AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Lalitote


Lalitote
  09 octobre 2021
Florence aimerait plus que tout être une auteure à succès mais malgré son emménagement à New York son rêve lui semble être bien éloigné. Aussi quand Maud Dixon l'auteure du best seller de l'année lui propose de devenir son assistante, elle y voit une chance inouïe. Derrière le pseudonyme de Maud Dixon, Helen souhaite garder l'anonymat et sa vie privée. Leur entente est immédiate et Helen propose à Florence de l'accompagner au Maroc pour effectuer des recherches pour son prochain titre. Tout se passe bien jusqu'à ce que Florence se réveille à l'hôpital après un accident de voiture alors qu'autour d'elle on pense qu'elle est Helen Wilcox. Peut-elle endosser l'identité d'Helen et devenir Madame Dixon ?
Dès le prologue nous entrons de plein pied dans l'intrigue de ce thriller psychologie. Il me suffit de vous dire que page après page, l'histoire se densifie et devient de plus en plus étrange. Il arrive un moment où le lecteur est perdu et ne sait plus distinguer qui est bon et qui ne l'est pas, tant le scénario est complexe. La premier partie du livre se veut légère, en apprend à connaître les personnalités et les interactions entre Helen et Florence et franchement elles se révèlent captivantes mais au combien antipathiques. Les choses se corsent dans la seconde partie qui est nettement plus sombre avec des rebondissements surprenants.
Une belle écriture qui semble glisser toute seule, pour un premier roman Alexandra Andrews se révèle être particulièrement adroite dans l'art de faire monter les tensions et dans celui plus ardu de manipuler ses lecteurs. Il m'aura fallu attendre la toute fin pour avoir les réponses à mes questionnements car à chaque fois que je pensais tenir une piste, ce n'était pas encore ça. Bonne lecture.

Lien : http://latelierdelitote.cana..
Commenter  J’apprécie          40



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (4)voir plus