AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

André Lévy (Traducteur)
EAN : 9782877306317
277 pages
Éditeur : Editions Philippe Picquier (29/01/2003)
3.77/5   11 notes
Résumé :

Planté d'arbres somptueux, le Jardin aux Nénuphars embaumait aux quatre saisons de gardénias au printemps, d'orchidées et de magnolias en été, de canneliers et d'osmanthes en automne, de " souriantes " en hiver.En plein cœur de Taipei, le jardin de la famille de Rose est le lieu des origines, du paradis perdu de l'enfance, avant qu'il ne devienne le " Jardin des égarements ". Entre New York et Taipei, une jeune femm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
marsenavril
  19 avril 2019
Elle s'appelle Rose, Yinghong en chinois (Ombre Rose) ou Ahong, et Ayakô en japonais. En famille, ils parlent également chinois (ou taiwanais) ou japonais, et les ignorants apprennent l'importance de l'année 1894, début de la guerre perdue qui détachera en 1895 Taiwan et les Pescadores de  la "mère patrie", la Chine (ou l'empire mandchou?). Puis le rôle des Japonais qui "pacifient" Taiwan... Rose vient d'une grande famille (la 8ème génération de la lignée des Zhu). Son père a envoyé les aînés étudier au Japon et aux Etats-Unis, et Rose plus tard "pour que vous mes enfants, puissiez tout recommencer dans un environnement propre et neuf."
C'est dire si l'arrière plan culturel est complexe dans un roman empreint de références à un siècle de bouleversements ; un curieux roman, riche d'informations sur l'essor de Taiwan, la spéculation immobilière, la pratique des affaires via les dîners d'affaires, avec de constants aller-retour entre les époques : l'enfance de Rose, l'arrière plan politique, la rencontre des deux amants, l'évolution de leur relation, et la figure récurrente du jardin. La nature est omniprésente, avec des descriptions de la conception du jardin, puis de sa réhabilitation par le père. Des descriptions également de la profusion des espèces de végétaux, leurs variations selon les saisons, et le roman, qui part du jardin, y revient sans cesse. C'est un espace à la fois historique et magique, lié à l'enfance, à la mythologie de la lignée d'une grande famille et à la perception d'une nature puissante et civilisée, vibrante et sophistiquée, codifiée. Comme une métaphore des circonvolutions du désir amoureux et des pulsions, et à divers niveaux des relation de pouvoir entre hommes et femmes. L'ensemble est d'abord déroutant, mais finalement assez captivant pour raconter la complexité d'une histoire d'amour pour un homme dont elle se demandera, à la fin du roman, si elle l'a jamais aimé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Livrepoche
  10 février 2016
Extrait du blog: le sujet de ce roman, c'est une histoire de femme, une femme dans un ville en pleine mutation (Taipei), qui se cherche dans la confrontation entre le modernisme et la tradition. C'est une histoire des origines parentales (c'est ici le Japon) et de l'héritage qu'ils laissent. C'est l'histoire de Rose, l'héroïne, qui cherche à trouver sa place sexuellement, amoureusement. C'est l'histoire de ses égarements dans le jardin familial.
Au début de cette lecture (ce livre trainé dans ma PAL depuis des années), je ne m'attendais pas à grand chose sinon une parenthèse asiatique (merde, je recommence), un moment de littérature hors de mes codes habituels. Et après la première partie, cela ne sentait pas très bon. L'architecture du récit s'avère assez complexe avec pas mal d'aller-retours temporels, des digressions pas forcement claires. Puis surtout, c'est la romance / fascination qui me semblait peu crédible (c'est mon avis masculin) et assez caricaturale. Je me voyais dans 50 nuances de Grey (le film car je ne lirais pas le roman) et c'était pas jolie jolie. Je n'étais pas la cible d'un tel roman. Je n'étais pas une jeune fille en fleur qui rêvait d'un homme puissant pour la protéger en acceptant de ne pas être aimer en retour. Mais…
Je sais nuancer. Donc, il n'est pas impossible que ce fut justement ce que souhaitait dénoncer l'auteur, Li Ang, et que la société taïwanaise de cette époque était comme cela. Je trouve quand même que la relation dominant / soumise volontaire est assez peu pertinente avec le profil du personnage principal.
Lien : http://livrepoche.fr/le-jard..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lcath
  10 juin 2020
Je me suis perdue dans la structure narrative du livre.
Perdue à l'approche de ce jardin jamais je ne serai vraiment entrée dedans.
J'ai bien vu de beaux passages , des moments qui auraient pu m'accaparer mais je n'ai pas réussi à me laisser entrainer par ce récit et ces personnages.
Lien : http://theetlivres.eklablog...
Commenter  J’apprécie          110
Nicolosette
  21 avril 2019
Revenant de Taïwan j'ai trouvé ce livre fort intéressant , il raconte l'histoire de cette île :les premiers chinois arrivés au XVIII ème siècle ,la domination japonaise , l'arrivée de Tchang Kaï chek fuyant la Chine communiste et comment les habitants ont du composer avec ces différents régimes .C'est alors le moment de la spéculation immobilière et la montée en puissance de nouveaux riches .C'est aussi une histoire d'amour ,une ode à la nature si présente à Taïwan ,surtout dans le centre et le sud et je crois bien avoir visité cette maison de monsieur Lin ,en partie ouverte au public !
Commenter  J’apprécie          20
Yuean
  30 décembre 2016
J'ai lu ce roman en fin collège, début lycée. C'était bien trop tôt pour l'apprécier à sa juste valeur, mais avec le recul je me rends compte qu'il est d'une finesse et d'une nostalgie assez rare. L'auteur nous emmène à travers le Taiwan des années 90, en plein boom économique et démocratique. L'île a su faire cohabiter l'ancestral et le moderne, le japonais et le chinois, et le personnage principal semble personnifier ce petit pays à l'ambiance insulaire si particulière.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
marsenavrilmarsenavril   18 avril 2019
Puisque nous devons fatalement être délaissées, nous le savons, la fille, la chanson et moi-même, qu'il ne nous reste qu'à devancer le destin en anticipant la rupture.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Li Ang (1) Voir plusAjouter une vidéo

Li Ang : Tuer son mari
Toujours en Chine, dans la ville de Tongli, Province de Jlangsu , Olivier BARROT nous présente le livre de Li ANG , romancière de Taïwan , "Tuer son mari" . Il nous en raconte l'histoire et nous lit quelques lignes de ce roman .
Dans la catégorie : Littérature chinoiseVoir plus
>Littérature des autres langues>Littérature asiatique>Littérature chinoise (201)
autres livres classés : taïwanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Je vous remercie de m'aider à trouver l'auteur ou l'autrice qui correspond au genre

Genre horreur, fantastique

Stephen King
Dominique Bona
John Le Carré
Anouck Laclos

16 questions
6 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre