AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Predrag Matvejevic (Préfacier, etc.)Janine Matillon (Traducteur)
EAN : 9782842613150
298 pages
Éditeur : Le Serpent à plumes (31/01/2002)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Il était une fois, en Bosnie, dans la ville de Travnik, un vizir nouvellement nommé. Comme ses prédécesseurs, il se fit connaître et par sa cruauté, et par un animal fétiche. Certains avaient fait venir des panthères, d'autres des singes, lui fit venir un éléphant. Bientôt il fut clair pour tout le peuple que cet éléphant, qui bousculait les étals au marché et faisait trembler de peur toute personne honnête, était bien semblable au vizir ; et une même haine les conf... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Sachenka
  24 octobre 2020
Ivo Andric est un auteur que j'ai découvert il n'y a pas si longtemps et dont je ne me lasse pas. Se romans racontent des histoires plus grandes que celle des destinées humaines. Les hommes ne constituent que des engrenages, des moteurs qui propulsent l'action et qui la subissent. Cela ne signifie pas qu'ils sont sans importance, mais quelque chose les dépasse. le destin? Bref, tout est lié. Les destinées humaines, elles sont ancrées, intrinsèquement liées au milieu où elles C'est également le cas avec ce recueil de nouvelles, L'éléphant du vizir. Chaque nouvelle propose un monde, un univers dans lequel un réseau d'histoires individuelles et collectives sont intriquées. Malgré cela, tout est simple, comme si ces histoires ne formaient qu'un tout. de toutes façons, on se laisse porter par les événements et, surtout, par la merveilleuse plume évocatrice d'Ivo Andric. En effet, il raconte des lieux : une église, un quartier, une ville, une rivière. Et ces lieux sont habités par des individus. Ils grandissent, vieillissent, meurent et sont remplacés par d'autres. Ainsi va la vie. Mais Andric raconte surtout son pays, malmené par l'actualité ces dernières décennies. Mais il n'en fut pas toujours ainsi. La Bosnie/Serbie est belle, riche et son histoire complexe se prête à mille récits : les traditions catholiques et orthodoxes, l'occupation ottomane, l'implantation de l'islam, la présence autrichienne… Quel creuset de cultures, terreau fertile de récits! Y voyager (par la plume d'Andric) est un privilège.
Malgré qu'il sache s'attarder à des faits épiques, Andric sait porter attention aux petits détails du quotidien, à des éléments plus pittoresques, voire comiques. le meilleur exemple, c'est la première nouvelle, L'éléphant du vizir. Un gouverneur aux gouts excentriques, un animal exotique venu de loin, des serviteurs qui malmènent la créature imposante et le tournent au ridicule, un pachyderme s'excite et piétine les étals des marchands avant de dépérir, etc. Et tous ces habitants qui s'en prennent à l'éléphant, déchainant sur l'animal la colère qu'ils éprouvent à l'endroit du gouverneur cruel. Ça a un côté tragi-comique. Ça semble farfelue mais j'ai ressenti la mélancolie du vizir (malgré sa cruauté), la solitude de l'éléphant puis la curiosité et l'inquiétude des habitants. Et c'est en grande partie grâce à cette attention aux détails dont je faisais mention plus haut. Ce vizir, plus ou moins craint, se réfugie dans des collections de calames, de plumes d'oiseaux, dans un recueil de poèmes persans et arabes richement calligraphié. Tous ces détails n'étaient pas absolument nécessaires mais ils forment des couches ajoutant à la crédibilité (et à la charge émotive) qui s'en dégage. Ce vizir meurt, on se dépêche de l'oublier et on attend le prochain gouverneur. On apprécie alors davantage cette atmosphère nostalgique, cette réflexion à propos du leg qu'on laisse derrière soi, de l'ironie de l'existence.
Gens d'Osatitsa, la deuxième nouvelle, me laisse le même effet. L'auteur passe dix pages à décrire l'histoire de la ville, la répartition des quartiers entre chrétiens et musulmans, l'érection de l'église et de son clocher. On se laisse porter par cette histoire, les légendes qui y sont rattachées, etc. On en vient à se demander si cette ville est réelle, si elle est inventée, ou si n'est que la pointe d'un monde mythologique oublié il y a longtemps et qui se réveille tranquillement. Tout pour en arriver à l'histoire de saoulons qui tentent de grimper le clocher et à un évêque offusqué qui en profite pour surenchérir dans sa querelle avec le pope. Et cela finit entre les mains du préfet, comme un problème. le ridicule côtoie l'épique.
Je ne passerai pas à travers toutes les nouvelles de ce recueil. Certaines prennent un accent anecdotique, intimiste. Mais là encore, la magie d'Andric opère. Peut-être pas autant, mais tout de même suffisamment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
5Arabella
  19 octobre 2019
Quelques trois cents pages qui renferment sept nouvelles. Elles se déroulent essentiellement en Bosnie, pendant la domination turque, comme celle qui donne son titre au recueil. Mais certaines sont plus proches de nous dans le temps, un narrateur qui ressemble beaucoup à l'auteur y raconte ses rêves et états d'âme. Il y est toujours questions d'histoires, celles que les hommes se racontent pour rendre la quotidien, le réel supportable. Se focaliser sur l'accessoire, un détail, un moment, qui effacent le reste, ce que l'on préfère ne pas voir vraiment.
Ainsi, les habitants de Travnik, petite ville bosniaque, préfèrent se concentrer sur l'éléphant que le cruel vizir qui règne sur la ville a fait venir, plutôt que de s'en prendre au tyran lui-même. L'éléphant devient l'exutoire, on peut se plaindre de ses exactions, on peut projeter de s'en débarrasser, on peut essayer de l'empoisonner, alors qu'il est impossible d'envisager quoi que ce soit contre son maître.
La nouvelle qui m'a sans doute le plus touché, est Yéléna, celle qui n'existait pas. le narrateur y raconte un fantôme, une présence, une hallucination récurrente, une femme qui se manifeste, qui semble être là, à portée de main, que le narrateur espère, rêve, qui l'aide à vivre, qui embellit et qui rend la magie au quotidien.
Nous voyageons ainsi dans le temps et dans l'espace, dans les époques et les coutumes, mais le coeur et les rêves des hommes sont toujours les mêmes, et il y a toujours un manque à combler qui peut l'être, tout au moins en partie, grâce à l'imagination, aux histoires, à la littérature.Un voyage bien agréable, même si ces nouvelles ne seront pas mon livre préféré de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          239
Bunee
  07 avril 2009
Ivo Andric est un conteur hors pair. C'est ce qu'on nous promet dans la préface, et ce que l'on comprend très vite lorsqu'on lit ces sept précieuses histoires, délectables tant elles vous projettent dans un univers dépaysant et pittoresque, au carrefour mouvementé des civilisations et des empires, plein d'un charme légèrement désuet et tendre-amer.
La première nouvelle est celle qui prête son titre au recueil. On y figure Travnik, petite ville de Bosnie, dont les habitants attendent avec une angoisse et une fébrilité croissantes le nouveau vizir. Celui-ci s'est construit une réputation effroyable, et a pour mission de mater les beys et autres puissants locaux. Il s'installe dans sa résidence et, comme beaucoup de ses prédécesseurs, fait venir un animal extraordinaire: un éléphant (le filj). La population de Travnik est d'abord figée dans sa stupeur, mais les dégâts occasionné par cet hôte inattendue va devenir le point de cristallisation de toutes les angoisses, les incompréhensions et la haine se fera jour. Mais venir à bout d'un éléphant, qui plus est l'éléphant d'un cruel vizir, n'est pas chose facile.
La deuxième nouvelle, tout aussi savoureuse, emmène le lecteur dans une contrée, Osatitsa, une "ville sur la hauteur, mais cette hauteur elle-même entourée de tous cotés par de hautes montagnes" . Comme dans tous le pays, il y a à Osatitsa une communauté musulmane et une communauté Orthodoxe. Et la totalité de ses habitants a un caractère fanfaron, du moins le type de caractère qui incite à l'escalade, à l'ascension tant physique que sociale, et de préférence sous les regards à la fois admiratifs et envieux. C'est ainsi que les habitants de la ville haute voulurent donner à leur église un apparat digne de leur rang, en s'endettant pour construire un dôme et y ériger une croix dorée. Et c'est également ainsi que, l'alcool aidant aidant, deux mystérieux ivrognes vont escalader l'église. Pour éviter un incident diplomatique grave avec son supérieur, le pope de la ville demande à ce qu'une enquête soit menée.
La troisième histoire "Une année difficile" représente un usurier puissant et réputé, Me Yevrem qui est un homme autoritaire et redouté de tous les habitant de la bourgade où il exerce. Me Yevrem est féroce, et férocement attaché à sa fille adoptive, Gaga, tzigane de 15 ans. Jusqu'à ce que l'armée turque vienne occupé la région. Arriveront avec cette armée les fléaux si courants des temps de guerre, en dépit des nombreux efforts des civils pour sauver leurs biens.
"Yelena, celle qui n'était pas", est le quatrième récit, celui d'un homme épris ... d'une hallucination récurrente.
J'ai adoré ces nouvelles, celle d'un peuple qui demeure spectateur plus ou moins résigné des évènements, des changements de régime, des armées qui passent. On finit par avoir l'impression que, dans ce perpétuel mouvement propre à ce pays, les gouvernements changent, les frontières changent, mais le peuple reste le même. C'est un vrai message, mais qui a l'élégance d'être sorti des contingences politiques et historiques, et qui revêt la forme de contes absolument charmants.
Dans "figures" (cinquième récit) où Andric se tient en équilibre entre l'iconoclaste et l'amoureux des figures; "Entretien avec Goya" (sixième récit ) où Andric, de séjour vers Bordeaux, dialogue de façon imaginaire avec le peintre espagnol notamment sur la société et ses puissants et "Histoire japonaise", on se rapproche plus ouvertement de la réflexion abstraite ou symbolique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
moravia
  06 mars 2013
Vous avez avec ce livre , recueil de nouvelles, un petit bijou traduit par Jeanine Matillon qui a prouvé (en écrivant : les deux fins d'Orimita Karabegovic) qu'elle était bien plus qu'une simple traductrice.
Son travail est parfait, tant l'on goûte à la fluidité du texte.
Ce texte confirme le grand talent d'Ivo Andric, après la lecture de : Le pont sur la Drina.
Venez découvrir cet auteur !
Commenter  J’apprécie          40
Passagealest
  01 avril 2014
La Bosnie du temps de l'empire ottoman, son peuple, ses traditions, ses histoires – voilà l'univers le plus connu du bosniaque Ivo Andrić (ou Andritch, c'est selon), au travers de romans tels que le Pont sur la Drina et La Chronique de Travnik. C'est ce même univers qui est présenté dans trois des sept récits rassemblés sous le titre L'Eléphant du vizir par les Publications Orientalistes de France dans une édition qui date déjà (1977*).
Lien : http://passagealest.wordpres..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
5Arabella5Arabella   20 octobre 2019
Mais quand la course du soleil se fait plus courte, les feuilles plus rares et que l'agile écureuil au pelage déjà changé apparaît comme un éclair sur l'écorce pâle des arbres, alors l'hallucination commence à pâlir, à se perdre. Les bruits menus se font plus rares, que je suis habitué à entendre derrière moi, et les petites farces disparaissent, qui sont l'apanage de la jeunesse insouciante et de l'éternel monde du rêve. La femme invisible se perd dans mon ombre. Elle disparaît, elle se meurt, comme le font les esprits et les fantômes, sans un signe, sans un adieu. Elle n'a jamais existé. Maintenant, elle n'est plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
5Arabella5Arabella   16 octobre 2019
En Bosnie, villes et bourgades sont pleines d'histoires. Et dans ces histoires pour la plupart imaginaires, sous le manteau d'événements incroyables et sous le masque d'appellations souvent fictives, se cache l'histoire réelle et non avouée de cette contrée, des hommes vivants et des générations éteintes. Ce sont de ces mensonges à l'orientale dont le proverbe turc affirme qu'ils sont "plus vrais que la vérité".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SZRAMOWOSZRAMOWO   21 juin 2016
Parmi tous ces vizirs, ils [les gens de Travnik] en avaient vu de toutes sortes : des sages, des humains, des indolents, des indifférents, des drôles, des corrompus, mais aussi de si durs et de si méchants que l’histoire, d’elle-même, passe sous silence le principal et le pire les concernant, de même que le peuple, par superstition, n’aime pas nommer par leur nom les maladies et autres maux.
Commenter  J’apprécie          40
5Arabella5Arabella   19 octobre 2019
Et la ville vivait dans l'attente de nouvelles fraîches et de renseignements exacts. Le peuple tremblait, chuchotait et, à défaut d'autres armes, se défendait par ces histoires dans lesquelles vivait son désir confus et inextinguible de justice et de vie meilleure.
Commenter  J’apprécie          50
SachenkaSachenka   21 septembre 2020
- Eh, si chacun tape sur celui qui le gêne, ou lui tombe sous la main, ça n'en finira plus. On se battra jusqu'à la fin du monde.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Ivo Andric (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ivo Andric
Le vendredi 13 juillet 2018, la librairie Charybde (129 rue de Charenton 75012 Paris - www.charybde.fr ) avait la joie de recevoir Emmanuel Ruben pour évoquer les récentes publications de "Le coeur de l'Europe" (éditions La Contre Allée) et de "Terminus Schengen" (éditions le Réalgar), et pour effectuer un parcours au sein de la littérature d'ex-Yougoslavie. Il évoquait Milos Crnjanski, Ivo Andric, Aleksandar Tisma, Danilo Kis, Milorad Pavic et David Albahari, tandis que le librairie Charybde 2 évoquait Faruk Sehic, Miljenko Jergovic et Goran Petrovic.
Ceci est l'enregistrement de la première heure de la rencontre.
+ Lire la suite
>Littératures indo-européennes>Balto-slaves : Bulgare, macédonienne, serbo-croate>Littérature serbo-croate (36)
autres livres classés : littérature serbo-croateVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quel fatras !! 📚 🚪

Jules Verne :

de la terre à la dune
de la terre à la lune
sept semaines en ballon

12 questions
80 lecteurs ont répondu
Thèmes : lettres , titres , jeux de langage , littérature , baba yagaCréer un quiz sur ce livre