AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782956517382
82 pages
Gorge Bleue (07/01/2022)
4.3/5   5 notes
Résumé :
C'est une fille qui monte une chaîne youtube. Ça commence toujours de la même façon, et au fond, le principe ne connaît pas de fondamentales variations.

Il s'agit d'un côté de la vitre regarder et de l'autre donner à voir. La répétition à l'infini entretient l'illusion du connu, du déjà-vu : c'est familier, ça nous dit quelque chose.

Bien vite, les frontières se font plus minces, l'image précédente se superpose à la suivante, et ainsi... >Voir plus
Que lire après Dans ton tubeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
« Dans ton tube est avant tout la quête d'une forme idéale pour traverser l'espace saturé de la plateforme Youtube, un protocole d'écriture reflétant les sauts de l'esprit d'une vidéo à une autre, d'un sujet à un autre, tout comme la sidération qu'implique le temps passé à fixer l'écran et absorber ses représentations. »

Hier matin, j'ai refermé la non fiction Dans ton tube de Florence Andoka et, depuis, je suis mitigé. Ou peut-être devrais-je dire perplexe. Je ne suis pas bien sûr de ce que je pense de cette lecture. Cette septantaine de pages m'est parvenue dans une enveloppe pleine de bouches bleues (je remercie la maison d'édition Gorge bleue pour cet envoi dans le cadre de la masse critique Babelio de janvier) et cet emballage m'a conquis d'avance. Sur la quatrième de couverture, une promesse : « Florence Andoka nous propose une vertigineuse expérience de lecture qui laisse à bout de souffle pétri du plaisir coupable d'avoir consommé trop. » Quand j'en ai tourné la dernière page, force était de constater qu'aucun vertige ni culpabilité ne se sont fait sentir, que ma respiration n'avait pas été perturbée, et que j'ai eu l'impression de me traîner de page en page pour arriver au bout de cet essai.

Le texte ne manque pourtant pas d'intérêt. En faisant se suivre les chapitres commençant tous par une variation de la phrase « C'est une fille qui monte une chaîne Youtube », l'autrice questionne les mécanismes de l'influence et leur impact sur les spectatrices (l'angle exclusivement féminin est un choix de l'autrice). J'ai pu y reconnaître certains de mes propres comportements : il m'arrive régulièrement de rester captivé devant des vidéos qui ne me concernent pas. J'ai un faible pour les vidéos de crash-tests de produits cosmétiques, en particulier celles de Gaëlle Garcia Diaz, aka Martine ta meilleure copine/cravacheuse de p... Et, regardant ces vidéos, alors que je ne me maquille jamais et que, si l'idée de m'essayer au drag un jour ou l'autre m'a déjà traversé l'esprit, je ne suis pas près de le faire, j'en viens à considérer comme une option le faire d'acheter l'une ou l'autre palette ainsi présentées. Gardons ces considérations pour le jour où je voudrai vous partager une vidéo storytime et revenons-en au livre.

Avec ce texte, Florence Andoka cherche à retranscrire par l'acte littéraire le mode de fonctionnement de Youtube et des communautés qui s'y créent. le choix d'un cadre répétitif est donc judicieux, puisque ces chapitres structurés de manière identique fonctionnent à la fois comme l'interface même de la plateforme et comme les codes inhérents à chaque format des contenus qui y sont proposés.

Au sein des chapitres, par contre, c'est un peu le foutoir. Les paragraphes s'enchaînent parfois sans lien logique, le ton change sans cesse, difficile de savoir à qui s'adresse la narration (les Youtubeuses, les spectatrices, la lectrice ?), le trivial laisse place au snobisme intellectuel, la prose à la versification... Et c'est à partir de là que je deviens perplexe.

Parce que je trouve la forme intéressante pour ce qu'elle montre des hasards de l'algorithme ; parce que ces questions ou ces phrases hurlées en lettres capitales ("QUAND TU RESTES ICI TROP LONGTEMPS TE CONSIDÈRES-TU COMME DÉPRESSIVE ?") viennent interrompre le texte à la manière des publicités sur les vidéos monétisées ; parce que Youtube et le monde de l'influence sont des écosystèmes dans lesquels il est parfois difficile de savoir qui impacte qui... Mais en même temps il manque quelque chose. Certes, le phénomène de zapping fait partie intégrante de la consommation de vidéos, mais elle est le fait de la personne qui regarde alors que lae lecteur·rice de Dans ton tube n'a finalement que peu de prise sur l'enchaînement des idées. Et pourtant, cette impossibilité de choisir d'où on part et où on va peut également se faire le miroir de l'algorithme qui nous impose ce qu'on pourrait choisir de regarder ensuite, nous laissant avec un faux sentiment de libre-arbitre.

Le travail de Florence Andoka n'est donc pas si éloigné de l'expérience que je pouvais le penser de prime abord, mais manque sans doute de répétitions. Hormis la phrase d'ouverture des chapitres, on est confronté dans le texte à des idées nouvelles à chaque fois. Mais, si j'écoute en boucle Ne parlons pas de Bruno et Sous les apparences du film Encanto, ce n'est pas uniquement dû au talent de composition de Lin-Manuel Miranda mais aussi et surtout à cette difficulté à aller au-delà des moyens mis en place par Youtube pour me garder sur la plateforme.

Une autre dimension qui m'a manqué pendant ma lecture est celle de divertissement. Youtube, peu importe le type de vidéos qu'on y cherche ou qui s'imposent à nous, c'est du divertissement ; quelque chose qui nous extrait du moment présent et fait filer le temps sans qu'on le remarque. Or, et malgré la pertinence de nombreux passages du livre, je me suis souvent ennuyé à la lecture de Dans ton tube. Et j'ai trouvé le temps long ; je l'ai ressenti, le temps de ma lecture. Sauf que, comme avec tout ce que j'ai pu vouloir pointer comme défauts dans cette expérience littéraire, l'ennui ne peut pas être vu comme un ratage de l'autrice. Parce qu'il se pourrait qu'il soit voulu, provoqué. Parce qu'il est un des sujets du livre. Parce qu'on va sur Youtube pour tromper l'ennui, lui échapper. Parce qu'on ne sait plus comment l'appréhender sans en avoir peur.

Et me voilà un peu moins perplexe et un peu plus convaincu voulu mettre des mots sur ma lecture. Bref, Dans ton tube de Florence Andoka, c'est un inclassable, un Objet Livresque Non Identifié qui s'apparente plus à la performance/au happening littéraire qu'au texte de littérature ; c'est un livre qu'il ne faut pas lire mais réfléchir.

Et c'est aussi pour moi la découverte d'une maison d'édition qui n'a pas peur de prendre des risques : je recroiserai Gorge bleue à coup sûr dans ma vie de lecteur.
Lien : https://8tiret3.blogspot.com..
Commenter  J’apprécie          30
"C'est une fille qui monte une chaîne YouTube." Ainsi commence chaque chapitre de ce livre.
C'est une expérience littéraire peu banale que nous offre Florence Andoka. Les courts chapitres s'enchaînent, décrivant du point de vue Youtuber ou spectacteur les travers dans lesquels nous tombons ; comme si nous laissions YouTube nous suggérer des vidéos, visionnage après visionnage.

Le style est saccadé, varié tout comme la police d'écriture. le livre devient visuel. L'auteure s'adresse par moment au lecteur par des phrases ou des questions courtes,en majuscules.. comme si au fur et à mesure de nos lectures-visionnages, nous relevions la tête attirés par une affiche.

Je me suis reconnue dans de nombreuses descriptions,dans les effets de mode inspirés par certains produits. du développement personnel aux culottes de menstrues, tout y passe. L'influence est finalement bien plus présente que je ne le pensais dans ma vie. Et la conscience dans tout ça ?

Un livre à mettre entre toutes les mains et qui ferait un bon objet d'étude au lycée ou au collège.

Merci à Babelio et aux éditions Gorge Bleue pour l'envoi de ce livre à l'occasion de Masse Critique.
Commenter  J’apprécie          30
ALORS LÀ.

Cette oeuvre est un réel ovni. Je n'ai jamais rien lu de semblable, que ce soit dans la forme ou dans le fond. Florence Andoka, que je découvre grâce à cette lecture, nous propose une expérience littéraire exceptionnelle.

Je craignais au départ la longueur de l'ouvrage (75 pages) et finalement, je me sens totalement comblée par son contenu. J'ai retiré tellement d'éléments, d'apprentissages de celui-ci ! À plusieurs reprises, le lecteur est sollicité, questionné. Ce n'est vraiment pas une lecture classique : elle rafraîchit et décoiffe.

Je me suis sentie de nombreuses fois impliquée dans ma lecture, moi qui consomme énormément de vidéos YouTube. Florence Andoka aborde tout un tas de types de contenus audiovisuels : de la beauté, à l'ASMR, aux retours de courses jusqu'à la spiritualité. C'est une plume poétique et envoûtante, tellement particulière qui nous accompagne.

L'autrice aborde le monde de l'influence, nous montrant alors qu'elle est aujourd'hui omniprésente dans nos vies, qu'elle régit nos vies et nos envies.

Beaucoup de passages ont raisonné en moi. Mais je vais me contenter de n'en citer qu'un : "Si consommer c'est compenser la perte et signifier son impuissance, alors te voici proclamée étoile filante du capitalisme sauvage." (p. 43)
Commenter  J’apprécie          20
Tous les chapitres commencent par « c'est une fille qui monte une chaîne Youtube/un blog de… » Comme si vous étiez en train de regardes des vidéos qui s'enchaînent. En boucle.
Différentes histoires mais toujours la même finalement. Des gens qui se cherchent, qui s'ennuient, qui veulent être regardés, admirés. Des influenceurs et influenceuses qui vous font rêver et parfois, souvent, acheter des choses dont vous n'aviez pas besoin ni envie.
Un livre de non fiction qui interroge nos pratiques de consommateurs sur les réseaux sociaux et nous conseille de les fuir !
Lien : https://joellebooks.fr/2023/..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
l’influence c’est quand tu ne t’intéresses pas du tout aux
crèmes qui floutent les pores mais que tu finis par dépenser
cinquante-trois euros pour en acquérir une
l’influence c’est quand tu ouvres plusieurs onglets pour te
renseigner sur ce que tu écoutes
l’influence c’est ce qui relie le récit de l’influenceuse à un site
de commande en ligne où tu valides ton panier
l’influence c’est le chaînon manquant entre tes rêves et ton
compte en banque
l’influence c’est quand tu t’adresses à quelqu’un pour répondre
à tes problèmes
l’influence c’est la curiosité d’emprunter le regard d’un autre
l’influence c’est passer de l’envie de rien à l’envie de quelque
chose
l’influence c’est quand tu aimerais être cette femme qui
aimerait que tu désires ce qu’elle désire
l’influence c’est ce qui s’insinue dans toutes tes failles
Commenter  J’apprécie          10
C’est une fille qui monte sa chaîne Youtube. Au début c’est une fille ordinaire, elle est seule comme beaucoup de monde juste après le lycée, elle est jeune et elle ne sait pas trop quoi faire. Elle n’est pas dans l’urgence matérielle, le problème n’est pas encore économique, mais elle a besoin de s’inscrire quelque part, alors elle erre sur le net. Elle cherche du sens, regardes des milliers de vidéos sur Youtube, et elle est touchée par cette manière de se mettre en scène, de dire je suis cette femme nouvelle qui utilise la mode et la sexualité pour se forger une identité.
Commenter  J’apprécie          10
Quelque part
à mi-chemin

entre le documentaire de création et la télé-réalité
entre l’art vidéo et la publicité
le confessionnal et le one woman show
la thérapie brève et l’autofiction
la phase maniaque et la phase dépressive
la success story et le cinéma social

Youtube est un labyrinthe aux chemins parés de miroirs.

Soit il y a trop de soleil, surtout s’il se couche
soit il n’y en a jamais, comme chez les frères Dardenne,
où toujours le mal se joue sous un ciel gris parce que vide
Commenter  J’apprécie          10
Si consommer c'est compenser la perte et signifier son impuissance, alors te voici proclamée étoile filante du capitalisme sauvage.
Commenter  J’apprécie          20
tu te regardes regarder
tu te regardes choisir
ce qui dans l'air du temps
s'agrège et se confond
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : poésieVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (6) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1200 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *}