AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2374910563
Éditeur : Quidam (11/02/2017)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 8 notes)
Résumé :
« Elle lui disait des mots comme En moi Tout en moi Tout à moi et lui ne savait que chuchoter oui oui oui oui. Il était tout en elle et il lui semblait qu'il n'avait jamais été à ce point en elle et si tendu de désir. »

Elles sont jeunes et jolies, portent presque le même prénom, deviennent amies, si proches qu'elles s'empruntent leurs vêtements. Elles sont pareilles. Elles sont pareilles ?
Elise et Lise est un conte. Un conte d'aujourd'hui. Un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
lucia-lilas
  17 février 2017
Phillipe Annocque avait mis la barre tellement haut avec l'excellent "Pas Liev" (chez Quidam) qu'il doit être dans ses petits souliers pour la sortie d'"Élise et Lise" : qu'il se rassure ! C'est encore un très bon texte qu'il nous offre là, de ceux sur lesquels on peut avancer différentes interprétations, proposer des lectures plurielles (n'est-ce pas le signe d'un grand texte ?) et comme j'adore débattre sur ce que j'ai lu, alors c'est parfait ! Parce qu'il y a de quoi faire…
Le sujet ? Élise et Lise a pour sous-titre « Un conte sans fées ». On est prévenu. Essentiellement, quatre personnages : Élise qui serait, selon les catégories proposées par Vladimir Propp dans "Morphologie du conte", l'héroïne ou la princesse. D'ailleurs, elle est gentille Elise, oui, elle est bien gentille…
Puis vient Lise, ah Lise… personnage bien complexe, est-elle la fausse héroïne, la méchante ou au contraire celle qui aide la princesse, qui veut la sauver du désastre (mais de quel désastre ?), une espèce d'adjuvant ? Tout va dépendre de votre lecture de l'oeuvre, il faudra que l'on en reparle…
Luc, c'est le prince, un peu pâlot, un prince quoi, « un peu cucul » avec « un joli cul ». Mais à qui est le « joli cul » de Luc ?
La dernière, Sarah, elle n'est rien, enfin, elle est dans l'histoire sans être dans l'histoire. Elle est celle qui voit les choses de loin « parce que quand on a trop le nez dessus on ne voit pas. » « Dans les contes, elle était le conteur, ou le public, ou la grand-mère qui autrefois avait raconté l'histoire et qui ne se souvenait plus exactement comment elle se terminait. Mais elle n'était pas un personnage. » Elle raconte, commente, elle suit les cours de madame Roger sur Propp, alors elle dit des choses dessus parce qu'elle a bien compris que dans un conte « les personnages… représentent des fonctions ». (Moi, Sarah, je la vois comme quelqu'un de très sérieux, qui prend des notes et apprend ses cours.)
Sarah cherche-t-elle à y voir plus clair sur ce qu'elle observe dans le réel (si réel il y a) grâce aux cours de madame Roger ? En tout cas, elle sent les choses et elle dit très justement : « Quand on lit un conte, on lit une histoire et on a l'impression que l'histoire raconte autre chose que ce qu'elle raconte. » D'où peut-être ce que je vous disais tout à l'heure : tenez, je suis sûre que l'on serait quatre ou dix ou vingt à lire la délicieuse page 99, on aurait autant d'analyses différentes…
En tout cas, c'est un personnage très sage, Sarah, d'autant plus sage qu'elle n'est pas concernée par l'histoire et puis, elle n'impose aucune vision des choses, elle a compris qu' « on n'est jamais sûr de rien. » Et en cela, elle a raison, non ? D'ailleurs, je crois que l'auteur, lui-même, « n'aime pas les romans qui disent comment les choses se sont passées. » Là, on est servi : personne n'en sait rien… C'est un peu flou…
Alors, sur les bancs de la fac, Lise repère Élise. Lise aimerait porter les mêmes vêtements qu'elle, je veux dire qu'Élise, alors elle va dans les boutiques, elle cherche, elle cherche des vêtements qui pourraient ressembler à ceux d'Élise. Pour lui ressembler un peu, qu'est-ce qu'elle ne ferait pas, Lise ? Ce n'est pas simple de savoir qui l'on est. (Ah, l'éternelle question de l'identité !) Donc, on peut résumer ça un peu comme ça : Lise « savait ce qu'elle voulait. Et ce qu'elle voulait, elle le voulait. »
Un jour, elle décide de s'installer à la place d'Élise dans l'amphi, en se disant qu'Élise viendrait s'asseoir pas loin. Mais c'est un garçon qui prend la place réservée à Élise. Ce n'est donc pas ce jour-là qu'elles feront connaissance. Elles finiront bien par se rencontrer car « leur amitié était plutôt de l'ordre de l'évidence ». « Évidence » parce qu'elles s'entendent parfaitement, « évidence » aussi parce que nous sommes dans un conte, je vous le rappelle, et si les deux personnages principaux ne se croisent pas, il n'y a pas d'histoire.
Sarah, celle qui ne compte pas et qui observe de loin le manège (de Lise ?) se dit que personne n'a intérêt dorénavant à s'approcher d'Élise parce que Lise a un regard, comment dire… méchant, un regard qui fait un peu peur …
D'ailleurs, sur une belle page blanche, reviennent régulièrement dans le livre ces mots, comme un refrain inquiétant, une vague menace qui plane : « Élise prend l'air. L'air prend Élise. Tout cet air, ce souffle qui la traverse. Élise ne comprend pas. de quoi a-t-elle peur ? » Tiens, a-t-on subrepticement quitté le conte pour sa forme contemporaine, le thriller ? D'ailleurs, Élise a-t-elle peur ? Et de qui aurait-elle peur ? de Lise ? Qui l'aime tant ? Mais Lise l'aime-t-elle tant ? Mais qui est Lise ? Que veut-elle ? Sait-on ce que veulent les gens ? Et quand les gens sont des personnages de conte qui obéissent à une fonction, peut-on leur en vouloir d'être ce qu'ils sont ou ce qu'ils ne veulent plus être ? Ont-ils le choix ? Au fond, ne sont-ils pas que des marionnettes dont on se sert pour dire… pour dire quoi au fond ?
A moins que ce ne soit l'inverse, ce sont des gens, bien réels, qui semblent un brin déterminés, comme programmés. le destin peut-être… Attention aux mots, certains font peur…
Quand je vous disais que tout cela n'était pas simple…
Et puis, avec tout ça, j'oublie de vous parler de l'écriture de Philippe Annocque : c'est une écriture qui tente une approche du réel mais qui se heurte à ce réel, trop complexe, une écriture serrée, de la reprise, de la correction, une écriture luttant pour, et renonçant à la fois à, préciser le mieux possible la nuance de la pensée, de l'émotion, du sentiment, et ce, en suivant le flux incertain et approximatif de la conscience ou de la parole du personnage.
Un exemple simple : le jeu des pronoms, la terrible indétermination des pronoms (le pire, c'est « lui », féminin et masculin) qui nous feraient prendre l'une pour l'autre (ou l'inverse - non je plaisante…)
Et puis, du point de vue des sonorités, ça sonne plutôt bien tout ça, c'est assez beau à entendre ces Élise, Lise et elle, ce l liquide, ça coule, comme de l'eau qui dort avant de se répandre un peu partout, insidieusement j'allais dire… C'est dans l'eau que l'on naît et que l'on se noie, ne l'oublions pas.
Et, ces mots, ces mots qui n'ont l'air de rien, qui semblent être dits en passant, comme ça et qui portent en eux l'essentiel, signifiant bien « au-delà » de ce qu'ils sont censés exprimer…
J'avoue que je lis sur la dernière page du roman ce qui n'est pas écrit, je m'y autorise. C'est tentant…
Allez, ne perdez pas de temps, courez vous procurer Lise et Élise, ah non, pardon, Élise et Lise, (tiens, comme Sarah, je me mets à confondre, c'est grave docteur ?)
Il faut absolument que l'on discute de tout cela. Absolument !

Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
tilly
  01 mars 2017
Élise et Lise sont étudiantes en littérature dans une ville où il y a une rue Saint-Charles, des boutiques Zara, H&M, Kookaï et Etam.
“ Élise et Lise ne se sont pas rencontrées le même jour. ” J'adore cette phrase.
Dite comme ça, au pied de la lettre, ça ne va pas, elle tient pas debout ! Alors qu'en fait il n'y a pas plus juste : ça se passe comme ça dans beaucoup de rencontres. Lise a remarqué Élise dans l'amphi un mercredi mais ne lui a pas parlé ce jour-là, et deux jours après, elle la revoit dans une boutique de la rue Saint-Charles et lui adresse la parole. Lise élit Élise. Depuis ce vendredi, Élise et Lise sont amies.
Des phrases, qui dites comme ça, ça ne va pas, il y en a d'autres dans Élise et Lise ; il faut toujours faire très attention parce qu'un peu plus loin, plus ou moins loin, on comprend que la bizarrerie était intentionnelle et alors un sens caché vous apparaît, ou pas, ou pas encore. C'est toujours comme ça avec Annocque, il est très fort, voire retors avec son lecteur ! (voir Pas Liev).
Élise et Lise ont un témoin de leur amitié : c'est Sarah. Élise et Sarah étaient amies avant de rencontrer Lise, mais finalement cela se passe très bien entre elles trois, même si Sarah reste en retrait, en observatrice. Sarah est plus indépendante qu'Élise ; assez vite elle se fait son opinion sur Lise mais elle la garde pour elle, et pour nous. Sarah est une bosseuse : elle étudie la morphologie du conte en prenant des exemples chez les Grimm et Perrault ; elle est particulièrement intéressée par la psychologie des “ fausses héroïnes ”, celles qui dans les histoires magiques, usurpent la personnalité de l'héroïne, la neutralisent et tentent de la remplacer.
Quand elles sont ensemble toutes les trois, elles se racontent leurs histoires de filles. Un jour un quatrième personnage fait son apparition : Luc, le nouveau petit copain d'Élise. Là encore, même si ça étonne un peu Sarah, tout continue à aller très bien entre Élise et Lise ; au moins pour un temps...

un conte sans fées :
Ça commence léger et court vêtu, cheveux brillants, colocation et pyjama-parties : n'était le style (j'en parle après) on se croirait au début, au début seulement, dans un petit roman de chick lit ! C'est sur cette normalité girlie aux couleurs des films de Demy, que le redoutable Philippe Annocque tisse petit à petit sa toile maléfique et glaçante.
Un conte sans fées, mais nourri des histoires merveilleuses que Sarah analyse pour son cursus ; en particulier : Les Trois Nains de la Forêt (Grimm) et Les Fées (Perrault). Les deux contes racontent la même histoire à la base, mais celui des Grimm a une suite qui est un indice majeur pour la progression vers la fin d'Élise et Lise. Également comme dans les contes, une formule magique en forme de devinette, de ritournelle, revient à intervalles réguliers entre les points de vue donnés tour à tour par Lise, Élise, Sarah et Luc.

des répétitions à répétition, des jeux avec les mots :
C'est ce qui frappe tout de suite dans l'écriture de Philippe Annocque. Des jeux avec les mots, avec leurs sens, des répétitions, des reprises, des retournements, des boucles. Cela fait naître un tourbillon hypnotique, un vertige délicieux. Un exemple au hasard :
“ Quand Elise a répondu, Lise s'est rendu compte qu'elle répondait exactement ce qu'elle, Lise, voulait qu'elle réponde. Avant sa réponse, elle ne savait pas vraiment ce qu'elle voulait qu'Elise réponde. Mais une fois la réponse sortie de la bouche d'Elise, Lise a considéré cette réponse qui sortait de la bouche d'Elise et l'a reconnue : c'était exactement la réponse qu'elle attendait. Qu'elle voulait entendre. ”

Si vous ne l'avez pas déjà fait, lisez Pas Liev, puis Elise et Lise, ou l'inverse pourquoi pas.
Les atmosphères y sont on ne peut plus radicalement différentes, mais au bout du compte (!) un thème récurrent les parcourt : le drame d'individus en quête d'identité, de personnages en recherche d'incarnation, qui n'ont pas d'image d'eux-mêmes, qui manquent d'accroche avec le monde qui les entoure.
Lien : http://tillybayardrichard.ty..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Etsisite
  16 février 2017
« Élise et Lise », « Élise et Lise », « Élise et Lise »… On pourrait croire que je me répète mais non, comme tous les livres de Philippe Annocque, « Élise et Lise » est pluriel, multiple, il semble offrir une infinité de lectures possibles. C'est ce qui m'a sauté aux yeux une fois le livre refermé et découvrant petit à petit, les interprétations d'autres lecteurs, si différentes de la mienne. Je ne sais si c'est à cela que l'on reconnaît la richesse d'un roman mais je vous avoue que cela m'impressionne drôlement et colle bien avec un leitmotiv de l'auteur : « On n'est jamais sûr de rien. »
« Élise et Lise » est un conte, une variation sur deux contes de Grimm (« La gardeuse d'oie » et « Les trois nains de la forêt ») avec deux personnages principaux, deux filles qui deviennent des amies très proches… trop proches ? A leur côté, deux autres personnages secondaires : l'amie témoin et le petit-ami de… de qui le petit-ami ? Leurs quatre points de vue sur cette histoire, l'analyse des contes (vous vous souvenez : Propp ?), les contes originaux et une ritournelle nous accompagnent, nous aident à comprendre. Et pourtant, chacun y verra ce qu'il souhaite !
Dès lors, peu importe ma propre lecture ! Ce que je peux vous dire c'est que ce roman m'a rapidement mise très mal à l'aise : étouffante cette ambiance, ça ne va pas, ça cloche… oui, je ne la sens pas elle… mais quand même, ce flou, ces doutes… est-ce bien cela ? On se demande… d'autant qu'eux, les personnages semblent aveugles… Et de nouveau, cette sorte de presque-vide de ces personnages tout en forme et contenant, mais où/qui sont-ils vraiment ?
Enfin, il y a ce talent de l'auteur : sa langue si particulière qui porte le flou en elle (avec ce ton détaché notamment), ses jeux de mots/langue/lettres qui me fascinent, ses petites phrases-touches percutantes qui interrogent sur l'identité, la réalité, le savoir, les relations…
Alors oui, j'ai eu une petite réserve, une brève insatisfaction, un effleurement seulement : je me suis demandée si le livre n'aurait pas dû choisir son camp entre un hyperréalisme « liquidien » ou un absurde flottant « lievien » ? Mais non, ça n'aurait plus été ajusté, c'est cet entre-deux qui fait ce livre-ci et sa singula-pluralité ! Et puis, s'il y a bien une spécificité qui me plaît dans les livres de Philippe Annocque c'est leur différence : pour chacun une toute nouvelle forme et l'impression de découvrir un nouvel auteur… et en même temps, pas tout à fait !
Lien : https://emplumeor.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2
  14 février 2017
La belle et terrifiante morphologie du conte de la consommation mimétique.
Sur mon blog : https://charybde2.wordpress.com/2017/02/14/note-de-lecture-elise-et-lise-philippe-annocque/
Lien : http://charybde2.wordpress.c..
Commenter  J’apprécie          30
TmbM
  23 février 2017
Mais, comme je le disais en préambule, j'ai aimé votre livre. Vraiment. J'ai aimé l'ambiance de folie latente, j'ai aimé vos références à Bettelheim, votre manière d'évoquer, réinterpréter et décortiquer les contes de fées. J'ai aimé l'enchainement des chapitres, l'évolution des personnages et j'ai aimé me demander laquelle des deux était laquelle. J'ai aimé la ritournelle, j'ai vu en ce roman quelque chose de théâtral et en Sarah le choeur de cette pièce.
Le billet complet sur mon blog.
Lien : http://touchezmonblog.blogsp..
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Liberation   03 avril 2017
C’est vraiment réussi, on retrouve dans ce texte l’immédiateté de ces histoires immémoriales sur fond d’un secret voilé.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   14 février 2017
Elle est arrivée en retard.
Elle n’avait pas le petit haut à bretelles. Elle portait autre chose. Elle n’avait pas joué le jeu. Elle ne connaissait pas les règles.
Elle ne s’est pas assise à sa place de la semaine précédente, puisque sa place était occupée ; il y avait le garçon, dessus. D’ailleurs toute cette rangée était prise. Elle s’est assise au fond. Pour la voir il fallait qu’elle se retourne. Elle ne se retournait pas. C’était elle qui était presque à la place qu’elle occupait la dernière fois. C’était elle qui portait le petit haut à bretelles. Elle était presque elle, et elle, l’autre, l’autre elle, ne le savait pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   14 février 2017
Si on avait demandé à Élise comment elles s’étaient connues, Lise et elle, bien sûr elle aurait pu répondre « à la fac », peut-être même qu’elle aurait pu se rappeler la rencontre chez Kookaï, au fait était-ce bien Kookaï ? En tout cas, c’était à côté des cabines d’essayage ; oui, elle aurait pu répondre ça, elle aurait pu le verbaliser ; un procès-verbal de la rencontre, oui, sa mémoire en aurait sans doute été capable. Mais s’en souvenait-elle vraiment ? Avait-elle un réel souvenir de ce qui s’était passé, de ce qui s’était vraiment passé à ce moment-là ? Elle aurait été incapable de dire comment elle était habillée, elle, ni de ce qu’elle était en train d’essayer, d’aller essayer, d’avoir essayé, ni comment Lise de son côté était habillée, ni ce qu’elles s’étaient dit. Peut-être que Sarah se souvenait, car Sarah était là, de cela Élise était sûre, presque sûre ; mais il était peu probable que Sarah, elle, se souvienne. Pourquoi se souviendrait-elle ? Quel intérêt, quelle importance cet événement, cette rencontre entre Lise et elle, pouvait-il avoir pour Sarah ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   14 février 2017
Après les cours elle n’est pas directement rentrée à la Cité Universitaire. Elle est allée faire les boutiques. Il y en a beaucoup dans le quartier alors elle a décidé de ne pas rentrer et de les faire toutes. En procédant avec méthode, ça devait être possible. Elle entrait dans la boutique, elle regardait autour d’elle pour voir comment c’était organisé. Et puis elle essayait de voir où les hauts étaient rassemblés. Pour le moment elle ne pouvait pas se permettre de s’occuper du bas. Ça prendrait trop de temps. Un jean ferait l’affaire.
Procéder avec méthode était moins facile que ça en avait l’air. Chez Promod ça allait, dans l’ensemble les hauts étaient rassemblés. Chez Camaïeu aussi. Mais il y avait des boutiques où tout était éparpillé, notamment celles qui n’étaient pas des chaînes. La répartition des vêtements répondait à une autre logique qui rendait la recherche difficile, et même pénible. Ça n’était pas vraiment un plaisir de faire les boutiques dans ces conditions. Mais elle savait ce qu’elle voulait. Et ce qu’elle voulait, elle le voulait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EtsisiteEtsisite   16 février 2017
Comme si les choses pouvaient être plus ou moins vraies, plus ou moins fausses. Peut-être les choses pouvaient-elles être vraies et fausses en même temps, autant vraies que fausses, autant fausses que vraies.
Commenter  J’apprécie          30
EtsisiteEtsisite   16 février 2017
C’est que l’habit fait le moine, comme le dit si bien le proverbe qui fait mine de dire le contraire – c’est justement parce qu’il fait mine de dire le contraire qu’il le dit si bien. Combien de moines ne l’ont été que par l’habit ? L’habit fait le moine comme il fait la princesse comme il fait la gardeuse d’oies.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Philippe Annocque (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Annocque
Le mercredi 17 octobre 2018, la librairie Charybde (129 rue de Charenton 75012 Paris - www.charybde.fr ) avait le plaisir d'accueillir Philippe Annocque, à l'occasion de la parution de "Seule la nuit tombe dans ses bras" chez Quidam éditeur et de "Mon jeune grand-père" chez Lunatique, avec d'abondantes lectures d'extraits par le comédien Christophe Brault.
autres livres classés : contes de féesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15544 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre