AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2875600192
Éditeur : ONLIT ÉDITIONS (01/10/2012)

Note moyenne : 3.11/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Toujours ardent, enthousiaste, prêt à se lancer dans les plus folles aventures, le premier pape belge, Ernest Ier, est un héros moderne et dynamique dont les aventures palpitantes font rêver bien des jeunes filles. Et bien des jeunes hommes?

Cette fois, cependant, le Pape semble s'être laissé entraîner trop loin. Son attitude insolite inquiète ses amis et bouleverse son confident, le Cardinal Vertupoint. Le Pape se voit soupçonné d'hypocrisie et même... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Kittiwake
  20 novembre 2012
Iconoclaste et déjanté! Et inclassable...
Il faut être bien naïf pour accepter de transporter une boîte de «médicaments» que Mady destine a sa mère, malade en Belgique, même lorsque l'on est un sémillant jeune homme, Ernest et que l'on exerce le métier de...pape (sans grande conviction d'ailleurs :
«il n'y croyait pas trop. on lui avait parlé du pari de Pascal. Cela ne coutait rien de toute façon».
Si le trafic se prolonge pendant quelques mois il aboutit au drame : Sa sainteté est kidnappée, au grand dam de son ami le cardinal Vertupoint qui lui avait conseillé d'abandonner cette activité à haut risque.
C'est court et animé, simple dans le propos mais farci de calembours et de remarques humoristiques, qui compensent la banalité du sujet. le relief est donné par la personnalité particulière du héros et par le fait que l'auteur ne se prenne pas au sérieux
Un court et agréable intermède de lecture, qui se termine sur quelques recettes de cuisine, qu'affectionne notre pontife et qui sont le témoin de son caractère facétieux

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Bibliozonard
  10 octobre 2012
Synopsis
Ernest, le premier Belge, le seul qui a l'immense privilège de poser le fessier sur le Saint-Siège, le Pape tout vêtu de blanc « dashé » est pris dans un guet-apens. Il officie, malgré lui, en tant que passeur. La cible parfaite pour ses déplacements internationaux non contrôlés. Il est déjà passeur, c'est vrai, en connaissance de cause, il passe le message du Tout-Puissant à qui veut bien l'entendre. Mais ici, c'est tout autre, ce sont des boîtes, Non ! Non ! Non !, pas des cadeaux de noël, cela pourrait vu le résultat obtenu pour le destinataire qui respirerait à pleins poumons le contenu. C'est certain que le gouteur verrait le père Noël et tous les Saints imaginables. Donc Ernest, naïf, a les deux pieds dans un réseau de trafic de drogue. Son alter ego, l'évêque Vertupoint, s'inquiète, influencé, informé par la police et tente de le sortir de cette impasse. La réaction ne se fait pas attendre, le Pape disparaît.
Impression
Une double lecture découverte, d'abord pour l'auteur et ensuite pour le côté numérique. Ou inversement. Me voilà face à un surréalisme amusant. Avec des personnages très naïfs, des gamins pratiquement, sauf peut-être les « gangsters », et caricaturaux. de prime abord, j'ai ressenti que le but était de pas trop se prendre au sérieux, la rigolade, l'humour décalé avant l'intrigue et le suspens... du moins, au départ, dès les premières pages.
Petit à petit, lors d'une pause où j'avais tapé le premier paragraphe de mon impression, le franc tomba. Pardon, l'euro ou le centime chuta. M'a fallu le temps, je l'ai dit avant toi, na !
Une aventure somme toute très simple. Pas de surprise étonnante sur la chute. Mais qu'est-ce donc ? Une histoire de trafic, d'enlèvements, on plonge dans le thriller, le polar… Sans apocalypse hollywoodienne "at the end". Que nenni.
Ce texte surréaliste est une caricature à la Charlie Hebdo. Un dessin humoristique au trait exagéré qui pointe une actualité, une info plutôt, qui dérange. Sur le ton de la blague.
Amusante, mais pas que. Car quand la pièce est tombée, rappelez-vous je le disais au début : l'euro tomba, je n'arrivais plus à rire autant. Ce ne fut pas le choc, mais une interpellation instantanée. Un flashback jusqu'en 1996, un deuil, une année sombre pour la Belgique. Sans les citer, car je n'ai pas le recul de l'auteur, de l'humoriste, pour prononcer les prénoms qui me dressent les cheveux sur la tête. Ce qui est impressionnant, c'est justement la possibilité de quelque part, viser juste sans la jouer nudiste. Je mets l'affaire à poil et prenez ça dans la tronche, car c'est comme cela que ça s'est passé.
J'ai beaucoup apprécié ce côté décalé, impossible, dessiné, écrit avec la vérité. Les jeux de mots sympas, avec certaines blagues parfois très plates. La moquerie de tout ce qui construit l'histoire pour pointer un/des fait(s) de société innommables est originale. L'exercice, même si l'histoire de 100 pages à un air d'action précipitée est difficile. Dans l'ensemble, le seul inconvénient, est que c'est une histoire, justement, réduite à 100 pages. Romancée sur 300 en gardant la même ligne humoristique, avec plus de décor et d'ambiance, elle aurait eu un effet intéressant.
Pour conclure. Je suis étonné par l'approche. Pas de débordement. L'absurde d'une absurdité qui termine par l'absurde. L'ironie du sort. L'inaction dans une tempête qui te bouffe de l'intérieur, c'est une noyade lente, cruelle et douloureuse. Quand tout est fini, on passe à autre chose.
Une très bonne première expérience numérique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
carnetdelecture
  07 décembre 2012
Le premier pape belge, Enest 1er, a le coeur sur la main et n'hésite pas à donner de sa personne pour aider son prochain. Alors, lorsque la jeune Maddy lui parle de sa mère malade qui n'a pas les moyens de payer son traitement, il accepte de servir d'intermédiaire. Mais ses agissements ne vont pas passer inaperçus et Ernest 1er va rapidement être soupçonné de trafics illégaux par la police. Et lorsqu'il disparait, c'est tout le monde catholique qui s'effondre. Heureusement qu'il peut compter sur ses amis, le fidèle Cardinal Vertupoint et Monsieur Dauran, le directeur de la compagnie Belgair sur laquelle voyage le pape, pour le sortir des ennuis.
Nicolas Ancion nous présente un pape qui est très éloigné des images officielles. Ici, Ernest 1er est un pape moderne et dynamique, beau de surcroit ! Point de gardes du corps et de papamobile aux vitres pare-balles, non, le souverain pontife flâne devant les boutiques parisiennes, voyage seul… et se fourre dans des histoires invraisemblables, à faire se retourner ses prédécesseurs dans leur tombe !
Voilà un roman comme on les aime. Bourré d'humour et truffé de personnages délicieux, avec une autodérision bien de chez nous. Car, il faut bien le dire, un pape pareil, il ne pouvait qu'être belge !
Le pape a disparu est un petit roman qui se lit en quelques heures, mais c'est un vrai concentré de bonne humeur. À conseiller à toutes les personnes que ce temps maussade rend un peu patraque. le sourire est dans votre liseuse...
Lien : http://carnetdelecture.skyne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
gibet_b
  11 novembre 2016
Les Ours n'ont pas de problème de parking est l'un des meilleurs livres numériques que j'ai lus. le Pape a disparu promettait beaucoup au lecteur assoiffé de mise en boîte christique que je suis. Et même s'il ne m'a pas autant convaincu que Les Ours – l'intrigue est un peu faiblarde, bien qu'elle ne prétende sans doute pas constituer le point fort du roman –, j'ai retrouvé le style tantôt réaliste tantôt délirant de Nicolas Ancion, et toujours le même talent d'écriture. Alors, si les aventures dans le milieu de la drogue d'un jeune pape belge qui fricote avec un beau cardinal entre deux avions vous intéressent, je vous encourage à jeter un oeil sur ce texte qui doit d'ores et déjà être l'objet de séances d'exorcisme par des catholiques outrés – je parle en connaissance de cause.
Commenter  J’apprécie          10
ANatalia
  04 août 2013
Le Pape est belge !! Oui ! Il s'appelle Ernest 1er, il est jeune , pimpant, fringant et manifestement épris du Cardinal Vertupoint qui le lui rend bien.
Un jour qu'il attend son avion, une jeune femme, Mady lui demande de faire passer entre la France et la Belgique un médicament pour sa mère gravement malade. Ce médicament ne peut normalement passer les frontières. Après quelques hésitations, Ernest accepte. Les douanes ne vérifieront pas ce que transporte le Pape et de toutes façons si cela était le cas, il payerait l'amende et voilà tout. Il remet toutes les semaines le paquet à un certain Raoul dit le chat.
Seulement, la police pointe le bout de son museau soupçonnant un trafic de stupéfiants et le Pape d'y participer. le Cardinal Vertupoint et le directeur de la compagnie Belgair, Mr Dauran se font bien du souci pour lui. Aucun des deux ne peut croire qu'Ernest y prenne part en toutes connaissances de cause. Lorsqu' Ernest décide de mettre un terme à cette livraison…il disparaît !
J'ai beaucoup apprécié les personnages de Vertupoint et Raoul ( coïncidence amusante c'est justement le nom de mon chat ).
Quelques points restent obscurs mais rien de bien grave. Et le dénouement est un peu simple à mon goût.
Roman mené tambours battants, plein d'humour qui est l'exemple type de lecture détente. Ça tombe bien vous pourrez le lire sourire aux lèvres sur la plage, dans votre hamac, votre coin d'ombre préféré …bref, pendant vos vacances.
Lien : http://dzahell.fr/?p=1724
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
KittiwakeKittiwake   18 novembre 2012
Il en profita pour le bénir une ou deux fois avec de l'eau pétillante. Il n'y croyait pas trop, mais on lui avait parlé du pari de Pascal. Cela ne coutait rien de toute façon
Commenter  J’apprécie          120
MortuumMortuum   04 septembre 2013
Ainsi, le Pape arriva chez lui. En face, au-dessus de la boutique de l’épicier, une fenêtre demeurait éclairée. Hé ! pensa-t-il, monsieur Legentil fait ses comptes. Lui, au moins, il se coule une douce petite existence. Si c’était à refaire, foi d’Ernest, je me ferais bien épicier… En plus, on peut manger les Melo-Cakes à l’œil. Et des Pim’s. Ça ressemble à des grosses hosties fourrées, les Pim’s… Si Jésus revenait de nos jours, je serais bien placé pour lui suggérer de remplacer les hosties fades par ces biscuits succulents. Ceci est mon corps à la marmelade d’orange livré pour vous et pour la multitude…

Il avait retrouvé sa bonne humeur. Il gravit allègrement les escaliers. Il se dévêtit, se coucha, s’endormit tout de suite. Ah, oui, il se brossa les dents ! Les dents, avant d’aller se coucher, c’est sacré !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
KittiwakeKittiwake   18 novembre 2012
Un miracle? Il n'y a plus de miracles de nos jours. On n'homologue plus que des opérations commerciales pour relancer le merchandising marial dans les régions les plus crédules
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Nicolas Ancion (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Ancion
ACTU-tv interview par Bob Boutique de l'auteur belge, Nicolas Ancion dans un café de Bruxelles pour l'émission "Nos amis et les amis de nos amis" d'avril 2010.
autres livres classés : iconoclastieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15067 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre