AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1090090978
Éditeur : Steinkis Editions (21/09/2016)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Mississippi 1935...
Son âme ? Pas assez pure, le Diable n'en veut pas. Mais s'il lui en fournit une meilleure, en lieu et place de la sienne, marché conclu. Voilà comment, accompagné du pauvre petit Johnny, Avery entame un périple vers le Sud durant lequel les deux acolytes se débarrasseront de leurs carapaces et montreront la véritable couleur de leurs âmes.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  24 janvier 2017
Mississipi, 1930. Une rixe éclate dans un bar. Avery, une bouteille brisée à la main, menace son adversaire. le patron du bar, habitué à ces faits, fout le jeune homme dehors, lui sommant d'aller jouer son blues ailleurs. À un croisement, il s'assoit au pied d'un arbre et commence à jouer. C'est alors que le croassement d'un corbeau résonne et le Diable apparaît. Aussitôt prêt à vendre son âme pour devenir un grand bluesman, Avery se voit refuser aussi net sa demande, vu tout l'alcool qu'il boit, les cigarettes qu'il fume ou encore les bagarres qu'il provoque. Par contre, le Diable est prêt à conclure ce marché à condition que le jeune homme lui ramène une âme pure. Notre futur bluesman se met alors en quête de cette âme charitable...
Faute d'âme impure, Avery n'a d'autre choix que d'en dégoter une qui conviendra au Diable, le prix à payer en somme s'il veut devenir aussi célèbre que Robert Johnson. Et c'est en la personne de Johnny, un pauvre gamin maltraité et ignoré de ses parents, qu'il jettera son dévolu. Commence alors pour ce duo improbable un voyage vers le Sud. Angux nous offre un album intense et étonnant, un road-trip chaotique à travers le Sud en compagnie d'Avery, un bluesman un brin mégalo, prêt à tout pour être reconnu en tant que tel, et de Johnny, un gamin laissé-pour-compte. Ces deux-là, que tout semble opposer, vont pourtant s'unir et devoir affronter une société ségrégationniste, où alcool, blues et misère semblent faire bon ménage. Un scénario original et entrainant servi par un trait épuré et hachuré et par des tons ocres qui collent parfaitement à cette ambiance à la fois âpre et touchante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          632
Crossroads
  19 décembre 2016
Johnny chante le Blues...paraît-il.
Premier point commun avec Avery, et seul, très certainement, puisque notre talentueux bluesman s'égosille devant des salles pleines de vide à défaut de poivrots invétérés.
Duteil a la guitare qui le démange...paraît-il.
Unique filiation avec Avery pour qui caresser le manche relève du besoin vital.
Mississipi, fin des années 30, la parfaite symbiose entre blancs et noirs n'est pas vraiment à l'ordre du jour et ce en dépit d'un programme audacieux vanté par moult trombines pudiques sises de cagoules pointues du plus bel effet.
Notre Avery n'a qu'une seule obsession, la reconnaissance de son art...et la sienne, accessoirement.
Son rêve, devenir le nouveau Robert Johnson qui vendit son âme au Diable en contrepartie d'une virtuosité sans égale.
Pour cause d'âme impure, le Malin lui ricanera à la face, ce qui ne fait jamais très plaisir, tout en lui promettant amour, gloire et beauté mais surtout incommensurable talent en échange d'une proie à l'innocence angélique, donc malléable.
Tope-là s'exclamera timidement notre bluesman déconfit désormais en quête du pigeon idéal...
Oooooo, non pas ptique 2000, on va arrêter de se faire du mal, mais la jolie petite BD que voilà.
S'abreuvant allègrement à la source originelle du mythe Johnson, elle revisite ce dernier en déroulant le périple mouvementé de deux âmes cabossées aux ambitions a priori antagonistes.
Deux personnages mûs par une ambition commune, un désir d'absolu.
Touchants et surprenants, ces deux êtres que tout sépare vont se révéler sous leur vrai jour à force de déboires surmontés symbiotiquement et propices à de nouveaux airs bluesy égrenés de concert.
Un trait expressif soutenu par des couleurs ocres et vous vous retrouvez illico à bourlinguer sur les chemins sinueux et hostiles de ce Mississipi tentateur aux faux airs de saint Graal.
A l'aune des Monthy Python, j'ai adoré.
Mention spéciale au final !
Merci à Babelio et aux éditions Steinkis pour cette petite tranche d'humanité vénéneuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          455
le_Bison
  13 janvier 2017
Le démon entre en moi, la santiag trouée qui frétille sur un air que fredonne le vent. Soit bon Johnny. Un verre de whisky à la main, double dose, l'autre sur mon manche qui me démange. Gratte quelques accords, caresse quelques âmes, brûle la cagoule blanche, noir de peau, fièvre dans le corps. Madame chante le blues, et moi je serais prêt à vendre mon âme au diable pour le succès de Johnson. Robert, pas Don. Alors que le don de Johnson émeut, je croise le Malin, plaisir du divin diabolique, prêt à m'octroyer le statut de bluesman adulé par des nanas en furie et en chemisier si étroit que je vois battre leurs coeurs en choeur.
Y'a un Hic ! le whisky est frelaté dans ce bouge, mais surtout le Diable même ne veut pas de ma putain d'âme, trop impure ou trop transparente. Il en veut une meilleure. Mais putain où vais-je trouver une âme pure, les gars, dans la misère du Mississippi ? Encore un coup à bourlinguer dans le coin, prendre des trains sans composter au milieu du bétail – O'Brother tu me suis – et manger de la poussière. Pas étonnant que j'ai le gosier asséché et ce n'est pas dans les clubs miteux du Mississippi que mon âme pure va se montrer à nu devant moi. En plus, histoire de corser le challenge, j'ai rendez-vous dans deux jours seulement avec le grand jury, pour un casting nouvelle star endiablé, autour d'un feu de camp qui crépite au croisement des chemins, celui du purgatoire et de la rédemption. Tiens, pourquoi qu'il y a une croix à côté du feu de joie ? Et cette corde qui pend sur cet arbre, le Diable aurait-il des vues SM avec mon âme ? Coquin divin aux moeurs bondage... Après tout, du moment que j'arrive à faire chialer les demoiselles du cru jusqu'à leur enlever leurs soutifs juste par les larmes de désespoir de ma guitare désaccordée…
I got the blues. Angux et Tamarit, auteurs espagnols signent ici, à la pointe de la lance de Don Quichotte, un premier récit grand format tout en couleur ocre, couleur du whisky ou de la poussière qui chatoie la misère et le sud. Et pis, le blues, ça tombe bien pa'ce que j'ai une certaine sympathie pour le Diable. Alors, j'me suis dit – ouais m'dame j'me parle tout seul quand j'ai bu y'a qu'aux autres que j'cause pas – que ça me ferait du bien de boire un verre en écoutant Robert Johnson.
Lien : http://memoiresdebison.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
koalas
  12 novembre 2016
Pendant la période de la Grande Dépression
au fin fond d'un troquet du Mississipi
un jeune bluesman noir à l'alcool mauvais cherche querelle
et se fait expulser manu militari du bouge
en entendant ricaner derrière son dos
"Tu finiras peut-être par le croiser ce diable de Robert Johnson".
Un message entendu... de l'enfer
car apparaît au croisement d'un chemin
un gros diable chapeauté qui lui propose
un pacte machiavélique :
lui permettre de devenir une légende de blues
comme son idole Robert Johnson
en échange
non pas de son âme imbibée de péchés qui vaut pas un clou
mais d'une âme pure...à lui de la dégotter !
Le marché conclu, le rendez vous est fixé à un carrefour plein sud à la prochaine pleine lune en compagnie bien sûr de son dû.
Une quête qui va lui filer un peu plus le blues...
Les auteurs espagnols Angux et Tamarix s'en tirent ma fois vraiment bien
parce que revisiter le mythe faustien et Robert Johnson, cela sentait le réchauffé.
Notre duo en bon cuistot de la BD ont ajouté à leur scénario des détails diaboliques qui changent la donne...et planchés façon paëlla sur une palette d'ocre, de jaune et de brun qui collent au décors des années 30.
Quant aux personnages que l'on rencontre dans le Sud, ils ne sont pas beaucoup plus réjouissants que les corbeaux noirs qui planent sur la plupart des planches.
Un long chemin chaotique et poussiéreux attend notre bluesman aux traits fins qui ne se laisse pas compter fleurette..
Une paire d'artistes, qui pour leur première parution, accordent parfaitement bien leur blues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Foxfire
  15 mars 2018
C'est marrant comme depuis Robert Johnson, les histoires de bluesmen semblent toujours devoir commencer par une mauvaise rencontre à un carrefour au milieu des champs... "Avery's blues" ne va pas faire exception et va reprendre ce motif narratif déjà largement exploité par la fiction.
C'est vrai, ce point de départ faustien n'est guère original mais lorsqu'il est bien traité il est toujours diablement efficace. C'est le cas ici.
Le scénario proposé par Angux est bon. Tout en étant d'une belle simplicité, il offre plusieurs surprises au lecteur sans jamais que ces éléments inattendus ne paraissent artificiels. Ces rebondissements s'intègrent parfaitement à l'histoire.
L'émotion est aussi au rendez-vous. Si le démarrage est un peu laborieux, le récit trouve ensuite son rythme de croisière, les personnages prennent corps peu à peu et on s'attache à eux jusqu'à un final déchirant.
Le dessin est agréable. Dans un style tout à fait dans l'air du temps, Tamarit propose un dessin à l'image du scénario, sobre tout en se permettant de jolies audaces. La mise en couleur est superbe et tout à fait en accord avec le récit.
Une jolie lecture et 2 auteurs à suivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290

critiques presse (2)
BoDoi   21 octobre 2016
Le scénario, grâce à ses personnages doubles, est riche en rebondissements, et le trait expressif de Tamarit, ainsi que sa palette de couleurs ocre, marron, jaune orangé, nous plongent tout de suite dans l’ambiance.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   07 octobre 2016
De belles choses sont certainement à venir de ce tandem qui en est à son coup d’essai.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
marina53marina53   24 janvier 2017
- J'crois c'est à cause de moi que mes parents s'entendaient pas. Comme si j'étais né au mauvais moment.
- Bah ! Sors-toi cette idée de la tête ! On choisit ni le lieu ni le moment pour naître, donc faut pas culpabiliser ! C'est comme si tu t'en voulais du jour qui se lève ou de la nuit qui tombe. Le problème, c'est que personne n'accepte ce que la vie et le destin lui réservent.
Commenter  J’apprécie          280
marina53marina53   24 janvier 2017
La faim et la misère ont toujours existé par ici, sauf que c'était juste les Noirs qui en souffraient. Nous autres avons appris à vivre avec. Maintenant que ça devient un problème pour les Blancs aussi, tout le monde s'affole et parle de "Grande Dépression".
Commenter  J’apprécie          260
le_Bisonle_Bison   12 janvier 2017
Le Blues, il faut l'avoir dans les veines. Beaucoup tentent leur chance...
Mais seul celui qui le porte en lui a le courage nécessaire pour poursuivre son rêve.
Moi je l'ai Johnny. J'ai le sang chargé de ce blues...
Commenter  J’apprécie          200
marina53marina53   24 janvier 2017
Le plus important, c'est le souvenir. Quoi qu'il arrive, mon ami, ton souvenir restera gravé en moi pour toujours.
Commenter  J’apprécie          260
autres livres classés : bluesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
305 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre