AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266205283
288 pages
Éditeur : Pocket (06/10/2011)
3.36/5   33 notes
Résumé :
Ce qui m'intéresse, moi, c'est de savoir combien vous valez, vous, dans ce monde-ci. Vous et rien que vous. Ça m'intéresse de savoir à combien exactement vous vous estimez.

Épineuse question à laquelle devra répondre Lakshmi Mittal, une des plus grosses fortunes mondiales, s'il veut être libéré. Richard, son ravisseur - ému par le drame d'Octavio, licencié suite à la fermeture d'un haut-fourneau liégeois - décide de " changer l'ordre des choses ". Il... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Croquignolle
  24 juillet 2016
Cet été est propice aux belles découvertes ! C'est mon premier roman de Nicolas Ancion, auteur belge que je ne connaissais pas même de nom. Mais grâce à une amie de Liège, j'ai pu découvrir son univers décalé, disjoncté, d'une originalité et d'un imaginaire rares.
Mais où a-t-il été chercher ces idées ? Certainement dans ce coin de pays qu'il aime, pays en proie à la récession économique et aux promesses de grands industriels non tenues.
Sur fond de combat social, voilà les héros, Richard, Léon, Octavio déployant une énergie hors du commun pour dénoncer une nouvelle injustice - la fermeture des usines d'acier - en kidnappant la 4eme fortune du monde, leur patron. Cette équipe délirante et improbable souhaite, grâce à son action, créer une oeuvre d'art contemporain pour réveiller les consciences et atteindre un large public.
D'autres histoires aux personnages attachants se mêlent au fil des pages : celle de cet homme et son fils toxicomane et sa rencontre avec Marie-Ange sur un lit d'hôpital; celle de Nafisa aux rêves si légitimes et à l'honneteté si exemplaire...
Le sujet des inégalités sociales est présent en filigrane dans ces pages. Mais, lors de la lecture, pas de place à l'accablement. L'esprit est au sourire, à la folie joyeuse, à la vie croustillante qui anime tous les êtres qui décident d'oser être fous. Le ton est frais, drôle et la plume de Nicolas Ancion, enthousiaste, savoureuse et généreuse.
Une lecture pétillante, pleine de rebondissements et de surprises !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
daniel_dz
  25 juin 2018
En choisissant ce roman de Nicolas Ancion sur les rayons de ma bibliothèque favorite, je me suis dit que j'allais me divertir dans un bon moment de lecture bien belge. Et ainsi en fut-il ! Mais pas que, comme on dit chez moi.
L'histoire se passe à Liège, d'où Nicolas Ancion est originaire. Et il faut savoir que les Liégeois sont très attachés à leur ville; on dit d'ailleurs qu'ils divisent les gens en deux catégories : ceux qui vivent à Liège et ceux qui rêvent d'y vivre !
Alors que la Belgique n'existait pas encore, John Cockerill a fait de la région de Liège un haut lieu de l'industrie sidérurgique, ses usines couvrant, au fil des ans, toute la chaîne de production, depuis les hauts-fourneaux jusqu'à la construction de machines. Longtemps florissant, l'empire Cockerill a fini par s'effondrer; intégré au groupe Usinor en 1998, puis au groupe Arcelor en 2002, il a provoqué des restructurations, avec d'importantes conséquences sociales. En 2006, une OPA de Mittal Steel fait naître ArcelorMittal, provoquant une vague d'espoir grâce à la réouverture du haut-fourneau n° 6 de Seraing en février 2008, qui sera de nouveau arrêté en 2008.
Voilà le contexte économique et social dans lequel paraît le livre de Nicolas Ancion, en 2009.
« L'homme qui valait 35 milliards », c'est le PDG Lakshmi Mittal, dont Nicolas Ancion imagine l'enlèvement. Ailleurs qu'en Belgique, cet enlèvement aurait été perpétré par un commando hyper-organisé, qui aurait ensuite exigé une colossale rançon ou l'annulation des plans de restructuration. Mais en Belgique, pays du surréalisme, l'affaire est traitée d'une manière bien plus rocambolesque, que je vous laisse découvrir.
C'est succulent de belgitude, délicieux de dérision. Quand j'entendrai encore parler de Lakshmi Mittal, je ne pourrai m'empêcher de le voir comme le dépeint Nicolas Ancion: propret dans son costume clair, tirant sur ses manchettes pour les réajuster.
Le livre évoque « Strip-tease », ce cultissime magazine télévisé de Jean Libon et Marco Lamensch qui a déshabillé la société belge pendant des années. Dans l'esprit, ce roman en est proche. On y voit des gens vivant leur vie, poursuivant leurs idéaux, personnels ou altruistes, sans se laisser atteindre par le regard des autres. Au premier degré, un vernis de drôlerie qui donne le plaisir d'une lecture divertissante. Mais ce vernis n'est qu'un voile camouflant une dure réalité sociale qu'inlassablement des héros du quotidien tentent d'améliorer.
Pas de haute philosophie, pas de culture prétentieuse, juste de l'action, des petits gestes pour se sortir du trou, et tendre la main à ses voisins pour qu'ils suivent le même chemin. C'est émouvant, en fin de compte. Lisez donc !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
archibald77
  23 novembre 2012
c'est le premier ouvrage de Nicolas Ancion que je lis et ce fût un réel plaisir. J'ai eu la chance, il y à de cela quelques semaines, d'assister à une représentation de la pièce de théâtre tirée de ce roman. La compagnie liégeoise du "collectif mensuel" en à fait une adaptation très réussie et en sortant de la salle de spectacle, j'ai pris la décision de m'attaquer au roman. Celui-ci sommeillai depuis de longs mois dans ma PAL.
L'histoire est joyeusement anarchique, complètement débridée et savoureuse de références à la "cité ardente". Mr. Lakshmi Mittal, le patron indien des aciéries "Arcelor-Mittal" (patron qui en cette année 2012 termine la liquidation des activités sidérurgiques en région liégeoise. il nous aura bien eu le salaud!) , en prend pour son grade, mais l'auteur critique aussi le fonctionnement corrompu et vicieux du monde politico-syndicaliste gauchiste liégeois.
Une histoire jubilatoire, cocasse que je conseil particulièrement au liégeois, qui n'auront aucun mal à reconnaître certains personnages, mais aussi à tout autre lecteur désireux de passer un bon moment de lecture. Ce livre donne un bon aperçu de l'humour, de l'auto-dérision et de ce petit quelque chose de particulier qui nous caractérise, nous les belges :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
tulisquoi
  31 mars 2010
Nicolas Ancion nous prévient dès la première page. Ceci est un roman et tout est imaginaire, aussi bien l'histoire que les personnages. Et de l'imagination, il en a à revendre, Nicolas Ancion ! Et de l'audace aussi ! Souvent dans les romans, on nous parle de manière détournée des marques ou des personnes connues. Question de discrétion, je suppose. Ici, pas question de discrétion. On fonce dans le tas et dès le début.
On a donc d'un côté Lakshmi Mittal, magna de l'acier qui, dans la vrai vie, avait créé de nombreux remous politique (entre autres) lors de l'OPA hostile lancée en 2006 contre Arcelor. Dans le monde imaginaire de Nicolas Ancion, le voilà kidnappé par de soi-disant journalistes, mis dans des situations rocambolesques, accoutré de manière ridicule parfois, privé de tous ses liens habituels avec ses conseillers et son entreprise.
De l'autre côté, on a les employés de Mittal. Enfin, les ex-employés, vu que M. Mittal a décidé, pour des raisons économiques de fermer les hauts-fourneaux. Et ces hommes qui ne demandent qu'à faire vivre leur famille, donner le meilleur d'eux-même dans leur boulot se retrouvent du jour au lendemain au pied du mur.
Et les voilà donc lancé dans une folle équipée, initiée par un artiste en mal de reconnaissance, qui décide de changer l'ordre des choses en mettant "à nu" cet homme qui a tout pouvoir sur leur vie.
Alors c'est parfois un peu simpliste. On croise les raccourcis attendus du méchant capitaliste d'un côté et des ouvriers de l'autre, des syndicats et des hommes politiques. Et puis toutes les situations sont loin d'être vraisemblables, surtout concernant les attitudes et réactions de Mittal, mais, au fond, on est dans une sorte de fable et une fois cela accepté, on partage tous les tours pendables de ces compères qui rêvent de changer le monde.
Mais il y a une chose qu'on ne pourra pas reprocher à Nicolas Ancion : sa région et ces habitants, il les aime et cela se sent tout le long du récit.
A lire si vous rêvez vous aussi de kidnapper les "grands" de ce monde !
Lien : http://www.tulisquoi.net/lho..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
paikanne
  12 mai 2010
Présentation de l'éditeur : Ce qui m'intéresse, moi, c'est de savoir combien vous valez, vous, dans ce monde-ci. Vous et rien que vous. Ça m'intéresse de savoir à combien exactement vous vous estimez. Epineuse question à laquelle devra répondre Lakshmi Mittal, une des plus grosses fortunes mondiales, s'il veut être libéré. Richard, son ravisseur - ému par le drame d'Octavio, licencié suite à la fermeture d'un haut-fourneau liégeois - décide de " changer l'ordre des choses ". Il met alors sur pied un plan audacieux pour enlever le célèbre magnat de l'acier et le contraindre à réaliser des oeuvres d'art contemporain de plus en plus absurdes... Au-delà de son aspect humoristique et léger, cette histoire est aussi l'occasion de se pencher sur la politique des gros industriels. Un récit intelligent, totalement surréaliste et délicieusement entraînant.
Ce récit est on ne peut plus original en raison des situations "déjantées" et se lit aisément pour qui aime l'humour largement teinté d'ironie. Les personnages sont présentés de telle manière que les pièces du puzzle se mettent progressivement en place au fil de la lecture afin de nous emmener vers une fin... qui n'en est pas véritablement une. Certains passages sont touchants, d'autres, carrément loufoques... Je me suis laissé facilement entraîner et puis, vers la fin, le soufflet est quelque peu retombé, mais difficile de dire pour quelle raison...
Quoi qu'il en soit, un roman à découvrir pour sortir des sentiers battus !
Lien : http://paikanne.skynetblogs...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
tulisquoitulisquoi   31 mars 2010
Tu n'achètes plus que ce dont tu as vraiment besoin : ta nourriture, ton pain de savon, ton bouquin pour lire le soir et t'endormir tranquille loin de la télé. Tu ne seras pas plus malheureux qu'aujourd'hui, tu auras peut-être envie de sortir de chez toi pour rencontrer des gens. Ils te feront sans doute moins peur vu que tu n'entendras plus les conneries que la radio et la télé propagent.
Commenter  J’apprécie          150
CroquignolleCroquignolle   23 juillet 2016
Installés tous les cinq sur les chaises d'église inconfortables, assises trop basses et dossiers trop hauts, ils ressemblent à une poignée de hors-la-loi assemblés autour du feu dans une plaine de l'Arizona, ou à un groupe de discussion qui partage l'Evangile, ce qui n'est pas très différent, au fond, juste une assemblée de pauvres types qui parlent de ce qui leur tient à cœur.
Commenter  J’apprécie          30
CroquignolleCroquignolle   23 juillet 2016
On raconte que certaines des plus grandes décisions de l'histoire humaine ont été prises dans les toilettes pour hommes. Il faut croire que la station debout face aux urinoirs, la promiscuité virile et le partage du lavabo sont des facteurs décisionnels de première importance.
Commenter  J’apprécie          30
CroquignolleCroquignolle   23 juillet 2016
(...) Si tu vois pleurer un bébé, il faut changer ses couches; si tu vois pleurer une femme, il faut changer son amant et si tu vois pleurer un homme... il faut changer le monde.
Commenter  J’apprécie          50
CroquignolleCroquignolle   23 juillet 2016
Mullenders range sa Peugeot 607 dans le parking souterrain du syndicat, dénoue sa cravate et rejoint en quelques minutes Toledano à la table du fond de leur taverne habituelle. Pas le café où ils célèbrent les avancées de la lutte ouvrière, pas celui où ils fêtent l'arrivée du week-end où les bonnes nouvelles électorales, non, celui où ils se retrouvent en toute discrétion, derrière quelques tablées de vieilles dames sourdes, occupées à entretenir leur taux de glucides dans le sang et leur cabas de ragots.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Nicolas Ancion (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Ancion
ACTU-tv interview par Bob Boutique de l'auteur belge, Nicolas Ancion dans un café de Bruxelles pour l'émission "Nos amis et les amis de nos amis" d'avril 2010.
autres livres classés : sidérurgieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Français ou Belge ?

Georges Simenon

Francais
Belge

10 questions
376 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature française , littérature belgeCréer un quiz sur ce livre