AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253154495
219 pages
Le Livre de Poche (05/03/2003)
2.99/5   49 notes
Résumé :
En 1994, une jeune fille de dix-huit ans, née dans une cité des environs de Paris, répond à une annonce de casting. Elle arrive vierge sur son premier tournage de film pornographique. Elle restera quatre ans la prisonnière volontaire de l'enfer du X.

Raffaëla Anderson ne nie pas le plaisir qu'elle a parfois pu prendre. Elle témoigne ici de l'envers du décor. En caméra subjective, elle montre ce qu'elle voit : acrobaties sexuelles, certes, mais abattag... >Voir plus
Que lire après HardVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Et un ouvrage de plus destiné à appâter le client... Selon le site de l'éditeur, ce livre a déjà conquis 50 000 gogos qui se sont fait avoir comme des bleus, pardon ma langue a fourché, 50 000 lecteurs qui comme moi se sont imaginés recevoir la claque de leur vie en lisant Hard.
Ils sont drôlement forts dans les services marketing, normal c'est leur boulot vous me direz mais là je leur tire mon chapeau car entre la quatrième de couverture et le contenu réel de la chose ce n'est plus un fossé qui sépare l'illusion de la réalité mais carrément le Grand Canyon. Pourtant pour parler de pornographie on ne pouvait pas faire mieux car miss Anderson est une ancienne de ce milieu qui suscite pas mal d'interrogations et de curiosité chez le citoyen lambda.
Riche en promesses, Hard est censé vendre un témoignage cash, glauque et tout en émotion sur cette industrie où la femme fait plus figure d'objet qu'autre chose. Si c'est dans ce but que vous commencez ce livre, autant être franche, circulez car il n'y a vraiment rien à voir !

Pour reprendre le blabla de l'éditeur, en 1997, alors qu'elle n'a que 18 ans, Raffaella débarque vierge sur son premier tournage après avoir répondu à une annonce dans le journal. Appréciée pour son professionnalisme, la demoiselle ne tarde pas à faire rapidement ses armes dans le milieu. L'argent rentre, des amitiés
naissent, entre bonheur et galères les années passent... Quatre années
au cour desquelles Raffaella restera "prisonnière volontaire de l'enfer du X"...
Et c'est là que pour moi la pilule ne passe plus car venir victimiser l'auteur c'est un peu fort quand même! Oui j'ai trouvé Raffaella attachante, avec un coeur en or et des valeurs mais sa carrière d'actrice X elle l'a choisie et ne la renie en aucun cas. Elle nous raconte avec ses mots à elle comment elle a vécu cette expérience, tout ce qui a pu lui arriver au cour de ces quatre années semées d'embûches au niveau de sa vie personnelle, mais pas dans son métier. Raffaella, elle est plutôt du genre grande gueule à ce qu'elle nous montre et ses producteurs ne lui auraient pas fait tourner n'importe quoi, elle savait s'imposer et dire non quand c'était nécessaire. Je pense que le porno lui a plus porté préjudice dans le sens où elle a eu du mal à trouver la sérénité affective dans ses rapports amoureux avec les femmes mais je n'ai rien perçu de plus question souffrance. A vrai dire les lignes, les pages, les anecdotes défilent et l'empathie s'en va aussi vite qu'elle est venue. J'ai parfois eu l'impression qu'à vouloir trop en dire, Raffaella passe à côté de l'essentiel : son lecteur. On n'a pas le temps de ressentir une quelconque émotion car d'un chapitre à l'autre on passe à autre chose sans avoir eu le temps d'apprécier ce qui a été lu. Ce livre était censé faire l'effet d'une bombe pour dénoncer le côté malsain de l'industrie du porno, à défaut de bombe je le qualifierai plutôt de pétard mouillé... Bref, j'ai mis trois étoiles pour Raffaella car malgré tout je l'ai bien aimée mais en ce qui concerne le contenu, c'est largement à revoir...
Commenter  J’apprécie          500
Ce livre, ce récit, est une ânerie !

Sujet difficile qu'est le monde de la pornographie.
Mais entre la 4ème de couverture et le contenu, il y a un monde.

Outre le fait que Raffaëla arrive de son plein gré vierge sur son premier plateau de tournage,
Outre le fait que cette jeune fille de 18 ans reste "prisonnière de son plein gré" dans ce monde, et qu'elle aime ça, (enfin c'est ce qu'elle laisse entendre !)
On apprend pas grand chose de la vie de ces acteurs, mise à part que bosser dans le X n'est pas plus "difficile", pour certains, que de bosser dans un bureau ... Hum Hum !!!

L'écriture est étrange, ce n'est (et vous vous en doutez !!) pas de la grande littérature, pas même de la littérature, et pas vraiment un témoignage. L'auteure nous crache ses phrases à la figure avec un franc parlé auquel je n'aurais pas été très fière à 18 ans !
On n'y apprend rien, le contenu n'a aucun intérêt puisque on assiste à des répétitions de scènes que Raffaëla a vécu avec plus ou moins de plaisirs.
On connait ses motivations (au moins) : l'argent et la grande vie VIP dans les boîtes branchées ...

C'est bavard et beaucoup de blablabla ....
Bref ! Abandon à même pas la moitié du livre ... OUF !
Commenter  J’apprécie          121
Acheté et lu par curiosité voici une quinzaine d'années, Hard raconte les débuts de Raffaella Anderson dans l'univers du cinéma pornographique.

Une entrée en matière plutôt singulière puisqu'elle arrive sur un lieu de tournage en étant vierge. Cette précision m'a interloquée à l'époque. Ça ne doit pas être très commun dans ce milieu (avec les vidéos de sexe amateur à la pelle sur Internet désormais, la donne a certainement dû changer).

A partir de cette initiation sexuelle et de tournage, Raffaella poursuit son témoignage. Elle dévoile le monde du hard d'alors, ses erreurs de débutantes, la personnalité des autres hardeurs et hardeuses. On se rend compte que tout n'est pas noir ou blanc, même si le porno reste un domaine particulier.
Raffaella finit par éprouver fatigue et lassitude. Elle explique les lavages intestinaux obligatoires pour certaines scènes qui la détraquent à force, les exigences des réalisateurs pour toujours plus de performances, l'hygiène plus que douteuse de certains partenaires, etc. Autant de détails peu ragoutants qui finissent par la pousser à chercher une porte de sortie.

Contrairement à Ovidie, autre ancienne actrice et réalisatrice de films X, je n'ai pas retrouvé chez Raffaella Anderson la profondeur de regard et d'analyse sur le milieu porno. Un témoignage intéressant à lire, à condition de ne pas vouloir obtenir plus que ce qu'il propose: c'est-à-dire seulement une autobiographie partielle de l'auteure, certes sans fard mais sans réflexion plus poussée sur l'univers du hard.
Commenter  J’apprécie          90
Ecrit par une ancienne actrice de films pornographiques, "Hard" est une immersion dans le monde du X et de ses travers par une ancienne de ses actrices des années 1990. Un récit autobiographique qui ne laisse pas indifférent et qui narre toute la nébuleuse sournoise de ce milieu en des propos crus et sans états d'âme. L'envers du décor est bien sordide.
Commenter  J’apprécie          150
Ca va pas non ? C'est quoi vos commentaires...
Ce livre m'a aidé, m'a changé ma vie. Sa façon de se comporter, je la trouve merveilleuse, sa façon de parler, c'est cette forme que j'admire, que j'ai dans l'implosion mais pas à l'extérieur... Pour l'instant.
Je la remercie infiniment, sans elle, mais sans elle..... Je serais perdue, m'a ouvert les yeux, m'a renforcée, m'a fait comprendre beaucoup de choses.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Petit à petit, les filles arrivent. Elles sont environ une vingtaine, toutes à poil ou en train de se déshabiller. Les unes se maquillent, les autres se rasent, cherchent des tenues : aujourd'hui, il y a une soirée spéciale. La promo d'une boîte échangiste parisienne. Je pense : putain quelle pub, j'en rêverais ! Bien sûr, c'est ironique. Pour qui elles se prennent ces connasses ? "Tu me prêtes ton rimmel ? Oh ! j'aime pas comme ma chatte est rasée, fait chier." Pauvres pouffes ! L'une d'elles ne me quitte pas des yeux, je ne me sens pas à l'aise, j'ai envie de fuir. Pour la première fois de ma vie, je suis entourée, cernée par des "putes". Quand j'étais gosse, j'étais fascinée par elles, et là tout d'un coup, je suis choquée.
Commenter  J’apprécie          320
Mon tour arrive. Bon, elle est vierge, ne la prends pas comme un sauvage, dit-on derrière moi, une cul caméra d'entrée. Finalement, je ne sens pas de douleur alors j'y vais de bon cœur. On s'attaque à l'anal, si elle y arrive aussi bien, on la prend sur les cinq jours de tournage. Toute contente de mes performances, j'acquiesce. Quand je prends réception du colis, je fais une autre tête. Faut avouer que je ne sais même pas ce que c'est l'anal. J'ai vite compris.
Commenter  J’apprécie          210
J'ai un garçon de chaque côté, pas moyen de s'esquiver. Le premier prend place dans mon vagin et le second s'efforce d'entrer dans mes fesses. Cela lui est très difficile et j'essaye de lui simplifier la tâche. Il y arrive finalement. Le Boss nous demande juste une minute dans cette position. Je suis partagée entre mon désir de lui donner ce qu'il veut et une grande faiblesse : je vois plein d'étoiles. Je sais que je ne vais pas tenir le coup. Ça n'a pas loupé, je suis tombée dans les pommes. Personne ne le remarque, le Boss me dit que c'est super, il me remercie. C'est aussi à ce moment que je reviens à moi.
Commenter  J’apprécie          80
J'habite une banlieue dite "chaude", à Gagny, près de Montfermeil, dans le 93. Je suis rentrée sans encombre. Je suis tombée sur des gens avec qui j'ai grandi, rien à craindre. En dehors du fait qu'ils sont amoureux de moi depuis des années sans jamais avoir osé me le dire, de toute façon, on n'est pas du même monde. Eux, je m'en fous, ils ne m'ont jamais intéressée, et c'est pas près de changer. Leurs vies, des pseudo-braquages. Quel avenir pourraient-ils bien me proposer ? Rien à foutre de ces connards.
Commenter  J’apprécie          50
L'usage du préservatif est un vrai problème dans la profession. Pourquoi tourner sans préservatifs, malgré les risques réels, malgré les avertissements quotidiens ? La raison invoquée par les réalisateurs est technique : le latex et la vaseline entraînent des reflets à l'image. A mon sens la raison réelle serait financière : il faut savoir qu'un film X français doit nécessairement être tourné sans préservatifs pour être vendu à l'étranger, en particulier aux États-Unis, où précisément, il est interdit de faire tourner une Américaine sans capote.
Commenter  J’apprécie          40

Dans la catégorie : Biographie des artistesVoir plus
>Biographie générale et généalogie>Biographie: artistes et sportifs>Biographie des artistes (292)
autres livres classés : témoignageVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus

Autres livres de Raffaëla Anderson (1) Voir plus

Lecteurs (134) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1773 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..