AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jamel-Eddine Bencheikh (Préfacier, etc.)André Miquel (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070384006
659 pages
Gallimard (23/04/1991)
4.01/5   116 notes
Résumé :
Lorsque ce fut la cent soixante-dixième nuit, Shahrâzâd dit :
On raconte encore, Sire, ô roi bien heureux, qu'il y avait au temps jadis, il y a bien, bien longtemps, un puissant roi nommé Shâhramân. Il régnait sur un pays lointain dont toutes les provinces, proches ou éloignées, lui obéissaient. Il disposait d'une armée, de nombreux esclaves et d'une foule de serviteurs. Il était d'âge si avancé que ses os en étaient devenus fragiles. Et cependant il n'avait ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4,01

sur 116 notes
5
2 avis
4
3 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
1 avis

Myriam3
  24 mai 2014
On connaît tous la genèse des Mille et une Nuits, c'est-à-dire l'histoire de ce roi qui veut se venger de son épouse infidèle et demande chaque nuit une nouvelle femme qu'il tuera au matin, jusqu'à ce que la rusée et fine Shéhérazade arrive et trouve, comme subterfuge, l'idée de lui conter des histoires aux intrigues fascinantes qu'elle laisse en suspens d'une nuit à l'autre, pour qu'il soit impatient d'entendre la suite.
Dans cette édition, préfacée par André Miquel - historien spécialiste de la littérature arabe - et présentée par Jamel Eddine Bencheikh - spécialiste de poétique arabe - , le parti pris a été de regrouper des contes de genres variés, abordant les thèmes de classes sociales, la magie, l'amour, la banditisme, etc, et de mettre de côté les contes les plus connus, c'est-à-dire Aladin, et Ali Baba.
La lecture de ce premier recueil est prenante, de par l'intrigue, mais aussi par son exotisme temporel et géographique. Les premières sont relativement courtes, comme celle du Marchand et le Démon et le conte du Pêcheur et le Démon.
Tous ces contes se déroulent à des époques variées et dans différents pays arabes ce qui les rend très différents les uns des autres et les ancre dans un univers aux lois parfois mystérieuses.
Je n'ai pas (encore) lu tout le premier recueil même si ce que j'ai lu m'a beaucoup plu, car malgré tout une certaine lassitude peut s'installer, mais j'espère le reprendre et pourquoi pas commencer le deuxième un jour - comme je l'ai fait pour la Recherche de Proust, qui m'a suivi durant des années, et c'est d'ailleurs ainsi, sans doute, que ces contes ont été racontés, transmis, sur des années et des années.
Je pense également que ces histoires touchant tellement de thèmes différents, tout lecteur peut y trouver son compte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Pirouette0001
  13 juin 2013
Ah voilà un souvenir d'enfance prodigieux, que j'ai placé aussitôt dans mes livres pour une île déserte. Imaginez, j'avais 5 ans, condamnée à une prise en charge par la faculté à l'étranger pendant de très longues semaines et mes parents m'en avaient offert l'intégrale et pour dépasser l'ennui ou l'angoisse, ma mère me lisait tout. Je n'ai évidemment pas compris l'arrière-sens, mais j'ai depuis lors tout relu et cet ouvrage m'est resté comme le filtre enchanteur (elle aurait pu me lire la Bible, ou que sais-je, mais non les mille et une nuits .....).
Commenter  J’apprécie          141
ladyoga
  13 mars 2016
Lecture sur la liseuse de ce premier tome, pour égayer mes repas solitaires en cette période sombre. Belle idée ! Cela fonctionne, je retrouvais ces merveilleux contes avec autant de plaisir que Sheherazade diffère son exécution. Que de contes imbriqués les uns dans les autres! Pourquoi ai-je attendu si longtemps pour cette lecture ? ...
Commenter  J’apprécie          130
bookaure
  11 octobre 2013
Juste pour Les mille et une nuits, je suggère l'ajout d'un statut "Tenté" sur Babelio.
J'aime les contes et les belles histoires, et c'est donc tout naturellement que j'ai choisi cet ouvrage à la bibliothèque.
Les premiers contes sont intéressants, mais je n'ai pas été assez persévérante dans ma lecture pour atteindre les plus célèbres comme Sinbad le marin ou encore Ali Baba... J'ai vite été découragée par les mille et quelque pages en papier bible (!!!) et par la récurrence des thèmes abordés dans les premières pages.
Je suis donc assez déçue, car je n'ai même pas atteint la page 200 de ce livre avant le refermer...mais peut être que cela n'est pas définitif, et qu'une lecture, plus tard, dans un autre contexte et par petites touches sera plus adaptée.
Commenter  J’apprécie          81
Sayyadina
  28 mai 2015
Ce livre est un grand classique de la littérature, je dois dire qu'il m'a toujours tenté car comme beaucoup de personnes, je connais certaines histoires mais pas toutes.

Dans ce livre, on a qu'une partie (pour cette édition, l'ouvrage se divise en 4 parties).

Comme dans un recueil de nouvelles, il y a des histoires que j'ai bien aimé mais d'autres que franchement, j'aurais pu passer à côté. Je pense que je ne devrais pas mettre de "s" à autre car il n'y a qu'une histoire que je n'ai pas aimé et c'est la dernière.

Pourquoi? Je la trouve relativement longue (plus ou moins 100 nuits ...) et j'ai souvent décroché en la lisant et je ne l'ai pas trouvée très intéressante également.

Les autres histoires me semblaient plus poétiques et plus proches de ma façon de penser à ce moment-là. J'ai également été étonnée par les poèmes, j'ai été aussi intriguée par la façon de parler de la religion car il y a du christianisme mais également l'islam et ça m'a relativement intriguée. Ca me donne encore plus envie de lire le Coran plus par curiosité vu que je suis une éternelle curieuse (ou lire la Bible peut être également intéressant).

Dans ce tome-ci, pas vraiment de contes connus, j'espère avoir dans les prochains tomes, un conte connu aussi bien parce que j'ai vu le film ou par la connaissance orale.
Lien : http://sayyadina.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   27 septembre 2015
On raconte encore, Sire, ô roi bienheureux, qu'il y avait jadis, loin, très loin dans le temps, un roi très puissant et très glorieux. Son vizir, nommé Ibrâhîm, avait une fille extraordinairement belle et gracieuse, dans l'éclat de toute perfection, profondément intelligente et merveilleusement cultivée. Simplement, elle aimait un peu trop les joies de la table, du vin, des visages charmant, des poésies fines et des histoires sortant du commun. La qualité de sa conversation faisait tourner les têtes. […]
Cette jeune fille s'appelait Ward fî I-Akmâm, " Rose dans la manche ", en raison de son extrême délicatesse et de sa parfaite beauté, le vizir son père n'étant pas le moins passionné par sa conversation et son infinie culture.

371e Nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Marc21Marc21   03 décembre 2012
Ce jeudi, j'ai dit adieu à ceux que j'aimais ; on a lavé mon corps, sur une grande planche près de la porte, On m'a retiré les vêtements que je portais, pour m'en passer d'autres que je ne connaissais pas. On m'a emporté, sur les épaules de quatre hommes, jusqu'aux lieux de prière, où l'on a prié pour moi. Ils on prié, sans s'agenouiller, ils ont tous prié, tous ceux-là, mes amis. Puis, me disant adieu, ils m'ont confié à ce séjour voûté, sur lequel le temps peut passer sans que sa porte jamais s'ouvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Marc21Marc21   03 décembre 2012
Elle prête sa lumière à l'aube et c'est le jour. De sa clarté s'irradient les soleils levants, de son éclat les dunes s'illuminent. Lorsqu'elle apparaît en déchirant ses voiles, les créatures se prosternent devant elle. Quand ses regards lancent leurs éclairs, comme des flots de larmes se déversent les pluies.
Commenter  J’apprécie          100
missparker18missparker18   24 juillet 2016
J'écrivis pour gémir de ma douleur d'aimer,
de toutes écritures, choisissant la plus fine.
Pourquoi choisir, ami, écriture si ténue
qu'à peine, si je lis, je puis la déchiffrer !
Elle est comme je suis, amaigri, émacié,
c'est ainsi que s'écrivent les amants éplorés.
Commenter  J’apprécie          110
Myriam3Myriam3   24 mai 2014
Au fond, traversé par le ruisseau qui irriguait la clairière, se dressait un monastère fortifié dont le donjon altier se découpait au clair de lune, haut dans le ciel. Devant, se tenait une femme entourée de dix jeunes vierges accomplies, semblables à des astres et dont les atours et bijoux étaient un enchantement pour l'oeil.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Anonyme (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Anonyme
I DRAW MY LIFE - AMELI (sous-titres en français) La situation entre l'Ukraine et la Russie n'est pas du tout pacifique, nous n'avons jamais voulu vous stresser avec notre histoire, mais maintenant cette situation fait partie de l'histoire des deux. Nous espérons toucher le cœur du monde entier pour arrêter ce désastre.
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Que de mystère..!

Dans quelle ville ce déroule l'histoire ?

Santa Mondega
Salvador
Paramaribo

11 questions
288 lecteurs ont répondu
Thème : Bourbon Kid, tome 1 : Le Livre sans nom de AnonymeCréer un quiz sur ce livre