AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Fifrildi


Fifrildi
  27 mars 2017
Je me promène régulièrement sur ebay à la recherche de livres qui sont épuisés (et qui ne sont plus réédités). C'est ainsi que j'ai découvert ce livre de Poul Anderson, Fatum (The Dancer from Atlantis). La couverture fait un peu peur mais c'était l'époque des couvertures rebutantes.

Quatre personnages : Duncan un Américain du 20ème siècle, Oleg un Russe de l'époque de Yaroslav le sage (11ème siècle), Uldin un Hun (4ème siècle ?) et Erissa une Minoenne (+/- 1400 avant J.-C.) se retrouvent soudain en Égypte transportés par une machine à voyager dans le temps. L'auteur ne nous prend pas pour des idiots : il ne nous fait pas croire que ces 4 personnes vont réussir à communiquer dans la même langue. Il a donc inventé le mentatór. Comme ils se trouvent plus proches de l'époque d'Erissa ils vont tous apprendre sa langue.

On devine très vite que les évènements se sont déjà produits : Erissa reconnaît Duncan. Ils se sont rencontrés dans son passé (à elle) mais bien sûr son futur à lui. J'aime beaucoup le concept qui me fait toujours penser à Emmett Brown (dans Retour vers le futur 3) qui trouve très cool d'avoir un avenir dans le passé.

Ce qui m'a surtout plu c'est l'idée d'assister aux événements qui ont créé les mythes et les légendes et de se rendre compte que cela n'a rien à avoir avec la réalité.

Ce qui m'a troublé c'est de n'être pas certaine de l'époque… car le mythe de l'Atlantide (Platon) situe l'engloutissement de cette civilisation à 9600 ans avant J.-.C. À un moment donné Duncan dit : « j'ai remonté deux douzièmes de vingt-six mille années. » Mais bon c'est de la SF pas un roman historique.

Bref, j'ai passé un bon moment de lecture.

Challenge Poul Anderson / Ursula le Guin
Challenge multi-défis 2017 (43)
Commenter  J’apprécie          4211



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (34)voir plus