AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253162264
Éditeur : Le Livre de Poche (03/10/2012)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 22 notes)
Résumé :
On retrouve Maya Angelou au Ghana, où, en compagnie d’autres Noirs américains, elle fait la douloureuse expérience du retour. Avec acuité et humour, elle montre à la fois le malaise causé par l’indifférence des Africains vis-à-vis des nouveaux venus et l’ambiguïté des motivations de ces derniers.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
seriephile
  28 octobre 2012
Grâce à l'opération Masse Critique de septembre proposée par Babelio j'ai eu la chance de découvrir Maya Angelou par le biais de son livre « Un billet d'avion pour l'Afrique ».
J'avoue que je ne connaissais pas du tout cette auteure, alors bien sûr, je me suis renseignée un peu histoire de comprendre son livre et plus largement sa vie, puisque ce dernier est autobiographique.
Femme noire-américaine, Maya Angelou nous parle ici de ses années passées en Afrique, plus particulièrement au Ghana, pour une grosse partie du livre.
Elle y arrive en 1962 et, si elle ne devait y rester que quelques jours, un événement de la vie de son fils en décidera autrement. de là, elle nous raconte ses moments passés avec les habitants de ce pays, sa relation à ses racines africaines, son vécu ainsi que ses propres réflexions sur ses origines.
Elle est rapidement confrontée à la perception de sa nationalité américaine par les locaux, un vrai décalage pour cette femme qui ne regrette pas le pays où elle est née car encore trop marqué par la ségrégation raciale. En effet, les africains lui réservent un accueil assez froid auquel elle ne s'attend pas. La période où les africains étaient embarqués sur des bateaux pour être esclaves est encore très prégnante dans les esprits, Maya partage ses origines avec ses personnes, elle est une descendante de ses hommes et femmes et pourtant elle n'est pas accueillie comme elle l'espérait.
Elle va tout de même chercher à travailler, vivre sa vie de femme, et affrontera plus ou moins facilement les différences culturelles et linguistiques. Elle aura la chance de côtoyer des femmes qui l'aideront, des hommes qui l'aimeront, des notables qui la questionneront, et un certain Malcolm X avec qui elle aura l'occasion d'échanger.
L'écriture de Maya Angelou est fluide, on se laisse prendre par l'histoire de cette femme, à tourner les pages pour en savoir toujours plus sur son retour « aux sources », et l'on partage son désenchantement. Je pense que le fait de ne pas faire de chapitres, de laisser les mots se suivre sans être ordonnés permet de toujours être en lien avec l'auteure, au plus près de ses pensées, de sa vie.
J'ai vraiment beaucoup aimé cette lecture, alors c'est sûr, je lirai ses autres livres!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Hanta
  09 juillet 2015
Je tiens à remercier de tout mon coeur Babelio ainsi que l'édition Livre de Poche qui m'a envoyé gracieusement ce livre lors de l'opération « Masse critique 16ème édition ». Heureuse gagnante, je me suis engagée à donner mon avis sur ce livre dans un délai de 30 jours après la réception du bouquin. J'étais tellement contente de l'avoir reçu au point d'avoir abandonner toutes mes autres lectures pour me concentrer sur celle-ci.
Nous retrouvons Maya Angelou vingt après la première partie de sa biographie, Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage. Elle vient de débarquer au Ghana, avec son fils Guy, pour y vivre l'expérience du « retour » en Afrique en tant que Noir Américain.
Ce livre est une collection de souvenirs qui l'ont marquée durant son séjour : ses rencontres avec plusieurs personnalités africaines et américaines, notamment Malcolm X ; sa vie quotidienne au Ghana ; ses relations avec son fils devenu un jeune adulte ; son cercle d'ami(e)s…
Elle évoque aussi les difficultés qu'elle a éprouvées durant son installation. L'Afrique, continent idéalisé et rêvé par les Noirs Américains, n'est finalement qu'un mirage. Les déceptions et les désillusions sont grandes pour ceux qui ont décidé de rentrer : ils font face à l'indifférence, et même à la méfiance, des Ghanéens ainsi qu'à la barrière linguistique et culturelle. Parfois, l'auteur a du mal à se sentir à l'aise et à trouver sa place dans ce continent qui a continué à vivre malgré l'ombre sanglante de l'esclavage dans son histoire. Même si son point de vue était intéressant, j'ai trouvé que l'auteur insistait beaucoup trop sur ce sujet et se répétait souvent. Elle avait des positions parfois tranchées et radicales mais je ne rentrerai pas dans ce débat stérile.
Le livre a été écrit à une époque où la ségrégation raciale aux Etats-Unis existait encore. le lire au XXIème siècle nous éclaire sur les changements survenus depuis et sur l'espoir que les gens avaient sur le développement du continent africain. Mais je n'ai pas été emballé pour deux raisons : le style d'écriture est simple, un peu trop plat et presque ennuyeux à mes yeux. L'histoire est assez éparpillé et ne retient que certains évènements marquants, ce qui donne un flou chronologique dérangeant et parfois un manque de profondeur dans ces anecdotes.
Quoiqu'il en soit, Maya Angelou reste une personnalité atypique qui a eu une vie très riche. Si le sujet vous intéresse, c'est un livre qui en vaut quand même le détour !
Lien : http://leslecturesdehanta.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
leinavaleski
  30 octobre 2012
Il est difficile de dissocier le livre et son auteure, elle y a mis une grande part d'elle sans jamais s'appesantir sur son sort, quoi qu'il lui arrive. A travers ses écrits, on apprend à la connaître et à connaître son monde, qu'elle partage en alternant récit et dialogues (ce qui permet de garder un certain dynamisme).

Maya angelou me plaît par sa modestie et sa franchise. Jamais, au cours du récit, elle n'essaye de se donner une importance qu'elle mériterait sûrement. Elle raconte ce qu'elle a vécu en tant que noire américaine, qui elle a rencontré (Malcolm X pour n'en citer qu'un) comme si elle était figurante et non actrice de cette histoire, celles des noirs américains à la recherche de leurs racines en Afrique. Elle est aussi très honnête et n'essaie jamais de se justifier sur ses choix, pas plus qu'on ne sent de regrets dans ses souvenirs. C'est une femme qui vit la vie avec un grand V ! Je la trouve très lucide sur ce et ceux qui l'entourent, approuvant ou non les idées des grands personnages de son époque et de son combat. A ce propos, l'auteure nous livre parfois trop de noms d'un coup et on les oublie vite car on ne les connaît pas forcément, c'est dommage. Pour en revenir aux idées, Maya en a et ne se prive pas pour les partager : certains moments du récit sont consacrés à ses réflexions sur les africains, les américains, l'esclavage, ses ancêtres,… Tous reflètent l'état d'esprit d'une personne qui se cherche. Je ne veux pas trop me lancer là dessus, je connais bien mes racines, mais ces moments là peuvent être très émouvants.

Maya Angelou est à la fois actrice et spectatrice d'une partie de l'histoire des siens. Elle nous donne un regard personnel mais franc sur des évènements importants et sur une évolution de la société. Je comprends mieux, après cette lecture, pourquoi l'élection de B. Obama était si importante…

Je terminerai avec l'impression de beauté que m'a laissé l'Afrique et les africains de ce roman. Etant une habituée du « comportement d'ici » (choisissez les qualificatifs péjoratifs que vous voulez ^^), j'ai été étonnée par tant de respect et de solidarité. Je trouve ça vraiment beau.

Un billet d'avion pour l'Afrique est le récit enrichissant et émouvant d'une femme qui mérite d'être connue !
Lien : http://grignoteuse.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Gangoueus
  16 mai 2015
Maya Angelou est décédée le printemps dernier. Et je ne l'avais pas lu. Nul n'est parfait. le festival international des films de la diaspora Africaine a été une opportunité pour que j'aborde le récit autobiographique de son séjour en Afrique dans les années 60, après un divorce difficile. Un livre qui fait admirablement écho aux combats des afro-américains pour avoir un droit de vote aux Etats-Unis.
Maya Angelou vient de débarquer au Ghana avec son fils unique de 17 ans. On est en 1962. Elle vient de se séparer de son époux au Caire. Elle a 33 ans. Elle est en transit pour le Libéria, tout en créant les conditions d'installation de son fils, Guy, pour qu'il entreprenne des études universitaires au Ghana. Mais Guy fait un terrible accident de circulation. Son état est critique. Maya Angelou commence par là ce récit autobiographique en terre africaine subsaharienne. Paroles d'une femme en détresse, d'une femme seule, d'une femme irritée, d'une mère folle de rage. Impuissante face à la situation de son fils, elle est irascible avec l'environnement qui est le sien à Accra : des afro-américains qui ont décidé de venir vivre sur la terre du mythique Kwamé Nkrumah.
Parmi ces Afro-américains, il y a Julian Mayfeld (photo ci-dessus), artiste, activiste installé au Ghana et qui n'hésite pas à secouer Maya quant à la douleur excessive qu'elle exprime face à la souffrance de son fils. En décrivant, l'échange avec Julian, le lecteur peut aux faits de certains modes de
communication des afro-américains, à l'époque ne manquera pas d'être surpris. Mais, Maya Angelou explique la violence de ses réactions et les armures invisibles forgées par des siècles d'esclavage et d'agression raciste.
Lien : http://gangoueus.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (3)
Actualitte   29 novembre 2011
C'est un témoignage particulièrement intéressant qui nous est livré là. Parsemé d'anecdotes mettant clairement en évidence le choc de deux cultures qui se jouent de la couleur de la peau avec une ironie manifeste.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Bibliobs   14 novembre 2011
Ce cinquième volume autobiographique de la superstar de la littérature américaine (ses livres se sont vendus à plusieurs millions d'exemplaires) revient sur les années 1960, quand Maya croisait Malcolm X, Muhammad Ali et tant d'autres. Elle est bloquée au Ghana? Tant mieux, c'est à l'époque le pays phare de l'émancipation africaine, dirigé par le mythique Kwame Nkrumah.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LaPresse   10 octobre 2011
Lire Maya Angelou, c'est vivre de l'intérieur la grande marche de l'émancipation des Noirs américains, mais aussi découvrir l'éveil d'une femme que rien ne destinait au départ à devenir l'une des figures les plus importantes de la gauche aux États-Unis.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
GangoueusGangoueus   16 mai 2015
- Les Noirs tolèrent les taquineries, les railleries, les âneries, les insinuations, le manque de respect, les jurons et même, dans certaines circonstances particulières, les insultes pures et simples, mais les attaques contre la famille exigent une riposte immédiate.
- Comment se fait-il que tu me connaisses si bien? Est-ce que mon papa rendait visite à ta maman chaque fois qu'il sortait de la maison?
Page 20
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Maya Angelou (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maya Angelou
Maya Angelou - Rainbow In The Clouds
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
731 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre