AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782258062658
348 pages
Les Presses De La Cite (01/08/2004)
3.39/5   31 notes
Résumé :

Dans les années 1830, au sein des volcans d'Auvergne, les hasards de la vie mènent vers la médecine le jeune Sylvain Sahut, fils d'un tailleur de lave à Volvic. Après des études à Clermont-Ferrand, Sylvain devient officier de santé au Mont-Dore, puis ouvre un cabinet médical dans un bourg des Combrailles, Saint-Gervais. Mais c'est compter sans la concurrence des rebouteux, qui associent volontiers la médec... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
BVIALLET
  02 novembre 2012
Vers 1830, en Auvergne, le jeune Sylvain Sahut aide son père carrier et tailleur de pierres de lave en travaillant comme « écureuil », c'est à dire en marchant à l'intérieur d'une roue qui servait de grue ou de monte-charge fonctionnant grâce à cette traction humaine. Malheureusement, la poussière de lave lui occasionne de graves crises d'asthme qui lui interdisent de prendre la suite de son père. Après de courtes études de médecine à Clermont Ferrand, il deviendra « officier de santé », sorte de sous-médecin, au Mont-Dore, centre de cures thermales, avant d'ouvrir un cabinet médical à Saint Gervais, un bourg des Combrailles. Il devra faire face à la concurrence des rebouteux, magnétiseurs, sages-femmes et même du curé, tant les superstitions et les croyances étaient vivaces à cette époque. Assez tardivement, il prendra pour épouse une artiste peintre parisienne. le brave Sylvain trouvera-t-il le bonheur ?
Un roman de terroir bien écrit et fort intéressant. Une intrigue plutôt originale basée sur la biographie d'un médecin de campagne dévoué à ses patients dans une contrée où les gens cherchaient à éviter au maximum les recours au médecin et préféraient se soigner eux-mêmes ou avoir recours à toutes sortes d'expédients. le lecteur en apprendra beaucoup sur le sujet. On n'imagine pas combien pouvait être archaïque la médecine d'avant Pasteur. Anglade a également beaucoup étudié la vie des carriers, le travail des sculpteurs de pierre et les moeurs des campagnes auvergnates encore très arriérées et loin de tout. le personnage de Sylvain est particulièrement attachant. On n'en dira pas autant de celui d'Hermine qui n'intervient d'ailleurs que dans le dernier tiers de l'ouvrage. Rien que pour le style vif et agréable d'Anglade, pour l'étrangeté des balbutiements de la médecine et pour l'ambiance très bien rendue de l'Auvergne du XIXème siècle, ce livre mérite amplement d'être lu.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
VivianeB
  10 décembre 2012
Un roman régionaliste qui se passe en Auvergne, entre Volvic et Saint Gervais. Un livre érudit sur la médecine d'antan, les vieux métiers. de quoi retrouver mes souvenirs de vacances en Auvergne.
Commenter  J’apprécie          20
meknes56
  08 octobre 2019
Un livre d'Anglade qui ne m'a pas vraiment plu. Peut être est-ce le sujet du livre qui ne m'a pas vraiment intéressé, captivé.
Commenter  J’apprécie          10
sld09
  27 juin 2017
J'ai passé un bon moment avec ce roman très bien documenté sur la médecine du XIXème dans le Massif Central.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
BVIALLETBVIALLET   02 novembre 2012
Seul le prieur connut son patronyme : Charles de Foucauld, ancien officier de cavalerie. Il choisit de s'appeler désormais père Albéric, en hommage au bienheureux Albéric, abbé de Cîteaux. Afin de préparer le sacerdoce, il passa plusieurs années à Notre Dame des Neiges. Ensuite, il quitta cette abbaye pour une autre Trappe, celle d'Akbès en Syrie. Il baissait en permanence la tête et les yeux, avec une mine de chien battu, n'osant regarder personne. Il se complaisait à recevoir les besognes les plus viles, à nettoyer la litière des vaches, à brosser les cochons. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
BVIALLETBVIALLET   02 novembre 2012
Aimer vient du sanscrit kama, que vous retrouvez dans le Kama-sutra, le livre de l'amour. Les Latins en ont fait amare, qui exprime un transport quasi involontaire, une ardeur passionnelle presque irréfléchie un sentiment plus animal qu'humain. Pour marquer la différence entre l'amour d'instinct et l'amour de pensée, ils employaient le terme diligere, qui contient les mêmes sentiments et la même prudence qu'elegere, c'est à dire « choisir ». Le français « élire » a perdu ces notions, il ne s'emploie guère que dans un usage politique. Quand au verbe « aimer » qui fait l'objet de vos incertitudes, et à son dérivé « amour », ils contiennent ce que l'on met dedans. Certains auteurs ont dit : l'amour est riche en miel, l'amour est le délice du genre humain, l'amour triomphe de tout, l'amour est un grand maître, l'amour est plus précieux que la vie. D'autres affirment que l'amour est une fumée, que l'amour est aveugle, que l'amour est un quitte-raison, que l'amour est un mot vide, que l'amour n'a que faire dans le mariage, que l'amour ôte l'esprit. Cher Monsieur, vous n'avez que l'embarras du choix. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sld09sld09   16 juillet 2017
Certains auteurs ont dit : l'amour est riche en miel, l'amour est le délice du genre humain, l'amour triomphe de tout, l'amour est un grand maître, l'amour est plus précieux que la vie. D'autres affirment que l'amour est une fumée, que l'amour est aveugle, que l'amour est un quitte-raison, que l'amour est un mot vide, que l'amour n'a que faire dans le mariage, que l'amour ôte l'esprit. Cher Monsieur, vous n'avez que l'embarras du choix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean Anglade (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Anglade
A l'occasion du centenaire de l'écrivain auvergnat Jean Anglade, les éditions Presses de la Cité proposent un cycle de lectures dans la régions. Elles ont confié à "Acteurs, Pupitres et Compagnie" la mise en place de ces lectures et la sélection des extraits de textes parmi les plus remarquables de Jean Anglade. En savoir plus : http://bit.ly/1KPtMBy
Sa première ?période bleue? de romancier social des années 50 à 70, sera particulièrement mise en lumière avec ses oeuvres plus littéraires (Des chiens vivants) puis ses textes populaires dans sa veine auvergnate à partir de 1969 (La pomme oubliée). Ces lectures donneront à découvrir ou redécouvrir un grand auteur qui a su fédérer un public nombreux, fidèle, transgénérationnel. Il est un homme aux valeurs humanistes et son oeuvre considérable aborde des genres et des sujets très différents: romancier, essayiste, traducteur (de Boccace et de Machiavel), biographe, mais surtout intarissable conteur, Jean Anglade est l?auteur d?une centaine d?ouvrages.
+ Lire la suite
autres livres classés : Auvergne (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
224 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre