AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782738119438
480 pages
Éditeur : Odile Jacob (05/03/2009)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 117 notes)
Résumé :

Bonne humeur, paix intérieure, confiance, sérénité...
Mais aussi cafard, inquiétude, nostalgie, agacement, désespoir...

Mélange subtil d'émotions et de pensées, nos états d'âme sont le cœur battant de notre lien au monde. Toujours présents, toujours influents, ils accompagnent chaque moment de notre vie.

Ce livre va nous aider à les comprendre et à les moduler. Savoir descendre en soi, accueillir ses états d'âme et les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Marple
  06 juin 2015
C'est étonnant à quel point nos humeurs et notre état d'esprit peuvent influencer notre perception d'un livre... J'ai lu 'Les états d'âme' pour la première fois il y a quelques années, dans ma période 'développement personnel frénétique' et l'ai trouvé inspirant.
Puis j'ai voulu le relire l'automne dernier, à un moment où je me sentais fatiguée et débordée : il m'a alors semblé verbeux, répétitif, trop long de moitié, pas inintéressant mais proprement indigeste et je l'ai abandonné très vite. Enfin, je l'ai repris récemment, sereinement, tranquillement, voulant faire place nette de tous mes livres entamés sur la table de nuit... et la magie a opéré à nouveau, le livre m'a parlé.
Un phénomène étonnant, qui correspond tout à fait au propos des 'Etats d'âme' : en effet, Christophe André explique que les états d'âme sont toutes nos émotions d'arrière-plan, celles qui persistent, parfois longtemps, après l'événement qui les a déclenchées, et nous influencent.
Colère, tristesse, peur, angoisse, joie... il montre leur importance dans nos vies, leur utilité mais aussi leur danger, et recommande de les traiter avec bienveillance et mesure : ne pas les ignorer ou les rejeter en se plongeant dans l'action, mais ne pas non plus les laisser nous submerger et occuper toute la place.
Je me suis reconnue dans plusieurs exemples, notamment l'émotion qu'on peut ressentir devant certaines scènes en apparence anodines, un enfant qui tombe, des retrouvailles dans une gare, un sourire ou un mot gentil dans un ascenseur.
J'ai aussi pris quelques résolutions après cette lecture, entre autres accepter et reconnaître mes moments de 'pas bien' plutôt que de les oublier dans une frénésie de travail ou d'activités. Pour l'instant, je m'y tiens et ça marche... Je ne suis pas devenue la reine du Bouddha zen, mais j'ai avancé un peu grâce à ce livre dans mon 'Apprentissage de la sérénité'.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          473
Krout
  11 août 2017
"It's raining again" Supertramp(é)
And me under my yellow umbrella
sur les rues de Mons par les haut et les bas
yeux rieurs 
soleil au coeur
vers le resto
Le pitch métaphorique :
J'habite un pays bien connu pour son climat maritime tempéré : en clair il y a bien des nuages !
Et alors ? Souvent il pleut et parfois (ou même souvent, mais une majorité des gens diront rarement ou très rarement) il y a de magnifiques éclaircies et quelques heures d'un grand soleil, de quoi se réjouir et à chacun de pleinement en profiter. Et après ? Ah après quelques jours de chaleur ... il faut s'attendre à un orage.
Depuis très petit, j'ai bien compris que ce ciel est à l'image de la vie. Ne planifiez pas longtemps d'avance un barbecue, et pour que tout soit parfait sortir de suite les meubles de jardin. Non, si jamais le temps devait être de la partie, sans chichi, ni tralala, allumez-le à l'improviste. Tchin-tchin, santé, joie et bonheur ! Ou comme le disait ma grand-mère qui avait connu deux guerres, marquait d'une croix son pain en remerciement avant de le partager et refusait rarement un morceau de tarte ou un chocolat : "Il faut savoir prendre la grâce quand elle passe !"
Bzzzz, bzzzz... Saloperie de moustique. Paf ! Etés chauds et humides, disais-je. Repaf ! Ca y est, cette fois, je l'ai eu. En pleine conscience, concentré, une grande inspiration, l'air qui rentre dans les poumons, le mouvement du diaphragme, une longue expiration, les épaules se relâchent et puis hop d'un coup, claquement des mains. Sans aucun état d'âme. Est-ce grave docteur ?
Le dialogue inconscient (qui, on le verra, ne manque pas de piquant en la mémoire du défunt moustique) :
Knock, Knock, Knock
- Qui c'est ?
Ah c'est vous Docteur, je vous en prie. Devisons du triomphe de la médecine.^^ 
- C'est pour votre piqure.
- Justement, convenez-en : cette tendance actuelle à vouloir toujours la perfection, le contrôle absolu des paramètres, le bonheur permanent à tout prix c'est bien loin de valoir Epicure.
- Vous n'y connaissez rien : lisez, cela vous fera du bien !
- "J'ai bien pensé mourir
De chagrin et d'ennui,
J'avais cessé de rire,
C'était toujours la nuit."p.167
- C'est malin vous choisissez une citation de Félix Leclerc : le petit bonheur et la placez hors contexte.
- N'est-ce pas leur sort commun, hélas ?
- Vous êtes négatif, vous n'atteindrez jamais le bonheur en étant négatif.
- Je reconnais volontiers avoir oublié après mon ennui de la deuxième partie longuuuue de 125 pages, l'intéressant schéma p.54 qui me fait prendre conscience qu'il m'en faudrait peu pour atteindre le bien-être et en le combinant avec le tableau de la p.250 sur les quatre grands états "corps-esprit" qu'il me suffirait finalement d'augmenter mon niveau d'énergie. J'apprends qu'en me baladant une bonne trentaine de minutes par jour en huit semaines j'aurais vu un effet considérable sur mon corps et mon esprit. Or pendant près de six semaines j'ai consacré ces précieuses minutes à la lecture de ce trop long et pesant ouvrage de 432 pages. Vingt pages l'heure cela me faisait 40 séances. Je ne vous dis pas merci, docteur.
- J'en ai écrit 45 autres, si vous n'avez pas accroché.
- C'est ce que je vous reproche. Total manque de congruence avec votre excellent chapitre : Guérir de la maladie matérialiste. L'accumulation de ce genre de livres conduit dans une impasse, vous avez mille fois raison. En particulier, je médite sur cette phrase qui parait paradoxale mais ne l'est point : collectionner à la folie des classic cars (ancêtres) éloigne de l'autocompassion.^^ 

- Mais...
-"Médecin soigne-toi toi-même" est une locution latine apprise il y a bien longtemps à l'école.
En conclusion, ce qui me gratouille
L'auteur est grand prolixe en citations pour ... pourquoi au juste ??? Aïe, donc un Docte Docteur. Ma petite locution, anonyme, vulgaire (dans le sens venant du peuple) ne serait pas à la hauteur. Voire car elle est reprise comme parole d'évangile dans St Luc sous une forme plus caustique "Médecin guéris-toi toi-même". Un autre traducteur ? Le même, un autre jour dans un autre état d'âme ? Cette belle locution n'apparaît pas dans ce livre. Bizarre. Vous avez dit bizarre ? Comme c'est bizarre....
Bref, comme pour dire que je n'ai pas aimé ce recours trop fréquent aux citations et tout ce qu'il recouvre : posture d'autorité, détention du savoir, ce que d'aucuns appellent dans leur jargon "position haute". 
Pourtant le sujet en lui-même est intéressant, mais n'a pu chasser cette pensée parasite me ramenant chaque fois  à
Knock ou le triomphe de la médecine.^^ 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3315
Sirenna
  06 juillet 2017
Ralentir son pas,son esprit et s'insérer dans la réalité.
Etre la et nul part ailleurs juste frissonner de ces instants qui tel des perles s'égrainent dans notre vie.
Etre présent à soi,aux autres,
ne pas laisser la vie nous dépasser,
nous survoler,
nous malaxer de ses inexorables obligations de faire toujours mieux.
Ne rien faire,
penser à rien,
juste être dans la foisonnance des secondes qui passent.
Grrrrr…que de sages conseils que je n'appliquerai que pendant un moment.
Les livres de développement personnels ont de beaux jours devant eux car je les consomme avec ferveur mais je l'ai oublie tout de suite après les avoir refermé.
Encore une fois ,juste pour voir si celui ci me fera plus d'effet…
Sur le moment oui ,il me parle de choses que je sais déjà :ce fameux : carpe diem que je guette depuis des décennies.
Cet instant présent que je frôle quand je suis heureuse.
Cette pleine conscience qui surgit quand je suis joyeuse.
Et puis la vie reprend et mes belles intentions de vivre apaisée s'enfuient dans la nébuleuse des espoirs déchues …
Ce livre est plein de beaux conseils mais encore faut-il les intégrer et les appliquer… et j'avoue que mon seul et unique neurone paresseux fais ce qui lui plait…plait…et s'amuse de tout ou presque…en brassant de l'air un peu…beaucoup…passionnément…pas du tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3313
gouelan
  07 janvier 2015
Nous sommes tous des "êtres de peur", inquiets, "intranquilles", dans ce monde moderne qui est parfois menaçant et incertain.
Ce livre dissèque tous les états d'âme qui nous habitent, nous aide à les comprendre, à les dominer.
Il faut dresser des digues du bonheur et faire des efforts d'hygiène de vie, afin de faire face à ces marées d'états d'âme négatifs qui nous submergent parfois.
Comment retrouver l'équilibre entre nos états d'âme de souffrances ; inquiétudes, ressentiments, tristesses, désespoirs, fragilités, et nos états d'âme de bonheur?
En vivant en pleine conscience, en état d'éveil, en s'essayant à la compassion, l'auto compassion, la force de la douceur, la sagesse.
Chacun peut se reconnaître dans ce livre, les hypersensibles, les dépressifs, les angoissés, les timides, les matérialistes, les boulimiques...
Il faut passer par l'acceptation de cette vie imparfaite, de nos êtres imparfaits.
Prendre du temps pour soi et pour ses proches, comprendre qui on est vraiment , être à l'écoute de son corps et de ses états d'âme et réagir en fonction de ce qu'ils nous chuchotent ou nous crient parfois.
Dans la brièveté de nos existences, tâchons d'aller à l'essentiel, d'être soi-même et de ne pas se forcer de ressembler à la multitude, de se comparer au voisin ou au collègue. Accepter ses différences, ses faiblesses, car chacun a quelque chose à apporter à l'autre, à sa façon, avec sa touche personnelle, son vécu, ses émotions.
"Les états d'âme" apporte une lueur d'espoir pour tous ceux que la tristesse et le désespoir ont envahis le quotidien. Il nous démontre que l'on peut changer, par des gestes simples et de nouvelles habitudes, mais bien sûr aussi par un long apprentissage de la sérénité pour aller dans le sens d'une vie plus épanouie, en pleine conscience ; non exempte de malheurs mais parsemée de petits bonheurs tranquilles.
J'ai apprécié toutes les citations de grands philosophes, d'écrivains, d'artistes qui émaillent les propos de l'auteur. Elles nous illuminent un instant de leur précieux savoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
Nicolas9
  26 janvier 2020
En général, pourquoi empoigne-t-on un livre de développement personnel ou de psychologie ? Parce qu'on va bien et que l'avenir nous paraît riant ? Évidemment non. Et c'est là la grosse faiblesse de Christophe André.
On le croise à la gare de Lille en partance pour Marseille et sa conversation sur le quai nous semble suffisamment intéressante pour qu'on s'asseye face à lui dans le même wagon.
Arrivés à Paris, André nous propose contre toute attente de prendre le prochain convoi pour Limoges alors même qu'il affirmait se rendre en Provence, comme nous... On accepte en fin de compte de lui emboiter le pas, car le bougre a de la discussion et des idées percutantes, c'est incontestable.
Mais, voilà que parvenus dans le Limousin, il nous entraîne à sa suite vers Bordeaux. On se dit : « Au moins, on se rapproche du sud ». Mais, ça serait trop simple. Un coup de téléphone le persuade de remonter sur Saint-Etienne et, comme il nous a juré de raconter la fin de son histoire, on le suit à nouveau. Deux jours plus tard, épuisé et déboussolé, on arrive finalement à Nice où le psychologue nous abandonne tout en nous laissant son numéro de portable pour se joindre à lui lors d'un prochain voyage...
Voilà en gros l'impression que m'a laissée la longue lecture de cet ouvrage de vulgarisation scientifique si prometteur : à chaque fois, on croit arriver à une révélation qui va nous permettre d'avancer dans notre vie, d'apprendre quelque chose de vraiment utile, utilisable de suite. Or, l'auteur nous en dit juste assez pour éviter le décrochage, mais pas suffisamment pour qu'on trouve ce qu'on cherchait et qui semblait pourtant promis au départ... Et, après avoir enduré 420 pages dont les informations essentielles auraient dû en noircir à peine 140, on ne sait plus exactement ce qu'on retiendra de ce pavé de science tant son contenu est éclectique.
Mais, en voyant un titre (les états d'âmes) qui ressemble à une auberge espagnole, j'aurais dû me méfier. Quoi de plus fourre-tout ? Et c'est là que le bât blesse. A force de partir dans tous les sens, le cheminement de ce médecin psychiatre nous laisse sur le carreau.
Pourtant, l'homme est sympathique et sa philosophie intéressante. Mais, j'ose le dire, il semble incapable de séparer les informations clés de ce qui est anecdotique. Sous prétexte de nous faire croire que tout est important, il nous sert une logorrhée indigeste.
Et c'est regrettable, car en relisant les passages que j'ai marqués d'un post-it, je me dis qu'il y avait décidément mieux à faire avec la matière récoltée. Comme quoi, on peut être un scientifique brillant et un assez piètre vulgarisateur. Je suis trop sévère ? Alors accrochez-vous à son livre en étant un brin déprimé avec l'espoir d'y trouver un remède à votre spleen. Vous ne tiendrez pas cent pages ! A quoi bon un traité sur le mal-être s'il faut être en pleine forme pour le lire ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          225

Citations et extraits (90) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   05 janvier 2015
Mais les hypersensibles disposent surtout d'une vie intérieure très riche, de mondes imaginaires intenses, depuis l'enfance. Ils ont plus que les autres besoin de moments de calme pour se reconnecter à eux-mêmes, sinon ils éprouvent un sentiment d'aliénation et d'épuisement rapide. Ils ont du mal à supporter en permanence des situations de groupe, et le besoin de se mettre régulièrement à l'écart : lors de vacances en famille, ils aspirent régulièrement à se retrouver tout seuls pour aller se balader, ou lire tranquillement dans leur coin. D'où la fréquence dans leurs rangs d'artistes et de poètes, qui sont à peu près tous des hypersensibles. Ce qui en induit quelques-uns jusqu'à la maladie psychique. Car il existe aussi une face sombre à l'hypersensibilité : le sur-risque anxieux et dépressif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          780
gouelangouelan   04 janvier 2015
Marchons en bavardant avec Cioran rue de l'Amertume, pour nous rendre place de la Déception, et finir ensuite dans le jardin de la Tristesse. Là, ça ira mieux : on pourra commencer à vraiment comprendre ce qui nous arrive, et passer à autre chose : emprunter le passage de l'Acceptation, nous balader avenue de l'Action.
Commenter  J’apprécie          610
gouelangouelan   19 décembre 2014
Car ce qui fait un être , ce sont peut-être moins ses actes publics que ses habitudes secrètes, moins ses intentions planifiées que ses rêveries floues. Ce sont nos états d’âme, cette part la plus secrète de nous-même, qui en est aussi la plus révélatrice.
Commenter  J’apprécie          550
gouelangouelan   18 décembre 2014
" La joie nous rend plus vifs dans un plus vaste monde". Il nous rappelle que " dés que la joie se lève, tout s'élargit", et propose cette belle image de " la joie en crue" [...]
" C'est seulement quand l'espace s'approfondit que le cœur se renforce, et c'est seulement quand le cœur se renforce que l’approfondissement de l'espace nous est donné à voir et à vivre."

Jean-Louis chrétien, philosophe, "la joie spacieuse"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
gouelangouelan   28 décembre 2014
En thérapie , je blague souvent avec mes patients à ce propos : " J'ai une bonne nouvelle : le monde sans soucis dont vous rêvez existe. Et une mauvaise : ça s'appelle le paradis et ce n'est pas pour tout de suite. En attendant, on va essayer avec ce monde-ci, qui s'appelle la Vie..."
Commenter  J’apprécie          310

Videos de Christophe André (128) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe André
Alexandre Jollien interviewé pour son livre La sagesse espiègle aux éditions Gallimard, au Salon du livre de Genève à Palexpo avec le Club du Livre https://club-livre.ch/
Biographie d'Alexandre Jollien Né à Sierre le 26 novembre 1975 avec une infirmité motrice cérébrale. de 3 à 20 ans, il vit dans une institution spécialisée pour personnes handicapées dans cette ville. Très tôt, la vie s'annonce sous le mode d'un parcours du combattant. C'est ainsi qu'à l'institut, il passe un à un les obstacles pour arriver à suivre une scolarité dite normale. En 1993, il s'inscris dans une école de commerce, puis poussé par sa passion pour la philosophie, Alexandre Jollien rentre au Lycée au Collège de la Planta à Sion en 1997, puis au Trinity College à Dublin en 2001 où il apprend le grec ancien et poursuit ses études en la matière à la faculté des lettres de l'université de Fribourg où il obtient sa licence en lettres au printemps 2004. Il obtiendra le Prix Mottart et le prix Montyon de l'Académie Française, pour son livre ‘'Eloge de la faiblesse'' qui sera traduit en plusieurs langues et mis en scène par Charles Tordjman en 2005. Marié père de trois enfants, il vit sa vie pleinement aussi bien dans l'écriture que sur le plan familiale.
Résumé du livre ‘'La sagesse espiègle'' Dans La sagesse espiègle, Alexandre Jollien témoigne d'une tempête émotionnelle «qui a bien failli le perdre»: dans un exercice de mise à nu impressionnant de liberté, de force, de franchise, il raconte l'addiction qui s'est abattue sur lui, sans crier gare, par l'entremise d'une conversation par Skype. Pendant de longs mois, il est resté dans la fascination toxique pour le corps «parfait» d'un jeune homme, qui, par écran interposé et moyennant finance, prenait une douche devant lui. La honte, la culpabilité, les effets de l'emprise qui dévore le psychique, la vie sociale, qui asphyxie littéralement, Alexandre Jollien raconte tout cela. Ce voyage au fin fond de la dépendance, cette invitation au gai acquiescement de soi emprunte deux versants. Sous la forme d'un traité, sont explorées les voies qui conduisent à la grande santé, au joyeux dire oui. En contrepoint, dans des fragments, une autre voix se donne à entendre. À la troisième personne, lointaine et pourtant si intime, l'auteur narre sa singulière quête de liberté en plein chaos. Chemin faisant, Alexandre nous livre un carnet de route, un véritable traité de déculpabilisation. Cet essai de philosophie pratique dessine un lumineux art de vivre surgi du fond du fond.
Ses oeuvres * Éloge de la faiblesse, Paris, Éditions du Cerf, 1999Existe en livre audio, lu par Bernard Campan et Michel Raimbault, éditions Audiolib, 2012 * le Métier d'homme, Seuil, 2002  * La Construction de soi : un usage de la philosophie, Seuil, 2006 Existe en livre audio, lu par Bernard Campan, éditions Lire dans le noir, 2007  * le Philosophe nu, Seuil, 2010 * Petit Traité de l'abandon : pensées pour accueillir la vie telle qu'elle se propose, Seuil, 2012 * Vivre sans pourquoi : Itinéraire spirituel d'un philosophe en Corée, Seuil-L'Iconoclaste, 2015 * Trois amis en quête de sagesse avec Matthieu Ricard et Christophe André, L'Iconoclaste-Allary Éditions, 2016 * La sagesse espiègle, Gallimard, 2018 * À nous la liberté, avec Christophe André et Matthieu Ricard, L'Iconoclaste-Allary Éditions, 2019 Livr
+ Lire la suite
autres livres classés : developpement personnelVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien Christophe André ?

Quelle profession exerce Christophe André ?

neurologue
pédiatre
psychiatre

10 questions
60 lecteurs ont répondu
Thème : Christophe AndréCréer un quiz sur ce livre

.. ..