AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B0000DTAN2
Éditeur : (30/11/-1)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
gill
  04 janvier 2019
Connaissez-vous Brest ?
Comme le Cherbourg des transatlantiques, Brest est un géant endormi.
Et même si l'on y pressent, derrière sa grisaille bruineuse, quelque ancien secret enfoui, l'on pourrait, aujourd'hui, parcourir en tous sens la cité du Ponant, fouiner la moindre de ses ruelle, sans jamais en capter l'essentiel.
La littérature, lorsqu'elle est bonne, a ça de magique qu'elle est capable d'élargir notre perception d'un sens nouveau qui lui permette de voir enfin.
Ce livre en est la preuve.
Il rend à Brest ce qui est à Brest.
Brest n'est déjà plus en Bretagne, Brest est presque en mer.
"Brest est une ville de grisaille dont le bruit laborieux parlait de marine et de guerre".
En 1958, avec la plume d'Anne Selle, Brest a écrit ses mémoires, "des mémoires lourdes de deux guerres, des mémoires qui descendent dans la mer de ses souvenirs".
Elle y ressuscite "une cité disparue, des noms, des faits, des ombres, des âmes".
Le fil conducteur en est vaguement le destin d'Angelina, veuve du maître fourrier André Gérard, et de leur fille Marie.
Mais, peut-être même, les personnages sont-ils imaginaires.
C'est le décor, ici, qui compte.
Il est composé de scènes de la vie brestoise, de cris, de fêtes, de misère sociale, d'un bol ou deux de rouzic, de portraits, de marine, de chansons, d'un parler émaillé de termes pittoresques, d'un grand pont, de coiffures, de la "dépêche" et de silhouettes aujourd'hui disparues.
Ce livre est un cri d'amour, un document ethnographique précieux.
Il est articulé en trois grandes parties :
"scènes de la vie brestoise", "années rouges et noires" et "deux guerres".
Ils sont rares les livres dont on a envie, en les lisant, de recopier, ici, chacune des phrases pour mieux les faire redécouvrir.
"Brume sur le Grand Pont" est un de ceux-là.
Il est écrit de manière magistrale, d'un style à la fois élégant, fluide et accrocheur.
"Par le Goulet s'envolèrent bien des rêves".
Peut-être sont-ils tous contenus en filigrane dans ce beau livre ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          484
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
gillgill   04 janvier 2019
A travers leur menue histoire, évoquez la vôtre, mes chers contemporains de ce Brest si vivant, devenu du passé.
Vous rencontrerez aussi dans ces pages, ça et là, un nom de personnage réel.
Donnez un amical bonjour à telle sihouette disparue, à telle autre devenue historique.
Les grands, les petits, les riches comme les pauvres, la marine et la ville, vous et moi, vos souvenirs et les miens, c'est tout cela que j'essaie de faire revivre ici, afin de prolonger notre ancien Brest et de le relier à cette ville neuve, éclairée au néon, mais où demeure toujours la masse du Château, et d'où l'on voit toujours, là-bas, s'ouvrir le Goulet vers le large ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
gillgill   03 janvier 2019
Oui, ce goûter consistant et réconfortant était une bonne chose d'alors.
Dieu merci, on n'avait pas encore inventé l'hypertension, ni terrifié les obèses ; les dames portaient fort bien ce que les messieurs nomment "d'aimables rondeurs", et les médecins ne défendaient pas de manger du pain ...
Commenter  J’apprécie          140
gillgill   03 janvier 2019
A Sainte-Anne, les femmes aimaient à faire une petite halte à la chapelle ; on faisait brûler un cierge aux pieds de la vieille statue noircie, recouverte d'un voile de tulle et couronnée d'or.
Que de faveurs à lui demander, à la Mammgoz (1) du petit Jésus !
L'heureux retour d'un frère ou d'un fils en campagne, le certificat d'étude pour Gégène, un bon mari pour Mimi ...
Un galon de second-maître pour le cousin Victor ...
Un peu moins de vin rouge pour mon vieux, qui n'est pas méchant, au fond, mais qui crie ! Qui rouspète quand il a bu ...
Et aussi Sainte-Anne, faites qu'il fasse beau demain, car j'ai toute la lessive à sécher ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : RégionalismesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
267 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre