AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791026250647
282 pages
Librinova (20/03/2020)
4.28/5   27 notes
Résumé :
Gervais est orfèvre à Château-Gontier en Haut Anjou au XVème siècle, c'est un artisan que même les plus grands noms s'arrachent. Ses services sont recherchés au détriment des très renommés artistes d'Angers. Marie est la fille du seigneur des Chaunières, près de Laval, et de Minzé, paroisse de Châtelain, écuyer, Greffier de l'Ordre du Croissant, secrétaire et surintendant des Finances du roi René d'Anjou, l'un des féodaux les plus puissants du royaume. En cet été 14... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
4,28

sur 27 notes
5
12 avis
4
9 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

lenoute
  25 juin 2020
Agréablement surprise par ce roman historique, qui se déroule au moyen âge. C'est l'histoire d'un amour qui semble impossible entre un orfèvre très réputé et Marie, la fille d'un riche seigneur. Ils ne font pas partie du même monde. Pourtant ils veulent s'unir.
L'écriture recherchée et l'intrigue m'ont tenues jusqu'au bout. On sent que l'auteur est passionné d'histoire. le roman est parsemé de précisions historiques très intéressantes, mais qui créer parfois des passages un peu longs. Ce livre est une belle romance avec une fin un peu mièvre à mon gout.
Commenter  J’apprécie          370
bagus35
  02 août 2020
Merci à SimPlement et à l'auteure, Michèle Andrieux, pour l'envoi en service presse de ce bon roman historique .Gervais Thassard, maître orfèvre à Château-Gontier commence à avoir une certaine renommée en ce XVème siècle et les dernières commandes qu'il a obtenu ne devrait que conforter son prestige.Chez son ami Jean Dauré ,il va croiser Marie des Chaunières dont il va tomber follement amoureux seulement ils ne sont pas de même rang et le frère de Marie lui a déjà trouvé deux prétendants.L'amour vaincra-t'il ?
Commenter  J’apprécie          190
AMR_La_Pirate
  28 janvier 2021
L'Orfèvre de Michèle Andrieux est un roman historique qui nous emmène en Haut-Anjou, au milieu du XVème siècle, sous le règne de Louis XI.
L'intrigue est très simple : un amour impossible entre un homme et une femme qui, même s'ils sont susceptibles de se croiser et de tomber amoureux l'un de l'autre, ne font pas partie du même monde… Une romance, donc, et celles et ceux qui me suivent savent que ce n'est vraiment pas un genre que j'affectionne… Mais une romance étayée par un véritable travail de recherches, bien documentée et dont j'ai relevé le côté didactique…
Gervais est orfèvre à Château-Gontier, c'est un artisan que même les plus grands noms s'arrachent. Ses services sont recherchés au détriment des très renommés artistes d'Angers ; c'est un battant, il exerce un métier prestigieux et est promis à un bel avenir. Marie est la soeur du seigneur des Chaunières, l'un des féodaux les plus puissants du royaume ; c'est une femme à la forte personnalité, libre par nature, à défaut de l'être dans la société de son époque. Son frère Gilles, un homme autoritaire et colérique, la presse de choisir entre les deux prétendants qu'il lui impose, un vieillard et un infirme, ou le couvent…
Tout d'abord, j'avoue que j'ai trouvé ce livre un peu trop narratif, me perdant dans l'abondance de détails, les longues descriptions et la pauvreté apparente du sujet.
Et puis, j'ai compris que la romance n'était ici qu'un prétexte pour nous immerger en l'an 1464, nous faire découvrir les us et coutumes d'une époque foisonnante et, au lieu de m'ennuyer, j'ai pris plaisir à cette multitude de précisions généalogiques, architecturales, artistiques, à l'évocations des habitudes de vie, de la manière de voyager, de mener les négociations, de s'habiller et de se parer, de s'écrire, d'assister aux offices religieux…, etc. le côté didactique a pris le pas sur l'histoire proprement dite.
J'ai surtout été sensible à la condition des femmes qui, même si elles pouvaient exercer des responsabilités et gérer, par exemple, des domaines, n'en demeuraient pas moins sous la coupe des hommes. N'oublions pas que le moyen âge était aussi une époque un peu grivoise même si la sexualité était officiellement encadrée par la société et l'Église…
Ce roman est très bien écrit et si je déplore un début très conventionnel avec un premier chapitre consacré à Gervais et un second à Marie, pour présenter les personnages principaux, j'ai par la suite apprécié l'importance donnée aux lieux avec les villes de Château-Gontier et Angers, aux demeures avec les châteaux des Chaunières et du Plessis-Dauré ou encore celui du duc d'Anjou que l'on continue à appeler le Roi René… de même, le travail délicat de l'orfèvre est toujours en filigrane dans le récit, symbolique à la fois dans la vie religieuse avec les reliquaires, dans les amours et la vie sociale avec les bijoux offerts en cadeaux aux accouchées, aux épouses ou aux fiancées…
Une lecture intéressante et enrichissante.
Un grand merci à Michèle Andrieux, qui m'a confié son livre sur SimPlement, pour sa confiance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Azrael54
  01 octobre 2022
Bonsoir chères lectrices et chers lecteurs, ce soir, je vais vous parler d'un livre, roman historique, qui est un de mes chouchoux pour cette année 2022, « L'orfèvre » de Michèle Andrieux.
Résumé :
« Gervais est orfèvre à Château-Gontier en Haut Anjou au XVème siècle, c'est un artisan que même les plus grands noms s'arrachent. Ses services sont recherchés au détriment des très renommés artistes d'Angers. Marie est la fille du seigneur des Chaunières, près de Laval, et de Minzé, paroisse de Châtelain, écuyer, Greffier de l'Ordre du Croissant, secrétaire et surintendant des Finances du roi René d'Anjou, l'un des féodaux les plus puissants du royaume. En cet été 1464 l'amour va faire basculer leurs vies. Si Gervais, de par son métier prestigieux, fréquente le monde de Marie, il n'en fait pas partie. Par bonheur il est non seulement un artiste, mais aussi un battant. Et Marie, elle, est de ces femmes libres par nature à défaut de l'être dans la société de son époque. »
Etant un adepte et un passionné des romans historiques, lorsque Michèle Andrieux m'a proposé la lecture de l'Orfèvre, j'ai accepté de suite et je n'ai pas été déçu.
J'ai adoré cette relation amoureuse qui semble vouer à l'échec à la vue de la situation totalement différentes des deux personnages, d'un côté Marie, la fille d'un seigneur de Chaunières qui est entre autres fonctions surintendant des finances du roi René d'Anjou et Gervais, artisan orfèvre.
L'histoire, qui se déroule au milieu du XVème siècle, sous le règne du roi Louis XI, est très bien construite car on découvre la vie de ces deux personnages à cette époque et les contraintes et devoirs de chacun et chacune.
Gervais est orfèvre à Château-Gontier, c'est un artisan que même les plus grands noms s'arrachent. Ses services sont recherchés au détriment des très renommés artistes d'Angers ; c'est un battant, il exerce un métier prestigieux et est promis à un bel avenir. Marie est la soeur du seigneur des Chaunières, l'un des féodaux les plus puissants du royaume ; c'est une femme à la forte personnalité, libre par nature, à défaut de l'être dans la société de son époque. Son frère Gilles, un homme autoritaire et colérique, la presse de choisir entre les deux prétendants qu'il lui impose, un vieillard et un infirme, ou bien d'aller au couvent….
Michèle nous fait découvrir par le détail la vie en l'an 1464 les us et coutumes d'une époque où les tenues sont magnifiques avec leurs différentes couleurs. J'ai aimé cette multitude de précisions généalogiques, architecturales, artistiques, l'évocation des habitudes de vie, la manière de voyager à l'époque, de négocier le travail d'un bijou par exemple, comment s'habiller et se parer, les écrits et le fait d'assister aux offices religieux.
L'auteure a mis l'accent sur les conditions des femmes de cette époque qui bien que de naissance dite « Noble » sont bien moins à plaindre que les femmes du peuple mais elles ne sont pas si libres que cela car tous les actes qu'elles veulent faire doivent être demandés soit au père ou frère puisque l'homme est tout puissant à cette époque.
Mais la force de caractère de Marie semble lui permettre d'en un premier temps de s'opposer fermement à son frère. Ensuite, elle comprend qu'elle doit biaiser avec son frère pour obtenir ce qu'elle désire, ici, aimer librement Gervais qui est lui aussi amoureux d'elle.
Je n'ai qu'un conseil à vous donner c'est d'acheter ce livre, vous ne serez point déçu. Il nous permet de faire un voyage de plus de 500 ans en arrière et de découvrir avec nos yeux d'Homme (homme et femme) dit moderne comment ces « Gens » vivaient à cette époque où la guerre est omniprésente point comme de nos jours.
Merci Michèle Andrieux pour ta confiance en me confiant ton « Bébé », j'espère pouvoir continuer à lire et chroniquer tes livres que j'adore.
Bonne lecture à toutes et tous.
Bonne soirée, bisous livresques nocturnes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
louiserldt
  10 octobre 2020
L'orfèvre raconte une histoire d'amour entre Gervais et Marie, deux personnes aux rangs totalement différents, ce qui à cette époque était « mal vu » par la société. Gervais est un orfèvre, profession alors réputée à cette époque, et Marie, fille de seigneur, à l'esprit libre. Ce récit se construit grâce aux points de vue des différents personnages principaux, ce qui permet d'avoir une vision globale sur l'histoire, nous accédons ainsi à la pensée de tous ces personnages. Au début, cette présentation des personnages principaux et secondaires fut un peu difficile à lire. En effet, il fallait tenir compte des différents titres et possessions de chacun. Néanmoins, cette présentation est obligatoire afin de comprendre la trame de l'histoire. Passés ces premiers chapitres, nous sommes entraînés dans le récit. C'est une histoire dans l'Histoire, le fait de vivre leur amour à cette époque nous amène à comprendre les us et coutumes du Moyen-Âge. La description est telle que nous nous projetons facilement dans le livre, tout est mis en scène pour que l'on puisse s'y imaginer, les ponts, les rues, les tourelles…

Les connaissances poussées de l'auteure m'ont marqué en premier. En effet, sa connaissance de l'Histoire et de la région d'Angers à cette époque est impressionnante. le temps était alors réglé selon les prières, le lever et le coucher du soleil.
À propos de la romance, nous découvrons Marie, jeune fille indépendante pour l'époque, à la destinée peu enviable. En effet, son avenir est tout tracé, par un mariage arrangé ou le couvent. Cela reflète bien le rôle des femmes dans la société moyenâgeuse, ainsi que le poids des conventions sociales. Quant à Gervais, il a découvert la vie lors de ses apprentissages, dans les bras de plusieurs femmes. L'homme est alors libre, et possède beaucoup plus de droits que la femme. Je me suis surprise à attendre avec impatience la fin de l'histoire.
C'est pourquoi je conseille ce livre, il permet de voir comment la société était à l'époque et comment elle a évolué par la suite. J'ai aimé voir la différence entre le quotidien au Moyen-Âge et notre quotidien actuel. Ce roman, très bien écrit, avec un lexique retranscrivant à la perfection les discours de ce temps, est une fenêtre ouverte sur un instant de vie au Moyen-Âge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
OdileJacquemetOdileJacquemet   07 juin 2020
Elle avait toujours ses beaux traits réguliers mais elle était moins ouverte, moins gracieuse. Même ses chers petits chiens King-Charles, fort à la mode à la cours d’Angleterre, ne l’amusaient plus.
En fait elle se lassait de tout.
Depuis deux jours heureusement il la trouvait plus sereine, depuis l’arrivée de sa petite cousine Marie des Chaunières en fait ; Marie était une cousine assez éloignée par les Auvrensson, mais c’était toujours pour Marguerite une amie, une confidente de toujours il le savait. Il avait eu certaines craintes à ce sujet, il trouvait Marie beaucoup trop libre et de fort caractère et avait eu peur que ses habitudes ne déteignent sur Marguerite qui était une douce et vertueuse personne. Et entièrement dévouée aux intérêts de son époux dont elle appréciait disait-elle souvent dans ses lettres “les nobles qualités de cœur et la haute valeur intellectuelle”.
Puis il s’était dit que depuis le temps qu’elles se fréquentaient, si Marguerite aimait tant Marie, ce n’était pas sans raison, il avait toute confiance en son jugement. Et il avait découvert en effet, lors de ses précédents séjours, que Marie pouvait être aussi une personne douce et vertueuse, fort cultivée au demeurant, en fait quelqu’un à qui son père et surtout son frère avaient juste laissé beaucoup trop de liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bagus35bagus35   01 août 2020
C'était un endroit assez agréable où l'on pouvait être certain de trouver une soupe avec pain et viande, et non un jus infâme, et un lit correct. Et l'on était à peu près certain, autant que cela se pouvait en ces temps de famine et de violence, de repartir le lendemain avec tous ses effets, ses bagages, et surtout sa vie.
Commenter  J’apprécie          60
lyanealyanea   06 décembre 2022
Mon pauvre ami, avec ce genre de personne il vaut mieux prendre des tours et des détours que de dire tout de suite ce qu’ils ne veulent surtout pas entendre.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : pierresVoir plus
Notre sélection Roman d'amour Voir plus





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2755 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre