AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Ernst Pfeiffer (Éditeur scientifique)Dominique Laure Miermont (Traducteur)Brigitte Vergne-Cain (Traducteur)
EAN : 9782130576587
320 pages
Éditeur : Presses Universitaires de France (12/11/2009)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 22 notes)
Résumé :

« On ne trouve donc dans Ma vie. Esquisse de quelques souvenirs pas tant le résultat d'une réflexion menée par quelqu'un sur soi-même, qu'une vie se composant elle-même et s'adressant par ailleurs à des consciences tout aussi éclairées qu'elle. Ainsi apparut une autobiographie d'une forme tout à fait particulière, et que le lecteur ne peut vraiment pénétrer qu'à la fin, en reconsidé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
ATOS
  06 juin 2017
Ce qui étonne, peut être, c'est la construction même de cette biographie. Tout n'est pas dit, pas écrit, beaucoup fut retiré, soustrait ou détruit, et sans aucun doute pensé, analysé, compris, mais l'urgence du travail qu'elle a accompli sur et dans sa vie et celles de beaucoup qu'elle a pu rencontrer et aimer, n'a pas permis que cela nous soit transmis.
Construction d'un essai plus que d'un récit .
C'est par expériences que Lou Andréas Salomé écrit. Par expériences et non d'expérience.
Expérience de Dieu, expérience de l'amour, expérience de l'amitié, expérience de la famille et du couple, expérience de la Russie. expérience de la recherche, et comme on le comprend , expérience avec le poète Rilke, et avec Freud.
Son mode de vie, ses choix, ses passions , ses refus, sa volonté, firent scandale.
Son appétit d'apprendre, de découvrir étaient à la mesure de son intelligence.
Elle embrassait la philosophie, la poésie, la littérature, la psychanalyse avec l'âme d'une chercheuse. Rien ne la choquait. Elle cherchait à comprendre, comprendre le monde, comprendre l'être, comprendre l'Autre, comprendre soi.
Le regard qu'elle portait sur son appartenance au monde est encore aujourd'hui novateur.
Elle ne parlait pas à Dieu car elle considérait le monde comme une entité globale.
Elle mettait le respect en toute chose en première ligne.
Respect pour le vivant, respect pour tout ce qui est, sain ou souffrant, elle ne rejetait rien.
Comme tout se trouve en tout et en chacun, c'est avec aucune crainte, aucun préjugé, aucune barrière morale qu'elle a pu correspondre dans une communauté d'esprit avec des êtres tels que Nietzsche, Rilke, Freund .
Aucune demi mesure, pas d'arrangement, aucun modèle. Aucun conseil. Très tôt, dès son plus jeune âge, la vie, la totalité de la vie l'appelle et elle n'aura de cesse que de se pencher sur chacun de ses mystères.
«  de quelles étoiles sommes-nous tombés pour nous rencontrer ?  » lui demanda dès leur première rencontre Nietzsche. La notion du sur-humain est déjà en gestation.
Oui elle était exceptionnelle, exceptionnelle dans sa clairvoyance, son analyse, et la bonté qui portait ses pas et son regard vers l'autre.
« nous prenons conscience de ce qui nous fait entrer dans la fraternité universelle. Ce qui nous inhibe - et qui nous inhibera de plus en plus au fur et à mesure que nous civilisation deviendra plus consciente – c'est le plus insensé des « préjugés de classe » qui nous fait préférer bâtir des châteaux en Espagne pour faire notre salut, plutôt que partager l'univers originel de toute chose : sur ce point extrêmement délicat , devenu fragile et hypersensible à cause de notre prétention, même une réflexion poussée fort loin ne peu changer ; seule une révolution au niveau de la pensée le peut : connaître, ce sera reconnaître ».
Voilà la portée de toute sa pensée. Voilà ce qui aura porté toute sa vie. Ce qu'elle découvrait au fur et à mesure de ses expériences de vie, était la clé d'un mystère qu'il nous reste encore à découvrir.
On l'a dit sulfureuse, certains l'ont dit même dangereuse. Et en lisant ses écrits c'est un amour fou, une déclaration de vie, un élan, une joie, un geste de vie réfléchie, pesée, passionnée, et une vision qu'elle n'a jamais cessé d'exercer sur toute chose et sur tous les êtres qui surgit sous nos yeux.
Rien n'est à rejeter, tout reste à comprendre. Voilà sa feuille de route.
Comprendre le monde c'est se comprendre, c'est se mettre en capacité d'aimer. Accepter les failles, les reliefs, les fleuves, comprendre la vérité des tempêtes c'est entendre la beauté qu'elles feront naître.
Non elle n'avait pas besoin d'un Dieu au dessus des hommes, sa spiritualité lui était propre, elle en faisait l'expérience chaque jour, le monde était affaire du monde et pour y prendre part, il fallait en faire les expériences sans rien rejeter.
Porter le monde en soi, vivre l'autre en soi, et se voir vivre en l'autre.
Étonnante Lou Andréas Salomé, mais sans jamais avoir été déroutante, ni pour elle même, ni surtout, pour ceux pour lesquels elle sut prendre joie à leur rencontre.
Ma vie, esquisse de quelques souvenirs, fut éditée en 1957, à titre posthume par Ernst Pfeiffer, à qui elle avait confié le soin de ses mémoires.
Qu'il soit ici infiniment remercié pour les respect de cette parole donnée.
Astrid Shriqui Garain

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          134
Nayac
  03 octobre 2015
Solitaire, voyageuse, égérie, muse, psychanalyste, romancière, jeune fille enfant, indépendante libre penseuse...: ces qualitatifs laissent espérer une bio passionnante.
Et en fait une bio discrète ... quant à la vie de l'auteure.
Première impression: l'extrême organisation, laissant peu de place à l'improvisation et au partage: une dizaine de chapitres thématiques (l'expérience de Dieu, de l'amitié, rencontre avec Freud...).
J'ai lu que son roman "Jutta" parlait finalement plus d'elle que cette bio: surement!
Sentiment un peu étrange à l'issue de la lecture de cette femme qui livre si peu d'elle même.
Une illustration? la rencontre avec Gillot qu'il faut comprendre à travers: "chimères et rêveries enfantines furent intégrées à la réalité. Un être en chair et en os prit leur place"'
Ou ce premier abandon (avec Rilke), qu'il faut deviner via: "si je fus ta femme pendant des années, c'est parce que tu fus pour moi la première réalité ou le corps et l'homme sont indiscernables, fait incontestable de la vie même. J'aurais pu te dire mot pour mot ce que tu m'as dit en m'avouant ton amour:" toi seule est réelle"".
A tel point que l'on pourrait presque parler de sécheresse.
Par exemple une seule et unique phrase pour mentionner , à la manière d'un avis administratif le décès de deux de ses compagnons: "Rainer mourut dans les premiers mois de 1926 et mon mari le 4 octobre 1930".
Pour conclure, ajoutons aux qualificatifs du début: énigmatique et secrète!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Olivia-A
  26 mai 2013
L'évocation des souvenirs épars d'une vie mouvementée et hors du commun. Lou Andreas-Salomé nous fait par de ses "expériences", de ses voyages, mais surtout de ses rencontres avec les grands intellectuels de son temps, qu'elle a connus personnellement et donc a souvent influencé l'ouvrage. A travers ses yeux, on découvre Paul Rée, Nietzsche, mais aussi Rainer Maria Rilke et Freud. A travers elle, on en apprend plus sur ces hommes si particuliers et sur leurs travaux et leur genèse. Elle ouvre une fenêtre sur leur génie, et leurs idées.
Lou A.-S. analyse elle-même dans le détail sa propre vie, ses motivations, ses peurs, ses envies. Plus qu'une autobiographie, elle nous livre une oeuvre psychanalytique, pleine de réflexions sur la vie, l'amour, l'amitié, la mort et surtout, le travail intellectuel. C'est un ouvrage qui nous fait réfléchir, tout en nous instruisant et en nous faisant voyager.
Commenter  J’apprécie          90
andras
  02 février 2016
L'autographie remarquable d'une femme remarquable qui fut notamment l'amie de Nietzsche et de Freud et qui a contribué à la naissance de la psychanalyse. Une photographie la montre menant Nietzsche (ainsi que Paul Ree) à la baguette, ce qui m'amuse beaucoup, soit dit en passant.
Commenter  J’apprécie          40
Ombel
  02 novembre 2015
Magnifique!
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Olivia-AOlivia-A   15 mai 2013
"L'amour ressemble à des exercices de natation avec une bouée: nous faisons comme si l'autre était lui-même la mer qui nous porte. C'est pourquoi il devient pour nous à la fois aussi précieux et irremplaçable que notre patrie d'origine, et aussi troublant et déconcertant que l'infini. Nous, univers devenu conscient et par là morcelé, nous devons nous freiner, nous supporter mutuellement dans les variations de notre état - nous devons faire la preuve concrète de notre profonde unité, c'est-à-dire physiquement, corporellement. Mais la réalisation positive, matérielle, de ce fait essentiel, preuve apparemment irréfutable, n'est qu'une affirmation qui se heurte à l'isolement irrémédiable de chaque individu dans les limites de sa personne."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
NayacNayac   03 octobre 2015
Toutefois, une des causes principales du mauvais état de ma bibliothèque était que l’épaisseur et le poids des volumes me gênaient tant, quand je lisais allongée, que je préférais les lire par paquets de feuilles séparées, que je répugnais à faire relier à nouveau... Je n'avais aucun respect pour la feuille de papier reproduite à des milliers d'exemplaires et qui me semblait indigne de son contenu; celui-ci avait droit à une existence autonome à mes yeux, sans le support du papier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
NayacNayac   03 octobre 2015
La communauté dont j'avais rêvé se réalisa alors pleinement dans un cercle de jeunes hommes de lettres, universitaires pour la plupart; l'importance et la composition de ce cercle varièrent au fil des années. Dans cette société, on appelait Paul Rée "la demoiselle d'honneur", et on me disait "son Excellence".
Commenter  J’apprécie          70
NayacNayac   03 octobre 2015
Paul Rée commença par commettre une grossière erreur en soumettant à ma mère un projet de mariage... Il me fallut commencer par bien faire comprendre à Rée ce que ma vie amoureuse définitivement close et mon besoin tout à fait effréné de liberté me poussaient à réaliser.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Lou Andreas-Salomé (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lou Andreas-Salomé
Pourquoi faut-il lire Lou Andreas-Salomé? .Pour la leçon qu'elle donne aux hommes et pour son indéfectible acquiescement à la vie, voici deux bonnes raisons de (re)lire Lou Andreas-Salomé par le philosophe Dorian Astor.
Dans la catégorie : Mélanges littérairesVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Mélanges littéraires (189)
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
969 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre