AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Frédérique Le Boucher (Traducteur)
EAN : 9782290323076
157 pages
Éditeur : J'ai Lu (21/01/2003)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 19 notes)
Résumé :

Misty ne demande pas le ciel, juste ce qu'une adolescente de seize ans est en droit d'attendre : une vie normale avec une famille normale. Mais, écartelée et impuissante, elle assiste à la guerre sans répit que se livrent quotidiennement ses parents. De disputes en silences insoutenables, de mensonges mesquins en viles trahisons, le couple se déchire. Et, comme tant d'autres, finit par se séparer.Désormais, chacun se ser... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
SirFurby
  13 février 2017
Ça démarre plan-plan.

Premier roman d'une série de cinq qui forment les Fleurs Sauvages. Quatre romans, quatre filles différentes + une conclusion. On s'assoit et on les écoute déblatérer leur vie chez leur psy qui les a réunies selon le principe du qui se ressemble s'assemble. Leur point commun ? Ce sont toutes, comme nous le dira Misty, des Orphelines Avec Parents. Ceux de Misty sont donc plus intéressés par leur nombril que par leur fille. Misty est comme une fleur sauvage qu'on remarquerait à peine sur son carré de pelouse. Et voilà toute l'histoire.
Je trouvais qu'il lui manquait un petit quelque chose et, finalement, il s'avère que ce n'est pas Virginia C. Andrews qui l'a écrite. A moins que son prête-plume ne soit médium.
L'histoire est courte et c'est tant mieux, sinon on pourrait s'ennuyer. Ce n'est pas immangeable ce qu'on nous sert, mais c'est sans grande surprise et l'intrigue est certainement inférieure à ce que j'ai déjà lu de la vraie Virginia. Sans doute le roman cible t-il plus les adolescentes et, donc, reste soft, sans les bizarreries qui font le charme gothique de V. C. Andrews. En refermant le bouquin, je me suis dit : OK. Je m'en fiche un peu de me trouver une connivence avec un perso, de me reconnaître dans le texte. Ça peut arriver, mais ce n'est pas ce que je recherche avec un récit qu'on couche sous le nom de cette auteure. Je m'attendais à autre chose que des rebondissements réglés comme une montre qui arrivent quand on les attend. Rien de remarquable, si ce n'est la description des sentiments qui est très parlante malgré le côté artificiel des personnages.
Une lecture qui passe le temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JessSwann
  10 mars 2019
Un premier tome qui pose le cadre de l'histoire avec ces 4 adolescentes négligées par leurs parents et forcées d'entreprendre une thérapie. L'histoire de Misty est du classique VC Andrews, une mère frivole qui ne vit que pour sa propre beauté, un père faible et esclave de ses désirs pour les femmes. Et Misty elle même, riche et livrée à elle-même qui découvre le sexe et les garçons. Donc pour chaque livre, nous avons l'histoire d'une des adolescentes. J'avoue que j'ai bien aimé Misty mais je ne vois pas forcément de différences entre cette série et la précédente (Les Orphelines). Au final, j'ai passé un bon moment mais sans surprise

Ce que j'aime : la relation de Misty et de Loyd

Ce que j'aime moins : aucune surprise, on retrouve tous les ingrédients classiques de la franchise. le personnage de Star qui ne m'inspire pas

En bref : Un premier tome plaisant mais sans surprise

Ma note

6/10
Lien : http://jessswann.blogspot.co..
Commenter  J’apprécie          20
BernieCalling
  31 juillet 2019
Dans cette série, Virginia C Andrews touchent aux enfants du divorce.
Mitsy et 3 autres filles de plus ou moins son âge sont convoquées chez leur psy pour parler des tourments qu'elles subissent lors du divorce de leurs parents.
Mitsy est la première à se raconter.
un roman qui se passe durant une seule journée mais où elle raconte son histoire, ça se lit facilement, c'est distrayant.
pas de la grande littérature, mais j'ai apprécié
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   19 juin 2014
Le monde dans lequel nous vivions était si parfait. Pourquoi étions-nous si imparfaites ? Mais, il avait beau faire un soleil resplendissant dehors, nous savions toutes qu’en rentrant chez nous nous retrouverions les mêmes recoins sombres et les mêmes murmures chuchotés der­rière les portes. Je me disais souvent que tout le monde vivait en paix, sauf nous, que nous étions les otages d’une guerre du silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   19 juin 2014
Ma mère ne pleure jamais vraiment. Elle fait bien un peu la grimace, mais pas trop, parce que son gourou lui affirme que ça accentuait les rides ou même - horreur suprême ! - que ça en favorisait l’apparition. « Tu comprends, cela flétrit tellement le visage, et toujours aux mêmes endroits, que cela finit par creuser de véritables sillons. »
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   19 juin 2014
Je lui ai donné les plus belles années de ma vie. Et, maintenant, il me met au rebut. C’est tellement plus facile pour un homme : il peut toujours trouv­er une jolie petite tête de linotte pour partager sa couche. Mais une femme doit se montrer prudente si elle veut conserver l’espoir de rencontrer quelqu’un de bien : un homme honnête et responsable. Hélas ! quelles chances peut-on avoir de dénicher un tel oiseau rare dans le monde individualiste dans lequel nous vivons aujourd’hui ? Elles sont bien minces, je peux te l’assurer. C’est humiliant de se retrouver dans une position aussi dégra­dante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   19 juin 2014
Ce n’est pas facile d’être marié à une femme comme celle-là, Misty, je t’assure, a-t-il poursuivi. Quand on lui fait un compliment, ce n’est jamais assez. Et, quand on oublie de la complimenter - sur sa coiffure, sa nouvelle robe, son élégance, sa beauté ou que sais-je encore -, elle vous accuse immédiatement de ne plus l’aimer. J’en étais réduit à me défendre constamment. La vie à la maison était devenue un enfer. À tel point que j’ai commencé à appré­hender de rentrer chez moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   19 juin 2014
C’est marrant ce qu’on parvient à croire quand on est gosse. On passe à côté de tous ces petits mensonges. Ils sont là, juste sous notre nez, mais on n’y prête pas atten­tion. Pendant des années, on croit que ça fait juste partie du jeu auquel se prêtent encore les adultes, quand ils deviennent grands : ils jouent à faire semblant. Et puis, un jour, on se réveille et on se rend compte que la majeure partie du monde dans lequel on vit n’est construit que sur des chimères.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : thérapie de groupeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1173 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre