AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253237507
Éditeur : Le Livre de Poche (26/09/2018)

Note moyenne : 4.4/5 (sur 96 notes)
Résumé :
Les Dead Hunters ont une morale très personnelle. C'est la moindre des choses pour une confrérie de tueurs sanguinaires. Ils ont aussi quelques menus défauts, se croire invincibles, par exemple. Un démon va néanmoins vite les détromper. Malin, fort et intelligent comme seuls les démons savent parfois l'être, il va tranquillement les décimer les uns après les autres. À une exception près. Un des membres des Hunters reste en effet introuvable, et non des moindres : le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
Antyryia
  28 septembre 2017

Comment partager mon enthousiasme suite à cette lecture ?
- Vous parler de la finesse psychologique des personnages ?
Non, on peut dire ici qu'il sont tous plus stéréotypés les uns que les autres, et que la majorité n'a pas évolué d'un iota depuis les huit tomes que compte désormais cette saga du livre sans nom / de Psycho killer.
- Vous dire à quel point le roman m'a enrichi ?
Non plus. Même si certaines scènes d'anthologie me resteront longtemps en mémoire, on ne peut pas dire que je vais en ressortir grandi intellectuellement ou que j'ai énormément appris.
- Evoquer son humour, tout en subtilité ?
Ce n'est peut-être pas le terme le plus adéquat pour parler des multiples blagues potaches, souvent très "pipi-caca-prout-prout".
- Insister sur son réalisme alors peut-être ?
Oui, sauf qu'il n'y en a aucun. Tout est prétexte à créer des situations plus farfelues, plus inconcevables et délirantes les unes que les autres, sans se soucier le moins du monde de leur crédibilité.
Et pourtant, j'ai tellement pris mon pied pendant ma lecture que j'en oublie tous mes critères de notation habituels.
C'est le genre de roman qu'on lit avec un tel plaisir, le sourire aux lèvres d'un bout à l'autre, que le reste n'a au fond aucune importance.
Et quelle joie également de retrouver ce style unique, tellement cinématographique qu'on a l'impression de regarder une série haletante, dont les épisodes s'enchaînent les uns après les autres à toute vitesse.
Et de renouer avec toute cette galerie de personnages extravagants, de tueurs attachants plus barrés les uns que les autres dans ce nouveau feu d'artifices signé Anonyme.
Bourbon Kid reprend peu après les évènements relatés dans le pape, le kid et l'iroquois. Si vous n'avez pas lu les tomes précédents, les nombreuses allusions au passé mouvementé de tous nos héros risquent de vous échapper et selon moi, ce n'est vraiment pas une série à prendre en marche même si cette histoire est indépendante.
Mieux vaut je pense être déjà familier avec les personnages et le genre unique pour ne pas être trop surpris par cet univers totalement déjanté.
Vous retrouverez donc ici les Dead Hunters, un groupe de tueurs à gage, qui rendent de menus services à une branche secrète du gouvernement, et parfois même au diable en personne :
- Les transfuges de Psycho killer ( livre qui au départ était indépendant de la saga ) : Joey, Bébé et surtout Jasmine, adulée par les fans.
- Et les personnages récurrents depuis le premier tome pour la majorité :
Elvis le sosie parfait du chanteur, Rodeo Rex et sa main magnétique capable d'intercepter les balles, ainsi que le Bourbon Kid ( JD ) bien sûr.
"Un type patibulaire qui boit du bourbon et tue des gens."
Dont la présence se fera à nouveau attendre avec beaucoup d'impatience mais dont la prestance et l'aura écraseront encore celles de tous les autres membres. Il est le meurtrier le plus recherché du FBI, il est toujours doté de son éternelle voix rocailleuse, et il est toujours capable d'allumer une cigarette juste en l'inhalant.
Mais c'est loin d'être tout. Réclamé par les lecteurs, Sanchez fait son grand retour, et le moins qu'on puisse dire c'est que le barman du Tapioca est fidèle à lui même : lâche, maladroit, gourmand ; ses problèmes digestifs ne se sont pas non plus améliorés depuis le livre de la mort. Et pourtant, à nouveau, il sortira ses amis de la galère à plus d'une reprise dans des circonstances toujours aussi hasardeuses que mémorables.
Pour clore cette brève présentation, les amateurs auront également le plaisir de retrouver Flake, Beth, ou encore la Dame mystique.
Dommage qu'un de mes couples préférés, Dante et Kacy, ne fasse qu'une brève apparition.
Et en parlant de couples, de nombreux personnages évoluent désormais deux par deux : JD et Beth, Sanchez et Flake, Bébé et Joey... Quant à Jasmine, souvent à moitié nue, elle hypnotise autant Elvis que Rodeo Rex.
Malgré ce tournant qui pourrait paraître sentimental, Bourbon Kid n'est pas plus un roman à l'eau de rose que les précédents tomes.
L'eau prendra davantage la forme d'une pluie écarlate, tant le sang sera versé.
Après avoir les clowns vampires, les morts-vivants ou la momie Ramsès Gaius, c'est Caïn qui va se mettre cette fois en travers de la route du Bourbon Kid et des Dead Hunters.
Caïn, qui n'est autre que le fils d'Adam et Eve, et le premier sociopathe de l'histoire. Qui a pour faculté de pouvoir se mouvoir de corps en corps, telle une ombre animant les malades en état de mort cérébrale. Découvrir dans quel individu il s'est réfugié promettra bien des surprises.
Il s'est même emparé d'un certain Jules César deux mille ans plus tôt.
"Depuis des siècles, Caïn prend possession du corps de personnes dans le coma."
Afin de mettre le monde à feu et à sang, il va embaucher Zitrone, Yasil, Ash et Blanco. Plus connus sous le nom des quatre cavaliers de l'apocalypse. Et capables de lever une véritable armée de goules pour arriver à leur fin, quand ils ne sont pas occupés à jouer à la Playstation.
Leur objectif ? Mettre le monde à feu et à sang, et franchir les portes de l'enfer pour enfin rentrer chez eux.
Les références pour ce nouvel opus sont donc clairement bibliques, mais une Bible revue et corrigée par le méconnu Evangile de Suzanne, la seule référence pour les Amish qui vivent sur l'île de Blue Corn.
Un texte dans lequel on apprend que Jésus a fait par le passé un petit tour aux USA pour y neutraliser les cavaliers, qui ont donc désormais une revanche à prendre.
Et devinez qui justement a le sang du Seigneur dans les veines ?
"Donc, techniquement, le sang du Christ coule dans les veines du Bourbon Kid. Cela lui donne de puissants pouvoirs de guérison, et le rend difficile à tuer."
Le fils de Dieu est également attendu par la communauté amish, qui commence à s'impatienter depuis que la prophétie annonçant son retour s'est réalisée.
"Trois étoiles filantes sont tombées simultanément le jour de la Saint Michel."
Durant l'Automne du mal, tous ceux qui pénètrent dans la forêt de l'île n'en ressortent pas, et servent d'offrande aux créatures qui peuplent les bois.
"Tous les ans à cette période, nous sacrifions des gens aux dieux de la forêt."
Le sanguinaire Bourbon Kid pourrait-il être cette réincarnation tant attendue, capable de pourfendre cette immense créature à l'oeil jaune et tous les autres monstres qui hantent cette forêt maudite ?
L'imagination sans limites d'Anonyme ne s'arrête pas là et puisera également son inspiration dans la mythologie, et même dans les légendes arthuriennes.
Inutile de dire que ce mélange improbable et explosif va faire beaucoup d'étincelles pour un résultat totalement ahurissant.
Face à une horde d'ennemis plus coriaces et plus tarés que jamais, les invincibles Dead Hunters s'en sortiront ils indemnes ?
Comme à chaque fois, le roman réservera son lot de surprises et de rebondissements, multipliant par la même le nombre de situations cocasses.
Je n'apprécie pas forcément les romans bourrés d'action mais ici, l'adrénaline n'est que prétexte à inventer des dizaines de situations rocambolesques, de quiproquos absurdes, qui sont autant de surprises pour les lecteurs.
Ca part dans tous les sens, et Anonyme essaie au fur et à mesure des chapitres de donner de l'importance à chacun de ses personnages, pour qu'ils partagent tous à quantité égale leurs moments de gloire ( et de honte ).
Et sans trop en dire mais pour donner quand même un petit aperçu des moments décalés qui parsèment les pages, voilà ce qui vous attend : Une archéologue du nom de Diana Jones, un portail très particulier dans les toilettes pour homme, un centre médical spécialisé en greffes aux méthodes révolutionnaires, un réservoir anti-incendie rempli d'urine bénite, un évêque amateur de revues d'enfants de choeur, une visite au Mont Dracula lors de laquelle Elvis trouvera une drôle de façon de ne pas avoir à payer sa nouvelle voiture...
Vous saurez aussi comment et pourquoi s'est achevée la série préférée du diable ( La planète des singes ), vous verrez Sanchez tripoter des statues, vous admirerez le Bourbon Kid défendre un jeune amish des tortionnaires de sa nouvelle école.
Et tellement plus encore ...
Bourbon Kid, c'est donc un mélange d'humour parfois graveleux, noir ou provocateur et un cocktail de scènes explosives et surréalistes.
A l'instar de ses prédécesseurs, il nous plonge dans une ambiance digne d'un film comme Une nuit en enfer. Et même si le tout paraît quelque peu incongru, l'ambiance infernale est tellement réussie que cet univers parallèle on ne peut qu' immédiatement l'adopter. On y adhère sans se poser de questions.
Le roman ne se prend jamais au sérieux et plus il s'y passe d'évènements totalement démentiels et plus le lecteur est ravi de leur tournure.
Alors si vous connaissez déjà JD et toute sa bande, foncez sur ce nouveau tome, plus fou et inventif encore.
Et dans le cas contraire, il n'est pas trop tard pour vous imprégner de cet univers unique dans lequel tout peut arriver.
Bienvenue à Santa Mondega.
Ce bouquin est une tuerie, dans tous les sens du terme !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          406
Stelphique
  10 octobre 2017
Ce que j'ai ressenti:…Une chevauchée d'enfer!
Entendez le bruit assourdissant des sabots, Sentez les effluves d'alcool étourdissantes, Touchez la panoplie de cuir affriolante mais surtout Voyez, le petit dernier cocktail explosif déjanté que vous a concocté avec génie, par un Anonyme d'auteur de talent: Bourbon Kid, de son titre évocateur! Voyez un peu cette magnifique couverture, tout en relief et en sobriété, le petit indispensable, tout en noir, de cette rentrée littéraire.
"Tôt ou tard, tout le bien que nous avons accompli pour l'humanité sera détruit. C'est pour cette raison que nous devons libérer les anges, avant qu'il ne soit trop tard."
J'ai adoré la dynamique de folie et l'ambiance pré-apocalyptique qui donne à ce thriller, l'énergie nécessaire pour être un page-turner incroyable! Entre la légende des fameux quatre cavaliers et l'armée de morts vivants, l'urgence de la fin du monde s'accélère, et même les enfers, n'ont jamais paru aussi près de déferler sur notre monde…Les Dead Hunters, sombre équipe de personnages intrépides, aux talents plus ou moins prononcés, se retrouvent en mauvaise posture pour contrer le premier meurtrier de l'histoire du temps. Et tout cela, servi avec un humour mordant et plus que décadent, qui nous entraîne dans cette aventure totalement survoltée…Vraiment cet auteur Anonyme, malmène ses petits protégés plus que de raison, et nous donne un roman explosif et un plaisir immense de lecture!
« Si Dieu avait l'intention d'envoyer qui que ce soit pour empêcher cette apocalypse, il l'aurait déjà fait. S'il n'a envoyé personne, c'est qu'il en avait assez de l'humanité. Il veut la fin du monde. «
Bourbon Kid va être désiré, attendu, craint, et toujours, follement enragé…Ses amis ne seront bien sûr pas en reste, et c'est un bonheur de retrouver la fureur de ce groupe! J'adore le ton décalé, les situations loufoques, l'humour permanent qu'il faut prendre à tous les degrés d'alcool avec lequel ils sont tous arrosés, les odeurs fétides que l'on a de la chance de lire plutôt que de sentir, l'ultime cavalcade biblique revisitée façon démentiellement cinématographique. Même avec ce souffle de fantaisie déjantée, il n'en reste pas moins que l'auteur sait maîtriser son suspense, et que dans ce grand flacon noir de Bourbon, il y a le secret de la boisson: la terrible addiction! Alors, vous en prendre bien un verre, non?

Ma note Plaisir de Lecture 9.5/10

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          441
gruz
  25 septembre 2017
« – Barman ! Un bourbon ! Celui sur votre étagère, là, derrière.
– Z'êtes nouveau vous, non ? Je vous ai jamais vu par ici, hein ? Et encore moins à boire ce bourbon, là. Z'êtes sûr de ce que vous faites ?
– Posez pas trop de questions, barman. On m'en a beaucoup parlé de ce whisky là !
– C'est toi l'client, mon pote, tu dois savoir ce que tu fais…»
Je plonge mes lèvres dans le breuvage, curieux de goûter ce nectar, ou ce tord boyaux, on va vite savoir.
Wow, ça arrache d'entrée ce truc, pire que le feu de l'Enfer ! le Bourbon Kid, c'est pas une boisson pour les enfants de coeur ça, ni pour les gonzesses, diraient certains. Ou plutôt si, pour les nanas bien dans leurs cuirs, du genre à te coller sur le comptoir du bar, les fesses à l'air, si tu viens les emmerder de trop près.
Il est étonnant quand même ce breuvage, le premier effet est assez déstabilisant quand on n'y a jamais goûté. On m'a dit que les habitués, qui ont connu le premier millésime sorti en 2010, en sont totalement accro, pire qu'une drogue dure. Faut que je me méfie alors, va savoir si ce n'est pas le genre à te monter au cerveau ou à te transformer en je ne sais quel monstre.
Deuxième gorgée (et troisième dans la foulée, soyons fou)… J'ai le coeur qui palpite et le sang qui bouillonne, clairement je suis en train de me métamorphoser et d'y prendre goût. On est loin d'un grand cru classé, c'est plutôt un alcool puissant et sans fioriture. Mais, dès cette deuxième gorgée, j'ai le sourire aux lèvres, c'est pas souvent qu'un remontant me met, aussi vite, dans un état enjoué. Explosif, ce cocktail ! Hop, cul sec, le verre.
« – Barman ! Un autre !
– Oh là, z'êtes certain de vous, l'ami ? Parce que je vous préviens, après plusieurs doses du Bourbon Kid, on se met très vite à halluciner, y en a qui en vu de drôles de choses avec la cuvée 2017, genre des goules verdâtres, les cavaliers de l'apocalypse et même le Diable ! Faites-zy bien gaffe quand même, hein !
– Vous êtes là pour faire la morale ou pour servir des verres ? J'en veux encore, je sais ce que je fais.
– En même temps, j'vous comprends, hein, z'êtes pas le premier à ne pas vous arrêter au premier godet ! »
Deuxième verre… Je ne sais pas qui fabrique ce bazar (la bouteille est Anonyme), mais il doit mettre des ingrédients pas très catholiques là-dedans ! Je sais pas, j'ai une subite envie de retourner les croix et de cracher sur les tombes (même si je commence à avoir peur qu'une monstruosité en sorte).
Je me mets à regarder partout autour de moi. Je suis du genre assez cartésien, mais ça ne m'étonnerait qu'à moitié de découvrir un vampire pendu dans un coin du plafond…
Tiens, le barman ne s'emmerde pas, il m'a laissé la bouteille à disposition. Pas très raisonnable tout ça, mais bon Dieu c'est bon par où ça passe (mais ça passe par où, au juste ?).
Mes alcooliques… euh acolytes m'avaient pourtant prévenus. « Si t'en bois plus qu'une lampée, tu vas te mettre à déclamer des propos iconoclastes et scatologiques ! ». Je leur ai répondu que c'était n'importe quoi, que je ne suis pas du genre à dire ce genre de conneries. C'est vrai, non ? bordel de d… ! (oups…).
Troisième verre, je pète le feu ! Bon, le barman me semble de plus en plus louche, j'ai comme une envie de mettre ses tripes à l'air et de le pendre avec, genre serial killer (allez savoir pourquoi, il m'a rien fait. Enfin, pour le moment…). C'est paradoxal, en même temps, voilà que je trouve tout le monde sexy dans ce bar (sauf le barman).
On m'avait pourtant mis en garde contre ce Bourbon Kid, et ses nombreux et étranges composants. C'est du genre épicé (et la note du bar va être salée). Les effets sont assez incontrôlables, de quoi perdre la maîtrise de ses organes (les zygomatiques, mais aussi le reste). Je vais vite devenir croyant en la recette du producteur Anonyme, moi, même si je me vois pas ingurgiter ça tous les jours.
Allez, un dernier verre (avant le prochain ?). Vous m'accompagnez ?
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
artemisia02
  15 mars 2018
Quel plaisir de retrouver toute la bande de tueurs au service du diable...
Un roman rythmé style rock n roll, une intrigue à 100 à l'heure , déjanté, un langage cru voire vulgaire pour des oreilles averties et peu sages, des personnages hauts en couleur et aussi atypiques les uns que les autres. Et bien sûr le Bourbon Kid, fidèle à lui même dans sa façon de résoudre les problèmes et d'aimer sa chère Beth. Même Sanchez et son bar miteux le Tapioca sont là, et dans ce tome , il est au top de lui-même.
Notre bande est confrontée à Cain, frère de Abel (rien que ça ) et aux 4 cavaliers de l'Apocalypse.
Un vrai régal, je ne me lasse pas de cette série de romans. Un tome ne vous laisse pas le temps de respirer.
Commenter  J’apprécie          240
stokely
  19 mars 2018
C'est toujours un plaisir de lire cette sage déjanté, on retrouve avec plaisir Sanchez, Bébé, Jasmine, Rodéo Rex.
Encore plus déjanté et surnaturel que les autres opus avec ces fameuses goules et les cavaliers de l'apocalypse, il est également question d'une mystérieuse forêt ou des enfants disparaissent le soir d'Halloween, cette région est également habitée par des amish.
C'est assez difficile de faire un résumé d'une aventure aussi folle et surnaturelle mais si on a aimé le reste de la série il n'y a pas de raison de ne pas succomber à ce tome-ci.
Il y a ici pratiquement 500 pages que l'on ne voit pas du tout passé tant cela se lit rapidement.
Commenter  J’apprécie          170
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
StelphiqueStelphique   07 octobre 2017
"Si Dieu avait l'intention d'envoyer qui que ce soit pour empêcher cette apocalypse, il l'aurait déjà fait. S'il n'a envoyé personne, c'est qu'il en avait assez de l'humanité. Il veut la fin du monde. "
Commenter  J’apprécie          202
StelphiqueStelphique   30 septembre 2017
Tôt ou tard, tout le bien que nous avons accompli pour l'humanité sera détruit. C'est pour cette raison que nous devons libérer les anges, avant qu'il ne soit trop tard.
Commenter  J’apprécie          200
rkhettaouirkhettaoui   29 octobre 2017
Parce que la conséquence de cette histoire, c’est qu’en tuant son frère, Caïn est devenu la première personne au monde à commettre un meurtre. Par conséquent, lorsqu’il est mort, son esprit n’est pas allé au paradis comme tous les autres. Mais à l’époque, il n’y avait pas d’enfer. Dieu n’avait pas pensé à l’inventer. Il ne pensait pas en avoir besoin. L’esprit de Caïn a donc été condamné à errer sur terre pour l’éternité. Mais au bout de quelque temps, Caïn a découvert que son esprit pouvait pénétrer dans le corps des gens, et si ces gens étaient en état de mort cérébrale, ou dans le coma, il pouvait prendre le dessus et contrôler leur esprit. Cela fait des siècles maintenant qu’il possède les esprits de centaines d’hommes et de femmes, dont le plus célèbre était Jules César.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AvelineAveline   03 février 2018
– Wesh, ça déchire grave. T’inquiète, mec on gère.
– Quoi? » Caïn leva les yeux vers la télévision. « Qu’est-ce que tu regardes?
– The Wire. »
Caïn attrapa la télécommande sur le table basse près du fauteuil de Zitrone et éteignit la télévision.
» D’accord, écoute-moi, dit-il. Ne parle pas comme les personnages de cette série.
– Mais c’est une bonne série.
– Je sais mais tu auras l’air stupide.
– Pourquoi?
– Parce que tu n’es pas noir. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
maxmbasketmaxmbasket   21 mai 2018
- Derrière la porte des toilettes pour handicapés.
- Quelle drôle d'idée.
- Nous n'avons pas de personnes handicapées au Purgatoire, expliqua Scratch. En général, les handicapés vont directement au paradis, sauf s'ils ont tiré sur leur petite amie alors qu'elle était aux toilettes.
- Et si quelqu'un entre dans vos toilettes pour handicapés pour chier ?
- Dans ce cas, cette personne irait directement en enfer, car c'est une offense de chier dans les toilettes pour handicapés quand on est en bonne santé. Et laisse-moi te dire que c'est une sacrée chute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Que de mystère..!

Dans quelle ville ce déroule l'histoire ?

Santa Mondega
Salvador
Paramaribo

11 questions
279 lecteurs ont répondu
Thème : Le Bourbon Kid, tome 1 : Le Livre sans nom de AnonymeCréer un quiz sur ce livre