AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9782915018509
Éditeur : Quidam (07/10/2010)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 9 notes)
Résumé :
On en veut à la figure de Monsieur Le Comte ! Qui ? Pourquoi ? Comment ? Indubitablement calembredaine, Monsieur Le Comte au pied de la lettre est aussi - outre un thriller (mycologique) et une farce (charcutière) - épopée lexicale débridée, enquête de sens panoramique, jeu para-oulipien et diatribe romano-dubitative (carrément cynophobe, disons-le). Tout cela, oui, et bien plus encore, mais ourdi par quel dément démiurge ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Charybde2
  08 avril 2013
Si le Plume de Michaux était kidnappé par de diaboliques oulipiens, il ressemblerait à M. le Comte.
Publié en 2010, le cinquième ouvrage (le deuxième chez Quidam Editeur) de Philippe Annocque nous invite à suivre quelques instants des singulières pérégrinations d'un possible anti-héros nommé monsieur le Comte, sur une centaine de pages enlevées.
Créature pourtant peu sympathique et hérissée de défauts, jouet de son auteur tout-puissant quoique paradoxalement bien modeste, cette figure de papier promène son regard sans malice et ses délectables jeux de langage dans les méandres de situations quotidiennes ordinaires que l'imagination de l'écrivain - et les fantasmes, mis à contribution, du lecteur - peuvent à tout moment faire basculer dans l'intrigue policière, le thriller, l'horreur, le roman à l'eau de rose, et bien d'autres possibles encore.
Savant et jouissif mélange détonant, dans lequel le nonsense impassible du Plume d'Henri Michaux aurait été concassé et retourné par de diaboliques séides de l'Oulipo, pour une lecture d'une rare drôlerie, occasionnant un bon nombre de vertiges langagiers.
À recommander sans hésiter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
brigetoun
  04 novembre 2010
Farce (et fournie, goûteuse, avec éléments variés et de bonne force) à tous les sens du mot, jeu avec les mots, histoire de mots trop nombreux, sotie. Une dérive, de brusques dérapages en listes joyeusement recherchées, en phrases étirant les assonances, en actions désordonnées. Ironie et à-cotés, au gré des idées et du vocabulaire, et dedans un Monsieur le Comte qui est son double, ou un jumeau, un siamois qui est peut-être Monsieur le Comte, ou en quête de l'être, ou l'auteur, au péril de trop d'écrits. Jubilatoire, preste, désinvolte, pas sans sens.
Commenter  J’apprécie          30
Etsisite
  06 décembre 2016
Ce livre est très drôle et ce en grande partie grâce aux jeux de mots et de langue présents à chaque page et presque à chaque phrase, ce qui d'ailleurs ne m'a pas seulement fait rire mais m'a totalement époustouflée : quel talent, quelle connaissance et quelle maîtrise de la langue française ! Ensuite, il y a cette imagination débordante de l'auteur, ce récit qui par moment semble partir dans tous les sens, ces rebondissements abracadabrantesques, parfois absurdes et souvent surprenants. Enfin, plusieurs de mes sourires sont venus de cette reconnaissance des petites choses de la vie « tellement bien vues » (ah ces écrivains et leur don pour souligner le quotidien).
Tout cela fait que j'ai ri, beaucoup au point de devoir faire des pauses pour calmer mes crampes abdominales et au point, je pense, d'être par moment déconcentrée. Or, ce livre n'est pas que drôle, il est plutôt drôlement complexe avec ses réflexions et interrogations sur la littérature et le roman, sur la langue, sur l'identité et la réalité.
C'est ainsi que je me suis sentie ce besoin de le relire… lentement… très lentement et beaucoup plus attentivement. Et quel plaisir que cette relecture… définitivement étonnante la richesse de ce texte !
Lien : https://emplumeor.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MarianneDesroziers
  23 octobre 2010
J'ai adoré ce livre qui lorgne du côté des meilleurs livres d'Eric Chevillard ou des romans de Georges Perec comme "La Disparition", avec un jeu perpétuel sur les mots. Par peur de déflorer le suspens de l'intrigue, je ne vous en dirais pas beaucoup plus,
la suite : http://lepandemoniumlitteraire.blogspot.com/2010/10/monsieur-le-comte-au-pied-de-la-lettre.html
Lien : http://lepandemoniumlitterai..
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   04 novembre 2010
… l'urubu devant la cage duquel l'allée se scindait en deux ; Monsieur Le Comte prit à droite et vit le bulbul, le bulbul, le bulbul, le bulbul, le bulbul, le bulbul, le bulbul (il existe, à en croire les indications fournies par le zoo, cent vingt-trois espèces appartenant à ce genre de passereaux par ailleurs assez banals ; toutes n’étaient malheureusement pas représentées, tant s’en faut) ; le dernier bulbul était voisin d'un modeste bulot et là, l'allée de droite rejoignait l'allée de gauche dans laquelle Monsieur Le Comte aurait pu voir, si donc il avait pris à gauche après l'urubu, le bubale, le balbuzard, l'argali, la limule, le mulot qui lui, contrairement à elle, ne vient pas des Molusques,..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
brigetounbrigetoun   04 novembre 2010
Elle regardait par terre, de manière à mettre en valeur la courbure de ses cils, et Monsieur Le Comte avait pu déceler chez la jeune femme une humilité de bon ton. Eulalie était d'ailleurs forcément un ange, elle qui n'avait que deux l en consonnes. Ca ne l'avait pas empêchée d'inspirer à Monsieur Le Comte des ambitions croissantes et multiplicatrices.
Commenter  J’apprécie          40
brigetounbrigetoun   04 novembre 2010
C’est ainsi qu’il avait lui-même éprouvé le besoin de s’inventer, pour son bon plaisir, un double imaginaire, un double figuré d’un nom d’apparence pourtant propre : Monsieur Le Comte, notre commune incarnation, enfiguré d’une figure dont le style amphigourique certainement ne ferait envie à personne. Cependant, cette entreprise courageuse, qu’il intitula Monsieur Le Comte au pied de la lettre parut bien vite insuffisante à l’ex-bibliothécaire ; pire, elle était presque sur le point de se retourner contre son intention initiale, puisque tout cela, à n’en pas douter, risquait bel et bien de faire un livre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   08 avril 2013
Monsieur Le Comte n'en était pas loin, de les croire. Il avait vu avec angoisse à la rue Sadi-Carnot de son ordre de mission correspondre dans la réalité une rue juste Carnot, plutôt suspecte. Il avait cependant courageusmeent poursuivi sa mise en boîtes, et avait constaté avec un regain d'espérance que la diminution de la liasse de cartons dont il avait la charge paraissait sur le point de coïncider avec l'approche progressive de l'extrémité de la rue ; puis, parès un suspense que le conteur par respect des consignes syndicales a délibérément refusé de soutenir, le monde entier s'était fissuré, lézardé, crevassé, pour finalement et naturellement s'effondrer autour de lui : en effet, alors que la dernière boîte aux lettres, la sept cent treizième, avait été pourvue de son carton, il en restait encore un, le fameux sept cent quatorzième, incongru, presque obscène, qui maintenant passait tragiquement d'une de ses mains à l'autre, aussi indélébile que la tache à la main de Lady Macbeth, aussi indécollable que le sparadrap à la casquette du Capitaine Haddock.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EtsisiteEtsisite   06 décembre 2016
Cependant les trois crocodiliens, du même pas débonnaire, balançant toujours la tête (mais attention : de droite à gauche, à l’inverse de la mule, qui la balance de haut en bas, favorable par principe, quoi qu’en disent les mauvaises langues, à toute honnête proposition) ; les trois crocodiliens, de leur démarche pateline mais résolument négationniste progressaient donc lentement, un kilomètre à l’heure au compteur, le conteur n’était décidément pas pressé, lentement mais inexorablement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Philippe Annocque (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Annocque
Le mercredi 17 octobre 2018, la librairie Charybde (129 rue de Charenton 75012 Paris - www.charybde.fr ) avait le plaisir d'accueillir Philippe Annocque, à l'occasion de la parution de "Seule la nuit tombe dans ses bras" chez Quidam éditeur et de "Mon jeune grand-père" chez Lunatique, avec d'abondantes lectures d'extraits par le comédien Christophe Brault.
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1781 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre