AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Hua-Fang Vizcarra (Traducteur)Alain Peyraube (Traducteur)
ISBN : 2207255883
Éditeur : Denoël (04/03/2004)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :

Au lendemain de la guerre, la famine sévit à Taïwan. En échange de quelques livres de viande, la famille Lin unit Lin Shi au lubrique bouclier de Chencuo. Les voisins ironisent : c'est fort d'être parvenu à troquer le maigrecorps de la jeune fille contre des kilos et des kilos de viande. Jalousée pour les avantages alimentaires qu'est censée lui procurer sa situation, Lin Shi supporte stoïque les tortures que l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
chocobogirl
  07 février 2013
Lin Shi est encore une jeune fille quand son oncle la donne en mariage à Chen Jiangshui. Ce dernier est boucher et un expert dans l'art de tuer les porcs. Chen se révèle un homme violent qui n'hésite pas à violenter sa femme et à la prendre sexuellement de force au point de la faire hurler de douleur. Alors que le voisinage fait semblant de ne rien voir et entendre, Lin Shi tente de s'accommoder de cet homme qui a moins le mérite de la nourrir. Mais jusqu'à quand ?
Li Ang est une auteur taiwanaise qui écrit en langue chinoise. Écrivain controversé, elle n'hésite pas à aborder des sujets tabous et à militer pour l'indépendance de Taïwan et pour la libération sexuelle. Son roman Tuer son mari, paru une première fois sous le titre La femme du boucher, ne fait pas exception. Comme le titre, le prologue et les premières pages du texte l'indiquent, il sera question d'un meurtre, celui d'une femme envers son mari. Cette histoire qui va vous être racontée s'appuie d'ailleurs sur un fait réel et n'en est que plus choquante.
On suit donc le destin de Lin Shin, mariée à un homme qu'elle ne connaît pas en échange de quelques kilos de viande. C'est que Taïwan se relève tout doucement de la guerre et que la population crie famine. Son mariage avec un boucher est censé être une chance pour cette jeune fille qui connaît depuis sa naissance les affres de la faim. Pourtant, on découvre peu à peu qu'être une femme dans une société conservatrice laisse peu de place au bonheur et à la liberté. La mère de Lin Shin est une veuve qui a été violée par un militaire. Les circonstances du drame sont telles que cette femme, désormais vue comme une fille facile, a été mise au ban de la famille. On fit disparaître la coupable (tuée ?) et un oncle prit en charge bon gré, mal gré, Lin Shin alors âgée de 13 ans. Dès que Lin SHin fut réglée, il finit par s'en débarrasser de manière très avantageuse en la mariant contre plusieurs kilos de viande de porc. Lin Shin découvre alors sa nouvelle vie conjugale dans un petit village de campagne. Si elle peut désormais manger à sa faim, elle doit encaisser les assauts de son mari, un être grossier, qui la prend avec sauvagerie et attend qu'elle se conduise comme une bonne épouse dévouée : lui offrir son corps, préparer les repas et garder une attitude soumise, même lorsqu'il l'affame sciemment avec une cruauté notable. Ses cris ne font qu'exciter le boucher et provoquer les ragots dans le voisinage qui derrière une compassion de façade, critique cette femme qui hurle sa jouissance (!) et refuse de voir les avantages de sa position.
Vous l'aurez compris, Li Ang ne fait pas dans la dentelle. L'auteur décrit le drame de cette jeune femme avec une précision crue et sans fioritures. Elle décrit les sévices, les injures quotidiennes subies par Lin Shin qu'on accompagne jour après jour. Épouse désoeuvrée qui ne travaille pas, elle intègre peu à peu le groupe des femmes du village et découvre les conversations et ragots qui vont bon train. Derrière une apparence solidaire, les femmes ne se font pourtant pas de cadeau et n'hésitent pas à critiquer leur voisine dès qu'elle a le dos tourné. C'est d'ailleurs en surprenant une conversation dont elle est le sujet que son esprit va basculer.
La descente aux enfers décrite par l'auteur est effrayante de réalisme.On ne peut que ressentir de la compassion pour ce personnage de femme bafouée et désavouée par ses proches, et presque excuser son geste criminel. Car plus que la violence franche de son mari, c'est celle plus sournoise des autres femmes de la communauté qui sera le déclencheur. Lin Shin tombe peu à peu dans une folie progressive qui l'enferme dans un monde plus ou moins protecteur mais néanmoins fictif.
Mais à travers le destin de cette femme, c'est toute la société taïwanaise qui est montrée du doigt. Li ang dresse l'image d'une société extrêmement traditionaliste qui s'appuie sur des conventions sociales arriérées et liberticides. Violence physique, violence morale et psychologique, superstitions désuètes, bêtise et inculture, machisme masculin et soumission féminine elle-même transmise par les femmes. le portrait qui est fait de la société taïwanaise est loin d'être reluisant et on ne s'étonne pas des remous qu'a dû provoquer l'auteur avec ce récit publié en 1983. Plus que le style, somme toute peu marquant, c'est le réalisme et la simplicité de cette histoire qui est à retenir.
A travers une galerie de personnages marquants et stéréotypés et l'histoire d'un drame conjugal somme toute banal, l'auteur réussit à rendre avec beaucoup de force les circonstances, les mécanismes du crime tout en disculpant la coupable. Li Ang nous offre un roman plus que marquant sur Taïwan et la condition féminine de son pays.
Lien : http://legrenierdechoco.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FanActuel
  21 février 2016
La jeune romancière s'est inspirée d'un fait divers qu'elle reprend en début du récit. Dans une province rurale de Chine, Lin Shi, une jeune femme simple, a tué et dépecé son mari, un abatteur de porcs. Li Ang a tiré de ce drame un roman réaliste, habité de figures de style (l'évolution des bambous au fil des saisons) et de croyances populaires populaires. Ne seraient les ampoules 5 watts qui éclairent les maisons, l'histoire pourrait se dérouler il y a plusieurs siècles. La misère est aggravée par les traditions, défavorables aux femmes. La mère de Lin Shi, veuve et laissée sans ressources par la famille de son mari, est accusée d'adultère quand la faim la pousse à certaines extrémités. Lin Shi, recueillie de mauvais gré par un oncle, est mariée dès que possible à un parti à qui personne d'autre n'aurait confié sa fille. En effet, on considère dans ce milieu que celui qui tue les porcs devra le payer en enfer. Il est condamné par avance, et sa femme avec lui.
Ignorante de tout, Lin Shi est ballottée d'une situation à une autre, sans voie de secours. La violence rustaude de son mari n'arrange rien. Et ce qui devait arriver arriva.
Lien : https://fjva.wordpress.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Video de Li Ang (1) Voir plusAjouter une vidéo

Li Ang : Tuer son mari
Toujours en Chine, dans la ville de Tongli, Province de Jlangsu , Olivier BARROT nous présente le livre de Li ANG , romancière de Taïwan , "Tuer son mari" . Il nous en raconte l'histoire et nous lit quelques lignes de ce roman .
autres livres classés : littérature taïwanaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
62 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre