AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sophie Benech (Traducteur)
EAN : 9782714306524
470 pages
Éditeur : José Corti (30/06/1998)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Mieux que quiconque, Andreiev a su incarner l'angoisse inhérente à la fin d'une époque, et prévoir l'avènement d'un temps barbare. Profondément marqué par Schopenhauer, Dostoïevski et Nietzsche, Andreiev est hanté par des thèmes récurrents : l'oppression des villes, l'absurdité d'un monde sans Dieu, la folie, le désespoir, la solitude de l'homme confronté au néant, au gouffre de ténèbres qui le guette de l'intérieur et le menace, alentour.

Constat luc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Moglug
  20 juin 2015
Le gouffre (et autres récits) de Leonid Andreïev fait partie de ces rares livres qui viennent à vous sans prévenir et s'impose comme une évidence. Parmi les milliers de propositions de lectures défilant sur Babelio, Dieu seul sait pourquoi je me suis arrêtée net sur cette couverture, le titre, les sonorités russes du nom de l'auteur… Nous sommes à la charnière entre le XIXème et le XXème siècle. Les premières nouvelles de ce volumineux recueil ont été écrites en 1899, les dernières en 1901. Les éditions José Corti ont fait le pari de confier à l'excellente Sophie Benech la traduction de l'oeuvre intégrale du journaliste et écrivain russe.
Toutes ces nouvelles n'ont qu'un objectif : décrire l'angoisse, la solitude, l'absurdité des existences. Chaque portrait d'enfant, d'homme, de femme, de prêtre, de chien, de couple, de famille, de lépreux et autres fous ou naïfs est l'occasion de saisir un moment de vie quotidienne de la société russe, qu'elle soit bourgeoise ou miséreuse. Tous sont égaux devant leurs gouffres : absence, deuil, haine intériorisée, vide inommable, abandon, et autres néants. Et pourtant, le génie d'Andreïev réside dans sa capacité à illuminer ces noirceurs par de tendres détails. Chaque nouvelle est l'occasion de craquer une allumette, fragile, persistante, de suite étouffée, ou vivement embrasée, cassée ou vivifiante, et toujours trop vite éteinte. Seule le gouffre, situé parmi les derniers récits du recueil, inverse la tendance. Il ne s'agit plus d'une douleur latente dont les protagonistes seraient un instant sauvés, le bonheur idéal est offert gratuitement jusqu'à ce qu'une main de fer sombre et froide s'en saisisse et l'étrangle sans faiblir.
Lien : https://synchroniciteetseren..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
5Arabella
  14 août 2016
Ce volume est sensé être le premier d'une édition complète de nouvelles, j'espère que l'éditeur a poursuivi ce projet.
34 nouvelles et presque toutes exceptionnelles. L'écriture remarquable est le premier élément qui frappe. Ensuite, presque chaque nouvelle est le portrait d'un personnage, en général tout à fait médiocre, mais que l'auteur arrive à nous rendre d'une façon saisissante, dans un moment significatif, qui nous permet de le voir dans sa spécificité, avec tout l'environnement humain qui constitue le contexte dans lequel il vit. On voit vraiment une personne en train de vivre, plus exactement en train de se débattre, dans le quotidien, l'insatisfaisant, le vide et le manque, tout en étant incapable de dire en manque de quoi. C'est très sombre, les rayons de lumière sont très rares, mais l'auteur regarde ses pauvres personnages avec attention, sans les juger, même s'ils sont par moments veules et lâches. Et surtout toujours tellement solitaires. D'autant plus que le groupe sait se montrer terriblement cruel pour l'individu isolé qui n'est pas exactement comme les autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42


Video de Leonid Andreïev (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Leonid Andreïev
Le Mur, fable symbolique, fait frissonner : un mur inébranlable se dresse avec cruauté devant des lépreux et des affamés se pressant à ses pieds et leur interdit l’accès à une vie heureuse. Ils représentent l’humanité dans sa lutte pour le bonheur et la liberté. Lecture de Judith Beuret.
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : néantVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
316 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre