AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Contes (52)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
cascasimir
  17 septembre 2020
Il suffit qu'un maire écolo parle de Sapin de Noël le 15/09/20, pour qu'un Sarkozy sorte du bois, en dodelinant de la tête, comme un lutin, un affreux gnome. Ça, ça sent le sapin!


Hans Christian Andersen nous contait déjà l'histoire d'un petit sapin de Noël, jadis.
Il se portait comme...un charme, mais se languissait de voir du pays, de sortir de la forêt noire, (Hêtre ou ne pas hêtre ailleurs!) jusqu'à ce qu'enfin une hache l'abattit...


Il fut installé dans une maison avec des enfants, décoré avec des gâteaux, des fruits, "pommes, des noix dorées et plus de cent petites bougies rouges, bleues et blanches". Une belle étoile trônait au sommet de l'arbre majestueux..
Le petit sapin était heureux et ses branches dansaient au rythme de l'histoire de "Dumpe le Ballot" que racontait un homme ventru...


Mais le lendemain de Noël, le petit sapin fut traîné au grenier et abandonné là, comme un gland, dans l'obscurité...


Des rongeurs vinrent et le petit sapin raconta son histoire, à des souris rat-vies...


Il se souvenait du soleil, de l'air pur et de la lumière, des oiseaux... de son enfance...
"De ce petit lièvre qui bondissait. du printemps lorsqu'arrivaient l'hirondelle et la cigogne. Les nuages roses qui naviguaient dans le ciel"...
Il espérait toujours retrouver sa place au salon...


Un jour, on emmena le sapin dans la cour et là, il revit de nouveau une hache...


Il pleura, et ses "branches
fanées et jaunies" tombèrent au sol, sa sève s'écoula et il regretta sa vie d'avant... Mais, on n'avait plus besoin de lui!
Sauf pour le voir rougir de nouveau et crépiter dans la cheminée, comme du petit bois ?...


"Ce qui compte à Noël, ce n'est pas de décorer le sapin. C'est d'être tous réunis." Kevin Bright.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10117
Marple
  10 juillet 2013
Relire les Contes d'Andersen, c'est comme déguster un délicieux gâteau aux parfums d'enfance... mais aussi de larmes et d'amertume. C'est d'ailleurs frappant de constater à quel point ces contes qui nous ont bercés autrefois sont durs et tragiques, souvent même amoraux ou étranges. Bien loin des historiettes pour enfants ou des dessins animés qui en sont tirés, en fait !

L'édition Folio que j'ai lue rassemble 31 contes, plus ou moins longs, plus ou moins connus, plus ou moins légers. le 1er, le briquet, m'a complètement choquée par son cynisme : le héros, malhonnête et violent, est finalement récompensé. J'ai été contente de retrouver les grands classiques que mes parents me lisaient : Les habits neufs de l'empereur, le vilain petit canard, L'intrépide soldat de plomb. Les aspirations de la petite sirène vers une âme immortelle et son amour malheureux m'ont touchée, de même que la terrible Histoire des dunes, Sous le saule ou Ib et la petite Christine. Mais je dois avouer que mes préférés restent ceux avec une morale, peut-être justement parce qu'il n'y a pas de morale dans la vraie vie : L'estropié, le fils du concierge, Les 2 Claus, le Rossignol, le Sapin...

La préface et le dossier m'ont semblé très bien aussi, expliquant le côté sombre et désabusé des contes par la solitude fondamentale d'Andersen. On sent effectivement beaucoup de désespoir et d'injustice dans ce livre. Tout cela exprimé avec un immense talent, de telle sorte que nous souriions devant la peinture des petites mesquineries humaines ou que nous pleurions devant les amours tragiques.

Un livre puissant et beau que je vais sans aucun doute garder à portée de main et qui m'a donné envie de mieux connaître Andersen par son autobiographie et de replonger aussi dans les Contes des Grimm.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          761
Junie
  13 septembre 2012
Les Contes d'Andersen ne sont pas des contes. La preuve, c'est que des fois ça finit très mal. Ceux qui connaissent la version Walt Disney, dessin animé pour mangeurs de pop-corn, n'ont pas eu accès à l'univers de ce conteur danois qui flirte avec l'inconscient de ses lecteurs en les entrainant dans ses rêves et dans ses cauchemars.
Peuplés d'enfants des rues, d'animaux fabuleux, de créatures hideuses ou maléfiques, ses contes sont plus proches d'Edgar Poe que du monde des Bisounours.
Andersen parle de nos angoisses, de nos désirs, de notre difficile chemin vers la beauté et la vérité, des âmes pures qui luttent contre le découragement, la crainte, l'obscurité, la bêtise, le mépris.
Il le fait en poète, non en moraliste ou en philosophe, il le fait avec humour, ironie, tendresse ou mélancolie. Il parle aux coeurs et à l'imagination, avec des bergères et des soldats de plomb, des rossignols et des hirondelles.
La semaine d'Ole Ferme l'Oeil ou les Fleurs de la Petite Ida sont mes préférés.
Ils ouvrent une porte sur l'imaginaire pour qui veut bien se faire assez petit et y pénétrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          671
araucaria
  26 avril 2012
Des histoires que nous connaissons tous, qui ont bercé notre enfance et nous ont ouvert les portes du rêve. de très grands grands classiques. Magnifique.
Lien : http://araucaria.20six.fr/
Commenter  J’apprécie          270
mariech
  25 janvier 2015
Un magnifique recueil des Editions Usborne , composé de douze contes d'Andersen .
Andersen , contemporain des frères Grimm , de Dickens qu'il rencontrera .
Andersen est danois , ses contes sont encore lus actuellement , certains sont été adaptés au cinéma ( La reine des Neiges , La petite sirène ) , une statue de la petite sirène attire chaque année des visiteurs à Copenhague , qui rend ainsi hommage à son grand conteur .
L'auteur a des sources d'inspiration diverses , son pays au climat si rude , comme dans le Sapin , La reine des Neiges mais aussi l'inspiration venant de l''Asie qui est fort à la mode au dix neuvième siècle , dans les contes Les habits neuf de L'Empereur , le rossignol et l'Empereur de Chine .
Les contes s'adressent aussi bien aux adultes qu'aux enfants .
Un livre aux illustrations très douces , des contes célèbres comme le vilain petit canard aux moins connus comme le briquet , La malle volante .
Mes préférés sont La princesse au petit pois , un conte que j'adore , Les habits neufs de l'Empereur où l'auteur dénonce la flatterie , et le sublime le rossignol et l'Empereur de Chine , qui lui a pour thèmes la liberté , l'amitié sincère .
Andersen est un conteur aux multiples facettes , un auteur prolifique , on dit qu'il a écrit 244 contes .
Le recueil est complété par biographie de quelques pages sur l'auteur , riche en anecdotes .
Bref , un livre de contes que je recommande chaleureusement .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
nekomusume
  16 octobre 2012
La petite sirène
Même si ce n'est pas le seul conte de ce recueil, c'est un des plus connu. du moins croît-on le connaître grâce à la version de Disney. (Et comme je lis ce livre dans le cadre du challenge Disney... ) Hélas du conte originel il ne reste dans le film qu'une sirène attirée par le monde des humains qui échangera sa voix contre des jambes pour l'amour d'un prince qui finira par l'épouser.
Belle histoire certes mais très éloignée de l'esprit d'Andersen. Souvenez-vous de la petite fille aux allumettes et imaginez que Disney la change en riche héritière... Moins tragique mais moins beau aussi.
Et bien c'est pareil pour la petite sirène. Attention Spoiler à tous les étages!

Ce conte, légèrement teinté de philosophie,est avant tout une réflexion sur l'âme. Car les sirènes n'ont pas d'âme et à leur mort deviennent écume. C'est ce destin que notre petite sirène veut déjouer et c'est pour cette raison qu'elle est fascinée par les humains. C'est aussi la perspective d'agir comme un être ayant une âme autant que la curiosité qui la pousse à sauver le prince. Et c'est à ce moment qu'elle en tombe amoureuse. Comme dans le film, il ne se rappelle pas d'elle, par contre il ouvre les yeux sur une religieuse qui est la première à le secourir. Et lui tombe amoureux mais sans espoir puisqu'elle est vouée à Dieu.
L'histoire aurait pu en rester là mais la sirène, contre l'avis de ses soeurs (oubliées dans le film) va trouver la sorcière des profondeurs (que j'ai trouvé moins maléfique que dans le dessin animé) et échange sa voix contre des jambes pour pouvoir approcher son prince. Elle récupérera voix et âme si elle réussi à s'en faire épouser, dans le cas contraire, elle mourra (sympa la condition de la femme: marie-toi ou meurt!). Pari difficile puisque lui aime celle qu'il prend pour sa sauveteuse. Et aucun moyen de le détromper.
Le prince se prend d'amitié pour cette belle muette et ils ne se quitteront plus. La complicité, l'entente sont au rendez-vous et l'on espère un dénouement heureux. Et voilà que pour précipiter les choses, le roi veut obliger son fils à se marier, un peu pour le royaume, un peu pour le séparer de cette muette qui le suit partout. Lui toujours fou amoureux de la religieuse, annonce à la petite sirène qu'il préfère l'épouser elle qu'il connait, apprécie et avec qui il partage de nombreuses valeur plutôt que de se retrouver coincé avec une inconnue que son père aura choisi. Notre héroïne est au comble de la joie. Toutefois, le prince accepte de recevoir la visite de la princesse choisie par son père. le monde étant petit, et encore plus dans les contes de fées, la fiancée n'est autre que la demoiselle rencontrée par le prince après sa presque noyade, celle-ci étant pensionnaire dans un couvent, elle portait donc l'habit. Et voilà notre prince bien léger pour oublier aussitôt sa petite muette avec qui il avait fait de si grands projets.
Celle-ci n'a plus qu'à retourner sur la plage afin de subir son sort et se transformer en écume. Seulement ses soeurs qui l'aiment et qui souhaitent la voir heureuse, lui offrent une possibilité d'obtenir une âme: elles ont persuadées la sorcière (moyennant finance bien sur) de transformer leur petite soeur en esprit de l'air, qui lui , s'il mène une existence exemplaire, se voit récompenser au moment de sa mort, d'une âme et d'une place au paradis.

Amours non réciproque, trahison, mort, ce conte n'est la tendre histoire romantique que nous a servi Disney, il possède beaucoup plus de profondeur et un coté tragique touchant. Difficile de ne pas s'identifier à cette pauvre petite sirène qui sacrifie sa vie à l'amour, qui par ses actes se rendra indispensable à celui qu'elle aime mais sera oublié dans la seconde où apparaitra une autre femme... Pour moi, elle l'avait déjà bien mériter son âme, et s'il y avait pénurie, autant lui donner celle de cet ingrat de prince.

Pour les autres contes d'Andersen, ils ont tous un petit côté tragique, très peu se terminent sur un happy end classique. Même si les personnes qui s'aiment finissent par être réunies, la mort et le destruction ne sont généralement pas loin. Ces contes sont tout bonnement magnifiques, avec une écriture superbe, à lire et à relire sans fin mais avec des mouchoirs à porté de mains pour les âmes sensibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
girafe83500
  24 mars 2015
Une relecture à l'âge adulte des contes d'Andersen n'était pas gagnée. La peur de ne pas ressentir les émotions enfantines, ni les mêmes sensibilités face aux histoires et aux personnages fait hésiter avant d'ouvrir la première page. Crainte rapidement dissipée. On est vite plongé et aspiré dans l'univers Andersen. Je ne referai pas une analyse des contes, d'autres l'ont bien faite avant moi.

Par contre, je suis toujours ébahie à l'âge adulte par la féerie de l'imagination de l'auteur. Une imagination hors norme pour faire s' animer, donner la vie aux objets les plus simples comme des allumettes, un soldat de plomb ... on adhère même "grand". Enfant, on ne comprend pas toujours la raison pour laquelle un conteur s'éloigne de la réalité pour raconter une histoire. Adulte, même la magie des sorcières pour corser les embûches des protagonistes n'est pas ridicule.

Certains contes comme le vilain petit canard font resurgir telle la madeleine de Proust des souvenirs tendres, olfactifs et des scènes d'enfance dans leur totalité. Une chose amusante, pour ma part ce sont les contes que j'ai aimé dans mon enfance qui m'ont intéressé aujourd'hui.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
gouelan
  07 janvier 2014
Toutes les histoires sont agréables à lire, elles seraient à mon avis plutôt destinées à un public adulte, car elles donnent une vision le plus souvent pessimiste de la vie, elles n'ont rien à voir avec la version édulcorée des adaptations de Walt Disney!
On se rend bien compte, à travers ces histoires, que l'auteur est un homme qui souffre d'un manque de reconnaissance et d'un manque d'amour.
Ma préférée est "le sapin", elle est tellement vraie.
Commenter  J’apprécie          150
CharlesEdouard
  03 octobre 2020
Il ne s'agit pas de l'intégralité des contes d'Andersen, (il en a écrit 156.), mais des contes les plus connus.
J'ai vu cela, car je suis sur le "défi" de lire "Les 100 meilleurs livres de tous les temps selon le Cercle norvégien du livre".
Il existe peu d'éditeurs proposant l'intégral des récits en 1 seul volume, il y a la pléiade (Gallimard) et La Pochothèque (Livre de poche).
L'on s'évade dans des récits imaginaire que l'on soit petits ou grands, parfois, c'est cruel, mais surtout magique.
Ado, j'étais fan des contes de Grimm, Perrault, Nodier, contes africains, amérindiens, etc.
Adultes, nous pouvons d'autant nous y pencher, les lires, relire, car ils apportent beaucoup de culture et de morales.
Preuve, un psychanalyste, Bruno Bettelheim, a consacré un ouvrage : "Psychanalyse des contes de fées"..
Pour se forger une culture littéraire complète concernant les contes, mythes, je recommande la lecture intégrale des contes d'Andersen, car parfois, il peut se cacher une pépite qui ne se retrouve pas dans les sélections..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LunaZione
  02 janvier 2015
Les Plus Beaux Contes d'Andersen est typiquement le livre que l'on peut offrir à n'importe qui, pourvu qu'il ait gardé son âme d'enfant.
Ce livre est d'une qualité incroyable : le papier est épais, glacé. La mise en page est sophistiquée, neutre, soignée. Les contes intemporels, accessibles à tous...
Tout dans ce livre est fait pour nous faire rêver : et ça marche sans problème !

On redécouvre les contes de notre enfance dans leur véritable version et non celle de Disney (ce qui est, au passage, bien mieux). Andersen initie les plus petits à certaines émotions qu'on leur évite en général, mais ce en douceur : la honte (Les Habits Neufs de l'Empereur), la solitude (Le Vilain Petit Canard), la déception (La Petite Ondine)...
Les contes ne sont pas du coup dans la simplicité à laquelle nous les associons : le vocabulaire n'est pas toujours très simple, pas toujours accessible à un enfant... Mais un conte, c'est aussi du partage : c'est d'autant plus agréable de les lire en famille.

Le talent d'Andersen n'est plus à démontrer et je pense que personne après avoir lu Les Plus Beaux Contes d'Andersen ne pourra en douter. Il manie aussi bien les mots que les sentiments, il est très agréable à lire et nous fait rêver !
Il n'y a pas de lecture plus appropriés avant d'aller se coucher ! (Oui, ça fait un peu nostalgique de l'enfance de dire cela, mais ce livre est fait pour, il me semble...)
Qu'attendez-vous pour le lire ?!
Lien : http://lunazione.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le monde d'Andersen: une introduction

Hans -Christian Andersen est un homme venu du froid. Son pays est

La Suède
L'Autriche
La Suisse
Le Danemark

8 questions
42 lecteurs ont répondu
Thème : Hans Christian AndersenCréer un quiz sur ce livre