AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Régis Boyer (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070387861
480 pages
Gallimard (25/05/1994)
4.1/5   1095 notes
Résumé :
Bibebook 164 pages

L'intrépide petit soldat - Les habits neufs du grand-duc - La bergère et le ramoneur - Le briquet - L'ange - Petit Claus et grand Claus - La princesse sur un pois - Le jardin du Paradis - La grosse aiguille - Les fleurs de la petite Ida - Le compagnon de voyage - La petite fille et les allumettes - La vieille maison - L'ombre - Le coffre volant - La pâquerette - Une semaine du petit elfe Ferme-l'oeil - La petite Poucette - La petite... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
4,1

sur 1095 notes
5
37 avis
4
14 avis
3
9 avis
2
0 avis
1
2 avis

cascasimir
  17 septembre 2020
Il suffit qu'un maire écolo parle de Sapin de Noël le 15/09/20, pour qu'un Sarkozy sorte du bois, en dodelinant de la tête, comme un lutin, un affreux gnome. Ça, ça sent le sapin!

Hans Christian Andersen nous contait déjà l'histoire d'un petit sapin de Noël, jadis.
Il se portait comme...un charme, mais se languissait de voir du pays, de sortir de la forêt noire, (Hêtre ou ne pas hêtre ailleurs!) jusqu'à ce qu'enfin une hache l'abattit...

Il fut installé dans une maison avec des enfants, décoré avec des gâteaux, des fruits, "pommes, des noix dorées et plus de cent petites bougies rouges, bleues et blanches". Une belle étoile trônait au sommet de l'arbre majestueux..
Le petit sapin était heureux et ses branches dansaient au rythme de l'histoire de "Dumpe le Ballot" que racontait un homme ventru...

Mais le lendemain de Noël, le petit sapin fut traîné au grenier et abandonné là, comme un gland, dans l'obscurité...

Des rongeurs vinrent et le petit sapin raconta son histoire, à des souris rat-vies...

Il se souvenait du soleil, de l'air pur et de la lumière, des oiseaux... de son enfance...
"De ce petit lièvre qui bondissait. du printemps lorsqu'arrivaient l'hirondelle et la cigogne. Les nuages roses qui naviguaient dans le ciel"...
Il espérait toujours retrouver sa place au salon...

Un jour, on emmena le sapin dans la cour et là, il revit de nouveau une hache...

Il pleura, et ses "branches
fanées et jaunies" tombèrent au sol, sa sève s'écoula et il regretta sa vie d'avant... Mais, on n'avait plus besoin de lui!
Sauf pour le voir rougir de nouveau et crépiter dans la cheminée, comme du petit bois ?...

"Ce qui compte à Noël, ce n'est pas de décorer le sapin. C'est d'être tous réunis." Kevin Bright.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10217
Marple
  10 juillet 2013
Relire les Contes d'Andersen, c'est comme déguster un délicieux gâteau aux parfums d'enfance... mais aussi de larmes et d'amertume. C'est d'ailleurs frappant de constater à quel point ces contes qui nous ont bercés autrefois sont durs et tragiques, souvent même amoraux ou étranges. Bien loin des historiettes pour enfants ou des dessins animés qui en sont tirés, en fait !
L'édition Folio que j'ai lue rassemble 31 contes, plus ou moins longs, plus ou moins connus, plus ou moins légers. le 1er, le briquet, m'a complètement choquée par son cynisme : le héros, malhonnête et violent, est finalement récompensé. J'ai été contente de retrouver les grands classiques que mes parents me lisaient : Les habits neufs de l'empereur, le vilain petit canard, L'intrépide soldat de plomb. Les aspirations de la petite sirène vers une âme immortelle et son amour malheureux m'ont touchée, de même que la terrible Histoire des dunes, Sous le saule ou Ib et la petite Christine. Mais je dois avouer que mes préférés restent ceux avec une morale, peut-être justement parce qu'il n'y a pas de morale dans la vraie vie : L'estropié, le fils du concierge, Les 2 Claus, le Rossignol, le Sapin...
La préface et le dossier m'ont semblé très bien aussi, expliquant le côté sombre et désabusé des contes par la solitude fondamentale d'Andersen. On sent effectivement beaucoup de désespoir et d'injustice dans ce livre. Tout cela exprimé avec un immense talent, de telle sorte que nous souriions devant la peinture des petites mesquineries humaines ou que nous pleurions devant les amours tragiques.
Un livre puissant et beau que je vais sans aucun doute garder à portée de main et qui m'a donné envie de mieux connaître Andersen par son autobiographie et de replonger aussi dans les Contes des Grimm.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          761
Junie
  13 septembre 2012
Les Contes d'Andersen ne sont pas des contes. La preuve, c'est que des fois ça finit très mal. Ceux qui connaissent la version Walt Disney, dessin animé pour mangeurs de pop-corn, n'ont pas eu accès à l'univers de ce conteur danois qui flirte avec l'inconscient de ses lecteurs en les entrainant dans ses rêves et dans ses cauchemars.
Peuplés d'enfants des rues, d'animaux fabuleux, de créatures hideuses ou maléfiques, ses contes sont plus proches d'Edgar Poe que du monde des Bisounours.
Andersen parle de nos angoisses, de nos désirs, de notre difficile chemin vers la beauté et la vérité, des âmes pures qui luttent contre le découragement, la crainte, l'obscurité, la bêtise, le mépris.
Il le fait en poète, non en moraliste ou en philosophe, il le fait avec humour, ironie, tendresse ou mélancolie. Il parle aux coeurs et à l'imagination, avec des bergères et des soldats de plomb, des rossignols et des hirondelles.
La semaine d'Ole Ferme l'Oeil ou les Fleurs de la Petite Ida sont mes préférés.
Ils ouvrent une porte sur l'imaginaire pour qui veut bien se faire assez petit et y pénétrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          683
elea2022
  28 mars 2022
J'ai choisi les Contes d'Andersen pour participer à une lecture commune ayant pour thème un auteur du Danemark. Au départ, j'ai surtout eu en tête une intention pratique : en profiter pour lire un des livres de ma Pile à Lire. Voilà pour l'intention « naïve »…
Je réalise, à relire mes trois pages de citations, que pour moi, lire Andersen est un concentré d'émotions, de souvenirs, d'émerveillement enfantin face à son univers, ses personnages, ses décors, cette vaste imagination qui nous porte au fil de ses contes, et d'émerveillement adulte – peu s'en faut que je ne sois à genoux devant la poésie admirable que dégagent ces pages plus ou moins connues.
Andersen fait vivre un monde populaire ou raffiné, un monde de paysans dans leur pauvre chaumine couronnée par un nid de cigognes, de palais où règne l'étiquette plus que le monarque, mais aussi des forêts immenses et territoires neigeux du Danemark, aux confins de la Laponie, des forêts habitées de brigands, ou au contraire de la ville, de ses rues peuplées d'ombres discrètes, de visages d'enfants lumineux derrière de hautes fenêtres. Il sait faire valser ou tourbillonner les mots, le rythme des phrases, pour évoquer un parler populaire et bon-enfant, en même temps qu'il dresse devant nous des personnages légendaires, comme la brasseuse des marais, ou encore pour nous laisser frissonnants d'une douceur quasi-mystique, à l'évocation du sacrifice de créatures aimantes et désintéressées, au destin cruel.
D'un point de vue très personnel, Andersen et ses personnages sont chers pour moi encore pour une raison : ils ont si bien marqué ma vie que j'y ai souvent puisé du réconfort, voyant en certains un véritable miroir de ma situation à différents moments de ma vie. du Vilain petit canard qui s'éveille un jour à ce qu'il est, et surtout rencontre enfin les siens, à la Petite Sirène et son amour aussi bien muet qu'impossible, la jeune fille différente qui, en marge des réjouissances, sort regarder la nuit sur la terrasse, à Poucette, enfin – une Poucette qui aurait épousé la taupe sans rémission, sans hirondelle et sans prince pour s'enfuir vers les lointains pays chauds. Ou encore, la mère prête à toutes les épreuves pour sauver son enfant. du territoire de ces contes, je garde sur la peau la trace du vent fou et glacé qui conte le crissement des patins du traîneau sur la neige, et dans l'oreille l'appel des cygnes sauvages, qui serre le coeur à la fin de l'été.
Enfin, j'ai eu à cette dernière lecture une vision plus littéraire de contes que je n'avais pas lus jusque-là, posant des réflexions sur l'essence du conte et de sa transmission, comme « le Vent raconte l'histoire de Valdemar Daae » ou « les feux follets sont dans la ville », textes par ailleurs d'une beauté stylistique pure et ciselée, et d'une poésie gothique et échevelée. Andersen sait à merveille user de procédés tels que des récits enchâssés, ou encore des rêves, pour transfigurer les éléments simples du conte, leur donner une couleur à nulle autre pareille. Ses Contes sont de tout temps et de tout âge, il y en a forcément un pour abriter votre coeur, et se faire l'écho de votre vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4317
Zazaboum
  10 avril 2021
Quel régal que de replonger dans ces jolis contes ! J'en avais oublié quelques-uns et d'autres m'étaient totalement inconnus mais le plaisir était là !
Très courts dans l'ensemble, ils sont plein de tendresse, d'humour et de poésie ! Pas de noirceur comme dans les contes de fées, pas de méchante marâtre ou d'employeur acrimonieux, même si tout n'est pas rose dans le monde d'Andersen !
Je vais partir à la recherche d'un livre illustré pour les petits, ces contes sont intemporels !
Les contes inclus : L'intrépide petit soldat - Les habits neufs du grand-duc - La bergère et le ramoneur - le briquet - L'ange - Petit Claus et grand Claus - La princesse sur un pois - le jardin du Paradis - La grosse aiguille - Les fleurs de la petite Ida - le compagnon de voyage - La petite fille et les allumettes - La vieille maison - L'ombre - le coffre volant - La pâquerette - Une semaine du petit elfe Ferme-l'oeil - La petite Poucette - La petite sirène - le vilain petit canard - Les cygnes sauvages - le rossignol - le chanvre
Challenge MULTI DEFIS 2021
Challenge RIQUIQUI 2021
Challenge XIXè SIECLE 2021
Pioche dans ma PAL avril 2021 par Tinaju
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          431

Citations et extraits (134) Voir plus Ajouter une citation
ElGatoMaloElGatoMalo   06 mai 2015
Samedi

—Vas-tu me raconter des histoires maintenant? dit le petit Hjalmar.

—Nous n'avons pas le temps ce soir, dit Ole en ouvrant au-dessus du petit son plus beau parapluie. Regarde ces Chinois!

Et tout le parapluie ressemblait à une grande coupe chinoise ornée d'arbres bleus et de ponts arqués sur lesquels des petits Chinois hochaient la tête.

—Il faut que le monde entier soit astiqué pour demain, dit encore Ole, car c'est dimanche. Mon plus grand travail sera de descendre toutes les étoiles pour les astiquer aussi. Je les prends toutes dans mon tablier mais il faut d'abord les numéroter et mettre le même chiffre dans les trous où elles sont fixées là-haut afin de les remettre à leur bonne place.

—Non, écoutez Monsieur Ferme-l'œil, vous exagérez, s'écria un portrait accroché sur le mur contre lequel dormait le petit garçon. Je suis l'arrière grand-père de Hjalmar. Merci de lui raconter des histoires, mais vous ne devriez pas lui fausser ses notions. On ne peut pas décrocher les étoiles et les polir.

—Merci à toi, vieil arrière-grand-père, mais moi je suis encore plus ancien que toi, je suis un vieux païen, les Romains et les Grecs m'appelaient le dieu des Rêves. J'ai toujours fréquenté les plus nobles maisons et j'y vais encore; je sais parler aux petits et aux grands! Tu n'as qu'à raconter à ton idée maintenant.

Ole Ferme-l'œil partit là-dessus en emportant son parapluie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
gouelangouelan   21 décembre 2013
"Réjouis-toi de ta jeunesse , disaient les rayons du soleil, réjouis-toi de pousser et d'être en bonne santé, de la jeune vie qui est en toi!"
Et le vent embrassa l'arbre, et la rosée versa des larmes dessus, mais le sapin ne comprit pas.

-"Réjouis-toi avec moi!" disait l'air, disait la lumière du soleil. "Réjouis -toi de ta saine jeunesse au grand air!"
Mais il ne se réjouissait pas du tout..............................................................
...................................................................................................................

"Fini ! fini ! dit le pauvre arbre.
Si, au moins, je m'étais réjoui pendant que je le pouvais ! fini ! fini !"

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
JunieJunie   14 septembre 2012
La Reine des Neiges (suite)
Car certains morceaux avaient à peine la taille d'un grain de sable, ils volèrent à la ronde par le vaste monde et là où ils arrivaient dans les yeux des gens, ils y restaient, et alors ces gens voyaient tout de travers ou n'avaient de regard que pour ce qui n'allait pas dans une chose, car chaque petit fragment de miroir avait conservé les mêmes vertus que le miroir tout entier. Certaines personnes reçurent même un petit bout de miroir dans le coeur, et alors, chose absolument affreuse, ce coeur devint comme un bloc de glace. Quelques morceaux de miroir étaient si gros qu'on s'en servit comme de vitres, mais à travers ces vitres-là, il ne valait pas la peine de voir ses amis.D'autres fragments passèrent dans des lunettes, et il ne faisait pas bon mettre ces lunettes-là pour bien voir et être juste. Le Malin riait à s'en crever le ventre et cela le chatouillait délicieusement. Et il restait de petits bouts de verre qui flottaient en l'air. Ecoutons donc!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
JunieJunie   13 septembre 2012
La Reine des Neiges: la suite.
Maintenant seulement on pourrait voir, pensaient-ils, quel air avait vraiment le monde et les hommes. Ils couraient de tous côtés avec ce miroir et, pour finir, il n'y eut pays ou personne qui n'y eût été défiguré. Alors ils voulurent aussi s'envoler vers le Ciel pour se moquer des anges et de Notre-Seigneur. Plus ils volaient haut avec le miroir, plus fort il grimaçait, à peine s'ils pouvaient le tenir. Ils s'élevèrent de plus en plus près de Dieu et des anges. Alors le miroir grimaçant fut pris de vibrations si effroyables qu'il leur échappa des mains et se précipita sur le sol ou il vola en centaines de millions, de milliards de morceaux, et davantage encore, et donc, il fit précisément encore plus de malheurs qu'avant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
JunieJunie   12 septembre 2012
La Reine des Neiges

Première histoire : qui parle du miroir et de ses morceaux.

Bon! Commençons. Quand nous serons à la fin de cette histoire, nous en saurons plus que maintenant, car c'était un méchant troll! c'était un des pires, c'était "le Diable"! Un jour, il se trouva de très bonne humeur: il avait fait un miroir ainsi conçu que tout ce qui était bon et beau et s'y reflétait s'y réduisait à presque rien, alors que ce qui était bon à rien et avait mauvais air ressortait. Les paysages les plus charmants y prenaient un air d'épinards cuits et les meilleures personnes devenaient répugnantes, ou bien se présentaient sans ventre, tête en bas. Pour peu que l'on eût une tache de rousseur, on pouvait être sûr qu'elle vous couvrait la bouche et le nez. C'était extrêmement amusant, disait le Diable. Qu'une bonne pensée pieuse saisit une personne, une grimace apparaissait dans le miroir, force était au troll-diable de rire de son ingénieuse trouvaille. Tous ceux qui allaient à l'école des trolls-car il tenait une école pour trolls-racontaient à la ronde qu'un miracle s'était produit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Hans Christian Andersen (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hans Christian Andersen
Texte de H C Andersen Musique de Pierre diaz Lu par Isabelle Wlodarczyk Aux éditions babouche à oereille www.baboucheaoreille.com

Nous sommes une maison d'édition et produisons des livres en musique; Romans, albums jeunesse, albums documentaires, Livres audio de grands classiques. Nous produisons aussi des livres audio téléchargeables sur notre site www.baboucheaoreille.com ou sur les plateformes Audible, Book d'oreille, Youboox et Munki. Nous réalisons des lectures concerts, vidéo, musique et textes, issues de nos livres ou de grands classiques.
>Coutumes, savoir-vivre, folklore>Folklore>Littérature populaire orale (601)
autres livres classés : contesVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le monde d'Andersen: une introduction

Hans -Christian Andersen est un homme venu du froid. Son pays est

La Suède
L'Autriche
La Suisse
Le Danemark

8 questions
57 lecteurs ont répondu
Thème : Hans Christian AndersenCréer un quiz sur ce livre