AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809453357
Éditeur : Panini France (03/02/2016)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Iron Fist s'apprête à mener son plus grand combat ! Mais avec ses récentes blessures aux mains, peut-il encore vaincre les démons de son passé ? Danny Rand va notamment se retrouver face à la seule personne capable de le battre. Brenda, quant à elle, ne tarde pas à découvrir la sombre vérité concernant la prise de contrôle de la tour Rand.

(Contient les épisodes US Iron Fist : The Living Weapon 7-12, inédits)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Witchblade
  04 décembre 2017
Suite et fin des aventures d'Iron Fist par Kaare Andrews.
J'ai été obligée de me relire le tome 1 pour me souvenir de l'histoire et me réhabituer aux graphismes de ce comics. le tome 1 se finit par un gros cliffhanger qui donne très envie de lire la suite rapidement. Celle-ci est parue 1 an après et je ne l'ai moi-même acheté que 2 ans après la lecture du premier, autant dire que mes souvenirs étaient assez flous surtout qu'Iron Fist n'est pas un personnage ultra connu de Marvel...
Par contre, la suite est vraiment très bizarre, l'histoire part dans tous les sens. Un Dieu fait même son apparition... Ça donne l'impression que l'auteur est parti dans un drôle de délire. Les graphismes sont toujours aussi complexes à suivre, l'image est aussi importante que le texte. Je ne suis pas fan du style utilisé pour les personnages mais l'histoire est suffisamment intrigante pour que j'y fasse abstraction. L'auteur nous offre quelques réponses, dont une pour laquelle la question était passée à travers, je n'y avais plus fait attention. J'ai quand même trouvé ce tome 2 en-deçà du précédent comme si l'auteur s'était perdu en cours de route dans son scénario. Dommage car la fin du tome 1 annonçait bien plus que ça.
Comme vous l'aurez compris, j'ai été déçue par ce tome 2 car l'histoire ne m'a pas convaincue par rapport au début dans le premier tome, soit comme s'il nous manquait un tome, soit comme si l'auteur avait changé d'idées en cours de route. Je vous conseille néanmoins de découvrir ce nouveau super-héros si vous êtes amateurs de Marvel, il est quand même assez original à rencontrer et le trait de Kaare Andrews complexifie bien l'histoire et le personnage. Pour ma part, je vais continuer à vider ma PAL.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Presence
  06 février 2016
Ce tome fait suite à Rage (épisodes 1 à 6) qu'il faut impérativement avoir lu avant. Il comprend les épisodes 7 à 12, initialement parus en 2015, écrits, dessinés, encrés et mis en couleurs par Kaare Kyle Andrews (il n'y a que le lettrage qu'il n'a pas fait, réalisé par Joe Caramagna). Ces 2 tomes forment une histoire complète qui nécessite d'être familier du personnage pour en saisir toutes les implications.
Le building de l'entreprise Rand est maintenant occupé par une bande de gugusses pas commodes, sous les ordres du Yu-Ti de la nouvelle K'un Lun, assisté par Davos (Steel Serpent). L'inspecteur de l'habitat Darius Scott Pilling réussit à pénétrer dans le building pour vérifier sa conformité aux normes. Il est observé de l'extérieur par Brenda Swanson et Li.
Quelques part en Himalaya, Danny Rand (ayant perdu son poing de fer) se rétablit lentement, et reprend l'entraînement sous la tutelle de Sparrow, en la présence de Fooh, un nain à l'apparence et au comportement très étranges. En particulier ce dernier lui fait observer avec insistance qu'il avait été dépositaire du poing de fer juste du fait de sa généalogie, sans vraiment l'avoir mérité.
De prime abord, l'auteur semble avoir appliqué un traitement à la Frank Miller à Iron Fist : des dessins plus noirs parfois dessinés à gros traits, une perte de toutes ses capacités, et de sa fortune, une sorte de version extrême (comme il l'avait déjà fait pour Spider-Man dans Reign). Mais contrairement à Reign, il ne s'agit pas là d'un Iron Fist vieillissant et sur le retour, désabusé ou cynique. Pour la présente histoire, il a construit une intrigue puisant sa source dans les origines du personnage. Il n'a pas souhaité étendre la version d'Ed Brubaker et Matt Fraction.
Dans la postface, Kaare Kyle Andrews confirme qu'il a conçu cette histoire comme un tout. Effectivement les rappels effectués dans la première partie sont nécessaires pour comprendre cette deuxième moitié. le scénariste écrit une histoire spécifique à Daniel Rand, utilisant son histoire personnelle, à commencer par ce voyage en Himalaya voulu par son père jusqu'à l'obsession. Il met en avant K'un Lun en prenant soin de gérer la question de l'accès à cette cité, sa réapparition sur Terre à plusieurs années d'intervalle. En tant qu'auteur, l'intention d'Andrews est de creuser les motivations et la psychologie de son personnage, ce qui explique qu'il laisse de côté la dimension dynastique des Iron Fist. Cet aspect du superhéros établi par Ed Burbaker et Matt Fraction en 2007 est bien intégré dans l'intrigue et joue un rôle déterminant quant à la crise que traverse le personnage.
Sur la base d'un principe très classique, Kaare Kyle Andrews commence par mettre son héros plus bas que terre, avant qu'il ne se relève pour affronter ses ennemis. Il part donc des faits établis sur l'histoire personnelle de Daniel Rand, depuis sa création en 1974 par Roy Thomas & Gil Kane, à la fois pour la Cité himalayenne, et pour le sort de ses parents. Par le biais de 2 personnages (Sparrow et Fooh) et de pensées intérieures utilisées avec modération, les convictions de Daniel Rand sont soumises à une remise en question qui accompagne la chute du héros et son changement de paradigme. le scénariste effectue sa déconstruction sur plusieurs fronts. Il s'amuse à plusieurs reprises à confronter son personnage au fait qu'il est un homme blanc et riche, et qu'il n'y a pas de raison que tous les superhéros soient issus de cette catégorie sociale (ça marche bien pour Bruce Wayne et Tony Stark, c'est un peu plus douteux pour Peter Parker et Barbara Gordon). Il insiste aussi sur le fait que Daniel Rand a reçu le poing de fer du fait de sa parenté, plus que fait de son mérite.
La déconstruction s'effectue également d'un point de vue plus psychologique, quant à sa relation avec son père et avec sa mère, et même sur les motivations qui le poussent à endosser le costume d'Iron Fist. On est donc loin d'un récit d'action décérébré, et plus proche de la littérature. Ce qui est appréciable, c'est que l'auteur ne se vautre pas dans une narration dépressive, mais qu'il intègre des moments humoristiques, qu'il s'agisse de la manière dont Daniel Rand se fait rabrouer par Brenda Swanson, ou par la présence de Fooh, un petit gnome à l'apparence étrange.
Ce personnage Fooh est d'ailleurs bien curieux sur le plan visuel. Il sautille partout, il change régulièrement de tenue vestimentaire souvent assez décalée, il apparaît dans des endroits inattendus. Dans un premier temps le lecteur le voit comme un ressort comique, puis comme un personnage omniscient bien pratique pour le scénariste qui doit caser des informations, puis comme une aberration. Il faut faire confiance à l'auteur, car le comportement de Fooh a une explication cohérente avec le reste du récit. Son apparence visuelle est dont réfléchie, comme tout le reste de la partie graphique.
Dans une interview, Kaare Kyle Andrews faisait observer qu'il doit être un des rares créateurs, si ce n'est le seul, ayant cumulé autant de postes sur la production d'une histoire en 12 épisodes. Effectivement, le lecteur ressent au fur et à mesure des pages, cette cohérence narrative totale, entre récit et aspect graphique. Il retrouve des dispositifs déjà vus dans la première partie, comme le vieillissement artificiel des pages lors des scènes du passé. À l'infographie, l'artiste jaunit le papier et y ajoute des traces de copeaux de bois comme s'il s'agissait d'un vieux comics. Il y a ajoute également des traces de pliures fictives, comme si ces pages avaient été récupérées dans une pile de planches mal conservées, sans respect pour leur valeur.
Chaque séquence bénéficie donc d'un découpage conceptuel spécifique, se traduisant par des pages pouvant comporter une dizaines de cases, aussi bien qu'une unique case s'étalant sur 4 pages (réassemblées en 1 seul dessin dans les pages bonus). Toujours lors des scènes du passé revenant sur l'enfance de Daniel Rand, Andrews n'hésite pas à le représenter comme s'il s'agissait d'une BD pour enfant, légèrement déformé, afin d'accentuer le caractère enfantin, transcrivant ainsi l'âge du personnage.
Un peu plus tard, Iron Fist est de retour pour affronter des démons dans un enfer, une scène où le lecteur doit déterminer si elle doit être prise littéralement ou métaphoriquement. Andrews passe en mode Frank Miller, avec gros aplats de noir, et contraste maximal limitant sa palette de couleurs pour s'approcher du noir & blanc (avec une couleur supplémentaire pour rehausser quelques éléments). le lecteur discerne l'hommage à Miller, sans que cela ne soit du plagiat, car la narration d'Andrews reste personnelle, tant pour l'intrigue que pour la mise en page.
Pour le grand combat final, Kaare Kyle Andrews s'en donne à coeur joie avec des combattants d'une stature défiant l'entendement, taxant encore plus fortement la suspension consentie d'incrédulité du lecteur. Ce qui sauve cette séquence de l'idiotie totale, ce sont à nouveau les dessins, conçus spécifiquement pour cette partie, devenant plus expressionnistes que figuratifs.
Le dernier épisode constitue un épilogue après le dernier combat, permettant de faire le point sur la situation des personnages, sur les changements survenus, et sur la suite qui s'ouvre au personnage. Dans une interview, Kaare Kyle Andrews répond qu'il sait bien qu'il appartient à ses successeurs (et aussi aux responsables éditoriaux) de choisir s'ils retiendront ces changements, ou s'ils feront comme s'ils n'ont jamais existé. Pour le lecteur, cette question n'offre pas grand intérêt, car c'est le lot de tous les personnages récurrents de fiction bringuebalés d'équipe créative, en équipe créative. Par contre, il éprouve la satisfaction d'avoir lu un récit qui respecte et utilise la mythologie du personnage, qui constitue une histoire complète et qui introduit une évolution organique générée par l'intrigue et par la progression de la personnalité du protagoniste.
Kaare Kyle Andrews ne s'est pas contenté d'écrire une aventure d'Iron Fist, avec une intrigue bien troussée. Dans le cadre très contraint de la mise en scène d'un personnage propriété d'une entreprise de divertissement, il a réalisé une histoire personnelle qu'il a maîtrisée de bout en bout, s'éloignant ainsi du processus industriel de fabrication à la chaîne des comics. Il a bâti son histoire en développant la psychologie du personnage, sur la base de son histoire personnel et de son rôle de superhéros, sans creuser le sillon habituel de la noirceur, ou celui de la soif de pouvoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (2)
ActuaBD   16 mars 2016
Si l’intrigue souffle le chaud et le froid, difficile de ne pas être contenté par le traitement graphique des personnages principaux.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   16 février 2016
Outre le drame qui se joue, l'action est omniprésente, l'auteur met une pointe d'humour qui rajoute à cet album un statut incroyable et surprenant.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
WitchbladeWitchblade   19 novembre 2017
J'aurais dû la supplier de rester. Lui dire qu'on ne peut exister que dans le présent. Que celui qui s'accroche au passé ne peut s'accrocher à rien d'autre. Mais je connais ce regard. Elle n'était pas prête pour écouter.
Commenter  J’apprécie          210
WitchbladeWitchblade   17 novembre 2017
Sparrow : "On attaque pour neutraliser. C'est pas mon problème si ton sexe a un point faible."
Danny : "Tu es cinglée" (dit-il en se tenant l'entrejambe après y avoir reçu un coup de Sparrow).
Commenter  J’apprécie          170
WitchbladeWitchblade   18 novembre 2017
Diyu. Le Royaume des Morts. Dans la mythologie chinoise, toutes les âmes doivent être punies, et les péchés expiés en vue de la réincarnation.
Commenter  J’apprécie          170
Video de Kaare Andrews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kaare Andrews
Le talentueux auteur canadien KAARE KYLE ANDREWS (Spider-man: Reign, Iron Fist) vous présente sa série RENATO JONES, un comics coup de poing qu'il scénarise, dessine, colorise et POSSÈDE totalement! Découvrez Renato, le premier super-héros qui s'en prend aux 1%, aux ultra-riches et à la société capitaliste dans laquelle nous vivons? Un comics défouloir et déjanté servi par le talent narratif et le dessin ultra-dynamique de Kaare Andrews, auteur notamment d'un excellent Iron Fist (disponible en France chez Panini).
Tome 1 : disponible dès le 7 février en librairie Tome 2 : à paraître en août 2018
176 pages couleurs (avec bonus graphiques) - 17 ?
PREVIEW à découvrir sur BDgest' : https://www.bdgest.com/preview-2360-BD-renato-jones-saison-1-les-un.html
Comics collector artist edition en noir et blanc + ses bonus collector à retrouver sur la boutique en ligne de l'éditeur : http://www.akileoslaboutique.com
"Les UN % possèdent plus de la moitié de la richesse mondiale. Ils ont écrasé les économies, ont acheté des gouvernements et ont accumulé plus de pouvoir que tout autre groupe de l?histoire. Et ils n?en ont toujours pas assez. Avec ce genre de pouvoir, comment peut-on imaginer les faire payer ? Et QUI les fera payer ? Permettez-nous de vous présenter Renato Jones, un mystérieux justicier venu remettre les compteurs à zéro. Et avec son entrée en jeu, LES SUPER RICHES L?ONT SUPER PROFOND?"
@goldenagevancouver Merci à Golden Age Collectables, Vancouver, qui a tourné cette vidéo pour son aimable autorisation de reproduction / traduction.
+ Lire la suite
autres livres classés : finVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les super-héros et super-héroïnes de comics

Eternel amoureux de Loïs Lane, il vient de Krypton :

Batman
Superman
Spiderman

15 questions
445 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , super-héros , comicsCréer un quiz sur ce livre