AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2844924549
Éditeur : Libra Diffusio (11/01/2011)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Jean Anglade qui pendant un quart de siècle a partagé sa vie entre l'enseignement et l'écriture, et dont l'oeuvre comporte plus de soixante titres nous mène ici dans ses confidences auvergnates.

Né dans la mouvance de la capitale de la coutellerie à Thiers, entouré des volcans de l'Auvergne, dans un monde d'artisans, de paysans, d'ouvriers, de besogneux, il nous conte son enfance : entouré d'une mère qui n'a jamais vieilli, d'un père disparu à la gue... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
BVIALLET
  17 janvier 2013
Né en 1915 à Thiers, capitale de la coutellerie auvergnate, Jean Anglade s'est retrouvé orphelin à l'âge de un an, son père ayant été tué sur le front de la Somme. Issu d'un milieu très modeste (sa mère était femme de ménage et son beau-père charretier), il est bon élève et devient d'abord instituteur après une formation classique à l'école normale. Il fait son service militaire dans un corps de météorologie et est mobilisé en 1939 lors de la drôle de guerre. Sa seule blessure sera un arrachage de dent un peu pénible. Son unité s'étant retrouvée en Bigorre au moment de l'armistice, il est démobilisé sans problème. Il n'a plus qu'à rentrer chez lui, à rejoindre sa femme et sa fille et à reprendre son métier d'enseignant. Il poursuivra encore des études afin de devenir professeur d'italien d'abord à Tunis puis à Clermont-Ferrand avant d'entamer la longue et prolifique carrière littéraire que l'on sait.
Ces confidences sont un long témoignage plein de vie et de tendresse pour la longue galerie de personnages qu'Anglade nous fait découvrir : le père prématurément disparu et qu'il recherche toujours, l'oncle coutelier dans son petit atelier, la grand-mère gâteau et tant d'autres. Des pages vivantes, captivantes, des périodes troublées, de la Première guerre mondiale aux évènements de Mai 68 en passant par l'entre-deux guerres, la Seconde guerre mondiale et l'Epuration. le principal intérêt réside peut-être dans l'évocation de cette Auvergne d'autrefois avec ses coutumes, son patois, son mode de vie si particulier et ses mille activités de petites gens pauvres et besogneux. Tout un monde disparu et recrée par ces souvenirs vécus. Bien sûr, cet ouvrage très intimiste n'est certainement pas le meilleur du grand écrivain, mais il permet de mieux connaître le parcours de l'auteur.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Mamiechou21
  10 août 2014
Super de super.....écriture pétillante, spontanée, documentée. Je me suis régalée
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
BVIALLETBVIALLET   17 janvier 2013
Il s'agit de deux voleurs qui avaient pillé une noyeraie. Ils y avaient besogné un soir et toute la nuit suivante, et avaient rempli trois boges, trois sacs, un petit, un moyen et un grand. Restait à faire le partage. Pour être tranquilles, ils s'installent dans le cimetière. Ils laissent à l'extérieur deux de leurs boges cachées sous des branches et commencent, à l'intérieur à former deux tas avec le contenu de la troisième. (…) « Une pour moi, une pour toi. Une pour moi, une pour toi. »
Chaque noix tirée de la boge tombe sur un tas en faisant cloc. Or à ce moment s'approche le sacristain-fossoyeur qui s'en vient voir si tout va bien chez ses clients. Quand il arrive au mur d'enceinte, il entend ces paroles, et les cloc... cloc..., se sauve et va réveiller le curé son maître : « Monsieur le Curé ! Venez vite ! Les diables sont entrés dans le cimetière !
_Que me chantes-tu là ?
_ La vérité ! La pure vérité ! Je les ai entendus qui se partageaient les âmes des pauvres défunts en même temps que leurs ossements, et disaient : Une pour moi, une pour toi. Une pour moi, une pour toi. »
Le curé se munit de son aspersoir pour exorciser. Ils s'approchent de l'enceinte, écoutent : « Une pour toi, une pour moi... Cloc... Cloc... »
Puis les deux voleurs, arrivés au fond de la boge, s'écrient : « Voilà une bonne chose de faite. Mais il y en a encore deux et des grosses, derrière le mur, qui nous attendent, pour qu'on se les partage. »
A ces paroles, le curé et le sacristain les prennent pour eux et s'enfuient, épouvantés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Jean Anglade (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Anglade
A l'occasion du centenaire de l'écrivain auvergnat Jean Anglade, les éditions Presses de la Cité proposent un cycle de lectures dans la régions. Elles ont confié à "Acteurs, Pupitres et Compagnie" la mise en place de ces lectures et la sélection des extraits de textes parmi les plus remarquables de Jean Anglade. En savoir plus : http://bit.ly/1KPtMBy
Sa première ?période bleue? de romancier social des années 50 à 70, sera particulièrement mise en lumière avec ses oeuvres plus littéraires (Des chiens vivants) puis ses textes populaires dans sa veine auvergnate à partir de 1969 (La pomme oubliée). Ces lectures donneront à découvrir ou redécouvrir un grand auteur qui a su fédérer un public nombreux, fidèle, transgénérationnel. Il est un homme aux valeurs humanistes et son oeuvre considérable aborde des genres et des sujets très différents: romancier, essayiste, traducteur (de Boccace et de Machiavel), biographe, mais surtout intarissable conteur, Jean Anglade est l?auteur d?une centaine d?ouvrages.
+ Lire la suite
autres livres classés : mémoiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
267 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre