AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2914577478
Éditeur : Lettres vives (18/11/2010)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :

Je me suis coupé la langue. je l'entends maintenant qui parle, jetée entre feuilles sèches, mottes gelées et plaques de neige. Que dit-elle pour qu'il en sorte ainsi ce bruissement continu d'une eau courante sous le froid et la brume ? En attendant, je suis muet devant le jour. Ne me restent que des veux vides d'aveugle et un corps qui n'est pas le mien. Le temps s'est arrêté dans sa course effrénée. On (lirait un v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
coco4649coco4649   15 mars 2019
OUBLIER L’HEURE


Extrait 2

  La mousse et l’écorce. Je regarde toujours. L’espace bouge, pas les feuilles. Demain s’est arrêté, comme la montagne, juste au fond des yeux. La traversée du jour se fait mal, mes mains sont trop pleines. Les vider demande un effort. Surtout quand on attend ce qui ne vient pas, puisque c’est là. Soudain, je ne sais plus. La margelle et le seau ont basculé. Le noir est devenu plus noir. Je retrouve la mousse et l’écorce. Et le ciel à l’envers.

  Parce que je suis perdu, le jour recommence. Sinon, il serait son nom, simplement. Je ne le verrais pas. Je ne dirais pas ce que j’en sais. C’est-à-dire pas grand-chose. Mais là : ce qui tombe, monte, traverse le regard ; ce qui brille, s’éteint ; ce qui tremble ou s’obstine. Se taire pour parler mieux ? Deux heures dix. Quelle somme de souffrances, dis-tu. Ça, c’est aussi le jour. Tous ces cris. On n’y voit plus. Comme tout faire tenir ensemble ? L’odeur et les pommes, le rouge et le sang. Oui, je suis perdu mais je vois quelque chose.

  ― Quelque chose ?
  ― Oui, quelque chose ― pas rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
coco4649coco4649   14 mars 2019
DANS L’INDÉFINI


Extrait 2

Trous noirs, naines blanches et géantes rouges, quasars, synapses,
cellules, molécules, électrons, bribes, flux et reflux, infimes éclats
d’une éternelle métamorphose. Mais — table, vitre, ciel ou clôture
— j’y suis, et c’est pourquoi — citrons, lampe, chêne — je suis perdu.

  Le temps dessine ses images. Entre clôture et ciel s’ouvre le vert
d’un pré qu’on ne reconnaît pas. Si je pouvais, comme un oiseau
rapide, je traverserais l’espace d’un seul battement d’aile vers
l’obscure lisière de la montagne. Seul le regard m’y conduit, en
revient, tissant du corps au jour les fils d’un indicible désir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649coco4649   14 mars 2019
DANS L’INDÉFINI


Extrait 1

  Je regarde mes mains comme si elles ne m’appartenaient pas.
Peut-être d’ailleurs ne m’appartiennent-elles pas comme ne
m’appartiennent ni mon nom ni mon visage. Je lève les yeux.
Sur la fenêtre le bulldozer s’est arrêté comme pris dans un
silence de fin du monde.

  Une vague invisible, mais je la vois. Elle est là, sous le
scintillement de l’herbe, le balancement des feuilles, dans
la danse immobile de la montagne, la transparence du bleu,
l’attente d’un jour où rien ne se passe que ce qui passe.
Une sorte de soulèvement vide où tout s’arrête, remuements,
tournoiements, tous les mouvements, les gestes, la vitesse,
la lenteur, grouillements, précipitations sans fin, comme une
cataracte inverse où tout, un instant, reste dans un suspens,
dans l’illusion d’un temps si vaste qu’on pourrait croire y entrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   15 mars 2019
OUBLIER L¡¯HEURE


Extrait 1

  Ce qu¡¯on appelle la beaut¨¦. Pour dire ce qui s¡¯¨¦chappe. Quelque chose qui n¡¯est ni les feuilles, ni la lumi¨¨re, ni les couleurs mais l¡¯instant de leur rencontre. Comme l¡¯oiseau et son cri ou la main et son ombre. Un suspens de celui qui parle au milieu de ses mots. Je ne dis plus rien. Mais sur la joue, je mets en joue :

  ¨D Tu joues ?
  ¨D Je mets du jeu.
  ¨D Du je ?
  ¨D Du jeu. Le je n¡¯y est pour rien.
¡­
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jacques Ancet (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Ancet
Festival Voix Vives 2016 Joutes poétiques : Jacques Ancet Images et montage : Thibault Grasset - ITC Production #Poésie #VoixVives #JacquesAncet
autres livres classés : poésie françaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
779 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre