AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9780816167098
262 pages
France loisirs (30/11/-1)
3.58/5   165 notes
Résumé :
Amityville, banlieue de New York, 13 novembre 1974. Dans une maison bourgeoise, un jeune homme, dans un accès de démence, tue à coups de fusil ses parents, ses frères et ses sœurs. À son procès, il affirme avoir été possédé par une voix qui lui a ordonné de tuer. Quelque temps plus tard, cette maison est mise en vente à un prix défiant toute concurrence. La famille Lutz l'achète malgré la tragédie qui s'y est déroulée. Ils n'y resteront que vingt-huit jours.
Que lire après Amityville : La maison du diableVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
3,58

sur 165 notes
5
7 avis
4
13 avis
3
8 avis
2
0 avis
1
1 avis
Rien à voir, vous vous en doutez, avec la mythique "Maison Hantée" de Shirley Jackson En fait, ce livre, dont certains, à l'époque de sa parution, trouvèrent le ton sensationnaliste - ce n'a jamais été mon impression - relate des manifestations paranormales qui se seraient déroulées entre le 18 décembre 1975 et le 15 janvier 1976, au 112 Ocean Avenue, à Amityville. La maison avait déjà eu les honneurs de la presse et de la toute-puissante T. V. américaine puisqu'elle avait été le théâtre d'un sextuple meurtre au matin du 14 novembre 1974. Seul survivant de la famille DeFeo, le fils aîné, 23 ans, prénommé Ronald comme son père, finit par admettre qu'une "voix" lui avait "ordonné" d'assassiner ses parents, sa soeur et ses frères. La "voix", matérialisée en une silhouette encapuchonnée, lui aurait aussi confiée l'arme du crime - de fait, bien que les DeFeo Père et Fils eussent possédé tout un tas de carabines et de fusils, l'arme qui tua n'a jamais été retrouvée par la police.

Même si l'agence immobilière est obligée d'évoquer l'Affaire DeFeo afin de justifier le prix très bon marché de la demeure, ces faits ne vous sont pas relatés dans le livre. Celui-ci s'en tient à "l'aventure" des nouveaux habitants, les Lutz. On doit l'admettre : depuis l'antique campement où les Indiens locaux enfermaient, paraît-il, leurs "fous" au puits nauséabond et glacial sur lesquels reposeraient les fondations de cette maison de style colonial hollandais, en passant par la petite pièce secrète, dans la cave, entièrement peinte en rouge avec le visage de Ronald DeFeo Jr en relief sur l'un des murs, sans oublier : l'inévitable prêtre catholique qui vient bénir la maison (que feraient les auteurs et les cinéastes américains si le Catholicisme romain n'avait pas prévu le rituel de l'exorcisme, voilà une question que, malgré mes bientôt cinquante-cinq ans d'existence, je n'ai toujours pas résolue ), une espèce de cochon aussi haut et fort qu'un homme, pourvu de deux horribles yeux rouges (l'amateur pensera bien sûr à William Hope Hodgson et à sa "Maison au bord du monde"), lequel représentant de l'espèce des suidés bavarde avec la toute petite Missy, la benjamine de la famille, avec le même naturel que si tous deux se trouvaient aux fins fonds du Terrier du Lapin, chez Lewis Carroll, etc, etc ... toutes, je dis bien ABSOLUMENT TOUTES les caractéristiques d'une bonne maison hantée made in USA et surtout made in Hollywood, sont réunies. Il y a même un certain John Ketchum, qu'on aurait, dit-on, enterré sous la maison (mais où exactement, c'est une autre affaire car la propriété est vaste) il y a de cela plusieurs siècles puisque Ketchum s'était vu chassé de Salem pour cause de sorcellerie.

En un mot comme en cent, n'en jetez plus, la cour est pleine.

Alors, on passe un bon petit moment (surtout si on a déjà lu le livre et si l'on a vu le premier film "Amityville). Mais on n'y croit guère. Trop, c'est trop. de plus, depuis le temps, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts et nombreux sont ceux qui affirment que ce livre ne fut qu'une manipulation financière, imaginée par Jay Anson et par les Lutz, afin de se faire un peu d'argent et de publicité. Une chose est indéniable : si l'on en croit la version donnée par George Lutz lui-même, quand il se vit contraint de quitter Amityville, il avait un contrôle fiscal sur les bras et beaucoup de problèmes financiers.

Ceux qu'intéressent l'Affaire DeFeo dénicheront sur le Net une foule de sites, francophones comme anglophones, qui les intéresseront certainement. (Quelques livres sont aussi sortis, en anglais.) Tous rappellent que les Lutz furent les seuls à être "importunés" par ce qui "hantait" le 112 Ocean Avenue.

La vérité ? ... Bah ! N'épiloguons pas bêtement. Contentons-nous de nous détendre un peu. le style - en tous cas, celui de la traduction - n'est pas gore, il n'est pas non plus excessif. Il se veut même plutôt cartésien et objectif. Ne boudons donc pas notre plaisir et pour le reste, si d'aventure, vous avez l'occasion de passer par les Etats-Unis, allez visiter le 112 Ocean Drive, à Amityville. En 2011, soit-dit en passant, la maison était à nouveau en vente. ;o)
Commenter  J’apprécie          150
Quand une connaissance m'avait demandé si j'avais déjà lu "Amityville, la maison du diable", qui parlait d'une maison hantée et que les faits étaient véridiques, j'avais éclaté de rire.

- Encore un truc débile pour faire vendre des livres...m'entendais-je encore dire, alors que je tremblais en lisant le livre.

J'avais 16 ans à tout casser. Un peu plus, mais guère moins...

Ah ça, c'était une connaissance qui ne me voulait pas que du bien en me prêtant son livre.

Foutredieu, j'ai claqué des dents, vérifié que ma porte était bien fermée, sursauté au moindre craquement du parquet (parquet en bois dans les chambres, quand j'habitais chez mes parents),... La trouille, je vous le dis !

Surtout que, si ce truc est une arnaque, elle est bien faite puisque, en avant propos du livre (où en annexe,je sais plus) on vous explique que tout cela est vrai...

Stephen King fut responsable de quelques uns de mes tremblements, mais ce qui ressemblait plus à une Parkinson, point de vue tremblement, c'est ce fichu livre qui me l'a donné !

J'aurais bien fait comme Joey, dans la série "Friends" qui avait mis un livre qui lui fichait la trouille dans le congélateur ("Shinning", de King)... Mais Friends n'existait pas encore... Sinon, j'aurais fait pareil !

Âmes sensibles, cardiaques, abstenez-vous de la lecture de ce livre. Sinon, je vous garantis que vous allez trembler et défaillir lors de votre lecture.

Même adulte, j'oserais plus le relire... ce qui est dommage, parce que c'était bien, l'histoire. Brrr... j'en frissonne encore.
Lien : https://thecanniballecteur.w..
Commenter  J’apprécie          258
Vrai ou pas, je m'en fiche. J'ai tout de même passé un bon moment de lecture. Quelques moments sympathiques où j'aurai pu ressentir un semblant de frisson, mais ma carapace mentale est trop blindée je crois. Il y avait pourtant beaucoup de potentiel mais l'exécution était loin d'être parfaite et un peu redondante par moments. Ça reste tout de même une bonne histoire de maison hantée. (lu en VO)
Commenter  J’apprécie          212
Je ne suis pas très avide de "paranormal" ou de phénomènes inexpliqués, mais je dois dire que les faits relatés sont assez incroyables. Peut-on y croire? Là est la question, enfin moi, je ne suis pas comme Saint Thomas, pas besoin de voir pour croire. Je crois que certaines choses échappent à notre vigilance et qu'il n'est que sagesse de le reconnaître!
La famille arrive soudée dans les lieux; explore la bâtisse. Il y a une piscine, un hangar à bateaux, la rivière Amityville qui passe en longeant la propriété au fond du jardin, et une maison de trois étages énorme. Sans faire de mauvais jeux de mots, ils sont aux anges!
Peu de temps après commencent à se manifester des événements étranges. Kathy se trouve dans la cuisine et ressent un courant d'air froid, et à l'impression qu'on se saisit d'elle. Georges est obsédé par le hangar à bateaux, et passe son temps à vérifier s'il est bien fermé. Dans la maison, il fait constamment froid, et cela malgré la cheminée et le thermostat réglé comme il faut.
Petit à petit les choses s'aggravent. Georges ne se lave plus, se coiffe plus, ne se rase plus alors qu'il était très soigné. Il ne va plus bosser, devient désagréable, voir agressif. de même pour Kathy et les enfants qui commencent, eux, à se battre, alors qu'ils s'entendaient bien.
Un jour, Kathy retrouve ses toilettes dans un état lamentable. Des odeurs nauséabondes s'échappent. Dans une chambre en particulier, on retrouve les fenêtres ouvertes alors que la famille les avaient fermées la veille. Des mouches par centaines apparaissent dans cette chambre.
Plus les jours passent, et plus on a l'impression que "quelque chose" veut s'en prendre à la famille, de plus en plus violemment.
Un prêtre vient baptiser la maison. C'est un homme sain d'esprit et stable. Il ressent un malaise en entrant dans les lieux. Il ressent un froid glacial. On lui fait comprendre qu'il n'est pas le bienvenu. Il entend même une voix lui intimer de s'en aller, de dégager. Il s'en va donc, et tombe malade pendant plusieurs jours. Dès qu'il essaie de se mettre en contact avec la famille, pour leur faire part de ses impressions, la ligne téléphonique se voile ou se coupe. On lui conseille de se tenir à l'écart de ce problème là.
Pendant ce temps, les choses se gâtent dans la maison. George fait des recherches pour découvrir ce qui se passe, pour connaître l'histoire de la maison. Il ne peut se résoudre à croire en ce qu'il vit, il est pragmatique et au début, doute. Mais petit à petit, il doit se rendre à l'évidence.
La maison est construite sur un bras de terre où on eu lieu des batailles entre Indiens et Puritains au XVIIIème siècle. Il y aurait eu des phénomènes de sorcellerie. On dit aussi qu'un "sachem" Indien (entendez sage), revient hanter les lieux après le massacre de son peuple sur les terres pour se venger.
Commenter  J’apprécie          60
Maison à vendre :
Quartier résidentiel.
Style colonial hollandais.
6 chambres à coucher.
1 grand salon.
1 grande salle à manger .
Véranda fermée. 3 salles de bain.
Sous sol. Garage 2 voitures. Piscine chauffée (!!!) et grand hangar à bateaux.
PRIX : 80 000 $

W H A O U H !!! 💛
Tu as vu ça Minou ?!
Et c est quoi le quartier ?
Alors : 112 Ocean Street
😈 A M I T Y V I l'LE 😈 ...

AH oé. Me doutais qu'il y avait une couille dans le pâté.
Novembre 74.
R. Defoe, 24 ans, y a butté toute sa famille : son père, sa mère, ses frères et ses soeurs (wohooo... )
Peu importe. Pour la famille LUTZ c'est la maison de leurs rêves >>> GO !
Et ... ils n'y resteront que 28 jours, avec un départ précipité. (Brrr tu m'étonnes)

Ce bouquin est donc une sorte de journal des 28 jours passés dans la maison.
En parrallèle tu suivras la vie de la famille Lutz et celle du prêtre Mancuso venu bénir la maison. (VA T EN !!! ).
Qui, lui, va morfler sa race à distance ....

Dès la première nuit ils seront direct dans le bain. Hinhin.
Je t'avoue que je n'en menais pas large pendant la lecture.
Le : "HISTOIRE VRAIE - HISTOIRE VRAIE - HISTOIRE VRAIE " ne cessait de retentir dans ma tête.
Et je l'ai dévoré ce livre quand même.
Mais de jour. Impossible le soir.
#PipiCulotte. Trop flippée.

Tu vas donc (re)découvrir tout le charme de cette maison : des fenêtres qui s'ouvrent - toutes seules - pendant la nuit.
Une présence dans la cuisine.
Une pièce chelou au sous-sol.
Des insomnies qui commencent à 3h15 (heure du massacre des Defoe) .
La lévitation.
De la jelly verte qui suinte des murs
Tu feras la connaissance de Jodie le cochon.
la chaise berceuse qui bouge toute seule dans la chambre d'enfant
... et pleins d'autres trucs "sympas" ^^
bref la ptite vie pas tranquille d'une maison hantée quoi.

Mais comment ont-ils pu y rester aussi LONGTEMPS ?!!?!?!?

Prépare toi à avoir des suées froides.
à avoir tes poils (enfin, là où il t 'en reste) qui vont se dresser.
à flipper quand ton chat va regarder fixement le plafond.
Et de retenir ta respi quand tu allumes la lumière de ta chambre ... ya kkun ?!?
Gnééééé

* A TANTOT ~ LES MINOUS *
Commenter  J’apprécie          61

Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
A la télévision, Guy Lombardo et son orchestre fêtaient la nouvelle année depuis l'hôtel Waldorf-Astoria. Les Lutz écoutèrent les flonflons du bal qui se déroulait dans l'édifice Allied Chemicals, sur Times Square, mais ne suivirent pas le décompte des dix dernières secondes de l'année 1975 que le commentateur Ben Grauer entreprit de faire.
Danny et Chris étaient montés se coucher une demi-heure plus tôt, les yeux rouges d'avoir trop regardé la télévision et d'avoir supporté la fumée qui s'échappait du feu de la cheminée. Kathy avait mis Missy au lit, puis était redescendue au rez-de-chaussée se rasseoir sur sa chaise en face de George.
Il était exactement minuit et une minute. Elle regardait dans le foyer, hypnotisée par les flammes qui dansaient. Soudain, une forme se matérialisa dans les flammes, silhouette blanche contre les briques noircies, devenant de plus en plus nette et distincte.
Kathy essaya en vain d'ouvrir la bouche pour prévenir son mari. Elle n'arrivait même pas à détourner les yeux de cette vision d'un démon cornu, coiffé d'un bonnet pointu et blanc. La vision devenait de plus en plus grande et se rapprochait d'elle. Kathy se rendit compte que la moitié du visage avait disparu comme sous l'effet d'un coup de fusil tiré à bout portant. Elle hurla.
George la regarda. "Que se passe-t-il ?" dit-il.
Tout ce que Kathy put faire fut de lui montrer du doigt la cheminée. George suivit son regard et aperçut, lui aussi, la vision, un vissage blanc qui s'imprimait sur la suie des briques, à l'arrière de l'âtre.
Commenter  J’apprécie          20
Quelle crédibilité peut-on ainsi accorder au récit des Lutz ? Il y a trop de témoignages émanant de personnes n’ayant aucun lien avec eux qui confirment leur histoire pour prétendre qu’ils auraient imaginé ou fabriqué de toutes pièces cette suite d’événements. Mais si la vérité est telle que je l’ai reconstituée dans cet ouvrage, comment l’interpréter ?
Voici une interprétation donnée par un chercheur expérimenté dans les phénomènes paranormaux :

« La maison des Lutz semble être hantée par au moins trois entités distinctes. Le médium Francine a senti la présence d’au moins deux “ fantômes ” ordinaires, c’est-à-dire deux esprits humains qui, pour une raison donnée, sont restés attachés à un endroit spécifique bien après leur mort physique et qui, en fin de compte, ne désirent rien d’autre que d’être laissés en paix pour jouir de l’endroit où ils vivaient pendant leur séjour sur terre. La femme, dont Kathy percevait la caresse et le parfum (Francine a parlé d’une “ vieille ”), est peut-être la première occupante de la maison, qui ne désire simplement que rassurer la nouvelle propriétaire qui trouvait “ sa ” cuisine un endroit tellement agréable.

De même, le petit garçon qui a parlé à Missy et ensuite à la belle-sœur de Kathy est probablement un autre esprit humain – toujours selon les médiums et les spirites – qui n’a pas accepté sa mort. Seul et perdu dans l’univers intemporel de l’aprèsmort, il gravitait autour de la chambre de Missy où il fut très étonné de trouver son lit occupé par Jimmy et Carey. Même s’il a demandé à Carey de l’aider, ce n’est évidemment pas lui qui tirait des plans pour que Missy devienne pour toujours sa compagne de jeux.

Postface
Commenter  J’apprécie          00
Kathy allait refermer son peignoir quand elle eut l’impression que quelqu’un la regardait. Cette sensation d’une présence lui venait de derrière. Elle savait que le miroir s’y trouvait et elle eut peur d’y voir quelque chose d’horrible. Paralysée par la peur, elle était incapable de lever les bras pour se draper dans son peignoir. Elle resta dans cette position, le corps complètement nu, les yeux fermés, se faisant toute petite, dans l’attente d’une caresse quelconque.

Chapitre 21
Commenter  J’apprécie          20
Avec le recul du temps, le prêtre affirme que c’est à ce moment précis qu’il pensa à la démonologie. Il avait certaines notions des sciences occultes mais c’est un sujet qui ne l’avait jamais passionné, même pas lorsqu’il était étudiant au séminaire. Aussi n’en avait-il pas poussé plus à fond l’étude.
Il connaissait des prêtres qui s’étaient spécialisés en démonologie mais il n’avait jamais rencontré d’exorciste. À chaque prêtre était conféré le pouvoir de prononcer les formules d’exorcisme mais l’Église catholique préférait que ce rituel dangereux restât réservé à ceux de ses prêtres qui étaient des spécialistes en la matière.

Chapitre 13
Commenter  J’apprécie          10
(...) la cuisine serait le lieu de réunion par excellence de toute la famille. Elle pourrait même servir d’endroit idéal pour ses séances de méditation transcendantale, méthode que George et Kathy pratiquaient, lui, depuis deux ans et elle, un an. Il en était devenu un adepte depuis l’échec de son premier mariage, alors qu’il suivait une thérapie de groupe. Il s’était tout de suite intéressé à la question et il avait initié Kathy à cette forme de méditation. Mais, ces jours-ci, avec tout ce déménagement, il avait complètement négligé de s’isoler comme d’habitude dans une pièce pour y méditer quelques minutes chaque jour.

Chapitre 3
Commenter  J’apprécie          10

Video de Jay Anson (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jay Anson
The Amityville Horror (1979) Trailer
autres livres classés : maison hantéeVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus

Lecteurs (474) Voir plus



Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
956 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..