homme qui connaît le mieux l'Algérie. Puis aussitôt il se mit à parler sans interruption pendant près de deux heures. Après quoi, il me prit la main et me dit : - Je vous remercie, je suis enchanté de votre conversation.
Le Président [Louis-Napoléon] à son tour vint me faire appeler. Il m'[accueillit par des paroles à peu près semblables à celles de Louis-Philippe. Puis il m'[écouta] deux heures, sans interrompre, ni prononcer un mot. Après quoi, il m[e prit] la main, et il m[e] dit comme le roi Louis-Philippe : - Je vous remercie, je suis enchanté de notre conversation."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
RaegharRaeghar   20 septembre 2012
Le tsar Nicolas Ier, le plus hostile au nouveau souverain de tous, repris alors une idée qui venait, semble-t-il, du ministre autrichien Buol. Dans les lettres de créance qu'il remit à son nouvel ambassadeur à Paris, Kisseleff, il gratifia Napoléon III d'un "mon bon ami" et non du "monsieur mon frère" habituel dans la correspondance entre souverains. [...] Puisque le tsar persistait à lui donner du "Sire et bon ami", il affecta intelligemment d'y voir une marque d'estime et fit publiquement savoir que "si l'on subit ses frères, l'on choisit ses amis".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
RaegharRaeghar   09 septembre 2012
Grévy avait pris des accents prophétiques : « Êtes-vous sûr que dans cette série de personnages qui se succéderont tous les quatre ans au trône de la présidence, il n’y aura que de purs républicains empressés d’en descendre ? Êtes-vous sûr qu’il ne se trouvera jamais un ambitieux tenté de s’y perpétuer ? Et si cet ambitieux est un homme qui a su se rendre populaire […] ; si c’est le rejeton d’une des familles qui ont régné sur la France, et s’il n’a jamais renoncé expressément à ce qu’il appelle ses droits ; si le commerce se languit, si le peuple souffre, s’il est dans un de ces moments de crise où la misère et la déception se livrent à ceux qui cachent sous des promesses, des projets contre sa liberté, répondez-vous que cet ambitieux ne parviendra pas à renverser la République ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
RaegharRaeghar   07 septembre 2012
Le jeune Louis-Napoléon s'acquitta avec zèle de toutes les corvées dont il était chargé. Lors de l'une d'elle, le colonel Dufour s'exclama en le voyant s'affairer, l'uniforme déboutonné : " Qu'aurait pensé votre oncle s'il vous avait vu dans cette tenue ? - Il aurait dit : la roue tourne", répondit-il modestement et humoristiquement en désignant la roue de fourgon sur lequel il avait pris place.
Commenter  J’apprécie          40
RaegharRaeghar   08 septembre 2012
Ces hommes et ces femmes reconnaissaient, eux aussi, en Louis-Napoléon l’un des leurs, car être socialiste ne signifiait pas alors être républicain, révolutionnaire ou communiste, mais « tout simplement reconnaître la nécessité de prendre des mesures spécifiques pour améliorer le sort des ouvriers, principales victimes de la révolution industrielle. »
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Eric Anceau (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric Anceau
Éric Anceau - Laïcité, un principe : de l'Antiquité au temps présent
>Histoire de France>France : histoire>Deuxième République,Second Empire (16)
autres livres classés : second empireVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1333 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre