AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782874155529
109 pages
Luc Pire (26/01/2006)
3.26/5   19 notes
Résumé :
" Victor a les cheveux noirs, comme les poils que sa mère cachait sous ses bras ; il ne porte pas de lunettes, comme le chat qu'il n'a jamais eu quand il était enfant ; il s'est mis à ronfler sur le tard, comme à jouer aux échecs et à écrire des livres. Car Victor écrit. Pas beaucoup. Juste ce qu'il faut pour n'être pas complètement chômeur. "
Ecriv. ch. pl. concierge. C'est avec cette petite annonce que Victor, jeune écrivain paresseux et sans le sou, a déc... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique

Victor est à la recherche d'un emploi dans le domaine de l'écriture. ça urge, il n'a plus le sou et depuis quelques mois, sa propriétaire attend de voir apparaître ses loyers. Bienheureux dans sa paresse, il se résoud quand même à poster une petite annonce "Ecrivain cherche place concierge"'. Alors qu'il n'y croit plus, un certain Régis l'appelle et lui propose un logement au calme dans son chateau de campagne contre homme à tout faire, entre autre, la cuisine.

Croyant rêver d'une si belle opportunité, Victor se laisse conduire vers sa destination en sautant dans le premier bus. Aux portes du chateau, ce n'est pas le richissime Régis qui l'accueille mais Pinot, le lapin blanc, suivi de près par Robert, un énorme ours dont les chaussettes lui tombent sur les pantoufles...

Lapin, ours. Bon ok. Mais quand vous devez affronter les bandes de malfrats que sont les pingouins et les phoques, une seule chose à faire : Sauve qui peut si vous ne voulez pas être canardé !

Les descriptions et l'imagination de l'auteur sont réellement affolantes (la scène du repas de noces est unique en son genre). On a envie de lui dire Stop ! souffle un peu. ça n'arrête pas.

Auteur belge méconnu pour moi jusqu'à aujourd'hui mais qui mériterait une petite place. Je me suis bien amusée. Pour le prochain livre que je lirai de lui, j'espère que, là encore, il aura oublié de prendre son ordonnance. :-)

Commenter  J’apprécie          262

"Ecrivain cherche place concierge" est le troisième roman de l'écrivain belge Nicolas Ancion, paru en 1998 aux éditions Luc Pire.

Comme le titre le laisse deviner, nous partons à la rencontre d'un écrivain, Victor, en panne d'argent comme d'inspiration. Si seulement il pouvait mener la vie de château, ça ferait bien ses affaires ! Et voilà justement que Victor a posté une annonce, "ECRIV.CH.PL.CONCIERGE", et qu'un châtelain souhaite l'engager. C'est ainsi que le jeune homme part pour le lugubre village de Soheit-Tinlot et rejoint le château où il est accueilli par le bras droit du maître de maison, Pinot, qui n'est autre qu'un...lapin en peluche !

Alors qu'il pensait trouver le calme dans cette région reculée, Victor va se retrouver coincé dans un petit monde aussi déluré qu'improbable !

Voilà déjà un moment que j'avais repéré ce roman. Malheureusement, je ne parvenais pas à mettre la main dessus. Oui c'est vrai, j'aurais pu le commander en ligne sur machin chose mais voyez-vous, je fais partie de cette vieille école qui a besoin d'entrer en contact avec le livre et d'en feuilleter les pages avant de se décider (je ne me fie désormais plus aux quatrièmes de couverture, comme aux teasers de film d'ailleurs).

Bref. C'est donc à la Foire du Livre de Bruxelles que j'ai enfin eu l'occasion de me procurer cette année ce petit roman au titre alléchant.

A peine avais-je eu sous les yeux les énoncés des différents chapitres que je tenais déjà l'ouvrage sous le bras.

A l'image d'Alice au Pays des Merveilles, Victor tombe lui aussi dans un trou...paumé...au fin fond du Condroz. Un village aussi laid qu'il semble inoffensif et qui pourtant donne tout son sens au proverbe qui nous enjoint à nous méfier de l'eau qui dort. Tout comme la blondinette, il y fera la connaissance d'un lapin blanc qui à défaut de s'en aller pour cause de retards à répétition, se révélera kamikaze et se battra avec lui et Robert l'ours brun contre une armada de manchots féroces.

En marge de ce conflit armé se distille le portrait de Victor qui est avant tout un grand rêveur.

On est d'ailleurs en droit de se demander quelle est l'importance de la part autobiographique apportée dans ce roman quand on prête notamment attention à la dédicace de l'auteur à " la jeune fille qui aime toujours le chocolat" ou encore au texte rédigé par Victor qui se trouve être un ouvrage de l'auteur paru en 1999 : "70 raisons de péter en public " (70? Tant que ça, vraiment?)

Bref, un peu de sérieux que diable ! Je disais donc. A l'instar de nombreux écrivains, Victor passe son temps à donner une seconde vie aux événements et à imaginer les différentes possibilités qui s'offraient à lui au moment fatidique où il aurait pu endosser le rôle du héros, notamment auprès des femmes qui restent pour lui des énigmes à résoudre.

Ce qui fait le charme particulier des récits de Nicolas Ancion, c'est un style toujours très imagé et teinté d'humour pour accompagner les descriptions d'un univers décalé et faussement gentillet.

J'ai retrouvé dans ce roman tout ce qui m'avait déjà plu dans le recueil de nouvelles "Les ours n'ont pas de problème de parking"


Lien : http://contesdefaits.blogspo..
Commenter  J’apprécie          30

Victor est le stéréotype du monsieur tout le monde. Sa plume lui permet à peine de vivre et il a tendance à passer inaperçu, surtout avec les femmes. Alors qu'il a pour projet d'écrire un livre qui regrouperait les biographies de personnages extraordinaires, il se met en quête d'un travail qui lui permettra d'avoir assez de temps libre pour écrire. Il publie une petite annonce dans un journal gratuit et c'est avec une certaine surprise qu'un homme entre en contact avec lui. Il lui propose "la vie de château". Victor aura juste à s'occuper de quelques tâches ménagères et de veiller sur le château en l'absence de son propriétaire qui passe beaucoup de temps à l'étranger. Victor n'hésite pas une seconde et quitte tout en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. le château se trouve dans un trou perdu.

C'est à ce moment là que le roman bascule ou, du moins, que son originalité se fait jour. En effet, alors qu'il sonne à la porte du château, Victor a la surprise de se faire ouvrir par un lapin en peluche qui est pourtant tout ce qu'il y a de plus vivant. Une fois entré dans le château, Victor entre dans un autre monde. Il va y rencontrer le propriétaire des lieux mais aussi Robert, qui n'est autre qu'un gros nounours qui ne pense qu'à manger du chocolat! Très vite, d'autres animaux vont s'inviter dans ce bestiaire mais ils n'ont pas tous de bonnes intentions si bien que les projets de Victor vont se retrouver fort compromis!

J'ai beaucoup aimé le style de l'auteur, plein d'humour, incisif et rythmé. Certains passages sont très drôles.

S'agissant de l'histoire en elle-même, j'ai bien aimé le personnage de Victor, cet homme un peu paumé. Par contre, je dois dire que j'ai eu un peu de mal avec l'aspect imaginaire. Mais comme le livre est court et que le rythme est soutenu, j'ai eu moins de mal que ce que je pensais à entrer dans cet univers.

Commenter  J’apprécie          10

Alors, je ne sais pas par où commencer!! Tout d'abord, laisser-moi vous raconter le début de l'histoire. Toute heureuse de pouvoir lire ce livre, je le commence gaiement.

Victor, Ecrivain, est en manque d'inspiration et d'argent. Il poste une petite annonce où il recherche une place de concierge. le propriétaire d'un château dans le petit-village de Soheit-Tinlot veut l'engager. Victor accepte et part pour ce petit village. Arrivé là-bas il est accueilli par le bras droit du maître, Pinot, un lapin en peluche... Oui, oui vous avez bien lu. Ouille à l'évocation du lapin en peluche m'a joie a tourné court! Mais qu'est-ce que c'est que ce livre!! Bon, je continue ma lecture et voilà qu'un ours qui mange du chocolat apparait pourchassé par des manchots... STOP!!!! C'est trop!!

Le livre m'a fait penser à l'univers "d'Alice au pays des merveilles" de Lewis Carroll, problème... je n'ai pas du tout aimé ce livre.

Pourtant, je ne peux pas dire que j'ai détesté ce livre. L'histoire est simple. le personnage principal un peu bébête, mais attachant et je suis allée jusqu'au bout de ce livre.

Sans pour autant dire que ce livre est nul, je dirais qu'il est... euh... "spécial". Ce n'est pas un livre que je relirais.

Commenter  J’apprécie          20

Si le surréalisme belge et les belgicismes ne vous font pas peur, Écrivain cherche place concierge de Nicolas Ancion est tout à fait pour vous! Et si de plus, vous aimez être transportés dans un monde où toutes les balises habituelles ont été effacées, ce livre est encore plus pour vous! Mais si vous êtes du genre à avoir besoin d'avoir les pieds bien sur terre en continu, ce livre n'est vraiment pas pour vous.

Avertissement fait, passons aux choses sérieuses. Ou plutôt non. Car il n'y a rien de sérieux dans ce roman qui débute par une petite annonce que place un écrivain sans le sou et à court de début de livre mais non d'idées dans un journal. Une annonce qui trouvera preneur au bout de deux semaines et qui le fera débarquer en pleine campagne afin de devenir le gardien d'un château. Rien de moins! Mais c'est sans compter sur la présence d'un lapin en peluche, d'un ours qui adore le chocolat, surtout entre les repas et de manchots et phoques vengeurs alors que Victor, l'écrivain transformé en gardien, aspire à la tranquillité afin d'écrire et de rêver aux filles. Rappelez-vous, j'ai parlé de surréalisme!

Donc, si vous aimez ne pas savoir où vous allez, ce livre est tout à fait pour vous. Vous ne vous ennuierez pas une seconde. Vous y croiserez même un policier très avenant qui laisse sa carte de visite à Victor en lui disant ceci : « Et quand vous aurez terminé votre travail, je suis prêt à le relire pour les fautes d'orthographe. Je suis très calé dans ce domaine, j'en fais moi-même beaucoup. »

Nicolas Ancion, un auteur à découvrir en parcourant son blog et dont je vous avais déjà parlé ici. Et dont je vous parlerai sûrement encore!


Lien : http://lalitoutsimplement.co..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation

Un lapin disque-jocquet, un ours déménageur : tout s'annonce pour le mieux. Tout à l'heure, on apprendra à Victor que la mariée est une grenouille et sa belle-mère une brosse à ongles. Il ne bronchera pas. C'est normal. Il aura vidé trois ou quatre bouteilles de champagne, selon toute probabilité, et il sera allongé sur le palier de bois verni, juste en dessous de la somptueuse tapisserie qui représente une tuerie de cerfs. Victor aimerait qu'un faon et une biche se présentent à la noce. Ca mettrait de l'ambiance de les voir s'offusquer devant la crudité du tableau. Et les animaux ne sont pas moins susceptibles que les êtres humains, bien que quelques acharnés du genre Saint-Exupéry tentent de faire croire le contraire aux enfants en bas-âge. p.78

Commenter  J’apprécie          70

En tout cas, si je n'avais qu'un seul conseil à donner aux jeunes célibataires dans mon genre, songe Victor, c'est d'observer en détail chacun des gestes que j'opère en vue de séduire, de noter avec précision toutes les démarches que j'entreprends pour conquérir le coeur d'une de ces jolies femmes et de veiller, à partir de ces observations, à ne jamais, mais là vraiment jamais, se lancer dans des entreprises aussi stupides. En d'autres termes, le mieux est encore que chacun fasse comme il le sent. Et en ce qui me concerne, tout ce que je sens, c'est que ça pue. J'attire autant les jeunes filles qu'une exposition de marteaux ou une rétrospective sur l'évolution des cailloux depuis l'invention du gravier. p.22

Commenter  J’apprécie          60

Une voiture rouge portée par quatre pneus noirs passe devant Victor en vrombissant, puis la rue redevient calme sous le vent froid. Une vieille dame traverse au passage pour piétons en un mouvement éternisé comme le footballeur qui s’avance vers le filets adverse dans la séquence rediffusée au ralenti. Victor accélère le pas, se rue dans la boulangerie, en ressort avec un petit pain gris coupé et repart vers son chez lui. Il avale les six volées de marches, enfonce la clef dans la serrure et se précipite dans le salon. Merde. Pas de message. C’est toujours comme ça, le téléphone. Les messages ne viennent jamais quand on les attend. Pire, quand ils arrivent enfin, ils sont tellement désespérants qu’on aurait voulu ne jamais les entendre.

Commenter  J’apprécie          40

Devant lui, à moins d'un mètre quatre-vingts, tapis sous les draps, dix orteils se dressent au bout de deux pieds. Les plus gros vers le centre, les plus jeunes et les plus frais, à l'abri un peu en retrait, sur les côtés.

Commenter  J’apprécie          30

"J'attire autant les jeunes filles qu'une exposition de marteaux ou une rétrospective sur l'évolution des cailloux depuis l'invention du gravier."

Commenter  J’apprécie          40

Videos de Nicolas Ancion (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Ancion
ACTU-tv interview par Bob Boutique de l'auteur belge, Nicolas Ancion dans un café de Bruxelles pour l'émission "Nos amis et les amis de nos amis" d'avril 2010.
autres livres classés : littérature belgeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Français ou Belge ?

Georges Simenon

Francais
Belge

10 questions
408 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature française , littérature belgeCréer un quiz sur ce livre